Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 juillet 2015 6 25 /07 /juillet /2015 10:50
Guy Jacquet

Guy Jacquet

théâtre
théâtre

*

* GROUPE ARENDT

“C’est dans le vide de la pensée que s’inscrit le mal” écrivait Hannah Arendt.

Ce groupe s’appuie sur l’oeuvre d’Hannah Arendt et parle de politique, de religion, de culture, d’éducation. Il a pour vocation à présenter et à débattre de toutes les formes du mal touchant l’individu ou les groupes d’individus : aliénation, exploitation, ostracisme, violence que ce soit par

la politique, la religion, le poids des traditions, le travail, l’économique.

Ce groupe est international, chacun est libre d’y publier ce qu’il désire et dans la langue de son choix, dans le respect de tous et avec un désir de débat et de discussion. Sans discussion il n’y a que des malentendus, n’hésitez pas à expliquer ou à demander des explications et n’oubliez pas l’humour.

L’apologie des différentes formes du mal n’a pas sa place ici.

NB : Dans le groupe, chacun porte, personnellement, la responsabilité de ses propos et de ses publications. Les administrateurs se réservent le droit d'exclure du groupe tout membre pouvant porter atteinte à l'intégrité du groupe.

"On est toujours sûr de tomber, au hasard des journées, sur un Français, souvent intelligent par ailleurs, et qui vous dit que les Juifs exagèrent vraiment. Naturellement, ce Français a un ami juif qui, lui, du moins… Quant aux millions de Juifs qui ont été torturés et brûlés, l’interlocuteur n’approuve pas ces façons, loin de là. Simplement, il trouve que les Juifs exagèrent et qu’ils ont tort de se soutenir les uns les autres, même si cette solidarité leur a été enseignée par le camp de concentration." (Albert Camus, 1947)

"Hannah Arendt perçoit le processus de déshumanisation qui a rendu possible la Shoah, en trois étapes.

1) On tue la personnalité juridique en la soustrayant à la protection du droit.

2) On tue en l'homme la personne morale en rendant poreuse la frontière victime/bourreau.

3) On réduit la victime à l'état de chose (spécimen humain ).

**Samedi 25 juillet à 21h30 / Dimanche 26 à 18h30

Kabaret de Rencontre

La nuit où la lune s'est perdue

Théâtre - Chanson

Spectacle conçu et interprété par Guy Jacquet

Textes et musiques : Anne Sylvestre, Aragon, Bernard Dimey, Serge Llado, Brecht, Léo Ferré, Genet, Molière,Mouloudji, Nougaro, Prévert, Ruteboeuf, Vian, Villon, Kurt Weill, Guy Jacquet

Arrangements musicaux : Henri Xéridat – André Stuber – Serge Llado -

Scénographie : Cécile Moins – Guy Jacquet

Régies: Encuentra Light- Aline Seyres- Christian Albert

Photos de scène : Robert Barrero

Entrée : 12 euros

Présentation et revue de presse

« Une nuit, alors qu’il commençait à s’endormir, la tête sur son sac à dos et les pieds dans la fraîcheur d’un banc de bois, le voilà surpris par quelques sirènes (bateaux en partance ou police en errance) ... Il franchira alors une porte entr’ouverte qui le mènera dans les méandres d’une mémoire tout à la fois drolatique et émouvante, féroce, farceuse, parfois à la limite de la confession, mais le plus souvent comique et acidulée ..» (Vent des Tourbes – Charente)

**************************/******************************

Où entre- t-IL? Dans une arrière salle (d'attente? de café?) ; une réserve, une chambre aux chimères ? Peut-être nulle part entre incunables et poussière de temps retrouvée. Autour des bouteilles, livres empilés, objets répandus, souvenirs assemblés en cascade sur les chaises et le lit. Fuyant une sirène inquiétante, c'est dans ce capharnaüm onirique qu'IL va se réfugier. Mais là, quelque chose va se mettre en route, malgré lui, et qu'il ne pourra arrêter. Jamais! Peu à peu IL investira cette boîte de Pandore, boira deux ou trois coups, dira quatre sottises, rira d'une image ancienne pour mieux chanter et puiser dans l'assemblage de sa mémoire, l'eau de la tendresse, ses colères et ses pirouettes moqueuses...

Nous embarquons sur des textes navigants, des musiques en chamades et charades, autant d’ambiances et de personnages en dérives que Guy Jacquet affectionne...Ce type aime les romances, les coups de gueule et coups de rouge, comme autant de filets de secours lancés vers un monde pas tout à fait perdu. (Kat Kieffer- Pow-Wow . Le Cannet)

Dans une lumière tour à tour ambre chaud et bleu plus froid, les copains de la noï vont se rencontrer sans se connaître, se rapprocher pour se fendre la poire ou s'engueuler, dans les éclats de rires, éclats de voix, éclats de verre, de sirènes de cargos en partance ou de tendresse à retrouve...C'est un acteur hanté par les gens qu'il aime profondément, sans esbroufe mais avec intensité, drôlerie ou cruauté. Son impact théâtral est cultivé par toutes ces années à arpenter les scènes de France, de Navarre et d'ailleurs. Il vaut mieux aller l'écouter avant qu'il ne disparaisse vers des destinations mystérieuses, remettant son feutre et nous laissant un goût d'anis sur les lèvres. Certes il revient toujours, mais ce qui est pris, n'est plus à prendre. " (Michel Bouteyre-La Charente Libre)

***********///******************

C'est du théâtre chanté entre comédie intimiste et chronique musicale, où les mots et la musique créent une succession d'histoires courtes qui s'enroulent sur les mailles contradictoires de la vie.. Cela crée un montage étonnant : Un soir dans une arrière salle (café ou antre aux chimères), au fond d'un port, n'importe où, pénètre un étrange bonhomme, dont on ne saura jamais pourquoi il est entré. Peut-être est-il en bout d'escale ( ?), alors que dehors, dans le brouillard du quai, un accordéon de barbarie file l'âme des rues et des poètes

Alors, sans qu'on s'en rende toujours compte, Prévert répond à Boris Vian, Brecht à Aragon,Ferré à Bernard Dimey ou Mouloudji, Jean Genet à Anne Sylvestre. Dedans il fait doux(...) Cette ambiance de fin de nuit, propice aux confidences, va amener notre personnage à dévoiler des petits bouts de son histoire, les morceaux marrants et les recoins moins drôles. Le plus curieux (et le plus charmant) c'est qu'il se parle autant qu'il nous parle par l’intermédiaire de chansons et de textes, des plus grands poètes jusqu'aux meilleures chansons. (H.Chailloux-Flash Toulouse)

****************////******************

Guy Jacquet crée des situations sur un fil de séquences qui s’enroulent autour des auteurs qu’il défend depuis toujours :Arago, Ferré, Caussimon, Prévert, Genet, Anne Sylvestre, Vian, Bernard Dimey, Gaston Couté, Nougaro, Kurt Weill et Brecht (…)Ca parle, ça chante et ça trinque à rire ou à frémir, dans ce réduit peuplé de livres, d’objet-souvenirs, de fantômes plus ou moins terribles, rigolos, caustiques ou amoureux(ah, son interprétation du Bal Perdu de Gaby Verlor !) Rencontres d'un soir (ou d’une vie) se taillent la meilleure part et où le plus simple des vins rouges prend des allures de muscat. Nectar que l’on se partage comme quelques réglisse à la récrée.Voilà un voyage qui vous suivra longtemps ! (Flore Diveaux- L'Atalante)

****************////******************

Renseignements :Théâtre de la Rencontre- Saint Martin -- 31 rue des Romarins - Perpignan

06*80*01*63*70

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens