Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 mai 2016 2 31 /05 /mai /2016 07:58
Pere Figueres - Esthétique de la Résistance - Pour la paix - Les disparues de la gare -
Pere Figueres - Esthétique de la Résistance - Pour la paix - Les disparues de la gare -
Pere Figueres - Esthétique de la Résistance - Pour la paix - Les disparues de la gare -

Pere Figueres - Esthétique de la Résistance - Pour la paix - Les disparues de la gare -

 

 

* ESTHETIQUE de la RESISTANCE :

 

*** activitats que durà a terme la Càtedra Walter Benjamin els pròxims 1, 2 i 7 de juny.

 

   1 de juny, al Museu d’Història dels Jueus de Girona, seminari L’Estètica de la resistència (primera jornada)

 

   2 de juny, a la Biblioteca Carles Rahola de Girona, presentació del llibre El compromiso fáustico

 

   7 de juny, a la Fundació Antoni Tàpies de Barcelona, seminari L’Estètica de la resistència (segona jornada)

 

cid:image002.jpg@01D1A6F9.559969C0

 

Amb motiu del centenari del naixement de Peter Weiss (1916-1982), escriptor, artista, cineasta, dramaturg i activista alemany, la Càtedra Walter Benjamin, Memòria i Exili i la Fundació Antoni Tàpies, juntament amb el Museu d’Història dels Jueus i el Museu Memorial de l’Exili, han organitzat un cicle de conferències per revisitar la seva vida i el seu pensament. La represa de la seva gran novel·la, l’Estètica de la resistència (1981), des de les condicions del present i des de pràctiques que despassen la literatura constitueix el fil conductor d’aquestes jornades, que tindran dues sessions a Girona i Barcelona i comptaran amb la presència d’alguns dels més destacats especialistes nacionals i internacionals en la seva obra.

L’Estètica de la resistència, reloaded Cicle de conferències en el centenari del naixement de Peter Weiss

Programa:

Dimecres 1 de juny de 2016

Museu d’Història dels Jueus (Carrer de la Força 8, Girona)

18:30 h: La Estética de la Resistencia o la (anti)novela de formación. Conferència a càrrec de Germán Garrido Miñambres (Universidad Complutense de Madrid)

19:30 h: Seny i revolució: Peter Weiss i Hölderlin. Taula rodona amb la participació de Jörg Zimmer i Mònica Carbó (Universitat de Girona)

Dimarts 7 de juny de 2016

Auditori de la Fundació Antoni Tàpies (Aragó 255, Barcelona)

19:00 h: Un monument a instants radicals. Conferència a càrrec de Carles Guerra (Director de la Fundació Antoni Tàpies)

19:30 h: Projecció de Zur Ansicht. Peter Weiss (1979) un film del cineasta alemany Harun Farocki

20:15 h: Un lloc on alguna cosa es comprimeix. Conferència a càrrec d'Andreas Wütz (cineasta i escriptor)

PRÉSENTATION

 

Une philosophie à l’épreuve de la paix est un ouvrage collectif, écrit par des intellectuels – certains universitaires, et d’autres pas – engagés, visant à changer l’état des choses d’un monde dont la guerre définit les lieux les plus communs.

 

    Ce livre se divise en deux parties : La première, « Expérience de l’histoire », aborde d’une part des obstacles parmi les plus récurrents et les plus difficiles, qui sclérosent dans les psychismes, aujourd’hui au Proche-Orient, l’idée de paix (voir l’article de Lucy Nusseibeh). D’autre part les auteurs soit y évoquent certaines figures de l’histoire dont  l’engagement pour la paix a été particulièrement significatif (voir l’article de Michaël Löwy, partiellement de Zeina Barakat et Mohammed Dajani), soit  parlent du lieu même de leur propre engagement dans l’histoire (voir les articles de Nabeel Al-Raee, Henri Cohen-Solal, partiellement Zeina Barakat et Mohammed Dajani). 

La seconde partie, « Penser la paix, peut-être », est à proprement parler philosophique. L’originalité du livre est ainsi d’abord que ces deux manifestes de la pensée, l’analyse de, et l’engagement dans l’histoire d’une part,  la pensée spéculative d’autre part, rarement présents dans un même volume, ici se font écho, que la philosophie n’est plus pure abstraction d’un réel qu’elle ignore. Ensuite la seconde partie présente et analyse aussi la philosophie en France peu connue de Sari Nusseibeh (voir, avant tout, les deux longs articles de Hent De Vries), en tant que particulièrement intéressante aujourd’hui pour mettre en question ces habitudes de pensée qui bien souvent nous empêchent de penser la paix.

 

    Dans la situation présente du conflit israélo-palestinien, d’un processus de paix dont chacun sait que s’il n’est pas moribond c’est qu’il est mort, réunir dans un même volume des intellectuels Palestiniens (ou Arabes) et Israéliens (ou Juifs) pour penser la paix s’impose comme acte par sa force morale. Comme acte nécessaire, sans doute, si l’on songe à la difficulté de plus en plus grande de semblables rencontres. Et aussi peut-on dire alors, comme fait inattendu, original, tant dans notre présent historique que dans le monde des livres qui le reflète.

 

    C’est donc sur le plan éditorial aussi, si on regarde le panorama des publications actuelles, que « penser la paix » est une gageure. L’on peut voir au grand nombre de titres existants qu’il y a une grande facilité à promouvoir sur le marché un titre qui comporte le mot « guerre ». Sur le marché aussi, donc, « la guerre » a force de loi. Une philosophie à l’épreuve de la paix est un livre qui vise un public intellectuel élargi, et ceci n’obéit pas à ce qui se présente comme la loi du marché, est une gageure.

 

 

L’Estètica de la resistència - L'esthétique de la résistance :

 

 

Cicle de conferències en el centenari del naixement de Peter Weiss.

 

Amb motiu del centenari del naixement de Peter Weiss (1916-1982), escriptor, artista, cineasta, dramaturg i activista alemany, la Càtedra Walter Benjamin, Memòria i Exili i la Fundació Antoni Tàpies, juntament amb el Museu d’Història dels Jueus i el Museu Memorial de l’Exili, han organitzat un cicle de conferències per tal de revisitar la seva vida i el seu pensament. La represa de la seva gran novel·la, l’Estètica de la resistència (1981), des de les condicions del present i des de pràctiques que despassen la literatura constitueix el fil conductor d’aquestes jornades, que tindran dues sessions a Girona i dues més a Barcelona, i comptaran amb la presència d’alguns dels més destacats especialistes nacionals i internacionals en la seva obra.

L’Estètica de la resistència és una novel·la-assaig monumental –el seu primer volum va aparèixer el 1979– que proposa un recorregut per al segle XX a partir de profundes reflexions sobre els avenços i fracassos de les opcions polítiques emancipadores. La Guerra Civil espanyola, al costat de la resistència enfront del nazisme, actuen com unes peces claus en el decurs de l’extens relat. Alhora l’aprenentatge cultural i estètic també és plantejat com una possibilitat de supervivència enmig d’un context amenaçat per l’obscurantisme vinculat a la progressió del totalitarisme. Walter Benjamin, Bertolt Brecht, Thomas Mann, entre altres, prenen un paper de centralitat en les digressions pregones que apareixen a la novel·la. La guerra, l’exili, l’Holocaust, les actituds davant el feixisme, les contradiccions i paradoxes presents en els processos revolucionaris són qüestions que circulen per aquesta obra imprescindible de la literatura universal.

El dimecres, 1 de juny, al Museu d’Història dels Jueus (Carrer de la Força 8, Girona) a partir de les 18:30 tindrà lloc la conferència La Estética de la Resistencia o la (anti)novela de formación, a càrrec de Germán Garrido Miñambres (Universidad Complutense de Madrid). Així mateix, tindrà lloc la taula rodona Seny i revolució: Peter Weiss i Hölderlin, amb la participació de Jörg Zimmer i Mònica Carbó (Universitat de Girona). En aquesta taula, a partir d’una altra obra teatral de Peter Weiss, Hölderlin, s’intentarà reflexionar a l’entorn del contrast entre la figura del poeta i filòsof Friedrich Hölderlin i la interpretació de Peter Weiss en la peça teatral homònima, en la qual una constel·lació de personatges històrics escenifiquen la tensió intemporal entre seny i follia, rebel·lió i obediència, llibertat i repressió.

 

 

El dimarts, 7 de juny, a la Fundació Antoni Tàpies (Aragó 255, Barcelona) tindrà lloc, a partir de les 19h, la conferència Un monument a instants radicals, a càrrec de Carles Guerra (Director de la Fundació Antoni Tàpies). Aquesta xerrada parteix de l’exposició 1979. Un monument a instants radicals que, l’any 2011, el mateix Carles Guerra va comissariar i va concebre a partir de la novel·la L’Estètica de la resistència. A les 19.30h tindrà lloc la projecció de Zur Ansicht. Peter Weiss (1979), un film del cineasta alemany Harun Farocki. En aquest film, Harun Farocki i Peter Weiss posen en escena una reconstrucció dels mètodes de l’escriptor al mateix temps que revelen un encontre intergeneracional.

La jornada conclourà a les 20:15h amb la conferencia Un lloc on alguna cosa es comprimeix, a càrrec de l’artista i cineasta Andreas Wütz, on mostrarà la seva recerca sobre la gènesi del llibre de Peter Weiss i retorna a la Cueva de la Potita (lloc on durant la Guerra Civil s’hi va instal·lar un hospital de les Brigades Internacionals), a la província d’Albacete. Aquest indret és una de les localitzacións més emblemàtiques de la novel·la on el mateix Peter Weiss va estar l’any 1973. L’escriptor alemany hi va anar per indagar sobre els llocs que més tard descriuria minuciosament al primer volum de la seva novel·la. Ara, Andreas Wütz hi ha anat per comprovar els efectes del temps i de la literatura sobre els llocs on l’acció del passat ha deixat uns rastres equívocs.

*Aquest cicle de conferències té el suport de l’Institut Goethe a Barcelona i de Festival Loop.

 

***

**La philosophie

à l’épreuve de paix Penser le conflit israélo-palestinien


Sous la direction de
Lucy Nusseibeh, Aline Alterman, Henri Cohen-Solal

Le volume rassemble des contributions aussi variées qu’audacieuses, pour certaines basées sur une expé- rience de l’histoire. Pour d’autres phi- losophiques, notamment centrées sur la pensée de Sari Nusseibeh, intellec- tuel palestinien mondialement connu par son engagement en faveur de la paix. Sa philosophie, à ce jour peu connue en France et peut-être une pensée des vaincus pour employer les vocables de Walter Benjamin, bous- cule quelques lieux communs de la pensée occidentale.

 

PRÉSENTATION DES AUTEURS 

 

NABEEL AL-RAEE est directeur artistique du Freedom Theatre de Jénine (Palestine). 

ALINE ALTERMAN est philosophe, historienne de l’art et poète. Elle est notamment auteure de Visages. De Shoah le film de Claude Lanzmann (Paris, Cerf, 2006). 

ODED BALABAN est professeur de philosophie à l’Université de Haïfa (Israël). Ses publications portent sur la philosophie politique ancienne et moderne et aussi sur les aspects philosophico-politiques du conflit israélo-palestinien. Citons, d’une part : Politics & Ideology : A Philosophical Approach (Avebury, England, 1995) et Plato and Protagoras : Truth and Relativism in Ancient Greek Philosophy (Lanham, ML, Lexington Books, 1999) ; d’autre part Interpreting Conflict. Israeli-Palestinian Negotiations at Camp David II and Beyond (Peter Lang, 2005). 

ZEINA BARAKAT poursuit une thèse de philosophie à l’Université Freidrich Schiller de Iena (Allemagne) – thèse portant sur les concepts de réconciliation, de radicalisme et de modération. Elle est un membre fonda- teur du Mouvement Wasatia, pour un Islam modéré et tolérant en Palestine Elle est auteur d’un livre révolutionnaire dans les sociétés arabes portant sur le harassement sexuel et co-auteur d’un livre sur l’Holocauste. 

HENRI COHEN-SOLAL est psychanalyste, médiateur et enseignant. En 1980 il co-fonde en Israël, et jusqu’à aujourd’hui préside, Beit Ham (la Maison chaleureuse, spécialisée dans l’accompagnement des adolescents en difficulté dans des quartiers défavorisés) ; en 2008 il co-fonde et dirige le Collège Doctoral Paris-Jérusalem auquel participent le CNRS et les Uni- versités Al-Quds (Palestine), Ben Gurion (Israël) et ParisVII. Il a publié de nombreux articles dans des revues spécialisées sur la mé- diation, l’action sociale et la psychanalyse. Il est aussi auteur de Jérusalem, 

220 Une philosophie à l’épreuve de paix 

Shalom, Salam, lettres d’espoir pour la jeunesse (Paris, Éds. Ateliers, 2012) et, avec D. Rividi, de Les Maisons chaleureuses (Genève, IES, 2015). Sa thèse de Doctorat sur « Freud, le passeur » est en cours de publication. 

MOHAMMED S. DAJANI DAOUDI est fondateur et dirige le Mouvement Wasatia, pour un Islam modéré et tolérant en Palestine. De 2001 à 2014 il a été professeur de sciences politiques et relations internationals à l’Université Al-Quds (Palestine). En janvier 2015 un attentat a fait exploser sa voiture. Il est aujourd’hui membre associé du Washington Institute (USA). Il a écrit de nombreux livres et articles. Citons : Wasatia : The Spirit of Islam (Jerusalem, Wasatia Publishing, 2009), et Jerusalem from the Lens of Wasatia (Jerusalem, Wasatia Publishing, 2010). 

HENT DE VRIES a été professeur de philosophie, de métaphysique et d’histoire de la métaphysique à l’Université d’Amsterdam (Pays Bas) de 1993 à 2002. Depuis 2003 il dirige l’Humanities Center de l’Université John Hopkins (USA) et est professeur dans le département de philosophie de cette université. Il est auteur de très nombreux ouvrages et articles portant sur la méta- physique et son histoire, la pensée européenne moderne, le théologico-po- litique et la violence, etc. Citons : Philosophy and the Turn to Religion (Johns Hopkins UP, 1999, 2000), Religion and Violence : Philosophical Perspectives from Kant to Derrida (Johns Hopkins UP, 2002, 2006), et Minimal Theologies : Critiques of Secular Reason in Theodor W. Adorno and Emmanuel Lévinas (Johns Hopkins UP, 2005). 

PABLO DREIZIK est chercheur et enseignant à l’Université de Buenos Aires (Argentine). Il a publié divers articles sur Emmanuel Lévinas, Leo Strauss, Hannah Arendt. Il a aussi édité l’ouvrage La memoria de las cenizas. Historia, Trauma y Representacion (Buenos Aires, Secretaria de Cultura, 2001). 

JEAN HALPÉRIN a dirigé à Genève, de 1948 à 1981, la division linguis- tique de l’ONU. Entre 1993 et 2000, il a été professeur de pensée juive à l’Université de Fribourg (Suisse) (Auparavant il avait enseigné l’économie aux Universités de Zurich et de Grenoble). Sa réflexion portant sur la pensée juive et l’éthique s’est poursuivie dans une étroite collaboration avec Emmanuel Lévinas. À partir de 1981, il a aussi travaillé, aux côtés de Gerhart M. Riegner, au dialogue interreligieux avec les Églises chrétiennes. Entre 1968 et 2000 il a été président du Comité préparatoire des Colloques des Intellectuels juifs de langue française, dont il a édité les nombreux volumes. Il est auteur notamment de Présence d’Emmanuel Lévinas (Genève, Choisir, 2000). Jean Halpérin est décédé en septembre 2012. 

MICHAEL LÖWY est un philosophe et sociologue marxiste, directeur de recherches émérite du CNRS. Il est l’auteur de très nombreux ouvrages et articles portant sur la pensée manifeste d’intellectuels marxistes (de Karl Marx à Che Guevara) et juifs européens (de Walter Benjamin à Franz Kafka), et sur le romantisme révolutionnaire. Citons Révolte et Mélanco- lie. Le romantisme à contre-courant de la modernité (Paris, Payot, 1992), Rédemption et Utopie. Le Judaisme libertaire en Europe centrale (Paris, Éds. du Sandre, 2009) et Juifs Hétérodoxes. Messianisme, Romantisme, Utopie (Paris, Éds. de l’Éclat, 2010). 

FEDERICO MAYOR ZARAGOZA a été directeur général de l’UNESCO de 1987 à 1999. Dans ce cadre, un grand nombre de discussions internatio- nales ont eu lieu sur l’éducation pour la non-violence, l’éradication de la discrimination et la promotion du pluralisme et de la coopération interna- tionale. Il fonde en mars 2000 la Fondation Culture de Paix (Fundación Cultura de Paz) dont il est actuellement président. En décembre 2000, il a organisé aussi la rencontre internationale qui a approuvé unanimement la Déclaration de Madrid. Il a édité, préfacé et est auteur de nombreux ouvrages, aussi littéraires. 

LUCY NUSSEIBEH a fondé et préside le Middle East Nonviolence and Democracy (MEND), qui depuis 1998 promeut en Palestine une culture de la non-violence. Depuis 2007, elle dirige l’Institute of Modern Media, l’outil « médias » de l’Université Al-Quds (Palestine). Elle est membre du comité exécutif de l’International Governance Council of the Nonviolence Peaceforce, et membre de l’Humanities Advisory Council de l’Institut Fetzer. Elle fait aussi partie du comité éditorial du Palestine-Israël Journal

SARI NUSSEIBEH a été en Palestine l’un des dirigeants de la Première Inti- fada (1987-1991). Il a pris part aux pourparlers de Madrid de 1991. En 2001 il est nommé représentant de l’OLP à Jérusalem Est. En 2002 il co- signe avec Amy Ayalon un projet de paix de base, dit « Voix des peuples » (« People’s Voice »). 

222 Une philosophie à l’épreuve de paix 

Il a fondé en 1984 l’Université Al-Quds de Palestine, dont il a été le Pré- sident et professeur de philosophie islamique et politique jusqu’en 2014. Il est auteur de nombreux ouvrages et articles de philosophie et portant sur le conflit israélo-palestinien, dont, traduits en français Il était un pays : Une vie en Palestine (Paris, J.C. Lattès, 2008), et Une allumette vaut-elle toute notre philosophie : Nouveau regard sur l’avenir de la Palestine (Paris, Flammarion, 2012). 

KHALED ROUMO est essayiste et poète. Il est notamment auteur de Le Coran déchiffré selon l’amour (Paris, Erick Bonnier, 2015) 

 

- - -

« Les Kanyataps de Pere Figueres » exposition

 

Depuis 2004, le chanteur poète Pere Figueres sans rien abandonner de l’art de la guitare et de la voix se consacre également à une activité plastique. On pourrait dire comme ses frères en musique, Pascal Comelade et Gérard Jacquet qui l’ont précédé.

 

Certains de ses proches pensaient que c’était une foucade, une manière de reposer sa voix et ses doigts. L’option était beaucoup plus prenante. Ses doigts ont oeuvré de plus belle. Un plaisir nouveau de liberté et d’expression l’accompagnait dans cette nouvelle voie. Il ne l’a pas rejeté, bien au contraire. A cinquante ans passés, il s’est pris au jeu jusqu’à se présenter au public. Son nom y grandit, au fur à mesure que son art -qui ne doit rien à quelque scholastique que ce soit se développe. Adoubé en 2012 au sein du Musée d’Art Moderne de Céret, il a attiré l’attention sur lui du magazine bimestriel régional L’Art dans l’Air et du VAP de FR3 Languedoc Roussillon. Ce qui n’est pas de la roupie de sansonnet pour une arrivée dans le territoire de l’Art. D’abord considéré avec malveillance comme un épigone de Claude Massé, le père respecté des “Patots”, parce que comme ce dernier attaché au travail du liège et du bouchon, il a réussi par la sincérité et l’honnêteté de son travail à conquérir et imposer une originalité artistique que Perpignan peut à présent découvrir par cette exposition à la Maison de la Région.

 

 

 

On dit Pere Figuères artiste du bouchon. Ce n’est pas tout à fait vrai. Le bouchon est certes signifiant pour lui, mais comme matériau, liège et comme détourné de ce pourquoi il a été fait: boucher une bouteille. Oui, ce qui l’intéresse c’est très précisément bouchon arraché à sa fonction « naturelle »: fermer le goulot d’une bouteille. Détourné, il est utilisé comme matériau et motif de composition plastique. Le  bouchon utilisé (en catalan « tap »)est ou arraché à son destin sociétal (de l’usine au bouchage/débouchage et à poubelle), ou recyclé pour participer à une stratégie créative… débouchant (sans nul jeu de mots) sur des objets façonnés artistiquement. Des structures, des volumes. Des ensembles plus ou moins complexes. Existant seuls, ou en « populations » , dispersées ou rassemblées. Sculptures et statuettes comme celles que l’on découvre dans cette Maison de la Région. Posées sur une table. Dressées sur le sol. Accrochées à un mur. Généralement autour de la figure humaine. Des pièces de dimensions diverses, pouvant dépasser les tailles humaines. Mais également des gnomes. Leur confection est minutieuse, artisanale, physique. Digitale sans frayer avec le numérique, plaisanterons-nous.

 

Seuls des doigts qui travaillent la matière (éprouvent sa résistance ou ressentent son abandon) sont inspirés et ont des effets magiques, qui dévoilent un monde jusque là insoupçonné. Monde révé ou monde mémorisé… et que le « jet» ou « saut » du bouchon dans un terrain inexploré, autre que celui de l’écologie, de l’industrie permet d’appréhender. Le contact, avant toute idée. Un empirisme… accoucheur de formes, de signes, de têtes humanoïdes.. Des personnages, des « populations ». On n’est jamais dans la répétition, le clonage du même, mais dans l’appel -toujours risqué- d’un autre. On est dans la fabrique de la différence. Fabrique de héros ou anti-héros de contes. Fabrique de figurines pour jeu d’enfants et d’adultes. C’est ainsi que chez Pere Figueres s’est contituée un ample répertoire, une population de singularités. Les unes d’élaboration assez simple, dépouillée. Les autres à agencement plus complexe.

 

De petits objets hauts comme trois pommes, et d’autres beaucoup plus grands. Des montages d’éléments, à partir du bouchon de liège. Des structures bricolées dans la préhension sensuelle, tactilo-visuelle, d’un matériau déjà informé, déjà ouvragé, qu’il travaille pour le déplacer dans un autre champ qui serait celui de l’art et de la poésie. Point d’idée pré-conçue, aucun plan d’élaboration, aucune application d’un logiciel tout-prêt. Pere Figueres strie, creuse, fend, détache, rapproche et, ce faisant, déroule avec ses doigts (doigts de guitariste pinceur de cordes, certes) mais l’assentiment de son regard, une histoire, une bande d’images. C’est, soyons-en sûr, ce regard qui décide et oriente, taille, gratte, assemble, fixe. Fait naître! C’est lui qui se meut, et affronte la verticalité (ce défi auquel n’échappe nul sculpteur). Il construit dans le vide de l’espace. Il s’y installe, l’aménage. Il ose l’échasse, approche la colonne, propose, le totem. Il réussit sa figure d’équilibre et d’harmonie. C’est ça: pas uniquement dresser, mais élever sans vaciller. Des pièces (celles par exemple dénommées Kanyataps) à hauteur moyenne d’un mètre vingt. Des pièces de pied en cap. Des pièces sur hampe, lestées au sol par une pierre. Un petit socle, un bambou et (la surprise au bout) cet ouvrage ornemental avec coiffe, nez, menton, langue et oreille qui coiffe le tout. Comme l’épi de blé, de maïs, ou de jonc. Germination, pousse, croissance, maturité… Ce n’est pas une démarche, mais un cycle.

 

Ne dirait-on pas une découverte de grotesques, de trésors archéologiques. Que sont ces curieuses têtes avec cimier ou capuches? Ces expansions, ces superpositions? Ces personnages, nés des mains créatrices de Pere Figuères ne sont pas tous des moines affables, des gentils de l’Ordre de la Jarretière de Blanche-neige, ni des bons vivants pacifiques que le pas des ans ne ride jamais. Il existe aussi (observez bien, oui de plus près!) des patibulaires, des violents, des figures casquées. En foule, en groupe, en tête-à-tête… Mais Pere Figuères sculpte, scrute et extrait du liège des morphologies, des expressions, des caractères humanisés. La Bruyère utilisait la plume, Pere Figuères c’est avec la lame de couteau et la lime qu’il les met au jour, mais sans désir de pédagogie, sans aucune pointe moralisante. Il compose des faces, des profils à effets parfois cocasses, des situations surréalistes, et enrichit ainsi son carnet de caractères. Il s’en régale, s’en émeut, s’en esbaudit parfois (ne l’entendez-vous pas rire, vous qui dites le connaître si bien?), et règle -sans doute- des comptes par un trait outré du visage, une attitude caricaturale, la représentation d’une bouille de démon ou d’une bouille de bouffon. Rien que des « bouilles », naturellement! (N’est-ce pas là quelque punk grimacier? Et là un athénien vaincu?). L’artiste se distrait en organisant son album anthropologique de « confectionneur » de têtes, ou de masques. En préparant le « casting » d’une comédie humaine sur laquelle toute la passion ludique de notre artiste est investie. Le jeu du bouchon! Un jet, un saut…

 

Le bouchon (se le rappeler!) croisement de nature (l’arbre, le chêne -liège) et de culture (la bouteille, l’alimentation, la culture). Ce bouchon, souvent donné; le plus souvent de champagne (prestige, sir!). Le bouchon -qui a déjà servi -donc vécu, et le bouchon prêt au service qui est de… boucher, clore. A ceci près que Pere Figueres n’utilise pas l’objet bouchon, qu’il n’en retient que sa matière, sa consistance (le liège, l’aggloméré), ses propriétés et ses qualités. Solidité et légèreté. Attrait visuel, et douceur tactile. L’artiste détourne et transforme. Aucune technologie particulière, sophistiquée: un couteau, des limes, du papier-verre, du fil- de- fer, de la colle. Auune intellectualisation d’objectif à atteindre. Le plaisir d’entreprendre et de dévoiler, dans la séquence, de l’insolite, du poétique, du fantastique, de l’irréel, de l’énigmatique qu’il portera jusqu’à là satisfaction formelle et volumique… Même s’il se refuse à nommer (titrer ou légender) cette créature finale, ou ce groupe de créatures… Même si l’artiste dit ne pas avoir besoin de recourir à la peinture, les nuances de l’aggloméré et les effets de la lumière qui s’y distribue tenant lieu de grâce chromatique. (Cependant la couleur pointe quelquefois dans certaines compositions murales où il utilise en guise de visage des punaises de couleur (bleue ou rouge).

 

Ces créatures (où n’apparaît pour l’heure aucun élément très prononcé de bestiaire et où la satire n’y a pas la rage) ne sont pas sans évoquer certains motifs de stalles d’église, de chapiteaux ou ou de frises médiévales, des échantillons d’imagerie antique ou exotique. Kanyataps (heureux néologisme à parfum de solidarité avec des territoires), statuettes et bas-reliefs, objets sur la table et compositions murales. La proposition est variée. Le poète chanteur prend le large dans sa nouvelle activité. Il est bon de le suivre. Aujourd’hui, le temps de la visite de l’exposition, imaginons qu’ils nous a entraînés dans une salle de musée de l’Homme, et nous met en présence d’objets premiers, exotiques et populaires et qu’il nous éblouit par la force plastique de leur mystère.

 

Jaume Quéralt

 

La Maison de la Région à Perpignan et l’Association Bouchons d’Artistes présentent « Les Kanyataps de Pere Figueres »

Exposition du 30 mai au 17 juin 2016

Vernissage le jeudi 2 juin à 18h30 présenté par Jaume Quéralt

Moment musical le jeudi 16 juin à 18h30

 

 

* Perpi/POLAR :

 

Les disparues de la gare"

de Perpignan

 

 

"Les disparues" aux éditions Les Arènes - Les Arènes

Le journaliste Thibaut Solano publie un livre détaillé et passionnant sur cette affaire qui a terrorisé Perpignan dans les années 90. Avec les portraits détaillés des victimes, des suspects d'alors, sans oublier l'horreur et les espoirs des proches et des enquêteurs.

 

 L'affaire  des disparues de la gare de Perpignan a terrorisé la ville à la fin des années 1990. Quatre femmes tuées, toutes jeunes, brunes, dans le même quartier de la gare.

 

 

Thibaut Solano, journaliste au quotidien La Montagne à Clermont-Ferrand, a été fasciné par cette histoire. Depuis l'Auvergne il a multiplié les allers-retours pendant des années à Perpignan, pour rédiger ce livre.

 

Il commence par la première des disparues : Tatiana, en 1995. Et à chaque fois, l'auteur décrit les dernières heures de chaque disparue, avant le meurtre. Tatiana, Moktaria, Marie-Hélène, Fatima... Qu'ont-elles vécu, qu'ont-elles vu, qu'ont-elles entendu avant de mourir ? Pendant quatre ans, Thibaut Solano a emmagasiné les détails auprès des familles, des enquêteurs, des voisins, pour ensuite les assembler, et proposer un récit le plus fidèle qui soit.

 

Certaines scènes de meurtres sont horribles : les mutilations, la réaction des proches et des cadres de la PJ : "Jamais personne ici n'a vu un truc pareil".

 

 

L'auteur a effectué un travail de fourmi, les espoirs, les déceptions, et ces suspects, aux profils troublants : notamment Palomino Barrios, le chirurgien péruvien, qui habitait près du terrain où a été retrouvé Moktaria. Il est resté pendant longtemps le coupable idéal. Thibaut Solano est revenu dans la résidence où il habitait, pour rencontrer ses voisins, et dresser son portrait.

 

Tout comme celui d'Elie Radondy, qui habitait près du terrain vague où a été découvert le corps de Marie-Hélène. Enfin, Jacques Rançon, qui avoue les meurtres de Moktaria et Marie-Hélène. Le livre relate sa façon de revivre intensément les faits pendant les reconstitutions.

 

Thibaut Solano revient aussi sur les ratés de l'enquête, sur ce tueur passé dans les mailles du filet pendant des années. Sur le fait également qu'il ait agressé une jeune femme près du Pont Arago, dès septembre 1997, quelques jours à peine après avoir débarqué à Perpignan. Une agression passée inaperçue.

 

Le livre se termine comme il s'est ouvert, avec Tatiana, dont le corps reste introuvable. Le dernier chapitre à écrire du mystère des "disparues de la gare".

 

Source (C) Mathieu Ferri France Bleu

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens