Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 janvier 2017 1 16 /01 /janvier /2017 08:02
Le Dali place de Catalogne - Mystique de la ville de Perpignan - Sur le toit de la Gare - Chaise Leda en laiton poli d’après un croquis de Dali, à l’hôtel Meurice, Paris. - Lévitation (trucage expliqué dans le texte : Photo délirante de salvador Dali en lévitation avec de l'eau figée et des chats en l'air © Copyright Philippe HALSMAN / Magnum
Le Dali place de Catalogne - Mystique de la ville de Perpignan - Sur le toit de la Gare - Chaise Leda en laiton poli d’après un croquis de Dali, à l’hôtel Meurice, Paris. - Lévitation (trucage expliqué dans le texte : Photo délirante de salvador Dali en lévitation avec de l'eau figée et des chats en l'air © Copyright Philippe HALSMAN / Magnum
Le Dali place de Catalogne - Mystique de la ville de Perpignan - Sur le toit de la Gare - Chaise Leda en laiton poli d’après un croquis de Dali, à l’hôtel Meurice, Paris. - Lévitation (trucage expliqué dans le texte : Photo délirante de salvador Dali en lévitation avec de l'eau figée et des chats en l'air © Copyright Philippe HALSMAN / Magnum
Le Dali place de Catalogne - Mystique de la ville de Perpignan - Sur le toit de la Gare - Chaise Leda en laiton poli d’après un croquis de Dali, à l’hôtel Meurice, Paris. - Lévitation (trucage expliqué dans le texte : Photo délirante de salvador Dali en lévitation avec de l'eau figée et des chats en l'air © Copyright Philippe HALSMAN / Magnum
Le Dali place de Catalogne - Mystique de la ville de Perpignan - Sur le toit de la Gare - Chaise Leda en laiton poli d’après un croquis de Dali, à l’hôtel Meurice, Paris. - Lévitation (trucage expliqué dans le texte : Photo délirante de salvador Dali en lévitation avec de l'eau figée et des chats en l'air © Copyright Philippe HALSMAN / Magnum

Le Dali place de Catalogne - Mystique de la ville de Perpignan - Sur le toit de la Gare - Chaise Leda en laiton poli d’après un croquis de Dali, à l’hôtel Meurice, Paris. - Lévitation (trucage expliqué dans le texte : Photo délirante de salvador Dali en lévitation avec de l'eau figée et des chats en l'air © Copyright Philippe HALSMAN / Magnum

 L'art brute :

 

 * Honte, laideur, inculture avec le Dali en lévitation installé place de Catalogne (accueillant les nouveaux arrivants..?)
 Et la presse locale se croit obligée de photographier le quarteron de conseillers municipaux venus inaugurer l'installation, sans expliquer le sens de l'oeuvre. 
Pour cela lire : ERASMY, Catherine Deloncle Saint Ramon (ou JPBonnel, dans "Peinture en Catalogne" et autres recueils…)
Cette statue était installée en 2000 sur le toit de la gare de Perpi, puis déplacée sur le toit du Palmarium, pour finalement échouer là : ils ne savaient pas qu'en faire…

Ridicule par rapport au travail esthétique et scientifique de la Fondation Dali-Gala de Figueres (Théâtre-musée Dali) !

Perpignan a-t-elle payé des droits d'auteurs ou c'est encore du vol, du plagiat, du vil labeur d'artistes locaux qui vivent des commandes officielles et des compromissions financières de leur galerie : Castang galerie privé, devenant commissaire d'expositions pour le CD66 en montrant ses propres artistes…vendant ses artistes à la mairie, etc...

 

    * photo :Chaise Leda en laiton poli d’après un croquis de Dali, à l’hôtel Meurice (Paris) 

 

** Dali en lévitation est une oeuvre de 3,6 mètres de large par 2,3 mètres de haut réalisée par « Les Pritchard’s », derrière lesquels se cachent un couple d’artistes, Sabine et Eric. Ils ont créé cette statue du très fantasque chantre du Surréalisme pour célébrer le passage à l’an 2000. Une représentation librement inspirée d’une oeuvre autobiographique de Salvador Dali intitulée « Le Mystique de la Gare de Perpignan ». « Le Dali en lévitation » ornait jusqu’à il y a peu la gare de Perpignan, surnommé Le centre du Monde par Dali lui-même. Elle fait désormais face à l’avenue de la gare et admire le Centre del Món avec un peu plus de recul.
 © Le site "Made in Perpignan" de "Perpignan la Catalane"…


En 1948, au lendemain d’une guerre qui a vu l’émergence de l’ère atomique, Philippe Halsmann et Salvador Dali sont impressionnés par les « nouvelles » lois de la physique. Leur imaginaire est excité par les hypothèses les plus prodigieuses de la science. On parle d’antigravitation, d’antimatière... Ils essaient de visualiser ces folles perspectives : tout doit être en suspension, comme dans un atome ! Ils travaillent ensemble à l’élaboration de divers concepts avec des objets en lévitation. Dali, de son côté, poursuit la réalisation de Leda Atomica, une toile que l’on voit (non achevée) à la droite de la photo et dans laquelle presque tous les éléments sont aussi en lévitation. Ce n’est, bien sûr, pas la seule caractéristique de ce tableau, mais c’est celle qui nous intéresse ici. (Lien cassé. Voir ici pour un texte et là pour une image)


Influencés par la célèbre photo de Harold Edgerton montrant, en instantané, des gouttes de lait en suspension (lien remplacé), ils pensent d’abord réaliser leur image en utilisant du lait. Mais ils choisissent de le faire avec de l’eau pour ne pas choquer les Européens qui sortent d’une dure époque de privations. (Chaque époque a ses tabous. Aujourd’hui, la provocation étant devenue un mode de promotion très recherché, on n’aurait sans doute pas hésité.)La séance de prises de vues a fait les beaux jours des collectionneurs d’anecdotes. La chaise de gauche est tenue en l’air par l’épouse de Halsman. On compte jusqu’à trois : les assistants lancent 3 chats et un seau d’eau. À quatre, Dali saute en l’air et Halsmann déclenche. Pendant que tout le monde récure le sol et console les chats, le photographe développe le film pour voir le résultat. Au bout de 6 heures et 28 essais, la photo est bonne ! Très vite elle parait sur une double page de Life et fait sensation. 
En réalisant par la photo, un concept qui aurait tout aussi bien pu être peint (par un virtuose comme Dali !), c’est un peu le réalisme qui s’invite à la table du surréalisme ;-) Mais c’est justement cela qui fait la force de cette oeuvre. On joue avec notre perception de la matérialité en nous montrant des faits extraordinaires traités comme des situations avérées. Et je ne peux m’empêcher de me demander si aujourd’hui on aurait procédé de même pour réaliser cette image...? Quel photographe se donnerait tant de mal pour un résultat aussi aléatoire ? Alors qu’en assemblant différentes prises de vues, on obtiendrait un résultat tout aussi bon, avec de meilleures chances de succès. D’ailleurs, la première fois que j’ai vu cette photo (c’était bien avant Photoshop), je n’arrivais pas à croire qu’elle était le résultat d’une seule prise de vue, sans montage. J’entends d’ici, hurler les puristes, pensant que la photo est comme un jeu de tir à l’arc et qu’il suffit de déclencher au bon moment pour saisir « l’instant magique » et produire une bonne image. 

 

- - -

 

**L'art brut : la mort de Laurent DANCHIN, quelques jours après celle de Claude massé :

 

La municipalité de Perpignan a raté la "destination Dali" et se contente de quelques brèves installations non expliquées (le wagon, la lévitation...).

Occasion perdue avec Claude Massé, qui vient de nous quitter : méprisé par les autorités culturelles et politiques locales, il a donné son oeuvre à la ville de Bègles. La ville de Perpignan se réveillait à peine en pensant à un dépôt au musée "The Big Rigaud" mais Claude s'en est allé...

Et je lis l'annonce mortuaire concernant Laurent DANCHIN : j'ai fait sa connaissance il y a deux ans, peut-être, en me rendant chez Cathy et Claude. L. Danchin montrait à Claude son dernier livre sur l'art brut, dans la collection" Découvertes", chez Gallimard. C'est à cet instant que j'appris que L.D. avait payé pour publier son essai. Le compte d'éditeur fonctionne donc bien, même chez le plus grand éditeur de littérature...je suis resté sans voix...

 

Agrégé de Lettres, écrivain, critique d'art, commissaire d'expositions, membre du conseil consultatif de la collection de k'art brut à Lausanne, membre du conseil dadministration de la Halle Saint-Pierre, à Paris...

Cérémonie religieuse le mardi 17 janvier 2017 à 10 heures, en l'église St-Etienne du Mont (Paris, 5°). Ensuite, inhumation au cimetière de Bagneux.

Partager cet article

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans peinture
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Articles Récents

Liens