Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 février 2015 4 05 /02 /février /2015 08:59

** LOUIS CODET, de Perpignan à Montmartre

La ville de Perpignan ne lui rendra pas hommage ! Cette mairie a tant à faire… A défaire, surtout ! A détricoter le réseau culturel, à gommer la mémoire de la cité (Les Beaux-Arts…) De Jean-Marc Pujol, dans 4 ans, on ne saura rien, mais les gens cultivés d'ici savent maintenir le souvenir d'un écrivain de talent, né à Perpignan, et pourtant si méconnu…

Serge Bonnery, journaliste à L'Indépendant, écrivain, animateur de la Maison des mémoires (maison de Joë Bousquet) à Carcassonne, a l'idée lumineuse de raconter (*) la vie et l'oeuvre de Codet, mort à 37 ans sur le front belge, en 14, année terrible, dont on vient de fêter, avec fracas (mais pas d'obus ni de feux d'artifice pour l'ami d'Apollinien chantant le bruit et le meulière des bombes !) le centenaire…

Je reprends donc La petite chiquette, prix Rencontre 1908, décerné par J.L Curtis, M.Nadeau, R. Kanters à L. Codet, préface de Gilbert Signaux, qui dit les talents du romancier, petit-neveu de Voltaire, ami de Marie Laurencin, Louis Amade et Pierre Camo.

De son vivant, il vit peu d'oeuvres publiées : les éditeurs refusèrent son roman Louis l'indulgent…Il arrive à ces marchands de papiers de n'avoir pas de flair ni de goût ! Gallimard se rattrapa, plus tard : il avait bien dit non à Proust !! L. Codet publie donc son premier livre chez Fasquelle, La rose du jardin, en 1907. La même année, l'auteur travaille à la Chiquette, publié en avril 1908 toujours chez Fasquelle; mais Codet est, en février, en Corse…

Il reviendra peu souvent dans sa province natale, la Catalogne, et ses romans parlent peu du pays (ci-dessous, un poème); dans Louis l'Indulgent, un chapitre, "Le camp d'Argelès", page 27, décrit de façon poétique un campement militaire entre mer et montagne, qui "enchantaient l'oeil par leurs changements harmonieux".

C'est dans ses poèmes en prose, que j'ai rencontré (édition Gallimard de César Capéran, 1927) plusieurs descriptions de notre terre : Finestret "au pied des montagnes grandioses qui forment le massif du Canigou", Vinça, où le personnage a une "mapitresse, une assez jolie fille de Vinça" et le Canigou "bleu, avec sa crête immense, tous ses plis aux arêtes lumineuses et les ombres fraîches de ses forêts. Vous reconnaissez, près du village, l'entaille d'où sort la rivière où l'on prend les truites…"(pages 129 à 136),

l'évocation de sa jeunesse (p.150), et les visons rapides de Barcelone (p.195)...

L. Codet m'enchante, et la musique de sa phrase, et le lyrisme de ses sensations ! Comment oublier un auteur qui sait exprimer des formules aussi profondes, comme nul auteur actuel de cette Catalogne nordique et merdique :

"Ici les montagnes paraissent coloriées comme un châle des Indes", ou, sur les toreros : "…princes des hommes aux vêtements dorés et aux bas roses, qui font ruisseler au soleil le sang splendide des taureaux…" (p.202).

"Et ils jouent de la guitare énervante, comme chantent les grillons dans les blés." (1899).

Et pour finir, cette réflexion admirable, montrant que l'Homme, même dans les pires instants (la guerre, la misère…) a besoin de beauté, qui doit sauver le monde :

"J'ai remarqué ces jours derniers, disait Louis, combien l'instinct esthétique gouverne les hommes…" ("Le camp d'Argelès").

"La couleur est la voix des choses." (à propos de Manet).

(*) Hall du conseil général des PO 66, vendredi 6 février 2015, à 17h30 (entrée gratuite)

- - -

Louis Romain Jean-Pierre Codet © site des amis de Claude Simon

Louis Codet (1876-1914), cousin germain de la mère de Claude Simon et frère aîné de Paul Codet, son tuteur, était lui aussi romancier.

Louis Codet est né à Perpignan le 8 octobre 1876.
Peintre, élève de l’Académie Julian, il est notamment l’ami de Guillaume Apollinaire et Marie Laurencin. il publie de son vivant La Rose du jardin (1907) puis La Petite Chiquette (1908), l’histoire plus ou moins autobiographique, d’un jeune peintre montmartrois et de son amie au langage vivant et populaire. Il écrit également dans quelques revues, la Revue Blanche, les Marges, la Nouvelle Revue française.


Mobilisé, comme le père de Claude Simon, dès le début de la première guerre mondiale, il est blessé à Steenstrate (dans les Flandres belges) le 5 novembre 1914. Touché à la gorge par un éclat d’obus, il est évacué au Havre mais, mal soigné, meurt six semaines plus tard auprès de sa femme, Marguerite Diemer, épousée depuis peu..

Louis Codet a publié deux livres lorsqu'il meurt le 27 décembre 1914 au Havre à la suite d'une blessure de guerre. A 38 ans, il laissait de nombreux textes inédits, dont une nouvelle, César Capéran, que Gaston Gallimard s'empressa de publier en 1918.

biographie extrait du site : http://www.lmda.net

À 38 ans, il laisse de nombreux textes inédits, et son œuvre est en grande partie posthume : César Capéran en 1918, La Fortune de Bécot en 1921 et Louis l’indulgent en 1926. César Capéran, publié par Gaston Gallimard en 1918, vient d’être réédité par les éditions ePagine.

le port catalan

Que j'aime la douceur de la mer catalane,

Au retour des bateaux, le soir, quand les pêcheurs

Traînent sur les galets, jusqu'au pied des platanes,

Leurs barques aux beaux flancs, claires comme des fleurs.

On pèse les poissons qu'on vend sur le rivage,

Et le vieux Gaudérique en bonnet phrygien,

Fume sa pipe, assis sur un rond de cordages,

Tandis qu'un enfant nu joue avec un gros chien.

Une voile palpite encore au vent d'Espagne ;

On voit parmi les chênes-verts de la montagne

Descendre les mulets portant les raisins noirs...

Que j'aime la douceur de la mer catalane !

Nous danserons, ce soir, quelque lente sardane,

Sous la lune qui luit, pure comme un miroir.

Louis Codet, 1876-1914. Poèmes et chansons (1926).

*Œuvres

  • L’Apprentissage (1903, publié en 1926 sous le titre Louis l’indulgent, roman autobiographique dont le premier titre était Un apprentissage : histoire(s) d’enfance et d’adolescence, départ pour Paris, toujours, petit monde des peintres, jolis tableaux, belles rencontres.
  • La Rose du jardin, 1907
  • La Petite Chiquette, 1908 - Ce roam évoque la bohème à Montmartre, rue St-Vincent et place du Tertre, en compagnie de Caboche et de ses amis.
  • César Capéran, 1918, que Gaston Gallimard publia en 1918. L’histoire pleine d’humour d’un Gascon monté à Paris des projets littéraires plein la tête mais préférant vivre en dilettante et finissant sa carrière comme conservateur d’un petit musée vers Auch.
  • La Fortune de Bécot, 1921
  • Voyage à Majorque, 1925, plaquette tirée à 650 exemplaires par La porte étroite éditeur.
  • Poèmes et chansons, 1926
  • Lettres à deux amis (Eugène de Montfort et Louis Bausil), 1927, publiées à 365 exemplaires chez Marges. Lettres envoyées par Codet au peintre roussillonnais Louis Bausil et à son ami de Montfort.

*Éditions récentes

  • César Capéran ou La tradition, préface de Robert de Goulaine, Motifs, 2008 (ISBN 978-2-268-06450-5)
  • César Capéran ou La tradition, postface de Auriant, Dole, Canevas éd., 1993 (ISBN 2-88382-039-2)
  • La Petite Chiquette, préface de Gilbert Sigaux, Éditions Rencontre, 196

*Sur Codet :

  • Raymond Dumay, Ma route du Languedoc, Julliard, 1951, son ami qui écrit : "Dans toute la littérature, Codet est unique. Il est l'homme irréprochable…Codet était un saint. Saint gracieux qui avait tous les dons : la poésie, la prose, la peinture et le plus merveilleux, le don d'amitié."
  • André Salmon, Souvenirs sans fin, Gallimard, 1955
  • Pierre Camo, « Louis Codet », Les Nouvelles littéraires,‎ 3 août 1935 (lire en ligne)

Ecrivains morts en 14/18 : Louis Codet, Alain-Fournier...
Ecrivains morts en 14/18 : Louis Codet, Alain-Fournier...

*auto-copinage :

*Livre à paraître (fin février 2015, début mars, pour les élections départementales) de Jean-Pierre Bonnel :

Les 365 jours de J.Marc Pujol (propositions pour Perpignan, la culture et campagne mars 2014 des Municipales) -

Souscription (10 euros chez l'auteur 06 31 69 09 32, ou chèque JPB, 9 rue St-Jean, Perpignan) Ensuite, prix public : 14 euros. (éditions "Les mots en scène" - collection "Maux en scène")

*Conférence sur Walter Benjamin de JPBonnel (lectures par Hanna Fiedrich), au théâtre de l'Etang, St-Estève, le 4 avril 2015 à 18h30, entrée libre. (diaporama, dédicace)

*Les articles les plus lus : 1.Alain Géli, un projet pour Perpignan

/article-defense-du-train-jaune-association-des-usagers-et-amis-du-petit-train-jaune-traditionnel-de-cerdag-124506198.htmlQ

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens