Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 août 2016 3 03 /08 /août /2016 09:32
Maillol dansant la sardane (DR) - http://www.tourisme-pyreneesorientales.com/fr/3583/pages/d/mediterranee/mediterranee-pyrenees-orientales/page/0
Maillol dansant la sardane (DR) - http://www.tourisme-pyreneesorientales.com/fr/3583/pages/d/mediterranee/mediterranee-pyrenees-orientales/page/0

Maillol dansant la sardane (DR) - http://www.tourisme-pyreneesorientales.com/fr/3583/pages/d/mediterranee/mediterranee-pyrenees-orientales/page/0

 

***Herve Donnezan

Coup de Gueule...
Indigne d'illustrer les couleurs et les plages du Pays Catalan...
Honteux cette photo de microstock "gratos" est toujours en ligne sur le site

http://www.tourisme-pyreneesorientales.com/fr/3583/pages/d/mediterranee/mediterranee-pyrenees-orientales/page/0


Voilà la catalane qui illustre nos plages avec le bleu du Pays Catalan ... vraiment dévalorisant 
Les touristes méritent le mieux !


***

Le week-end de la fin juillet (2016) a été consacré à la fête catalane : une association du sud avait choisi Perpignan pour accueillir des dizaines de danseurs et figurants catalans. Animation dans les rues, beau spectacle pour les yeux, mais cela suffit-il pour que les spectateurs comprennent ce qui se passe...?

A leurs yeux, cette fête apparaît comme une tradition lointaine, une évocation du passé (costumes, airs, jeux), un moment sans rapport direct avec le temps contemporain... Comment actualiser  la culture traditionnelle, montrer l'intérêt du folklore..?

La fête est populaire, le folklore est "vulgaire" (au sens latin - vulgus- de populaire, sans connotation péjorative), accessible à tous car ne demande pas d'effort; par exemple, comme le spectacle est silence linguistique (il n'utilise pas la langue), il n'y a pien à saisir, à ananlyser, à comprendre...

C'était moins facile à la soirée catalane des Rois de Majorque, mais c'était populiare au sens noble, de qualité, tant du point de vue de la musique (Pascal Comelade) que de la chanson (Gérard Jacquet); cependant il fallait être unpeu catalan pour saisir les paroles...un peu de pédagogie (distribuer les paroles des chansons...) aurait été nécessaire : les gradins étaient à moitié vides... Défaut de présentation ou perte alarmante de l'audience de la culture du pays d'ici...mangé par la pseudo Occitanie...

 

 

Pour un tourisme de qualité : respect de la culture locale, explication honnête du patrimoine, animation intelligente : pas le folklore des grosses têtes, des mascarades, des processions (voiles et capes noires ou rouges) et de la cargolade, du boulodrome ou de la feria de l'alcool et du défoulement obscène, mais la chanson, la littérature, la musique, les arts, la réflexion, l'esprit du temps contemporain… 

JPB


* Points de vue (j'insère souvent celui du CDC, car il me semble pertinent, les autres partis catalans offrant une maigre réflexion (que dit l'ERC..?)


**LE TOURISME VULGAIRE N’EST PAS UNE FATALITÉ
 
Une nouvelle fois, la pleine saison touristique est lancée depuis la mi-juillet dans les Pyrénées-Orientales : la population est multipliée par quatre, le littoral s’agite, les festivités se multiplient. Pourtant, les observateurs internationaux indiquent que le tourisme dépendant de la plage et du soleil est condamné : synonyme de misère intellectuelle, sur le déclin, de moins en moins dépensier, il dévalorise les territoires. En revanche, le tourisme lié à la culture, au patrimoine et aux paysages est porteur d’avenir. A forte valeur ajoutée, il induit respect environnemental, consommation de produits locaux et viralité positive : les visiteurs cultivés attirent d’autres visiteurs cultivés, en véritables ambassadeurs de destinations.


L’authenticité du Pays Catalan, sa profusion de monuments romans et gothiques, ses sites d’exception, constituent un gisement de tourisme culturel. Mais nos dirigeants, soumis à l’idéologie du soleil, ignorent les tendances, l’internationalisation et la séduction de nouveaux marchés émetteurs. Leur seul horizon touristique est l’été, leur seul public est le Français très moyen. A cause de leur passivité, notre tourisme n’est pas choisi, mais subi.


Convergence Démocratique de Catalogne (CDC) considère que la saison touristique doit être élargie aux « ailes de l’été », de mai à septembre. Au delà, en hiver et au printemps, nous devons attirer le public sud-catalan, comme le font Narbonne et Toulouse, moins complexés en matière de stratégies envers Girona et Barcelone. Le tourisme limité à la seule période estivale n’est pas une fatalité. L’étalement du tourisme à l’année, associée à sa montée en gamme, sont deux conditions qui doivent nous permettre de mieux choisir nos publics, pour de ne plus subir et pouvoir positiver sur un secteur économique vital dans nos contrées.


***
© CDC : Communiqué de presse. Perpignan, 18 juillet 2016

- - - 
Erreurs de l'ancienne préfète - Responsables touristiques, agricoles…achetés, la ferment - La réussite du camping. - Pourquoi Perpignan ne peut devenir une "destination"de masse et heureusement : on préfère la culture aux troupeaux  de moutons !


P-O : La Préfète veut imposer un autre tourisme


 « il faut sortir du trajet camping-plage ». Elle commet pourtant une grave erreur d’appréciation
C’était à la fin du mois d’avril 2016, dans les salons de La Villa Duflot, à Perpignan. Professionnels du tourisme, élus politiques et consulaires, institutionnels, étaient invités par le journal local à débattre sur le thème du tourisme, « à la conquête du marché espagnol »…


Naturellement, comme souvent dans ce genre de débats, localement en tout cas, on prend les mêmes et on recommence : on invite à prendre la parole celles et ceux qui ne voient que par le petit bout de la lorgnette et dont on sait, surtout, qu’ils ne feront pas de vagues, qui ne mettront pas de cailloux dans les chaussures en guise de talonnettes… et pour cause : ils sont eux-mêmes bien souvent à l’origine des situations actuelles, entre mer Méditerranée et montagne pyrénéenne, incapables de montrer du doigt, de dénoncer, les dysfonctionnements des administrations, mais aussi des représentations locales et territoriales. « Nous allons gaiement dans le mur ! » ; l’élue Arlette Franco, alors maire RPR de Canet-en-Roussillon, et le restaurateur Alain Bastus, alors bouillonnant président de l’Union des Métiers de l’Industrie Hôtelière, entre autres « empêcheurs de tourner en rond » et de ronronner n’ont cessé de le dire, de le répéter et de le crier dans les années 90.


Les responsables, achetés, se taisent:
Aujourd’hui : silence ! Tous les pseudos-agitateurs sont rétribués, indirectement de par les fonctions qu’ils occupent, pour se taire. Ne surtout pas bouger, ne surtout pas remettre en cause « le » système qui nourrit les privilèges et érige certaines baronnies locales en « espèces » sonnantes et trébuchantes.
Et dans ce domaine, le Tourisme, désormais – Quoi qu’en dise et quoi qu’en pensent les lobbies agricoles – principale activité industrielle sur le sol roussillonnais, n’échappe pas à la règle, hélas.


Josiane Chevalier, préfète des Pyrénées-Orientales, en place à Perpignan depuis maintenant 8 mois, a cru certainement qu’elle créerait un électrochoc lorsque, parmi les notables réunis à ce Club de l’Eco de L’Indépendant, en s’exprimant ainsi, s’agissant plus particulièrement de l’hôtellerie de plein air : « Même si les professionnels du secteur me disent qu’ils y travaillent, j’observe cependant que les trajets et les consommations des touristes dans les campings sont limités. Il faut une meilleure promotion de la ville de Perpignan et également de tout l’arrière pays roussillonnais pour qu’ils sortent du trajet camping-plage (…) ».


Le ghetto des campings
Visiblement, ses conseillers ne l’ont pas briffer avant qu’elle s’installe devant les micros. Car s’il est, sur le littoral roussillonnais en tout cas, un secteur qui a bien réussi sa révolution, c’est bien celui de l’hôtellerie de plein air : depuis les criques de Collioure jusqu’aux plages de sable fin du Barcarès (pour rester dans les frontières départementales), en passant bien sûr Argelès, Saint-Cyprien, Canet et Torreilles, les campings ne sont plus uniquement les villages de toile qui fleurissaient au bon temps de la période des premiers congés payés.


Les campings du 66 ont suivi et subi une telle transformation pour séduire les tour-opérateurs européens, ils se sont tellement suréquipés que leur clientèle ne sort pratiquement plus lorsqu’elle débarque dans les sites où, autour des mobil-home, elle trouve tous les services, commerces, la sérénité… et les plus belles piscines plus bleues que la mer Egée et aux abords manucurés comme des lagons ! En 2015, les campings d’Argelès et de Canet proposent toutes les tentations estivales, du néo-écolo à l’ultra-luxe (spa…).


On comprend mieux, dès lors, pourquoi les touristes ne souhaitent pas forcément quitter les campings lors de leur séjour sur le littoral roussillonnais – puisqu’ils y trouvent (de) tout pour passer une saison radieuse – si ce n’est pour s’offrir un restaurant gastro ou effectuer une séquence-shopping.


Ensuite, oui Mme la Préfète les touristes qui viennent séjourner sous le soleil du Roussillon choisissent délibérément d’y venir car, et ils le confirment sur les livres d’or des Offices de tourisme dans les stations balnéaires, ils sont d’abord « attirés par les atouts naturels » de notre département : soleil, mer… et montagne.


La plage du Racou par exemple, située au sud du territoire d’Argelès-sur-Mer, ou la plage de Paulilles, entre Port-Vendres et Banyuls-sur-Mer, sont régulièrement plébiscitées dans les médias nationaux et européens comme « parmi les plus belles » plages de France.
Il en est de même pour la façade maritime de la Côte Vermeille, la plage de Torreilles et ses restaurants sur le sable, l’embouchure sauvage du bocal-du-Tech, la plage de Terrimbo à Cerbère, etc.-etc.


La mer, tourisme d'avenir
En ce sens, l’ancien président de la Région et sénateur des P-O, Christian Bourquin, avait été précurseur et visionnaire en créant le Parc marin naturel du Golfe du Lion, premier espace du genre en Méditerranée française. Il savait que la mer est notre avenir économique et donc touristique.


C’est bien Météo France qui, tous les soirs, ou presque, fait saliver devant les téléviseurs nombre de Français établis au nord de la Loire – et même plus bas à Toulouse, Albi, Rodez, Aurillac.. – en affichant des records de « chaleur » pour Perpignan et sa région.
Les 8 millions de visiteurs annuels qu’enregistre notre département ne se précipitent pas pour voir les Déferlantes d’Argelès, les Jeudis de Perpignan, le musée d’art contemporain de Céret ou encore pour se recueillir sur la sainte-tombe d’Arles-sur-Tech (pour tenter de résoudre le mystère de son sarcophage)…


Les plages et le Perthus
 C’est bien pour les magnifiques plages des Pyrénées-Orientales et son climat, pour l’essentiel, qu’ils viennent y séjourner. Et lorsque le temps n’est pas de la partie, c’est une balade à Collioure ou un business-plan-transfrontalier qu’ils privilégient.
Alors c’est sûr, dans ces conditions, la clientèle espagnole de proximité (les Catalans du sud) n’a aucun intérêt à venir en Roussillon : nous avons Collioure, ils ont Cadaquès ; nous avons Argelès et Canet, ils ont Rosas et Lloret-de-Mar, nous avons Saint-Cyprien, ils ont Platja d’Aro… et le Palais des Rois de Majorque de Perpignan ne pourra jamais rivaliser avec la Cité de Carcassonne pour leur assurer un total dépaysement !


Pour un tourisme oenologique
Le soleil, la mer et la montagne constituent nos richesses, ne commettons pas l’erreur de l’ignorer. Continuons en parallèle de développer la vigne et la gastronomie, qui constituent l’autre pan de cette offre touristique diversifiée et dont l’essor à l’international (côté image) ne cesse de grandir depuis une belle décennie. Nous l’avons vérifié tout récemment encore avec l’impact des vins roussillonnais sur le marché asiatique en général, chinois en particulier.
S’il est un créneau, dans le secteur du tourisme local, qu’il faudra revoir, c’est plutôt sur la sécurité et l’accueil des personnes qu’il faudra vite (ré)investir.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans polémique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Articles Récents

Liens