Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 octobre 2016 6 22 /10 /octobre /2016 08:08
Tous au salon du livre et du chocolat à Ste-Marie de la mer (66, pays catalan) ce samedi et ce dimanche. Dégustations et dédicaces!
Tous au salon du livre et du chocolat à Ste-Marie de la mer (66, pays catalan) ce samedi et ce dimanche. Dégustations et dédicaces!

Tous au salon du livre et du chocolat à Ste-Marie de la mer (66, pays catalan) ce samedi et ce dimanche. Dégustations et dédicaces!

   Liberté de la presse et du blogueur

 

Celle du 29 juillet 1881, aux fondements de la République, risque d'être bien rabotée... En effet deux sénateurs (droite LR et un socialiste) veulent lutter contre les insultes, abus, calomnies anonymes qui foisonnent sur le net. En vérité ils s'attaquent aux articles, opinions argumentées diffusés sur les réseaux sociaux.

Désormais le juge pourra déterminer l'infraction : celle-ci ne sera plus analysée en donnant la parole à l'auteur du texte incriminé; de même il aura peu de temps pour organiser sa défense...

En outre n'importe qui pourra porter plainte contre un article, un commentaire, une analyse en prétextant que cet écrit lui "cause un dommage"; cette disposition ne s'appliquera qu'aux bloguers, à tous ceux qui écrivent sur le net. Les journalistes professionnels pourront continuer à diffamer (cf. l'affaire Baudis et La Dépêche), ce qui n'est pas bien, et à critiquer, ce qui devrait être le rôle premier d'une presse libre.

 

Le Sénat et l'alliance réelle entre la droite et la gauche (objective aussi dans les Pyrénées-Orientales où l'on voit que le maire de Perpignan, la Présidente de la région s'entendent bien pour se partager les subventions et organiser la disparition du pays catalan… Complicité encore avec l'impression du journal de l'agglo sur les rotatives du groupe de la Dépêche : question d'économie, certes, mais bonne stratégie de la part de J.Marc Pujol pour ne pas être critiqué par L'Indépendant catalan qui serait soudain devenu un journal de "gauche", car propriétaire d'un patron de presse "radical de gauche"…

Afin de s'attaquer à la presse libre des blogueurs, le Sénat a décidé que la personne injuriée a un an (et non plus 3 mois) pour porter plainte contre un article publié sur internet (sauf s'il a aussi été publié dans un journal.

Contre ces "journalistes ou analystes autoproclamés", formule des sénateurs -et on ne peut nier que circulent trop de rumeurs, de fausses infos, des calomnies, des propos vengeurs- on va utiliser les poursuites pour faute civile, le droit de la presse étant trop favorable à la défense.

 

Il faudrait, au lieu de censurer, se demander pourquoi l'opinion personnelle et l'information "autre" font florès sur le net…Face à des groupes de presse motivés par l'aspect financier plus que par la vérité, face à des partis politiques corrompus, loin des citoyens, il reste au citoyen d'exercer son droit d'expression : il s'abstient largement lors des élections, il lui reste la liberté de dire, de critiquer grâce au net, au site, au blog, aux médias virtuels, lui conférant le statut de journaliste.

C'est l'audience qui déterminera sa valeur, le bien-fondé de son existence; ce sont les réactions des lecteurs, des politiques, des responsables locaux qui constituent les symptômes d'un impact, réel, d'une raison d'être de ce blogueur. L'attaquer pour diffamation est un argument pour qu'il persiste. C'est l'hommage de l'individu incriminé à un journaleux isolé, le signe que le puissant a été touché par le faible : revanche du citoyen de base.

 

Le blogueur, s'il répercute les "affaires" concernant M. Baylet, ministre (le plus riche du gouvernement), propriétaire de quotidiens (La Dépêche, L'Indépendant ou "Indépêche"…), s'il se fait l'écho d'articles parus dans Le Monde (20 octobre 2016, pages 8 et 25 : éditorial et enquête dans le magazine "M", page 25 :

"Le J'accuse de la députée Isabelle Attard : M. Baylet alors sénateur aurait frappé à plusieurs reprises son assistante parlementaire, contrainte de rédiger une lettre de démission), du Figaro (extrait qui suit)…peut-il être inquiété ? Non, il ne calomnie pas, il n'insulte pas, il informe ceux qui ne lisent pas la presse nationale...

JPB.

 

"...Pour rappel, Jean-Michel Baylet a été accusé par son ancienne assistante parlementaire de séquestration, de coups et blessures. Il l'aurait notamment obligée à rédiger une lettre de démission sous la contrainte." Auprès de Buzzfeed, le gendarme qui avait alors recueilli la déposition de la plaignante décrit un «visage tuméfié, elle était très marquée. Les pommettes gonflées, les yeux gonflés. Il y avait des hématomes: c'était bleu, gonflé. Elle avait le visage bouffi, traumatisé». La plainte initialement déposée par la victime a été abandonnée à la suite d'un accord transactionnel secret conclu entre les deux parties quelques années après les faits.

Le 11 octobre, Jean-Michel Baylet a pris la parole sur cette affaire, pour la première fois depuis des années. Le ministre a dénoncé une narration «romancée» des faits, détaillés par le site Buzzfeed. Une ordonnance de non-lieu aurait été prononcée en novembre 2014 avant que l'affaire ne soit classée sans suite..." (C) Le Figaro.

Partager cet article

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans presse
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Articles Récents

Liens