Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 avril 2017 2 11 /04 /avril /2017 07:42
Images de la Sanch (vendredi saint à Perpignan)
Images de la Sanch (vendredi saint à Perpignan)
Images de la Sanch (vendredi saint à Perpignan)
Images de la Sanch (vendredi saint à Perpignan)
Images de la Sanch (vendredi saint à Perpignan)

Images de la Sanch (vendredi saint à Perpignan)

*Culture et patrimoine à Perpignan, le pire (3):

 

Le Sang exhibé dans les rues - Procession religieuse dans un pays laïque - Tchadors, masques et caparutxes... Religion et Inquisition... Un parti de la droite "identitaire "(Les Républicains, avec F. Fillon, J.Marc Pujol...) permet l'exhibition de signes religieux dans un pays laïque sous le prétexte que c'est une tradition...Ce n'est plus qu'un événement touristique, alors, cette procession..?

 

*Suite à mon article du 30 mars 2017 (Culture et Patrimoine à Perpignan : le pire et le meilleur (?) 2 L'affaire Jacques DELONCLE ),

je verse au dossier (points de vue de la Clau et de la CGT) le compte-rendu d'un autre syndicat, SUD CT et le courrier qu'il a adressé au maire de Perpignan le 21 décembre 2012, signé des 2 représentants de SUD siégeant pour la catégorie A (catégorie pour laquelle Deloncle siégeait avant son affaire pour le syndicat FO) s'inscrit dans la suite de la CAP du 18 décembre de la même année (cf. pp. 3 et 4 du PV de la CAP du 18/12/2012) et ce, au vu des réponses de l'administration que nous avions jugées peu convaincantes. (fichiers joints)

 

Les représentants de sud affirment de façon solennelle : 

Nous ne voudrions pas laisser penser que notre syndicat n'a pas réagi à l'affaire, bien au contraire nous avons été en première ligne puisque nous regrettions que le conseil de discipline, instance de la CAP, ne soit pas saisi.

Tel n'a pas été le cas : nous pensons pouvoir dire que Deloncle a joui par là d'une immunité particulière puisqu'il a échappé au Conseil de discipline."

JPB

 

 

 

***LA SANCH à Perpignan

 

L'adhésion à la Sanch est un acte identitaire qui traduit un enracinement dans les traditions catholiques et catalanes du pays. L'appartenance se transmet volontiers de père en fils. Joseph Deloncle, le père de l'actuel secrétaire général de la confrérie, Jacques Deloncle, directeur de la Casa Pairal, le musée catalan, se démena, au lendemain de la guerre, pour ressusciter la procession du vendredi saint. Henri Ducommun y fut entraîné, dès l'âge de 14 ans, par son grand-père. Aujourd'hui encore, nombre de vieilles familles de l'aristocratie catalane - les Jonquères d'Oriola, de Massia, Ducup de Saint Paul, du Lac, etc. - se font un devoir d'entrer dans la confrérie….

 

J.Molenat - L'Express 6/11/2013 (extrait)

- - -

 

Semaine Sainte et Procession de la Sanch à Perpignan :

(point de vue officiel : ville, office de tourisme...)


La procession est une tradition instaurée par les moines dominicains au XVème siècle, pour raviver la foi des fidèles et rappeler la nécessité de pénitence. Remise au goût du jour à Perpignan en 1950 par le conservateur du Castillet, Jacques Deloncle, elle va connaître un succès grandissant au fil des ans et devenir un évènement populaire pour les autochtones et les curieux venus du monde entier. 

Revêtus d’une tunique et d’une capuche pointue, les membres de la confrérie de la Sanch (du sang) portent de très lourds « mystères », représentations des arrêts sur le chemin de croix,  et se flagellent sur le trajet . Point d’orgue des festivités de Pâques, la procession du Vendredi « Saint » (le 3 avril) à Perpignan attire croyants et simples curieux toujours plus nombreux. D’autres processions ont lieu à Bouleternère, Arles sur Tech et Collioure, le soir venu.

 

Semaine Sainte et Procession de la Sanch
Perpignan

: Le défilé de pénitents accompagnés de chants religieux que constitue la Procession de la Sanch s’inscrit comme le point d’orgue de la célébration de la Semaine Sainte. L’on attribue les origines de la procession du Vendredi Saint, appelée Procession de la Sanch à Saint Vincent Ferrier, né à Valence en Espagne, en 1416, suite à son passage à Perpignan, est fondée en l’église Saint-Jacques, l’archiconfrérie de la Sanch (du sang, en français). 

Outre l’aspect spirituel, le but de la Confrérie était la commémoration de la Passion par les processions et l’assistance aux prisonniers et aux condamnés à mort avant, pendant et après leur exécution. L’originalité de la Semaine sainte en Roussillon et à Perpignan, sa capitale, ne se situe pas particulièrement dans le rituel mais dans son mode d’expression. 

Les traditions ont su garder ici une réelle authenticité, la ferveur d’aujourd’hui n’a d’égale que celle d’hier. Tout ce qui touche au cérémonial des fêtes de la Semaine sainte et de la Passion est prévu, réglé avec minutie depuis des siècles. Ainsi, chaque année, le public répond présent. Plus agnostiques et curieux que réellement impliqués comme les fidèles d’antan, les nombreux spectateurs ressentent, malgré tout, la chaude ferveur de cette manifestation.

 

Un peu d’histoire …

Le 11 octobre 1416, à l’église Saint-Jacques de Perpignan, les jardiniers (hortolans) et les tisserands (teixidors) fondèrent la Confrérie du Très Précieux Sang de Jésus-Christ, connue sous le nom de Confrérie de la Sanch. Ils subirent la puissante influence du Dominicain Vicens Ferrer (saint Vincent Ferrier), prédicateur de renom né à València en 1350, lequel s’entourait partout où il passait de pénitents revêtus d’une robe noire et d’une cagoule, et se flagellant pour la rémission de leurs péchés. A Perpignan, Vicens Ferrer vint deux fois, appelé à participer au Concile de La Real qui devait apporter la résolution du Grand Schisme d’Occident ; au début de l’année 1416, avant de quitter Perpignan, il prononça un sermon au couvent des Clarisses, et il semblerait que ce sermon déterminât la fondation de la Confrérie de la Sanch Celle-ci se fixa plusieurs missions : accompagner les condamnés à mort au gibet, recueillir leurs restes et les enterrer en terre consacrée, et commémorer la Passion du Christ lors d’une grande procession qui se déroulait le Jeudi-Saint. Les pénitents portaient sur leurs épaules des statues et des groupes statuaires, les « misteris », représentant chaque étape de la Passion du Christ, et leur cortège se déroulait au son du Miserere et des « goigs » spécialement composés pour l’événément. Au XVIIIe siècle, on verra apparaître les Vierges des Douleurs aux poignants visages. Toujours au XVIIIe siècle, la procession de la Sanch fut victime de dérives ostentatoires, et de l’hostilité du clergé français. Monseigneur de Gouy d’Avrincourt édicta des interdictions qui réduisirent le sens et le contenu de cette manifestation authentiquement catalane, tradition religieuse touchée d’hispanité à laquelle le Roussillon entier se montrait très attaché. Après la Révolution Française, la procession de la Sanch fut confinée dans l’étroit périmètre de l’église Saint-Jacques. Grâce à Joseph Deloncle, au Chanoine Mestres, curé de St Jacques, et à l’évêque Mgr Bernard, la procession de la Sanch retrouva les rues de la vieille ville en 1951, et depuis 1958 a lieu le Vendredi-Saint, l’après-midi, aux trois coups  sonnés au clocher de Saint-Jacques. Il s’agit d’une manifestation unique en France, héritage d’un Roussillon rattaché à la couronne de Catalogne-Aragon, puis d’Espagne, héritage d’une foi populaire qui a su garder fidèlement toute son authenticité. Chaque Vendredi-Saint, Perpignan baigne dans une atmosphère unique qu’il faut partager pour mieux comprendre la séculaire procession de la Sanch.

 

Programme Semaine Sainte 2017

 

Coordonnées : Office de tourisme Palais des Congrès +33 (0)4 68 66 30 30 Place Armand Lanoux 66000 Perpignan Tél : 04 68 66 30 30

Partager cet article

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans patrimoine
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Articles Récents

Liens