Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 avril 2017 1 03 /04 /avril /2017 10:01
Catalogne in black à la librairie JAIMES - La maternité d'Elne - Expo de Caroline CAVALIER
Catalogne in black à la librairie JAIMES - La maternité d'Elne - Expo de Caroline CAVALIER
Catalogne in black à la librairie JAIMES - La maternité d'Elne - Expo de Caroline CAVALIER
Catalogne in black à la librairie JAIMES - La maternité d'Elne - Expo de Caroline CAVALIER

Catalogne in black à la librairie JAIMES - La maternité d'Elne - Expo de Caroline CAVALIER

 

*Maternité d'ELNA :

 

BARCELONE :

TV3 a diffusé le film « La Llum d’Elna », largement inspiré par la Maternité suisse d’Elne

Avant-hier, vendredi 31 mars TV3, a diffusé le film de fiction « La llum d’Elna » largement inspiré par la Maternité d’Elne et l’œuvre qu’y a réalisée Elisabeth EIDENBENZ.

 

Sinopsi

Sud de França, 1942. Després de tres anys retornant la seva dignitat a les mares internades en els camps de refugiats i salvant les vides dels seus nadons, la Maternitat d'Elna ha estat condemnada al tancament per les autoritats franceses.
La seva directora, Elisabeth Eidenbenz, les seves col·laboradores i les mares a les quals ha ajudat faran tot el possible per impedir-ho.

http://www.ouillade.eu/societe/barcelone-tv3-a-diffuse-le-film-la-llum-delna-largement-inspire-par-la-maternite-suisse-delne/151563

 

http://www.lallumdelna.cat/

 

 

 

***Exode : De l'Espagne franquiste aux camps français (1939-1940)

 

" Allez, allez... " furent souvent les premiers mots que les centaines de milliers d'Espagnols passant la frontière dans ces jours de " la Retirada " de l'hiver 1939 reçurent en guise d'accueil de la part des gendarmes et militaires français chargés de les canaliser. 

 

Condamnée à l'exode pour échapper à l'étau des troupes franquistes et à leur féroce répression, cette immense cohorte d'hommes, de femmes et d'enfants fut parquée dans des camps matérialisés par des barbelés jetés en travers des plages du Roussillon. Remei Oliva en faisait partie. Elle raconte comment elle dut brutalement abandonner sa maison de Badalona pour se réfugier dans une France qui la jeta sur la plage d'Argelès-sur-Mer. Elle témoigne de ses 15 mois de souffrances dans les camps d'Argelès et de Saint-Cyprien, humanisés par le chaleureux séjour à la maternité d'Elne pour la naissance de son fils Ruben. 

 

Elle relate le sable et le vent, la gale et les poux ; l'indifférence des uns et la générosité solidaire des autres ; le désarroi face à l'impossibilité de comprendre les ordres des surveillants ; l'angoisse de ne rien savoir ni du lendemain, ni même du présent alors que la guerre s'est arrêtée en Espagne pour mieux se propager en France et en Europe. Son témoignage est nécessaire, parce que nous ne devons pas oublier les événements de cette époque, mais aussi pour notre vigilance aujourd'hui. Des " camps de concentration " - selon les termes alors employés par l'administration française - de 1939 aux " centres de rétention " de 2009, des Républicains espagnols " indocumentados " aux sans-papiers expulsés chaque jour, le récit de Remei Oliva nous invite à ne pas avoir la mémoire courte." Allez, allez... " furent souvent les premiers mots que les centaines de milliers d'Espagnols passant la frontière dans ces jours de " la Retirada " de l'hiver 1939 reçurent en guise d'accueil de la part des gendarmes et militaires français chargés de les canaliser. Condamnée à l'exode pour échapper à l'étau des troupes franquistes et à leur féroce répression, cette immense cohorte d'hommes, de femmes et d'enfants fut parquée dans des camps matérialisés par des barbelés jetés en travers des plages du Roussillon. Remei Oliva en faisait partie. 

 

Elle raconte comment elle dut brutalement abandonner sa maison de Badalona pour se réfugier dans une France qui la jeta sur la plage d'Argelès-sur-Mer. Elle témoigne de ses 15 mois de souffrances dans les camps d'Argelès et de Saint-Cyprien, humanisés par le chaleureux séjour à la maternité d'Elne pour la naissance de son fils Ruben. Elle relate le sable et le vent, la gale et les poux ; l'indifférence des uns et la générosité solidaire des autres ; le désarroi face à l'impossibilité de comprendre les ordres des surveillants ; l'angoisse de ne rien savoir ni du lendemain, ni même du présent alors que la guerre s'est arrêtée en Espagne pour mieux se propager en France et en Europe. Son témoignage est nécessaire, parce que nous ne devons pas oublier les événements de cette époque, mais aussi pour notre vigilance aujourd'hui. 

 

Des " camps de concentration " - selon les termes alors employés par l'administration française - de 1939 aux " centres de rétention " de 2009, des Républicains espagnols " indocumentados " aux sans-papiers expulsés chaque jour, le récit de Remei Oliva nous invite à ne pas avoir la mémoire courte.

 

Gérard Malgat

 

- - -

 

*Conférence de Jean GARIDOU :

 

Je serai particulièrement honoré et heureux de votre participation

à la conférence que je présenterai, sous une forme revue et actualisée,

 

ce samedi 8 avril à 17 heures, au Centre Culturel de Collioure,

 

à l'invitation de l'association "Les Amis de Collioure".

 

" L'Hermione, Frégate des Lumières, à Port-Vendres... entre deux mondes".

Partager cet article

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans patrimoine
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Articles Récents

Liens