Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 octobre 2016 6 08 /10 /octobre /2016 10:01
Cadaquès (photo d'Eric Masson) - Guy Jacquet - Sermons de V. Ferrier - Les chiens "hot dogs street"
Cadaquès (photo d'Eric Masson) - Guy Jacquet - Sermons de V. Ferrier - Les chiens "hot dogs street"
Cadaquès (photo d'Eric Masson) - Guy Jacquet - Sermons de V. Ferrier - Les chiens "hot dogs street"
Cadaquès (photo d'Eric Masson) - Guy Jacquet - Sermons de V. Ferrier - Les chiens "hot dogs street"

Cadaquès (photo d'Eric Masson) - Guy Jacquet - Sermons de V. Ferrier - Les chiens "hot dogs street"

Notules écrites à Cadaquès :

 

-Heureux d'avoir reçu une lettre, longue et admirable de Joseph Ribas. Il a lu mon article sur le pays catalan et la manie du 10 septembre 2016 et m'envoie son point de vue, très nuancé..!

 

 

-Content de pouvoir aller parler avec Jean Abelanet à Rivesaltes. Dire les tromperies de certains pseudo-découvreurs de sites préhistoriques. Les vols de H. de Lumley…

 

-J'ai apprécié la boîte de Malakoff (création des usines Cémoi) : la boîte en métal représentant des sardanes ne peut qu'inviter au péché : "Je suis gourmande!", dit Maria Lluis.

 

-Contacter Marie-Christine Freynay à Villeneuve de la Raho, pour sa revue "Magazin'Art".

 

-Grenade, ville andalouse, fruit et éclat de vie, que puis-je en dire de plus que le poète bâillonné..?

 

-Madriu: le sentier pierreux casse les jambes. Chemin de cailloux, voie romaine ou chaussée des géants..?

 

-Développer le texte sur Berlin.

 

-Je garde l'image du torero dans l'hôtel de Collioure; placé en face encontre-plongée, à 200 mètres à vol d'oiseau, je voyais sa préparation, son angoisse dans la chambre. Il s'habillait lentement avant de partir aux arènes, toutes proches… Peur au ventre, apparence d'orgueil.

 

-Je dois reconstituer une histoire d'amour à partir des messages lus dans un téléphone portable trouvé dans la rue. Abandonné pour que j'écrive..?

 

-J'ai cru (rêvé ?) avoir allumé un feu sur la plage. J'avais mauvaise conscience en me persuadant que j'avais causé un vaste incendie dans la mer…

 

-Expo Fromanger à Beaubourg, en juin 2016. Figuration narrative. "La vie d'artiste, entre l'art et le réel, l'atelier et la rue".

"Le modèle du peintre, c'est la marchandise", a écrit Deleuze, cité par From…

Artiste concerné par l'art et le social.

 

-Idée de roman: le couple ne reconnaît plus l'itinéraire dans lequel i s'est engagé (cela pourrait être le ball de Madriu, en Andorre), seize ans plus tôt… Le paysage, on le sait, évolue sans cesse, en raison de cataclysmes naturels ou de travaux dus à la main humains…Mais là, quelle métamorphose ! Le canyon aride est devenue une vallée verte, boisée, où les sapins pullulent…

 

-Histoires de fentes : à partir des carambolages d'une exposition originale et insolite, et d'un objet exotique : le bouclier du Kénya, j'ai eu de mauvaises pensées…Voici que défilent les tableaux troués de Fontana, les avatars de Vénus par Lebel, le centre du monde dalinien et l'origine du monde courbétien, un simple et brut film porno…

 

 

***MARSEILLE,  08/10/2016

 

El Conde de Torrefiel au festival Actoral 2016 de Marseille

 

La compagnie catalane présente sa dernière création, un spectacle proche à l’abstraction, première en France, et une lecture de Pablo Gisbert, Anne-Claude Goustiaux et Édith Mérieau. Ils ont déjà joué à l’Actoral avec Scènes pour une conversation après le visionnage d’un film de Michael Haneke en son édition de 2014. El Conde de Torrefiel est adepte de l’hybridation des genres et des formes de représentation du réel – théâtre, danse, musique, vidéo, narration.

+ info >>

 

 

***AIX-EN-PROVENCE ET PARIS,  10/10/2016

 

Activités autour de Ramon Llull aux universités françaises

 

L’Université Aix-Marseille organise une conférence à la charge du professeur Francesc Tous suivie d’un récital adapté du Livre de l’ami et de l’aimé du philosophe majorquin. Par ailleurs, le Centre d’Études Catalanes signe la rentrée de son séminaire avec une conférence de Mònica Güell sur Le livre des bêtes.

+ info >>

 

TOULOUSE,  09/10/2016

 

Le festival Cinespaña de Toulouse consacre une rétrospective au producteur catalan Paco Poch et un focus au cinéma des Baléares

 

Avec le soutien de l’Eurorégion Pyrénées-Méditerranée, qui rassemble la Région Occitanie et les Gouvernements de Catalogne et des Iles Baléares, Cinespaña s’associe à la société de production catalane Mallerich Films Producciones et à Promoció Internacional de l’Audiovisual des Îles Baléares afin de présenter une sélection de leurs œuvres et de renforcer l’échange culturel et la coopération. En collaboration avec l’Institut Ramon Llull.

+ info >>

 

 

 

***La figure de saint Vincent Ferrier occupe une place d’importance dans la vie intellectuelle, politique et religieuse du XIVe siècle. On connaît ses dons extraordinaires de thaumaturge et de prédicateur infatigable, qui lui valurent d’être appelé l’ « apôtre de l’Europe ». On connaît l’habile médiateur politique dans le compromis de Casp et le confesseur du pape Lune à la cour d’Avignon, jusqu’à ce qu’il lui retire son soutien, contribuant ainsi à la résolution du schisme d’Occident. Néanmoins l’œuvre de Ferrier comme logicien et philosophe ne fut redécouverte qu’au début du XXe siècle.

C’est pourtant comme théologien, et bien plus encore comme prédicateur, qu’il a gagné une large notoriété. Des articles et des colloques lui ont été consacrés, surtout dans les pays qu’il a parcourus en apôtre. Des sermons qu’il a prononcés, un grand nombre nous a été transmis, et bien qu’ils ne soient pas tous publiés, loin s’en faut, un certain nombre l’est en d’excellentes éditions. Quant au sermon auquel ce livre est consacré, il a été prononcé le 21 avril 1416, Vendredi-Saint, à Toulouse, et il nous est parvenu en occitan, en un seul manuscrit. Nous présentons la première traduction française, précédée d’une étude substantielle du contexte dans lequel il a été prononcé, du texte et de son contenu.

Le lecteur y trouvera les raisons qui permettent d’affirmer que le sermon sur la Passion a, comme son modèle, quelque chose d’instituant : il est le sermon par excellence.

Traduit de l’occitan, préfacé et annoté par Patrick Gifreu. 140 p., juin 2016, PPV 20 , ISBN 979-10-91193-08-5 

 

 

***Hot dogs street

 

Je marche sur le trottoir de droite

le col de l'imper remonté contre des assauts de vent froid.

Venant du trottoir de gauche,

je me fais dépasser par une bande de chiens.

Ils aboient dans une cacophonie complète,

sautillent et courent en tous sens.

se dressent sur leurs pattes postérieures

et font mine de se battre.

Mais les coups sont retenus

et même lorsque l’un d’eux prend l’ascendant,

c’est toujours avec une étonnante douceur.

Je les regarde faire et m’arrête,

me mettant à l’écart du flot immuable de mes contemporains.

Là, à l’abri de tout … derrière un arrêt de bus,

j’observe en toute tranquillité les drôles de clebs.

Ce sont des bâtards mal nourris : sous leur robe sale,

distinctement chacune de leurs côtes.

Dans les replis de leurs cous ou bien sur leurs oreilles,

des cicatrices et autres stigmates de luttes anciennes.

Dans la régularité prévisible d’un quotidien

que nos habitudes cartésiennes ont tué à coup de prévisions et d’anticipation,

ces clébards sont une chance.

   Ils ne sont pas présentables, 

ils ne savent pas se tenir et bien sûr, ils puent.

 

De loin je les suis jusqu’aux grands boulevards.

 

Là, grognant et aboyant toujours,

ils continuent leurs chamailleries joyeuses

débridée et envahissante !

Devant les lourdes portes

rutilantes des hôtels de luxe,

les chasseurs

leur crient dessus.

Les cabots regardent les bonshommes en livrée impeccable,

casquette assortie et boutons de manchettes étincelants.

Ils les regardent avec une sorte de moquerie canine

puis s’éloignent en trottinant,

oreilles asymétriques et langues pantelantes.

Toute cette vaste fumisterie semble distraire leurs âmes de touriste

sans passeport ni carte de séjour.

Quand je referme mes mains gantées de cuir

sur la porte à battants dorés de la tour où je vis

je les vois disparaître au coin de l’avenue dans un bruyant chaos.

 

 

Allez savoir pourquoi je les envie...

 

Guy*più

 
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens