Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 février 2017 1 20 /02 /février /2017 09:13
Crimes coloniaux : Macron a raison et le maire de Perpignan non plus !

***CRIMES CONTRE L'HUMANITÉ - Macron a eu raison

Réponse de M.Pujol, maire de Perpignan :

 

Bien sûr, il n'aurait pas dû utiliser l'expression, concept juridique forgeé pour juger les crimes nazis; le mot est anachronique, inadéquat, mais la réalité est là ! 

Et un tel jugement a déjà été utilisé par Condorcet, au 18° siècle, pour qualifier l'esclavage de "crime contre la morale", voir la biographie par R. Badinter.

C'est le vice-président des USA, L. Johnson, qui s'exclame dans le film récent "Jackie" : "Nous sommes des barbares !"

Barbares, oui, criminels car le citoyen américain (ou la mafia ou…) peut liquider son président, et il y en eut, Lincoln, Kennedy…

La démocratie, et la civilisation aux racines chrétiennes, de nos ancêtres européens partis vers le nouveau monde, ont commis les pires crimes : esclavage, exploitation des Noirs, élimination de leurs leaders pacifistes, guerres coloniales : Vietnam…où l'on expérimente des armes nouvelles… Il y eut les Nazis, et il y a aujourd'hui les Barbares encore plus raffinés de Daesch, mais Européens et Américains, nous avons donné l'exemple… Normal, la religion catholique est en avance de plusieurs siècles sur la musulmane…

 

A Alger, Emmanuel Macron a donc parlé de "crime contre l'humanité" à propos de la colonisation en Algérie. A Paris, peu avant, il avait dit que la colonisation avait eu "des éléments de civilisation et des éléments de barbarie". 

Bien sûr, ce n'est pas le peuple travailleur, qui vivait, parfois depuis plusieurs générations en Algérie et qui a dû dans la douleur la quitter en 1962, l'auteur de crimes contre l'humanité….mais une minorité dirigeante, les colons qui possédaient la plus grande partie de l'Algérie.

Et il y eut, hélas, d'autres atteintes aux droits de l'homme : la torture, les massacres de villages marocains, la répression contre la révolte malgache de 1947, jusqu'à la guerre d'Algérie, les massacres de Sétif et la révolution "barbare" des Arabes, contre, souvent, des populations civiles innocentes et contre les harkis et les Berbères… (1)

 

Tous les partis français actuels critiquent Macron car ils sont complices : les Socialistes qui se rappellent l'action colonialiste de Mitterrand (et la complicité des communistes) quand il était ministre de l'Intérieur…La droite "républicaine" qui se souvient du "Je vous ai compris" de De Gaulle, qui abandonna les Pieds-Noirs et laissa les Arabes égorger les "supplétifs de l'armée française"…Et ne parlons pas du FN et de la droite radicale, algérianiste de plusieurs villes du Midi de la France, qui vante encore le rôle civilisateur de la colonisation… Comme M. Pujol, maire de Perpignan (2)

 

Macron a eu le courage de se fâcher avec ces partis complices, quitte à perdre des voix : voulaient-il gagner par là celles des descendants de l'immigration maghrébine en France depuis 1962..? Et montrer aux quartiers révoltés qu'un futur président les entend..? Certes, il sait que la rétroactivité est impossible (création de la cour pénale de 1998 pour punir, non les crimes du passé, mais ceux à venir…mais le rappel du passé ignoble peut taire prendre consciences des horreurs du présent..? 

 

Cependant il est prouvé que  l'État français a commis, à plusieurs reprises, des crimes de guerre, dont certains s'apparentent vraiment à des crimes contre l'humanité. 

 

 (1)... C'est une armée qui mitraille la population algérienne, bombarde les douars, par l'aviation et par les croiseurs en rade de Bougie, et fait plusieurs milliers de morts : officiellement au moins 1500 ; selon les Algériens qui commémorent chaque année ce drame, 45 000 morts ; selon Paul Teitgen, secrétaire général de la police à Alger, qui démissionna pour dénoncer la torture, 15 000 morts, ainsi qu'il me l'indiqua il y a plus de 30 ans (son père avait été l'avocat des victimes). Cet événement terrible est considéré par beaucoup comme étant l'élément déclencheur de la guerre d'Algérie. Voir mon billet sur Mediapart (j'avais également interviewé sur le sujet Charles Tillon, ancien chef des FTP et ministre communiste de l'Air dans le gouvernement de De Gaulle à la Libération). 

 

https://blogs.mediapart.fr/yves-faucoup/blog/120513/8-mai-1945-les-massacres-de-setif-et-le-temoignage-que-m-avait-livre-charles-tillon

[j'ajoute que si ces faits sont copieusement renseignés, dans des livres, dans la presse, sur internet, ils furent, à l'époque et pendant des décennies, totalement occultés]

 

- - -(2) Non M. Macron !, nous n’avons commis aucun crime contre l’humanité

 

16 Février 2017, 17:40pm | Publié par Jean-Marc Pujol

Lamentables, scandaleux, honteux, désastreux, funestes, insultants, indignes… Les mots de la colère ne manquent pas pour exprimer le dégoût face aux propos tenus, hier depuis Alger en Algérie, par l’ex-ministre de l’Economie socialiste et candidat à l’élection présidentielle, Emmanuel Macron, qui n’a pas hésité à qualifier « la colonisation française en Algérie de crime contre l’humanité ». Nous pourrions nous interroger sur « A quoi joue M. Macron ? », mais son propos est d’une telle gravité qu’il n’inspire pas à l’amusement.

M. Macron devrait savoir, au moins, qu’une campagne électorale pour exercer la fonction suprême, la Présidence de la République Française en l’occurrence, n’a rien d’une tournée musicale, ou d’une succession de dîners de gala. Il ne s’agit pas d’enchaîner les concerts et les « Unes » sur papier glacé, de paraître…

Qualifier la colonisation de « crime contre l’humanité » comme le fait M. Macron est – pour reprendre le propos de l’historien Jean Sévillia dans le Figarovox – « un non-sens historique (…). La présence française en Algérie a duré 130 ans, avec ses échecs, ses pages grises, mais aussi ses réussites, ses motifs de fierté (…). Dans les événements tragiques de la fin de l’Algérie française, des Européens d’Algérie ou des musulmans fidèles à la France, les Harkis, ont été victimes d’actes constitutifs du crime contre l’humanité (…) ».

Face à l’Histoire, aux faits et aux événements qui ont contribué à bâtir cette Histoire, M. Macron fait preuve d’un condamnable mépris… à moins qu’il ne s’agisse-là d’une farce (et attrapes), d’une ignorance. Cela serait encore plus grave, plus inquiétant, pour celui qui brigue la succession à son ami François Hollande.

Ce n’est pas en agissant de la sorte que M. Macron s’érigera en « symbole de la réconciliation des mémoires à construire entre nos peuples ». Nous l’avons bien compris, M. Macron est allé à « Canossalger » dans un pur intérêt électoraliste, pour tenter de courtiser : les voix des 20 000 Français recensés à Alger… et les 1,5 million de binationaux franco-algériens.

Non M. Macron mes parents, mes grands-parents et arrière grands parents, comme ceux d'Albert Camus, de Jacques Derrida ou d'Enrico Macias, et du million de Français de toutes confessions et origines qui ont fait ce pays n'ont commis aucun crime contre l'humanité. Ils venaient d'Espagne, de Catalogne, d'Italie, de Malte, et puis des provinces de France, ils ont travaillé dur pour construire un pays où ils sont restés 130 ans et d'où ils ont été chassés il y a 65 ans dans des conditions atroces. Ce que vous ignorez M. Macron, c’est que les troupes françaises d’Algérie au rang desquelles les tirailleurs algériens et les Tabors marocains ont subi de lourdes pertes pour libérer le territoire français du nazisme et de ses complices. Considérer aujourd’hui qu’ils sont le produit du « crime contre l’humanité », c’est insulter la mémoire de ceux qui sont tombés pour la France, car ils croyaient en une Algérie française.

Cela est bien dommageable à un rapprochement entre nos deux peuples. Car M. Macron n’a fait que jeter de l’huile sur le feu, souffler sur la braise, en s’aventurant inconsciemment et dans l’impartialité sur un terrain glissant, alors même qu’Algériens et Français auraient un bel avenir en commun à (re)construire. L'attitude de M. Macron est irresponsable, elle ravive une mémoire douloureuse de part et d’autre de la Méditerranée, au moment où le rapprochement se fait entre nos deux peuples au travers d’intellectuels qui recherchent la vérité historique et qui démontrent que la colonisation, voulue par des hommes de gauche je le rappelle, a bien sûr des côtés négatifs, mais que les côtés positifs l’emportent, si on en juge d’ailleurs le nombre important d’Algériens qui depuis l’indépendance veulent rejoindre la France.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans débat - polémique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Articles Récents

Liens