Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mai 2017 3 31 /05 /mai /2017 09:09
Sophie Meier - Son père, Richard MEIER éditeur - Liveve de Robin Chapman à Actes-Sud
Sophie Meier - Son père, Richard MEIER éditeur - Liveve de Robin Chapman à Actes-Sud
Sophie Meier - Son père, Richard MEIER éditeur - Liveve de Robin Chapman à Actes-Sud

Sophie Meier - Son père, Richard MEIER éditeur - Liveve de Robin Chapman à Actes-Sud

Avec Robin CHAPMAN, écrivain anglais résidant à Saint-Hippolyte et Richard MEIER, éditeur, habitant à Elne : 2 personnalités d'exception en Pays catalan

 

Les repas et les soirées de Rose. Merci Rose, pour ce goût de relier les gens, de se faire des amis, d'agrandir le cercle littéraire...

Une nuit de presque été et le facétieux Robin Chapman, acteur, romancier, traduit en français (Actes-Sud) en suédois, espagnol, allemand... vous raconte ses dialogues entre Cervantès et Shakespeare, ces personnages qui ont fondé l'Europe de la littérature... 

Son épouse, pétulante, parle mieux le français et manie plusieurs langues, espagnol, portugais...Elle aussi investit le monde artistique, mais ce couple sympathique et souriant est si modeste...

A côté l'éditeur de Metz, installé à Elne depuis des décennies, a la faconde facile : il connaît tout de l'art et de la littérature d'ici; il suit les événements, les vernissages; il parle de ses livres-objets, de ses créations originales, de ces boîtes conçues avec sa fille Sophie, de ses rencontres avec Butor et bien d'autres...

 

Peu diffusé - chez Torcatis simplement- Richard est sans doute l'éditeur qui vend le plus de livres : boîtes d'allumettes pour artistes et ouvrages grand format au tirage limité. Des livres qui coûtent cher, mais Richard travaille pour le plaisir, il le dit et ça se sent...Il a plein d'idées de formes et de formats...

Vivement lundi, qu'on aille visiter son mas et sa grande bibliothèque !

JPBonnel

 

 

**Robin CHAPMAN

Romancier, scénariste et dramaturge anglais, Robin Chapman a publié chez Actes Sud Le Journal de la duchesse (1986, rééd. 1996), qui mettait en scène Cervantès lui-même.

 

ROBIN CHAPMAN

Une réedition qui apporta ce coup de coeur de 1986 une nouvelle reconnaissance. Un roman où se mêle la passion, l'égarement et la mort après la rencontre de la duchesse avec Cervantès.

dans ART SUD - Numéro 51 - 3ème Trimestre 2005

L’auteur vénère Cervantès, ce qui est compréhensible vu l’immense place qu’occupe l’œuvre de ce dernier dans la littérature. Après avoir mis en scène l’écrivain espagnol dans son livre “Le journal de la Duchesse“, Robin Chapman nous propose cette fois, rien de moins qu’une suite à “Don Quichotte”. Au travers de “L’âge d’Or de Sancho”,  il a voulu réaliser le vœu du chevalier à la triste figure et de son écuyer qui évoquaient la possibilité de remplacer leur quête par un autre idéal : un retour à une existence pastorale afin de revivre l’âge d’or. Habilement Robin Chapman s’est engouffré dans “l’ouverture” que lui offrait Cervantès dans les chapitre 67 et 73 de son roman. Bien sûr, l’auteur anglais n’a pas ressuscité Don Quichotte, il a juste poursuivi le parcours de Sancho qui de fil en aiguille a fini par mettre en pratique l’idée qu’il avait eue avec le chevalier lors de leur retour chez eux. L’écuyer (rebaptisés Sanchino) et son ami Nicolas (Niculoso) le barbier qui l’accompagne, ne sont ici que des faire-valoirs car les véritables héros du livre sont le cheval Rossinante et l’âne Rucio, qui racontent aux lecteurs cette quête un peu loufoque et profitent de l’occasion pour régler quelques comptes avec leurs maîtres respectifs. Inversion des rôles donc, qui permet aux deux quadrupèdes de parsemer le récit de Robin Chapman d’évocations qui rattachent son livre à l’œuvre de Cervantès.
On peut adhérer où pas à pareille démarche, car il faut un sacré talent pour s’aventurer sinon dans les traces du moins au côté d’un tel géant de la littérature. Du talent, le scénariste et dramaturge anglais n’en manque pas, il n’y a qu’à lire son livre, mais justement… Pourquoi utiliser ces personnages éternels et les lancer dans des aventures sommes toutes banales, que leur créateur n’a jamais voulu pour eux ? Ceci n’est qu’une question et non une attaque car “L’âge d’or de Sancho” n’en mérite pas, pas plus qu’il ne mérite de louanges particulières d’ailleurs.

Jean-Claude Di Ruocco

Traduit de l'Anglais par Christine Le Bœuf
310 pages - Actes Sud - 23 euros

 

 

***Robin Chapman

From Wikipedia, the free encyclopedia

Robin Chapman is an English novelist, playwright and screenwriter.

Chapman began his career as an actor at Cambridge (he played Hamlet in the ADC’s centenary production and was president of the Marlowe Society) before holding a spear at Stratford-Upon-Avon, working in repertory and then joining Joan Littlewood’s revolutionary Theatre Workshop where he turned to writing. Among his stage plays are High Street China, Guests and One of Us. His television plays have won awards from the Mystery Writers of America and the Writers Guild as well as a Bafta nomination. He edited, with an introduction, The City and the Court, a collection of five Jacobean comedies.

He has enjoyed a long career in television, favoured by Granada TV during its early days. His best known work includes Spindoe (1968), the controversial Big Breadwinner Hog (1969) and many adaptations, including M.R. James' Lost Hearts, Jane Eyre, Eyeless in Gaza and a considerable number of screenplays on Roald Dahl's short stories for Tales of the Unexpected. Single plays for television include two entries in Play for Today and Blunt (1987), all three presented by BBC TV.

His ten published novels are: A Waste of Public Money, My Vision's Enemy, Big Breadwinner Hog, Christoferus, Wartimes (two novellas in one volume), The Secret of the World, The Duchess's Diary[1][2][3][4][5][6][7] (now in its fourth edition with Oxbow Books, the diary has been translated into Spanish (Edhasa), French (Actes Sud) and German (Surkampf)), Sancho's Golden Age and Pasamonte's Life. These last three titles form a trilogy extending the lives and experiences of characters found in Don Quixote. Reviewing the first book of the trilogy The Duchess’s Diary in the Times Literary Supplement E.C. Riley said that it "shows a truer understanding of Cervantes than twenty books of criticism" while Karl Miller in the London Review of Books acclaimed Chapman’s "learned and yet fully animate invention".

Chapman's latest novel is Shakespeare's Don Quixote - a novel in dialogue featuring Shakespeare, Fletcher and Cervantes as they scrutinise a version of the lost playCardenio, co-starring Don Quixote and Sancho Panza as presented in a fringe theatre today.

His novel-in-dialogue, Look Who’s Talking, was scheduled to be published in autumn 2012.[citation needed]

 

  1. Jump up
    ^
    Conant, Oliver (1985) "HOSTESS TO CERVANTES", The New York Times, 17 March 1985, retrieved 2011-07-12
  2. Jump up
    ^
    'Cervantes turns life into art, Chapman turns art into life.' Edward H. Friedman, Vanderbilt University, Nashville, Tennessee, Legenda, 2009
  3. Jump up
    ^
    'Robin Chapman's account of the young Duchess is moving and exhilarating. This story shows a truer understanding of Cervantes than twenty books of criticism.' E. C. Riley, Professor of Spanish, Edinburgh University, The Times Literary Supplement, 1980.02.29.
  4. Jump up
    ^
    'A book to read and re-read.' Fay Weldon, Punch, London, 1980.03.12.
  5. Jump up
    ^
    'This book of the Duchess is a learned invention and yet a fully animate one. It sees and hears itself.' Karl Miller, Editor, The London Review of Books, 1986.02.20.
  6. Jump up
    ^
    'A book to read and re-read.' Fay Weldon, Punch, London, 1980.03.12.
  7. Jump up
    ^
    'Chapman is the English writer most profoundly concerned with Don Quixote. He established the relationship with his highly original novel The Duchess's Diary (1980), bringing to life an important character from the second part of Don Quixote. Very recently, he has written two more novels inspired directly by Cervantes's novel: Sancho's Golden Age (2004), a sequel that takes place about five years after the death of Don Quixote, and Pasamonte's Life (2005), a picaresque tale narrated in the first person by the galley slave Ginés de Pasamonte, who has a role in both parts of Cervantes's novel.' Howard Mansing, Vice President of the Cervantes Society of America. Legenda, 2009.

 

- - -

Sophie Meier et ses petites boîtes

A LA UNE LACOMMANDE Publié le 06/06/2010 à 0h00 par ODILE FAURE .

 

Sophie Meier et son père éditeur ont créé les Matchboox, livres d'artistes qui tiennent dans une boîte d'allumettes. PHOTO THIERRY SUIRE SUIRE THIERRY

L’artiste paloise, en pleine ascension, présente ses œuvres à la commanderie.

Pétulante, vive, souriante, Sophie Meier, 34 ans, pourrait faire tous les métiers du monde de la communication. Dans sa courte vie, elle a d’ailleurs rempli des rôles dans la mode, les relations publiques, le graphisme, la publicité. En tout cas, elle n’est pas de ses artistes avares en mots. Impossible de ne pas entrer en connexion avec elle.

 

Depuis quelques années, Sophie Meier trouve un écho à son bouillonnement dans le monde artistique. Elle poursuit deux activités parallèles : la création de Matchboox, ces petits livres d’artistes, pliés dans une boîte d’allumettes et l’accomplissement d’œuvres plus personnelles comme ses photos de lieux désaffectés, repeuplés.

Des livres miniatures

Les Matchboox sont une initiative conjointe entre son père, Richard Meier, éditeur de Voix édition et plasticien installé dans les Pyrénées-Orientales, et elle, sa fille unique. « L’idée de départ était de faire des haïkus, petits poèmes japonais, qu’on voulait transformer » explique Sophie.

Les Matchboox, vendues au prix de 5 euros pièce, se vendent désormais comme des petits pains. 70 artistes ont déjà contribué aux Matchboox, exposés à Escale à Bordeaux, à Perpignan, à Marseille, au Luxembourg et aux Pays-Bas etc. Certains artistes racontent une histoire, d’autres s’amusent avec les lignes, l’offre est ludique et variée. « Les choix des artistes sont très subjectifs. » explique Sophie qui compte parmi les auteurs, Alain Helissen, Georges Ayats, Ben, Claude Buraglio, Jo Brouillon, Franck Garcia, Marie Jumelin…

La Paloise d’adoption, née à Metz, a commencé à travailler dans la mode dès l’âge de 19 ans. Grâce à son culot, elle dégote d’abord un poste de « scout » (chercheuse de talents) dans les agences de mannequins parisiennes Marylin Gauthier et Élite avant de finir à Monaco chez un spécialiste des relations publiques.

Une envie de poursuivre ses études la prend et elle réussit haut la main, l’école de commerce de Toulouse. À la sortie, elle conçoit et rédige des messages publicitaires pour NRJ à Bordeaux.

Photos animées

En 2005, elle débarque à Pau pour suivre son mari, cadre dans une entreprise du bâtiment. Elle décroche un poste dans une agence de communication puis se lance en free-lance dans le graphisme. Avec le temps, elle s’attarde sur ses productions personnelles.

Car outre les Matchboox, Sophie crée des toiles photographiques dans lesquelles elle fait vivre des personnages fictifs. Dans l’exposition qui lui est consacrée à Lacommande, le visiteur reconnaîtra les thermes de Luchon qu’elle fait passer pour un internat duquel un petit garçon tente de s’échapper. Elle affectionne particulièrement les lieux chargés d’histoire mais abandonnés comme l’usine Bidegain à Pau, la salle d’un vieux château du Sud-Ouest. « Je les appelle mes jolis cauchemars. ce sont des lieux qui m’émeuvent jusqu’aux larmes. » Ses œuvres sont pleines d’humour et elle est même allée jusqu’à customiser une voiture Mini en bonbons, chewing-gums, sucre d’orge…

Son univers a séduit Pierre Hivernat, ancien directeur artistique de Marseille 2013. Elle a des chances d’y être programmée. Pierre Hivernat mène également le projet du « Magasin de jouets », un nouveau centre d’art contemporain situé à Arles. « Il m’a acheté 20 toiles, 500 Matchboox, c’est incroyable ! »

Touchée par tous ceux qui croient en elle – Pierre Hivernat mais aussi Nicolas Charlet d’Acess qui programme son expo dans le cadre de Chemins électroniques et Nathalie Larradet, architecte, la première à lui avoir offert les murs de son atelier. « J’essaie de faire les choses bien et surtout de croire en ma bonne étoile. C’est certainement très furtif mais bon, autant en profiter ! »

Partager cet article

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans littérature
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens