Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 12:27
Prostitution à La Junquera
Prostitution à La Junquera

Je me risque à faire l'éloge de la prostituée libre, non exploitée par un souteneur, indépendante d'un proxénète.

C'est presque impossible d'être pute seule, exposée à la délation, à la violence des réseaux organisés (hôtels, cf. l'affaire DSK et du Sofitel…), dans une filière nationale, européenne, dans l'hypocrisie des Etats...

En effet, elle est le plus souvent exploitée, violée, violentée, soumise aux fantasmes les plus sordides, à la solitude radicale, à la mort, à l'oubli…

Cependant…On parle du "plus vieux métier du monde" : en effet, il semble qu'on ne puisse pas supprimer le marchandage des corps, l'esclavage sexuel, la monétarisation obscène… Les cas de laideur, de handicaps, de blocages, de perversions, d'obsessions masculines…le fantasme du violeur pour DSK… toutes ces maladies psychiques s'expriment dans la quête d'une relation vénale, évitant, gâche au viol "toléré", de nombreux viols réels et traumatisants pour la femme…

Ces remarques me sont venues à la lecture d'un extrait de "Enfance berlinoise" : Walter Benjamin y parle de son "très mauvais sens de l'orientation", de "maladresse et d'impuissance devant la ville" (Ecrits autobiographiques, page 251, C.Bourgois éditeur, collection "Titres" n°137)

En effet, voici l'histoire appelée "Eveil au sexe". A l'occasion du nouvel an juif, la mère de W.Benjamin demande à son fils de se rendre chez un parent, pour la cérémonie religieuse…. Mais l'adolescent se perd en chemin, erre dans le quartier et tombe sur la rue des prostituées de Berlin. Au lieu d'aller au rituel juif, il est dans l'acte manqué, une façon de s'opposer au dogme religieux et d'échapper à la volonté de sa mère.

Il écrit : "Advienne que pourra, je m'en fiche. ..La profanation du jour de fête s'associa à la rue maquerrelle, qui me fit pressentir ici pour la première fois les services qu'elle devait rendre aux désirs adultes."

Comme l'écrit Bruno Tackels, dans son livre magistral "WB, une vie dans les textes" : "Cet éloge de la prostitution deviendra un moteur important de sa pensée matérialiste, comme l'exprime cet aphorisme de "Sens unique", intitulé n°13 : On peut prendre dans son lit les livres et les putains…"

Oubli du rite juif et plongée dans le plaisir sexuel grâce à l'initiation d'une prostituée : "Et je jetai donc ainsi ma voix dans la fente. Le sang bourdonnait dans mes oreilles et je n'étais pas capable de recueillir les paroles qui topaient de cette bouche au maquillage épais." (Enfance berlinoise)

Partager cet article

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans polémique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Articles Récents

Liens