Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 10:50
Emotion spéciale - Contre la haine : Minute de silence et hymne à la poésie (Jean Iglésis)

Emotion spéciale : 

 

face à l'événement les journaux lancent des "éditions spéciales".

 

Concurrence de l'information, occasion de relancer les ventes : Commerce et cynisme…

 

Dans les réseaux sociaux, encore l'émotion, première réaction compréhensible, mais obscénité des sentiments : après "Je suis Charlie", voici "Je suis Paris"... 

 

 

Tous ces beaux sentiments collectifs contrastent avec la barbarie d'une minorité, mais  hélas ne servent à rien : on l'a vu, on va le voir. La catastrophe est annoncée depuis des mois...

 

 

Minute de silence

 

Je ne voudrais pas être à la place de les collègues enseignants (surtout dans les quartiers sensibles), qui devront expliquer la situation et instaurer une minute de silence. La grande majorité des enfants acceptera la chose, mais une minorité d'ados d'origine maghrébine montrera des réticences. 

 

 

Il faut que le prof soit conscient de l'Histoire que le jeune Français d'origine africaine ou moyenne-orientale porte en lui.

L'hérédité d'une famille -harkie immigrée - qui a vécu les effrois de la guerre (en Algérie surtout), la torture d'un côté (l'armée française) et l'égorgement de l'autre (le FLN)…

Une famille en exil venue en France et souvent vivant dans des quartiers pauvres, méprisés, des ghettos, dans une France où les injustices et les inégalités sont criantes…

 

 

L'histoire des pays occidentaux (France, Belgique, Angleterre, USA…) est celles de pouvoirs qui ont, depuis des siècles, semé la terreur dans le monde : guerres de religion (catholiques/protestants), conquête de l'Amérique et destruction de civilisations indiennes (génocides), colonisations (pouvoir d'une minorité) et guerres de décolonisation (Vietnam, Afrique du Nord…) avec son cortège d'horreurs. 

 

Osons dire que nous fûmes (nos ancêtres "blancs") des BARBARES. Sans oublier les millions de morts engendrés par les idéologies occidentales, nazies et staliniennes...

 

 

Osons dire que nos gouvernements occidentaux protègent les marchands de canons et sont eux-mêmes (la France, l'Allemagne, les USA…) des marchands d'armes. Ils ont installé des dictateurs dans les pays aux richesses naturelles énormes : des Khadafi, Saddam, Hassad, Ben Ali…qui constituaient un rempart contre l'islamisme radical naissant. Même contre le parti religieux musulman qui gagne les élections libres en Algérie…

 

 

Osons dire que nous avons vendu nos armes, nos Rafale à ces pays (Syrie, Irak…) et qu'ensuite nous détruisons ces armes en leur faisant la guerre…Et le commerce continue…

 

L'attitude de nos gouvernements bellicistes ne doit pas excuser l'attitude des nouveaux "barbares" (Talibans, Etat islamique):  l'étude du passé peut faire comprendre la folie meurtrière de quelques fanatiques qui n'ont pas peur de la mort.

 

 

L'enfant de nos collèges n'a pas en tête toute cette mémoire, mais il sent (drapeaux algériens lors d'un match contre la France, propagande des Imams…) qu'une colère rentrée, qu'une amertume tenace ont été transmise, au coeur des familles, par les anciens…

 

 

L'ado ne comprend pas que l'on lance des bombes sur ses frères d'Irak ou de Syrie…Il ne comprend pas le racisme qui peut hanter les villes depuis des décennies…

 

 

L'enfant voudrait la paix, pas la haine, mais que l'on respecte d'abord ses frères proches ou lointains…

 

 

 

J.P.Bonnel

 

- - - - -

 

* A l'attention de tous ceux qui - n'ayant pour principal  objectif que  d'occire la liberté des autres - ne font, au bout du compte, qu'assassiner inconsciemment leur propre liberté…

 

 

Dans le lit de la haine

 

Dans le lit de la haine,

Ne sommeillent ni les nounours,

Ni les espoirs de meilleurs jours.
Les enfants dans la nuit d’ébène,
Cernés par les croquemitaines,
Rêvent de gloires incertaines.
Bercés par le chant des sirènes,
Poings serrés et mains déjà pleines,
Ils dorment tandis que reviennent
Les vieux démons qui les ramènent
Aux horreurs de l’histoire ancienne,
Dans le lit de la haine.

Dans le lit de la haine,

Il fait si noir que dans un four.

Les comptines ont tourné court.

Les enfants sous le ciel amène,

Repus de joies un rien obscènes,

Rêvent d’une vie mise en scène

Et de conquêtes aériennes.

Ils dorment sans qu’ils se souviennent

Des libertés perdant haleine,

Des droits que l’on bafoue sans gêne,

Des leçons de l’histoire ancienne,

Dans le lit de la haine.

Dans le lit de la haine,

Les craintes ont exclu l’amour.

Le doute bat sous l’abat-jour.

Les enfants sous la lune pleine,

Croulant dessous le joug des chaînes,

Rêvent de guerres inhumaines,

Remportées sans aucune peine.

Ils dorment tandis que reviennent

Les navires sans capitaine,

Les chefs de l’armée mexicaine,

Les relents de l’histoire ancienne,

Dans le lit de la haine.

 

Jean Iglesis

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens