Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 août 2017 7 20 /08 /août /2017 08:26
Le petit Julian a été retrouvé sain et sauf
Le petit Julian a été retrouvé sain et sauf

Le petit Julian a été retrouvé sain et sauf

Barcelona, échos après l'attentat :

 

 

C’est avec une immense tristesse et le coeur très lourd qu’Ada Colau, la maire de Barcelone, s’est exprimée après l’attentat à Barcelone. «  Je dirais en mon nom et en celui de la ville de Barcelone, tout d’abord mes plus sincères condoléances aux familles, victimes et amis. » annonce la maire de la ville avec une voix qui tremble. Ada Colau poursuit son message en remerciant les policiers catalans, les services professionnels et d’urgence. Elle termine enfin son discours rassurant les habitants de sa ville. «  Nous sommes une ville très forte par sa diversité et ses valeurs […] Une ville très fière de sa diversité et d’être une ville cosmopolite et qui continuera de l’être.[…] »

 

- - -

Cette année, le quartier de Gracia au-dessus de la Plaça Catalunya est en fête, comme tous les deux ans. Ce bicentenaire sera marqué par les attentats qui ont meurtri la ville.

 

« Pas de concert, pas de défilé pyrotechnique, pas de spectacle de tours humaines. Certains disaient qu’il fallait tout annuler, je le comprends mais si tu veux mon avis, ça m’emmerde. C’est la première fois dans ma vie qu’on annule ça. » Miguel, 60 ans, habitant de toujours du quartier l’a mauvaise. Bien sûr, le public se prend en photo devant les représentations de SOS Fantômes, thème de la Carrer Puigdemont. Un Bibendum de six mètres en polystyrène accueille les gens entre autres représentations du film des années 80.

 

À Gracia, c’est une tradition, chaque année pendant une semaine à partir du 15 août, les associations de rues se tirent la bourre pour les décorer du mieux possible. Tout est fait avec du matériel recyclé et le résultat est spectaculaire. On trouve parfois une énorme statue en carton. King Kong, Lénine, un dragon,…

« Ils nous ont volé la fête », pose Dani, 31 ans, dépité. Son allée à lui, c’est Travessia de Sant Antoni. Ambiance sports d’hiver ; avec les cinquante autres socios, ils ont recréé un univers de pistes de ski. Télésièges, chalet-buvette, il arrive la nuit que les passants prennent de la fausse neige sur la tête. Avec des volontaires, ils ont été jusqu’à 80 pour tout monter, passant une nuit blanche avant l’ouverture de la fête. C’est le fruit d’un travail sur toute l’année.

Dans la rue Maspons, l’association de voisins s’est regroupée pour une paella géante. Carrer Perill, en revanche, Lina tient une buvette déserte. « Normalement le samedi on l’aurait fermée à 3 heures du matin, ce soir on va arrêter à 22 heures. Par contre, comme ailleurs, on a gardé toutes les animations pour les enfants l’après-midi. Le dessin, les jeux, le goûter. »

 

Un des grands moments chaque été, c’est le concours de castellers, les tours humaines, Place Vila de Gracia. Albert, un membre d’une de ces écoles reconnaît qu’il vaut mieux ne pas prendre de risques. « Pour notre tour, nous sommes 300 ! Avec les autres écoles et les spectateurs, on arrive facilement à 5.000 personnes sur la place. Cette année, on va se limiter aux jeux de piscines pour les enfants. »

Carrer Libertat, décorée en rouge pour le royaume de Lucifer, un concert intimiste a lieu. Tandis que résonne la Valse à mille temps de Jacques Brel, Jordi danse avec sa compagne. Il tente de passer outre les conséquences que cela aura sur chaque association. « Je pense que par rapport à ce qu’on espérait on va perdre 60 à 70 % sur la caisse. Ce sera dur pour certains l’an prochain. On risque de faire moins grand. » À peine sa phrase finie, il court retrouver un de ses amis dans la piscine gonflable au milieu de la rue. Peut-être le besoin de s’amuser comme un enfant.

 

*Fascination morbide et quête de visibilité éphémère

«La fascination morbide se mêle à la quête de visibilité éphémère sur les réseaux. Au risque de passer entre les victimes pour les filmer, sans leur porter secours ni prendre en compte leur dignité»

Emmanuel Domenach, rescapé du Bataclan, est administrateur de l'association 13onze15

Twitter, comme Facebook, a facilité la diffusion d'avis de disparition, dont celui du jeune Julian Alessandro Cadman, 7 ans. Malgré leur politique de modération renforcée, les deux plateformes n'ont néanmoins pu endiguer le flot d'images et de vidéos montrant des victimes reconnaissables.

«Cette relation avec le terrorisme devient gênante. La fascination morbide se mêle à la quête de visibilité éphémère sur les réseaux. Au risque de passer entre les victimes pour les filmer, sans leur porter secours ni prendre en compte leur dignité», indique Emmanuel Domenach. Rescapé du Bataclan, il est aujourd'hui administrateur de l'association 13onze15, créée en soutien aux victimes du 13 novembre 2015. Au lendemain de ces attentats, il avait sommé Facebook et Twitter de supprimer une photo macabre du Bataclan. Les deux réseaux avaient alors estimé qu'elle ne violait pas leurs conditions d'utilisation...

(C) les réseaux...

- - -

 

***BARCELONA :

 

et je me plonge dans Les calligraphies des rêves

de Juan Marsé

 

qui écrit, au début que la rue est le prolongement de la maison.

L'intime rue, où les gens s'effleurent sans un mot où ces gestes sont presque des caresses, des invitations, mais chacun reste à sa place...

 

Page 15, cette phrase qui devient aphorisme dans sa syntaxe précise, classique : "La vie, c'est pour les jeunes."

Alors, les autres, restez chez vous, à lire, pour vous préparer à la mort…

 

Embrocations. Récit infini de la Barcelone sous le franquisme.

Le roman est mémoire.

 

Barcelone décrite partout et d'abord à la page 26… à vous !

 

JPBonnel

Partager cet article

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans Catalogne
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Articles Récents

Liens