Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 août 2016 3 17 /08 /août /2016 09:17
le burkini, synthèse de burqa et bikini, ou jilbab de bain.

le burkini, synthèse de burqa et bikini, ou jilbab de bain.

Le burkini à la plage : Voile & poésie - 

 

 

Hier soir, j'ai marché longtemps sur la plage, de Canet-sud au port de Canet-plage en Roussillon... De nombreux groupes de musulmans étaient présents, les hommes en maillot, les femmes en costume de bain. Certaines, habillées en noir, se baignaient, d'autres se promenaient. Les gens, tout autour, semblaient indifférents.

 

Or, c'est vrai, cet habillement peut choquer, quand il est porté par des femmes âgées qui semblent subir l'autorité du père, du mari, de la tradition, de la religion...Quand le burkini est porté par une adolescente, jolie en plus, notre regard d'Occidental quelque peu raciste l'accepte beaucoup plus facilement...

 

Hier soir, nulle provocation de la part de ces familles arabes ou françaises d'origine maghrébine. Le visage était largement visible, rien à voir avec la burqa, vêtement imposé par les talibans et couvre l'intégralité du corps et du visage. La laïcité peut donc l'accepter, même si on voudrait une meilleure intégration des musulmans dans la société française.

Le signe religieux devrait se faire discret (mot de J.P.Chevènement),  comme la croix que des femmes catholiques arborent autour du cou (et même dans les établissements scolaires publics où j'ai travaillé, ce qui est alors insupportable !), pas ostentatoire.

 

On ne peut interdire le burkini sur les plages et les maires qui l'ont fait (à Leucate, près de chez nous) vont sans doute interdire demain l'accès de la mer aux barbus… Comme M.Valls ils interdisent alors qu'aucune provocation n'a eu lieu, et même alors qu'aucun burkini ne s'est présenté..!

 

Ce qui m'a choqué ce n'est pas ce couple de musulmans qui s'enlaçait dans l'eau, alors que j'imaginais que, sous ses robes amples, la femme était nue et subissait l'assaut secret de son homme…

Ce qui m'a choqué, c'est l'allure de cette femme de 70 ans environ, marchant seule au bord de l'eau, le corps refait (lèvres boursouflées, fesses rebondies fendues par un string insolent et surtout cette paire de seins énormes et gonflés, exhibés de façon obscène…

 

Cependant j'accepte ce mélange de nudité stentatoire et de carnaval démonstratif, s'ils sont les signes de  la liberté et du libre choix...

 

D'où mon "humeur" dans le texte qui suit, écrit depuis des décennies, qui voudrait dire que, derrière le voile, se nichent l'érotisme secret et une libération insoupçonnée de la femme musulmane…

 

JPB

 

 

 

 

 A propos de la guerre au Moyen-Orient, du voile et du point de vue

 

        1.

 

L'affaire du voile islamique a donné lieu à de multiples défoulements, langagiers en particuliers.

 

En ce bicentenaire du bonnet phrygien, la presse a parlé de "foulard intégriste, de "tchador", ou de "hidjeb", en mélangeant l'origine iranienne ou algérienne; dans le journal "Le Monde", Samir Naïr a écrit de façon plus poétique "morceau de ténèbres" (10.11.1989).

De ce tissu transparent, vaporeux, évanescent, ou opaque, il m'est aussi arrivé d'en délirer: le débat étant obscurci par un "manteau d'Arlequin" (cf. "Les paradoxes du voile", mon article dans "La Gabignole" n°6, déc 1989)

 

Le vêtement musulman incriminé a été le plus souvent  défini comme un signe rétrograde, comme le symbole de l'aliénation féminine. Son port au sein de l'école laïque serait provocation de la part des fondamentalistes qui exporteraient en France la régression qu'ils tentent d'instaurer chez eux, en Egypte; par exemple, si on lit J.P. Péroncel-Hugoz : 

 

"De plus en plus d'étudiants réclament la séparation des sexes dans les universités, où de plus en plus de filles instruites s'enveloppent d'épaisses étoffes, alors que leurs propres mères ont renoncé au léger viole traditionnel" (Le Monde du 7.10.1989 "Les Egyptiennes du bon côté de l'Islam".)

 

Il fallait sans doute stigmatiser ce recul dans l'émancipation de la femme arabe. Cependant, je voudrais, en essayant d'oublier un peu mes yeux occidentaux, considérer le voile sous un aspect moins négatif, et esthétique. Grâce à ce "haïk", que m'on ne saurait voir, mettons les voiles vers la poésie, inutile et pernicieuse, comme chacun sait ..!

 

Pour un Occidental, le voile est synonyme d'obéissance au mâle, à l'époux, au père, à Dieu… Cependant, il faut voir comment la femme arabe, si elle n'a pas de responsabilité sociale, est toute-puissante chez elle…

 

De plus, le voile lui permet la duplicité, une vie parallèle et dans les coulisses de la vie quotidienne, elle peut tromper le mari, le maître de façon divers…

Grâce à la subtile stratégie des v-tissus, des masques que constitue le voile…

 

La femme arabe a le pouvoir de séduction, de conquête, quand l'homme ne peut lorgner qu'à ses chevilles…C'est la totale tentation : on n'entrevoit que la meurtrière des yeux de jais : persiennes, jeux de fenêtres, jalousies…

 

Depuis la clôture du moucharabieh bleu, depuis le balcon grillagé : on devine l'avant-corps derrière la fenêtre interdite…

L'homme devine à peine les grands yeux noirs faisant vibrer un blanc visage ovale…

 

…Erotisme et beauté

 

Il confère une attitude altière quand la femme est belle, montrant que le voile n'est qu'un accessoire de mode, un reliquat accrocheur de la tradition, une marque de respect pour la famille, la religion… Il anime un théâtre de dentelles, il donne à voir un monde entre-deux. Si on ne peut plus lire sur les lèvres, il faut percer l'autre d'un œil profond… Aérien, il est un rien de peau, une volute de corps, une sorte de pensée auréolant le visage féminin: un ange passe, si ce tissu ne se veut pas geste fanatique, slogan d'ostentation…

 

Il doit être objet léger mais s'il se veut trop conviction, il pèse une tonne d'idéologie…

 

En outre la sexualité féminine peut s'exprimer par cet attribut vestimentaire; il faut préférer cette danse du voile à l'archaïque danse du ventre des harems moites, même si les Américaines, tout récemment, s'en sont emparées pour charmer le mâle…

 

Après la guerre des étoiles, les médias people, le star system, "tout fait ventre" : on se vend avec le ventre…

 

Ainsi, au lieu de s’opposer brutalement au voile en France, il semble plus diplomatique et enrichissant de l’amadouer, de dialoguer avec lui, d’en extraire la part de séduction…

Il m’apparaît que l’école de la République s’est heurtée de front avec lui, plus pour le refoulé qu’il décèle que pour l’idéologie qu’il véhicule. Comme l’a écrit P. Sollers, à propos du livre Harem, le monde derrière le voile (1989): « Le foulard trouble la laïcité. C’est qu’il est une promesse de lascivité. » (8)

 

Le voile fait partie du code de l'amour, de la théâtralité de la passion : voyeurisme, comédie, mascarade à la Marivaux…

 

(Article "Voile et poésie", revue Le Cherche Midi n°5, janvier 1990)

 

JPBonnel

 

 

à suivre...

Partager cet article
Repost0

commentaires

J
vous ne vous rendez pas compte à quel point ce cheval de Troie prépare une islamisation du pays (république ou non), les enjeux autour de ces phénomènes (hallal etc) et ces provocations font régresser le peu de conscience que nous avons de l'avenir
Répondre

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens