Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mars 2017 5 31 /03 /mars /2017 08:09
Les voleurs et les Sauveurs : J.Deloncle avec Madeleine Jonqueres - Elisabeth Eidenbenz - La maternité d'Elne : Castell d'en Bardou
Les voleurs et les Sauveurs : J.Deloncle avec Madeleine Jonqueres - Elisabeth Eidenbenz - La maternité d'Elne : Castell d'en Bardou
Les voleurs et les Sauveurs : J.Deloncle avec Madeleine Jonqueres - Elisabeth Eidenbenz - La maternité d'Elne : Castell d'en Bardou

Les voleurs et les Sauveurs : J.Deloncle avec Madeleine Jonqueres - Elisabeth Eidenbenz - La maternité d'Elne : Castell d'en Bardou

 

Culture et Patrimoine à Perpignan :

le pire et le meilleur (?) 2

L'affaire Jacques DELONCLE 

Après la destruction de la célèbre pharmacie Joseph Deloncle à Saint-Jacques, il s'agit d'oublier les vols et la gestion calamiteuse de la Casa PAIRAL (sous la houlette de Jacques Deloncle, le fils), dont le patrimoine, les objets ont été dilapidés, vendus, disséminés dans plusieurs locaux qui, depuis, ont pris l'eau...

Depuis des décennies, les responsables politiques (famille Alduy...) et les responsables du Patrimoine ont fermé les yeux sur cette gestion des oeuvres appartenant à l'histoire de la Catalogne !

En ce mois d'avril 2017 qui s'ouvre, le programme de la Sant-Jordi déroule la liste traditionnelle et immuable des événements "culturels" : nouvel hommage à Pere Verdaguer (suite à son décès, c'est vrai, mais il existe d'autres auteurs catalans), prise de conscience qu'il fallait apprendre l'histoire catalane (édito du maire)...et installation de boîtes à livres, libres dans les rues, ce que je suggérais depuis la campagne municipale de 2014...

L'administration est donc bien lente et la culture avance à pas menus, quand elle ne régresse pas : la culture patrimoniale détruisant la mémoire d'ici (maisons et objets sacrés, cultuels...on va pourtant bientôt glorifier encore la procession de la Sanch, naguère présidée par ce voleur de la "Maison des ancêtres"…et qui vient d'être condamné, Jacques Deloncle !

 

JPB

 

* La gestion calamiteuse du patrimoine à Perpignan © La CLAU 

 

Mardi 11.12.2012. 22:15h

 

...La mauvaise gestion patrimoniale de Perpignan saute aux yeux depuis la révélation, fin novembre, du vol d'une vierge historique. La mise en cohérence des atouts de la ville constitue un immense chantier imposant des méthodes actualisées, pour un rayonnement rendu possible par des trésors masqués.

 

L'affaire du vol de la statue de la vierge de la Soledat de Perpignan par l'ancien conservateur du Musée des Arts et Traditions Populaires de la Casa Pairal suscite un malaise municipal. Le 29 novembre, Jacques Deloncle, fils de Joseph Deloncle, personnalité incontournable jusqu'à Barcelone, se révélait être l'auteur d'une action choquante qui vaut une enquête administrative. La gestion du fabuleux patrimoine de la ville est durement mise en cause par cette situation qui justifie l'ordre intimé aux fonctionnaires, le 6 décembre, par la Directrice Générale des Services. Muriel Casgha a fermement rappelé la "discrétion professionnelle"et l'"obligation de réserve" nécessaires face à des rumeurs grossissantes. En recommandant le silence des agents municipaux sur une connaissance de "faits, informations ou documents", la DGS induisait l'existence d'informations supplémentaires…

- - -

 

*Patrimoine de Perpignan/Casa PAIRAL/Affaire J. Deloncle :

 

OU EST LE RESPECT DU STATUT 

 

A LA VILLE DE PERPIGNAN ???!!!

 

Monsieur le Maire,

 

Le Syndicat Cgt vous interpelle sur les faits qui ont mis en cause la responsabilité du Conservateur de la Ville et pour lesquels nous estimons que le Statut de la Fonction Publique Territoriale a été bafoué. En effet la procédure prévoit que pour une sanction du 2ème, 3ème et 4ème groupe, le Conseil de discipline doit être saisi.

 

Il semblerait que cela  n’est pas été le cas : POURQUOI ???

 

Par ailleurs, vous n’ignorez pas que les agents placés sous la responsabilité du Conservateur subissent les conséquences de cette « AFFAIRE » (préjudice moral et professionnel avec le déplacement brutal de certains agents et la suspicion  des collègues ainsi que des citoyens perpignanais).

 

La Cgt s’indigne de votre mutisme dans pareilles circonstances et pense qu’il eut été responsable que vous renouveliez publiquement votre confiance à ces agents.

 

- - -

PERPIGNAN/ Exclu! : « Affaire Casa Pairal »… des plaintes avaient déjà été déposées dans le passé pour, notamment, un vol de numéraire (1 500 euros)

Fév 10, 2013 

 

Jacques Deloncle, l’ex-conservateur du musée des arts et traditions populaires Casa Pairalde Perpignan (Castillet), a-t-il bénéficié de certaines protections au niveau politique, au sein de la municipalité de Perpignan ?

La question peut désormais être posée car l’on sait maintenant de source sûre et officielle que dès 2009 plusieurs plaintes avaient été déposées à la suite de disparitions suspectes dans l’inventaire de la Casa Pairal.

Ainsi, apprend-on, grâce à une intervention du député Jacques Cresta (PS) auprès du Tribunal de Grande Instance de Perpignan, en 2009, que le parquet de Perpignan avait déjà enregistré une procédrure « pour vol de numéraire (1 500 euros) au Musée du Castillet (Casa Pairal) »

Cela remonte donc bien avant que l’actuel maire de Perpignan, Jean-Marc Pujol (UMP), décide de metttre d’office « à la retraite » Jacques Deloncle à la suite de la découverte, début décembre 2012, chez un antiquaire perpignanais implanté à deux pas de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste, de statuettes religieuses faisant partie du patrimoine… A cette époque récente, on s’en souvient, une plainte avait été déposée par l’actuelle municipalité.

Bien entendu, il n’a jamais été démontré que le conservateur du Musée Casa Païral de l’époque, Jacques Deloncle, était de près ou de loin responsable ou bénéficiaire de ces disparitions, mais l’on peut s’étonner qu’il soit resté en place dans un tel contexte de dysfonctionnement et que le maire de Perpignan, Jean-Paul Alduy alors, n’ait pas décidé de metttre un terme à leur collaboration.

Selon nos informations, le Parquet continuerait de débrouissailler le terrain pour exhumer d’anciennes plaintes… © Ouillade

- - -

Pourquoi la hiérarchie a-t-elle laissé faire ? Car, selon divers témoignages recueillis par les enquêteurs, il semblerait que « l’on » savait. Certains employés municipauux, qui avaient constaté des dérives, au musée Rigaud comme à la Casa Pairal, et qui en avaient fait part à leur hiérarchie, auraient subi des pressions « pour se taire »… Quand cette hiérarchie acceptait de les entendre, de les recevoir, ce qui n’était pas systématique malgré l’extrême gravité des faits. D’ailleurs, ceux qui ont insisté pour dénoncer ce type de trafic ont récolté au passage des avertissements, pour les inciter à en rester là ?

Pour étouffer le « zèle » de ces agents communaux, qui ne faisaient pourtant que tirer la sonnette d’alarme sur de graves dysfonctionnements, preuves à l’appui, la hiérarchie, qui devra aujourd’hui s’expliquer en interne comme en externe, n’a pas hésité à les faire passer pour des « employés incontrôlables », etc-etc. Ces derniers parlent aujourd’hui « d’incompétence, de négligence et de complicité » de la part de cette hiérarchie qui « à l’évidence protégeait M. Deloncle au point d’en apparaître comme complice de ses agissements… Comment se fait-il, par exemple, que l’on ait repoussé son départ à la retraite ? Désormais, on a beau jeu de réclamer la démission de M. Deloncle en pleine tempête judiciaire (…). Peut-on décemment parler de devoir de réserve à l’agent qui met au jour le pot aux roses tout en refusant de le recevoir ?  Pourquoi a-t-on repoussé le départ à la retraite de celui dont on savait qu’il était « un incapable notoire » à la tête de sa fonction ? Certains élus de la Ville ne se cachaient pas d’ailleurs pour le dire en public ! A l’évidence, la hiérarchie continue de le couvrir… pour ne pas être éclaboussée à son tour ? (…)« .

PERPIGNAN : Le syndicat UNSA-Territoriaux demande au maire de « refuser la démission du conservateur du musée de la Casa Pairal, mais de le traduire en conseil de discipline »…

5/12/2012 © Ouillade

***La maternité d'ELNE :

 

"La Llum d'Elna" sur TV3, vendredi 31 mars, à 22 h.

 

Pour qui ne reçoit pas TV3, il est possible de visionner le film sur Internet : TV3 - directe -

A noter que le film sera suivi par le documentaire de Tony Espinosa "El llegat de la Maternitat d'Elna"

 

Quand une jeune infirmière bouleverse le cours de l'Histoire... et crée un destin humain extraordinaire et admirable...

 

 

Elizabeth Eidenbenz, jeune institutrice suisse, préoccupée par le sort des populations espagnoles confrontées à la Guerre Civile, engagée dans le cadre du Service Civil International, avec l’organisation « Aide Suisse aux enfants d'Espagne », a permis la mise au monde de  597 enfants de décembre 1939 à Pâques 1944. Des enfants de républicains espagnols, victimes de la Retirada, pour les deux tiers, mais encore des enfants de familles juives et de familles tziganes... Celle qui s'est élevée, au péril de sa vie, face à un destin implacable, celle pour laquelle le refus s'est érigé en devoir, a donné à un monde devenu inhumain une leçon d'humanité et est entrée dans la mémoire collective castillane sous le nom empreint d'amour et de reconnaissance de « Señorita Isabel ».

 Elisabeth Eidenbenz, disparue le 23 mai 2011, a  reçu la Médaille des Justes parmi les nations décernée par l'État d’Israël, la Médaille d’or de l’Ordre Social et de la Solidarité (Gouvernement espagnol) remise par la reine d’Espagne, la Croix de Sant Jordi, attribuée par la Generalitat de Catalunya, la Légion d'Honneur de la part du gouvernement français...


-photo : La Maternité suisse (Castell d'en Bardou)

 

Nicolas Garcia, Conseiller Départemental et cheville-ouvrière - en tant que Maire de la Ville d'Elne - de la Maternité Suisse témoigne :

En revivant des moments comme ceux vécus hier et aujourd'hui qui me rappellent ceux vécus à Madrid, Genève, Zurich, Vienne... du temps où j'étais maire et que nous parcourions l'Europe pour populariser la Maternité, je ne peux m'empêcher de penser à Elisabeth Eidenbenz, à François Charpentier, à Guy Eckstein, à Auguste Bony, à Friedel Boy-Reiter à Celia Garcia Mère et fille... et à toutes celles et ceux disparus ou encore de ce monde qui ont cru au projet d'achat et de réhabilitation."

 

Jean IGLESIS

Partager cet article

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans patrimoine
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Articles Récents

Liens