Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 octobre 2016 4 27 /10 /octobre /2016 09:53
Affiche contre les migrants dans le village cévenol

Affiche contre les migrants dans le village cévenol

       Accueil des migrants

 

Le contexte pré-électoral français est marqué par les débats identitaires et l'accueil (ou rejet) des migrants. Nous sommes indifférents aux milliers de civils tués, bombardés en Syrie et Irak et sommes tentés de rejeter ces hommes, femmes, enfants qui ont bravé la mer, le cynisme des passeurs et se retrouvent dans des bidonvilles. 

Nous sommes les habitants d'un pays riche, où les gens qui ont un gros patrimoine et des revenus très confortables, sont nombreux, mais nous demeurons dans l'égoïsme : ne pas être perturbé dans son quartier résidentiel, pour les riches; ne pas donner des subventions sociales à ces immigrés qui vont nous prendre nos allocations, pour les pauvres...

Il faut remercier les villages de Mosset et de Ste Marie la mer (Pays catalan) d'avoir accepté des migrants. Si les services municipaux et nationaux agissent avec cohérence, les heurts avec la population ne sont pas à redouter. Menaces, vols, viols en perspective..? C'est le discours raciste de la peur qui sème des rumeurs, des appels à l'exclusion. 

Des voix diverses, émanant de façon directe de la droite radicale et de l'extrême-droite, comme dans les exemples cités ci-dessous (le village cévenol : les Camisards, victimes d'anciennes dragonnades et d'exclusion religieuse, avaient notre sympathie), propagent, sous couvert de patriotisme et de protection des "vrais Français", des idées haineuses. Nous avons mal accueilli les Pieds-Noirs, Harkis, Républicains espagnols...Ce n'est pas une raison pour continuer dans cette voie, indigne, anti-humanitaire !

 

JPB

 

- - -

 * Les Gitans de Perpignan - Retour sur l'enquête de l'hebdo Le petit journal catalan :

 

Le Peuple breton sʼest procuré le numéro du Petit Journal Catalan et lʼa lu en détail. 

Outre le titre « À quoi servent les gitans de Perpignan ? », on sʼétonnera également des très nombreux clichés et de cette manie de faire comprendre entre les lignes que ces gens sont « assistés ». Il est tellement facile dʼappeler « assistés » des gens que la République nʼa pas réussi à faire siens ! Car des Roms aux Maghrébins, en passant par les Gitans, ce sont généralement des pauvres dont il est question, des gens exclus, mis à lʼécart de la société. La pauvreté et lʼanalphabétisme sont évidemment un problème, mais ceux-ci ne se règleront pas à coup de stigmatisation.

Lʼarticle dont il est question présente malgré tout trois passages intéressants : le premier concerne lʼévolution des modes de vie qui a marginalisé un peu plus la communauté gitane. « Les petits métiers pratiqués traditionnellement par les Gitans de jadis ne trouvent plus de débouchés depuis longtemps, depuis que lʼon ne rempaille plus les chaises IKEA et que lʼon ne répare plus les chevilles des buffets stratifiés Conforama. ». Une analyse juste qui vaut aussi pour les rémouleurs, les mécaniciens et autres métiers manuels utiles (justement) à lʼépoque où la société de consommation était moins prenante dans nos vies.

Lʼarticle nous apprend également que les Gitans sont « les gardiens privilégiés de la langue catalane en France puisque celle-ci sert de langue vernaculaire ». « Les Gitans sont ainsi parmi les derniers citoyens de lʼhexagone à utiliser le catalan comme langue quotidienne. Pourraient-ils alors sauver lʼusage du catalan en France ? (…) Comment valoriser leur culture bilingue et en faire un pont culturel entre la Catalogne et la France ? ». Un sujet secondaire pour lʼÉtat, on le sait bien, mais une bonne question qui ramène à la question de la transfrontalité.

Le troisième point intéressant de cet article mérite également notre attention tant il est lourd de conséquences. Les gitans, de confession chrétienne, pourraient être, selon lʼarticle, « les principaux soutiens locaux du Front National » face à un islam en développement dans ces quartiers. Si on en croit lʼarticle, en effet, Louis Aliot « dialogue avec eux en permanence ». Les ennemis de mes ennemis sont-ils mes amis ? Cʼest ainsi que la Ligue du Nord italienne qui traitait plus bas que terre les italiens du sud sʼen font aujourdʼhui des alliés contre les Maghrébins, que les immigrés catholiques portugais ou polonais sont aujourdʼhui mieux perçus que des immigrés dont la confession est musulmane. On retrouve là une vieille rengaine : monter les communautés les unes contre les autres !

À quoi donc sert lʼarticle du Petit Journal Catalan ? 

Dʼabord à sʼinterroger sur les mots que nous utilisons. Car un peuple nʼa pas vocation à « servir », mais a un droit dʼexistence. Il appartient ensuite à la société de faire des ponts entre les communautés et ce nʼest pas en titrant de façon polémique que lʼon y parviendra…

 

- - -

Saint Bauzille de Putois. Un rassemblement anti migrants ce mercredi

Publié par : Jordi Vives 24 octobre 2016 

24/10/2016 – 20h00 Saint Bauzille de Putois (Lengadoc-info.com) – La pression monte sur la commune de Saint Bauzille de Putois. Depuis l’annonce par la préfecture de l’Hérault de l’installation d’un Centre d’Accueil et d’Orientation pour les migrants de Calais dans les locaux du centre de vacances des Lutins Cévenols, la colère gronde au sein de la population.

Les « mamans de Saint Bauzille » manifestent contre l’installation des migrants

Après la décision du maire de Saint Bauzille de Putois, Michel Issert, de démissionner pour protester contre l’installation forcée et sans aucune concertation avec la municipalité, de ce centre d’accueil, c’est au tour de la population du village d’entrer en résistance. Un groupe de femmes a lancé un appel à manifester ce mercredi 26 octobre à partir de 17h, rue du Croutou. Ces mères de famille, habitant à Saint Bauzille et dans les communes alentours, sont aujourd’hui inquiètes pour leurs enfants et craignent des agressionscomme il y a eu récemment à Montpellier.

 

Saint Bauzille met la préfecture sous pression

 

Alors même que l’évacuation de la Jungle de Calais a commencé ce lundi, la question de la dissémination des migrants dans des centres d’accueil dans l’ensemble des régions de France (Corse exceptée), est loin de faire l’unanimité au sein de la population. Les manifestations d’hostilité à la création de ces centres se multiplient un peu partout en France. Aussi, le cas de Saint Bauzille de Putois inquiète les autorités. En démissionnant, le maire et son conseil municipal sont devenus des symboles de ce mouvement de contestation de la politique migratoire de l’État.

 

Pour tenter de calmer les esprits, le préfet de l’Hérault, Pierre Pouëssel, a entamé des négociations avec Michel Issert. La préfecture a d’ailleurs annoncé aujourd’hui que le nombre de migrants devant être accueillis aux Lutins Cévenols pourrait passer de 87 à une quarantaine. Une décision qui, cependant, ne change pas grand chose au village où le mot d’ordre est désormais « Saint Bauzille sans migrants ».

Partager cet article

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans débat - polémique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Articles Récents

Liens