Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 novembre 2016 4 17 /11 /novembre /2016 09:32
Claude Portella - La sociale
Claude Portella - La sociale

Claude Portella - La sociale

***IDENTITE du pays catalan - Vendredi 18 novembre 2016

 

INVITATION

Librairie Catalane - Vendredi 18 novembre - 18 Heures

Que sommes nous? Français ou/et Catalans, Catalans et/ou Français? En tous les cas sûrement pas Occitans!!!!

La Librairie Catalane en collaboration avec Les Editions Balzac proposent le vendredi 18 novembre à 18 heures à la librairie Catalane (Place Jean Payra) une Rencontre-débat sur l’identité Roussillonaise à l’occasion de la publication chez Balzac Editeur de : Du Double “Je” en Roussillon , un essai historique de Robert Saut.

 

Le débat sur l’identité des habitants de la partie nord de la Catalogne, appelé populairement depuis le traité des Pyrénées “le Roussillon”  fait rage depuis la décision de la nouvelle région territoriale de s’appeler “Occitanie”. Manifestations, recours auprès du Conseil d’Etat se multiplient afin que soit reconnu l’identité et la spécificité des Roussillonnais dans le cadre de la nouvelle région.

C’est pourquoi Balzac Editeur en cette Rentrée littéraire 2016 propose  d’ouvrir le débat avec la publication de cet essai historique de Robert Saut : Du double “Je” en Roussillon “Histoires d’identité”

 

Dans son ouvrage Double « je » en Roussillon, Robert Saut revient sur ces trois siècles de francisation et lance le débat auquel chaque Catalan « Français » est convié : Que sommes nous? Français ou/et Catalan , Catalan et/ou Français ? En tous les cas sûrement pas Occitans!

 

Librairie Catalane 7 place Joan Payra – Vendredi 18 décembre – 18 heures

Pour tout renseignements : Robert TRIQUERE : 06-72-71-10-02

- - -

 

***Catalunya del Nord

 

Miquel Pujadó drapa Brassens de sang i d'or

 

Diumenge passat, Miquel Pujadó - poeta, escriptor, traductor i cantant emèrit – es va produir al Teatre Jean Piat de Canet de Rosselló, amb motiu de la desena diada organitzada per l'associació «Les copains de Brassens» («Els companys de Brassens»), amb motiu de la desaparició del poeta.

 

Durant la primera part de l'espectacle, el quartet «Les copains d'Après» ("Els amics de després"): Marlène Mas i Michel Mariette al cant, Jean Manuel Moya a la guitarra i Michel Lovighi al contrabaix, van oferir a uns dos-cents espectadors una selecció de les cançons de Brassens, tot testimoniant de la permanència del poeta, nascut a Sète (Hérault) i desaparegut ja fa trenta-cinc anys, i afirmant també la modernitat de la seva obra.

En segona part, Miquel Pujadó va aparèixer a l'escenari, mans a la guitarra, vestit tot de negre, tal com un signe afirmatiu d'un esperit llibertari. L'artista va donar al públic una dotzena de cançons de Brassens, traduïdes i adaptades al català per ell mateix. Recordem que Miquel Pujadó ja ha traduït amb talent i pertinència més de seixanta textos de Brassens. Verba, espontaneïtat, irreverència ... Res no ha faltat a aquest concert, en què la ironia i l'humanisme s'han casat justament, i això a sota la bandera tolerant d'un matrimoni ecumènic i unificador... Alternativament, Miquel Pujadó va retre homenatge als mestres de la cançó francesa, recordant via la serva veu el tremolós i els textos eternals i imprescindibles de Béart, Ferré, Bécaud, Aznavour, Trenet, Moustaki ... Aquesta cita tardorenca, proposada entremig de les paraules i de les emocions va acabar amb l'himne esperat, íntim i universal, clam omplert i ric d’ecos,  tret tot dret de l'ànima i del cor de Georges Brassens: "Les copains d'abord..".

 

Joan Iglesis

 

- - -

 

Présentation-Dédicace

Journal de guerre d’Éloi Arrouy 1914-1918

En présence de l’auteur Miquèl Ruquet

Le mardi 22 novembre 2016, à partir de 18h Librairie Torcatis Rue Mailly, Perpignan

Éloi Arrouy est né en 1895 dans le canton de Trie-sur-Baïse (Hautes-Pyrénées).
Mobilisé en 1915 dans l’infanterie, il décide de « noter journellement les principaux faits » dans des carnets qu’il

cache soigneusement et dépose chez ses parents lors de ses permissions. Après la guerre, il les met au propre, sans tout recopier, et c’est seulement dans les années 1960 qu’il rédige cette dernière version.

Ces « réflexions d’un poilu, d’un soldat de 1ère classe » donnent de nombreux détails sur la vie quotidienne au front.

Miquèl Ruquet a entrecoupé et confronté le récit d’Éloi Arrouy avec le Journal officiel de son Régiment (401e d’Infanterie) et des mises au point historiques restituent le contexte général de la guerre, des cartes et des photographies originales permettent de mieux conceptualiser les évènements.

   

- - -

**Film : La sociale

Cher(e)s ami(e)s

Nous nous sommes rencontrés à Perpignan ou Prades le mois dernier et vous m’avez laissé vos coordonnées afin de nous aider à faire connaitre et voir « La Sociale » au moment de la sortie nationale du film. 

 

Etrangement, alors que le film démarre plutôt bien dans pas mal de villes, à Perpignan, ce n’est pas terrible du tout. Il est encore à l’affiche pour quelques séances. Parlez-en à vos amis, vos enfants, vos parents, vos cousins, etc. Il n’y a rien de mieux que le bouche à oreille. 

Voici les horaires précis au Castillet :

Jeudi 17 à 14h, Vendredi 18 à 14h, dimanche 20 à 18h15 et mardi 22 à 14h.

 

Pour vos amis plus lointains, vous pouvez retrouver toutes les dates et les lieux de projections ici: http://www.lasociale.fr/projections/

Afin de vous aider à communiquer, vous pouvez relayer toutes les informations ci-dessous.

Merci pour votre aide et à bientôt.

 

Gilles Perret

 

Résumé du film : En racontant l’étonnante histoire de la Sécu, La Sociale rend justice à ses héros oubliés, mais aussi à une utopie toujours en marche, et dont bénéficient 65 millions de français.

 

Vous pouvez:

 

- voir la bande annonce : http://www.dailymotion.com/video/x43td1e

- aller sur le site: www.lasociale.fr 

- visiter la page facebook:  https://www.facebook.com/lasocialelefilm/

 

 

 

 

***Camp de Rivesaltes :

 

 

NUIT DU MÉMORIAL

 

 

RUDY RICCIOTTI

 

 

17 Novembre 2016 - 18h30

Né en 1952 dans la banlieue d’Alger d’un père maçon italien qui l’a emmené sur ses chantiers, Rudy RICCIOTTI est l’un des plus brillants architectes de sa génération. Grand prix national d’architecture, passionné par le béton, homme de conviction, revendiquant le fait que « l’architecture est un sport de combat », il a réalisé de nombreux bâtiments en France et à l’international, parmi lesquels le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MUCEM) de Marseille et le Mémorial du Camp de Rivesaltes. Deuxième invité des Nuits du Mémorial de la saison, il évoquera son parcours, exposera la manière dont son Mémorial traite de l’histoire du Camp de Rivesaltes, répondra aux questions du public et dédicacera certains de ses livres.

 

 

CINÉMA

L'ORCHIDOCLASTE

 

 

17 Novembre 2016 - 21h00

Réalisation : Laetitia Masson

Production : Nicolas Daguet / Killers film

Musique : Jean-Louis Murat

En présence de la réalisatrice

Ce film réalisé dans le cadre de l'exposition "Ricciotti architecte", est un portrait subjectif et romanesque, esthétique, politique, et poétique, quasi fictionnel.

 

 

 

RÉSIDENCE D'ARTISTE - CONTE

FRANCOIS GODARD R#1

 

 

21 au 26 Novembre 2016

Enfants de mémoire

François GODARD rencontrera les enfants de ceux qui ont vécu à Rivesaltes pour recueillir leurs témoignages et la manière dont l’histoire de leur famille leur a (ou non) été transmise.

 

 

 

 

www.memorialcamprivesaltes.eu

 

***Expressionnisme abstrait aux cimaises de la Maison de la Région de Perpignan
 
Proposée par l'association Concordia Patrimoine et Culture en collaboration avec la Maison de la Région, elle permet de découvrir le travail travail coloré empreint de mouvement et d’émotion.
 
Installé dans les Pyrénées Orientales, Claude Portera a une place prépondérante  dans une certaine conception de la peinture abstraite des années 50 qui perdure maintenant et pour longtemps encore. C'est la solitude d'un peintre au travail, en prise avec les démons ou les anges que sont l'harmonie, la couleur, les rythmes et la tourmente, la matière en pleine expansion chromatique ou au contraire cherchant sa couleur dans un fatras d'amas blanchâtres, gris, sourds. Le geste est sédimenté parfois par un graphisme nerveux, décidé, un peu imposteur mais précis et incisif, et au milieu de cette architecture de masse plane toujours un mouvement. La peinture de Portella n'est pas un exercice de style. Elle est une quête de l'absolu. Ses mouvements colorés sont des vents mystiques. Portella est un peintre chaman, avec toute la résignation que cela comporte, l'humilité mais aussi l'ambition, l'expérience, la force et aussi la sensibilité. Une telle quête implique que la peinture ait été débarrassée de son fondement académique pour se réaliser totalement en temps que peintre "tripal". Une toile de Portella, c'est son corps et son esprit disséqués puis architecturés et transcendés dans le but de communiquer ce qui n'est pas communicable par le langage.» 
 
Claude Portella est aux cimaises de la Maison de la Région de Perpignan du 15 Novembre au 1er Décembre 2016. Vernissage le Jeudi 17 Novembre 2016 à 18h30 à la Maison de la Région de Perpignan.

Partager cet article

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans peinture
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Articles Récents

Liens