Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 10:08
Poésies pour la paix - Poésie et édition : René Rougerie - Editeurs escrocs - Exposition à Carcassonne : Joë Bousquet, Paul Pugnaud, Rougerie

* POEMES pour la PAIX - Médiation Paul Valéry<mediationpaulvalery@ville-sete.fr>

Bonjour à tous,

Je me permets de vous informer à nouveau concernant le projet "Canons de paix pour 3 millions de poèmes" que nous organisons avec le festival de poésie de Sète, Voix Vives de Méditerranée en Méditerranée.

Le projet est simple:

Dans un premier temps, vous choisissez et envoyez trois courts (10 lignes) ou extraits de poèmes avant le 20 février par mail.

Bien indiquer le nom du poète, le titre ou extrait du recueil et son pays.

Dans un second temps, nous invitons tout le monde à assiter à ce "rassemblement éclair".

CANONS DE PAIX POUR 3 MILLIONS DE POÈMES

à l’occasion du Printemps des poètes

FLASH MOB / RASSEMBLEMENT ÉCLAIR

Rendez-vous à Sète le samedi 21 mars à 16h

Rue Gambetta, entre place du Pouffre et place Aristide Briand

Du haut des immeubles, propulsée par des canons à papier, une pluie de poèmes

Des poèmes venant du ciel

Des poèmes de toutes les couleurs, des voix de poètes de nombreux pays

Une pluie de poèmes le temps d’un feu d’artifice

Des poèmes que chacun pourra cueillir en vol ou ramasser, que chacun pourra lire à son gré dans la rue sur les multiples podiums sonorisés installés spécialement – lire pour les partager...

Et puis, avant de terminer, des poèmes lancés vers le ciel, à bord de lanternes orientales

Parmi les 3 millions de poèmes à ramasser

DES NUMÉROS GAGNANTS

1er prix : UNE SEMAINE À ISTANBUL POUR DEUX PERSONNES

(tirage au sort et remise des lots sur place à l’issue de l’événement - 10 prix à gagner)

Pour participer

Envoyer par mail (sete.accueil@voixvivesmediterranee.com ou museepaulvalery@ville-sete.fr ) avant le 20 février 2015 un ou plusieurs poèmes sur papier couleur dans le format ci-dessous (poèmes choisis par vous chez un poète contemporain ou non, du pays de votre choix mais traduit en français)

ou

Apporter un poème (sur papier couleur dans le format ci-dessous) le samedi 21 mars et le déposer avant 16h dans une des urnes installées sur place (poème choisi par vous chez un poète contemporain ou non, du pays de votre choix mais traduit en français)

Evénement co-organisé par le Festival de poésie de Sète, VOIX VIVES de Méditerranée en Méditerranée, et le Musée Paul Valéry

Pour que les voix des poètes demeurent vivantes et vivaces

**

***SUR la poésie et l'édition par René Rougerie (éditions Rougerie)

A l'occasion de l'exposition "Deux poètes, un éditeur : Joë Bousquet, Paul Pugnaud, Rougerie - jusqu'au 14 mars 2015, au centre J.Bousquet, 53 rue de Verdun, 11000, Carcasonne - 04 68 72 50 83 - du mardi au samedi, 9h/12h-14h/18h -

Malhonnêteté des éditeurs, incompétence des critiques…

Peu à peu, le poème disparaît, étouffé sous de savantes, trop savantes critiques. L'oeuvre n'est le plus souvent qu'un point de départ, un prétexte. La poésie est massacrée à coups de formules prétentieuses.

90% des plaquettes de poésie paraissant actuellement sont des comptes d'auteur. L'éditeur, payé avant d'avoir joué son pole, se contente d'endormir l'auteur sous de belles phrases… et même voudrait-il, en un sursaut de conscience, agir honnêtement, il devient paralysé devant l'indifférence du public et l'hostilité, justifiée le plus souvent, du libraire. Ainsi, la centième petite plaquette reste-t-elle ignorée par suite de cet état de fait, par suite aussi de la lâcheté et de l'incompétence de nos "grands critiques"…

Aujourd'hui, le moindre présentateur de radio, le moindre gratteur de guitare, le moindre directeur de ces maisons de jeunes vieux incultes a cinquante fois par jour le mot poète à la bouche, airs qu'il ignore la poésie. De même, alors que les oeuvres poétiques paraissent par centaines, sinon par milliers, de même l'édition poétique est-elle en danger de mort…

De belles âmes s'extasient même devant cet état de fait : la poésie n'est pas un produit de consommation; elle ne doit pas être vendue, mais donnée. La poésie écrite a perdu toute valeur marchande : qu'on le veuille ou non, c'est déjà le début du mépris. Il faut la revaloriser. Pourquoi coûterait-elle moins cher que le moindre spectacle ou q'un disque, alors que le livre reste le véhicule essentiel du poème..?

L'édition de poésie existe seulement et ne peut exister que sur un plan artisanal, loin des exigences d'une consommation dévorante. Il convient de s'en réjouir, de ne pas ignorer les avantages que présente un tel état de fait : la possibilité de choisir un papier, des caractères, d'adopter une présentation uniquement au service de l'oeuvre.

Etre tourné vers l'avenir, alors que de trop nombreux auteurs vivent sur un passé : faiseurs de mirlitons, ou nostalgiques d'un surréalisme étroit,mais surtout tenants d'une prétentieuse et fausse avant-garde, en réalité pâles reflets d'un mouvement Dada mort depuis longtemps. Tous sentent le cadavre.

Certains, perturbés par des événements encore récents veulent faire de la poésie une arme de combat à effet immédiat, par générosité, par démagogie, leur oeuvre est farcie de petits Chinois. lls y dénoncent la guerre, la faim dans le meilleur style journaliste. Témoins (?) collant à l'actualité, aveuglés par elle, ils camouflent leur impuissance en verbiage, remettent tout en question, tapant du pied et du poing sur l'art, sur la poésie-manifestation d'un esprit bourgeois; ils jouent aux petits démolisseurs sans cesser d'être de pauvres petits intellectuels…

Ma conception de la poésie : une continuité dans la diversité, des approches de la poésie sans vouloir en donner une définition, beaucoup d'ambition et pas d'ambition à la fois, un souffle de liberté dans la confrontation, hot-rs de toutes chapelles, mais toutefois pas hors de toutes limites, que ces éditions, ces cahiers soient les illustrations des réalités, souvent concrètes, sources de poésie.

© R. Rougerie/Poésie Présente publié auparavant dans "Le Cherche Midi" n°10, automne 1976 (J.P.Bonnel, directeur de la publication).

* "Pour moi, le problème numéro un est bien celui de la malhonnêteté des éditeurs. Il en est d'autres, il est vrai. La vente dans les grandes surfaces, en particulier, risque d'être une catastrophe pour la poésie et pour toute pensée qui se vent libre…"

(lettre à J.P.Bonnel, extrait 4.8.1976.)

*Editeur de poésie à Limoges (maison reprise par son fils) René Rougerie publiait aussi une revue trimestrielle "Poésie Présente" (où j'ai publié quelques poèmes, après notre rencontre à Narbonne et plusieurs échanges de lettres).

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens