Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 mai 2016 1 23 /05 /mai /2016 08:21
Le temps des cerises ? - La mouche de Céret - Les femmes dans la littérature - A regarder vivre les hommes (J.Falieu)

 

***Temps des cerises

Sale temps : l'eau dans le fruit, le vent qui fait tomber les pétales, les fleurs, les fruits prêts à être cueillis.

 

La mouche venue d'Asie attaque les vergers : nos cerises seront encore plus polluées : vivent les insecticides !


Par chance Céret a fêté les cerises ce week-end : concours de cracheurs de noyaux, z'avez pas moins idiot..?

 

Cerises blettes : la France va être paralysée, les politiques sont impuissants, les ultra vont pouvoir casser du gendarme, la police, à l'opposé de janvier 2015, n'est plus aimée...Où est Charlie ? C'est la chienlit ?

 

Les bérets bruns peuvent cueillir le pouvoir où règne l'absence...Le déni, l'attitude de l'autruche...Pendant ce temps, en Autriche...

 

JPB

 

 

***  Jusqu' au 31 mai 2016 : « Les Femmes dans la littérature »

Exposition à la Médiathèque d’Elne

 

Mercredi 18 mai : 18h30 : Aurélie CAPOBIANCO, psychologue, psychanalyste.Présentation et dédicace de son livre « Délivrez-nous du mal »

 

Vendredi 27 mai : 18h30 : « Pluri’elles » : Une soirée qui met les femmes à l’honneur.

    •    Présentation du nu féminin dans la peinture, par l’artiste Zellim

 

    •    Alain BADIA, Professeur de Lettres et psychanalyste :

« La femme est-elle soluble dans la littérature » :

D’Aristophane aux Femen, Alain Badia s’interroge sur l’existence d’une littérature féminine et/ou féministe

 

    •    L’association Bulles de carpe vous propose des extraits de la pièce d’Eve Ensler, « Les Monologues du vagin »

 

- - -

 

    *****    A regarder vivre les hommes...

 

 

A regarder vivre les hommes 

                         je m'étonne parfois encore 

                               d'être capable de les aimer

    cet acharnement à se mépriser

                    à humilier l'autre          à s'entretuer

  Tant de génie à supprimer

                la beauté interne des choses

                        à se détourner sans cesse de l'essentiel 

          pour de vagues miroirs aux alouettes

 

A regarder vivre les hommes 

                il y a tout lieu de penser 

                            qu'il y a maldonne

 partout      ici       là   

                 devant      derrière     au loin

                                    au-delà de l'horizon

          partout la même sinécure

                                       l'insondable déraison

          le gouffre         

             le spectacle insolent de simulacres

                            des turpitudes     des trompe-l'œil

 

    Un monde en faire semblant

                comme font les enfants quand ils jouent à la guerre

        une école de tricheurs

 

                avec pourtant       ça et là    

                                des hommes vrais

                   des héros      des justes

                                    avec surtout     des femmes      vraies

    gardiennes ultimes 

                de la maison du monde

 

 

        Peut-être   encore                        

                peut-être est-il encore possible

             sauver demain

                        en tout cas        

                            y croire           encore un peu

    avec passion

            sans illusion        avec hargne      détermination       

                     hurler dans la nuit

                                      percer le silence

En attendant     va t'en     

                 va t'en courir le monde

                             à travers d'infinis paysages

         la joie au cœur       

                 la fleur au bout des lèvres        candide

        comme un aventurier d'amour  

 

 Mais           

     regarde les bien          qui sont-ils     

                 là bas     ailleurs       plus loin

                                     toujours les mêmes

         comme je nous ressemble

                    avec cette tristesse qui ruisselle des rues

 

  Silence dans la nuit        

        pâleur de ciel dans le désert

                à regarder couler les fleuves tranquilles de la honte

 

Il reste à trouver     

             dans les interstices

                           les échappatoires    

                                      les révoltes

    des chemins de tendresse

                                         de solidarité     de partage   

             dans le chaud des espaces encore vivants

                              ces cœurs d'amour   

                                     qui résistent

          et savent inventer

                       des sourires en fleurs d'amitié

                                       qui invitent à la joie

            et dessinent 

                    les dernières lueurs d'espoir

 

JO FALIEU (Prades)

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens