Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 janvier 2016 6 30 /01 /janvier /2016 09:58
Fan CHENG - Wei YAN - Na LI - Haomin YANG (photo C.Marcadon) - Avec Fan Cheng © Céline Marcadon
Fan CHENG - Wei YAN - Na LI - Haomin YANG (photo C.Marcadon) - Avec Fan Cheng © Céline Marcadon

Fan CHENG - Wei YAN - Na LI - Haomin YANG (photo C.Marcadon) - Avec Fan Cheng © Céline Marcadon

ARTISTES CHINOIS en résidence à Perpignan (1)

 

Ici, dans la cité catalane, on se lamente : désertification du centre ville, atteintes au secteur historique, fermeture de l'école des BeauxArts, de galeries et de nombreux commerces, montée de l'insécurité, de la pauvreté et du chômage dans les quartiers défavorisés… 

 

Et pourtant, Perpignan est bien connue en… Chine !

Pas seulement pour Dali, le « centre du monde » rivalisant avec l'Empire du Milieu, mais pour son école, moribonde, hélas, des Beaux-Arts ! Si la municipalité avait contacté des responsables chinois -comme le département pour la diffusion des vins du Roussillon-, si, simplement, elle avait pris contact avec Wei YAN, qui habite dans la rue des Augustins, depuis des années, elle aurait su tout cela...

 

Céline Marcadon, qui prépare avec Julien Dumas Artfabetic dictionnaire biographique des artistes plasticiens de France, ouvrage de référence des artistes contemporains, le savait. Et, surtout, elle l'a fait ! Et dans des quartiers délaissés, ghettoïsés , tel Saint-Mathieu, elle a eu la bonne idée.

 

 Laissons lui la parole :

« Mon association, CONCORDIA PATRIMOINE et CULTURE organise une résidence d'artistes chinois, de janvier à mars 2016.

C'est une première, mais ce projet est de longue durée puisque le but est de multiplier le nombre d'artistes en résidence, qui seront par la suite aussi des étudiants. Pour la première fois, nous invitons des artistes professionnels, et enseignants, l'un d'eux expose à Paris, dans une galerie du boulevard Saint-Germain !!! »

Deux autres artistes devaient venir à Perpignan, mais les événements du 13 novembre dernier les a fait reculer et ils se sont désistés."

Céline ajoute qu'elle a eu l'idée de développer une résidence d'artistes avec des Chinois car les Beaux-Arts de la ville de Perpignan sont très reconnus là-bas, d’excellents professeurs y ayant enseigné... 

 

Le Conservatoire de Perpignan, bien malin lui, utilise actuellement la renommée de Paris « Centre du Monde » pour s'ouvrir à la Chine…

 

L’exposition des artistes en résidence aura lieu à Perpignan et sera la première exposition de la maison de la Grande Région Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon, le 18 février (avenue de la gare).

Cette exposition, bien nommée, s’intitulera :  « Du Centre au Centre". 

Le public perpignanais pourra faire connaissance avec les quatre artistes en résidence : la jeune Na LI et ses trois amis et compatriotes : Fan CHENG, Haomin YANG et Wei YAN, déjà cité. C’est lui qui a attiré ses copains de la province de Canton à Perpignan !

 

Yan WEI, cheville ouvrière de ce collectif, donne des cours de calligraphie ; il a obtenu des diplômes en Chine, a vécu un an à Béziers pour apprendre le français, puis s'est installé à Perpignan pour suivre les cours aux Beaux-Arts et en sortir brillamment diplômé. Son axe de travail est centré les faiblesses et les failles humaines, les addictions, le lâcher-prise particulièrement féminin. Cette thématique un peu dramatique l’oriente vers le travail du portrait. Il compose aussi ensuite d’adorables aquarelles poétiques. 

 

Fan Cheng habite actuellement à Nîmes, et est déjà exposé à paris. Son univers est facétieux, poétique et pourtant solide comme un roc. Il mêle les symboliques des mondes et joue parfois de influence encore gréco-romaine qui nous évoque le classicisme, mais qu’il anime avec ironie pour nous montrer notre époque. 

 

Tous ces artistes rencontrés dans leurs ateliers éphémères à Saint-Mathieu, ont comme point commun, outre l'âge autour de 35 ans, l'ouverture d'esprit, le pouvoir de créativité, un esprit nouveau capable de faire cohabiter les cultures orientale et occidentale.

 

Na LI et Haomin YANG, qui ont suivi les cours de l'Ecole des Beaux-Arts de Nîmes et ont obtenu un master, ils sont tous deux actuellement professeurs des Beaux-Arts à Gangxi.

 

Haomin travaille sur la transformation du corps et de l’esprit ; installé pendant sept ans en France, il explique qu’au début l'adaptation était difficile puisqu’il devait  se confronter à la culture et à l'état d'esprit occidentaux. Il s'est peu à peu occidentalisé et cette confrontation a été positive puisqu'elle a débouché sur la création d'oeuvres nouvelles, inédites, insoupçonnées… 

Haomin recrée sa vison du monde, en ré-interprétant les images et symboles occidentaux et asiatiques. Il se situe toujours entre la vision macroscopique et son extrême, microscopique. 

 

Na LI, jeune femme charmante, explique, d'un ton serein, qu'elle travaille sur le thème du temps qui passe, sur le souvenir... Ses portraits deviennent de plus en plus abstraits : le visage évolue, disparaît... Il s'estompe, ombre légère, dans l'estampe, épurée dans l'espace du blanc du papier... Na me montre une belle série d’aquarelles douces et poétiques ; elles expriment ces métamorphoses du corps. On imagine le changement intérieur, psychologique, à l'oeuvre dans l'intimité de la peinture… Soudain éclate une couleur vive : le rouge surgit, voulant signifier une sensation de blessure, un traumatisme personnel et lointain dans la mémoire.

Le dessin se livre à la poursuite de ce souvenir cruel pour le magnifier, pour guérir afin que le temps perdu soit l'objet d'une quête positive et une victoire sur la mort quotidienne… Dans ses peintures à l'huile, aussi, le visage est évanescent : des parties de la nature, des membres du corps glissent vers l’abstraction ; il s'agit de saisir le processus mutuel du temps et du geste pictural.

 

Le tableau donne vie à un mouvement qui suggère le passage temporel, l'évolution des choses et des hommes… Les installations de Na, à Nîmes, en particulier, à l’occasion d'une exposition, en 2012, sont des oeuvres « libres » ; en effet, le spectateur peut intervenir : il a la liberté de toucher, d'ajouter une touche, une couche, de prolonger la structure offerte. La phrase de Duchamp exprimant que le regardeur est un créateur à son tour, n'est pas loin...

 

Na me fait remarquer le motif du "rond" dans ses peintures : cette forme géométrique représente la culture orientale, alors que le carré est européen. Le rond, c'est le centre, le milieu, le signe de l'Empire chinois. « La culture orientale est complexe, mais elle recherche l'harmonie, la sérénité...

 

En Chine, c'est la permanence du figuratif, de la peinture académique, pas top conceptuelle… » Toutefois, Na se livre à l'innovation. En ce moment, elle travaille sur "le paysage du rêve" et on désirerait en savoir plus sur cette thématique au nom si suggestif ! C'est une exploration de « l'âme" du contexte local : influence du décor perpignanais, de son architecture, et de l'esprit catalan...

 

 

Jean-Pierre BONNEL  (à suivre)

  

*Contact : Céline MARCADON, Présidente de Concordia Patrimoine et Culture  -  06 81 42 98 75  -  cmarcadon@gmail.com

Partager cet article

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans peinture
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Articles Récents

Liens