Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 novembre 2017 4 23 /11 /novembre /2017 09:29
Biographie de W.Benjamin (Actes-Sud) - Tableau de Chirico - Flyer Prix W. Benjamin (C) Carlo Maiolini
Biographie de W.Benjamin (Actes-Sud) - Tableau de Chirico - Flyer Prix W. Benjamin (C) Carlo Maiolini
Biographie de W.Benjamin (Actes-Sud) - Tableau de Chirico - Flyer Prix W. Benjamin (C) Carlo Maiolini

Biographie de W.Benjamin (Actes-Sud) - Tableau de Chirico - Flyer Prix W. Benjamin (C) Carlo Maiolini

*Dans la ville de Jean MOULIN et de Robert Ménard :

Béziers : vol d'un tableau “inestimable” de Giorgio de Chirico

 

*Toile : "composition avec autoportrait" peinte en 1926 par le maître moderne italien Giorgio de Chirico - archives / © F3 LR

Une "composition avec autoportrait" peinte en 1926 par le maître moderne italien Giorgio de Chirico a été volée au musée des Beaux-Arts de Béziers, dans l'Hérault, a-t-on appris mardi 21 novembre. 

Une "composition avec autoportrait" peinte en 1926 par le maître moderne italien Giorgio de Chirico a été volée au musée des Beaux-Arts de Béziers, dans l'Hérault.

D'une "valeur inestimable", ce tableau, qui faisait partie de la collection de tableaux de maîtres modernes du résistant Jean Moulin, natif de Béziers, a été dérobé jeudi dernier dans l'après-midi dans l'Hôtel Fabrégat, en centre-ville.

"Les premières constatations semblent indiquer que la toile a été découpée au cutter. Le vol a été constaté peu de temps après par un des gardiens du musée", explique la municipalité de Béziers dans un communiqué.

Un tableau de la collection privée de Jean Moulin

Dans cet hôtel particulier, qui abrite des collections du Musée des Beaux-Arts de Béziers, se trouve notamment la collection privée de Jean Moulin.

Outre ce tableau de Giorgio de Chirico (1888-1978), fondateur du mouvement de la peinture métaphysique, qui marque un retour à une peinture figurative évoquant la tradition de la Renaissance italienne, la collection de Jean Moulin comprend également des oeuvres de Soutine, Raoul Dufy, Krémègne ou Suzanne Valadon.

 

L'enquête a été confiée au SRPJ de Montpellier.

   PRIX européen de l'essai Walter BENJAMIN - programme novembre 2017

 

 

* 24 Novembre : 

 

A Banyuls, à 18h, hall de la mairie de Banyuls:

 

Proclamation du prix européen de l'essai WB, catégorie "Référence internationale", avec nos partenaires : mairie de Banyuls, conseil départemental 66, CML, la Région, le restaurant Le Catalan (Banyuls), les 9 caves (bar, gites, lieu culturel), Le Belvédère du Rayon vert (Cerbère), L'Etoile (plus ancienne cave de Banyuls)…

 

Discours de M Solé, maire, et/ou de l'adjoint à la culture, du représentant du CD66, du conseiller général, du maire de Port-Bou (ou de son représentant: Association "Passatges"), d'André Bonet, président du Centre méditerranéen de littérature… 

 

 

Exposé du lauréat sur ses livres, sur le lieu et les derniers jours, sur la personnalité de W.Benjamin…

 

 

 

* samedi 25 : Rayon Vert, à 15 heures, film où B.Tackels intervient (entrée libre, introduction de Patrick Viret), débat à 16h au Belvédère de Cerbère.

 

 

*Dimanche 26 : ¨Programme pour Port-Bou, par Pilar Parcerisas (Association "Passatges":

 

Dimanche, 26 novembre 2017

 

11: 00h. Présentation du Prix WB et du livre de l'auteur , avec la présence de M. Le Maire et les autorités. Président Assoc. WB et Présidente Assoc. Passatges.

 

11: 30h. Conférence du lauréat..

12: 30h  Visite au Mémorial 

13: 30h.  Repas à Portbou Café.  

On peut profiter à la fin du repas pour présenter des nouveautés de l'auteur ou faire des commentaires sur WB, etc. 

 

 

17:00h. Projection du film "La dernière frontière". 

 

Livre de Bruno Tackels : Walter BENJAMIN, une vie par les textes (présentation avec de nombreux emprunts à cet essai biographique)

 

Le projet de l'essai biographique se résume dans cette phrase : "Ce n'est pas la vie qui explique le poème, mais c'est le poème qui fait le récit de la vie."

 

En effet, la biographie ne permet pas de lire et d'interpréter une oeuvre; elle n'en reste pas moins puissamment impliquée dans les textes du philosophe.

Le récit de sa vie n'apparaît jamais de façon explicite dans ses textes (B. s'interdisait même d'employer le je dans ses oeuvres, mais ce récit de vie est tout entier codé dans ses différents textes (ex: les souvenirs personnels transformés dans des oeuvres autobiographiques telles que Enfance berlinoise ou Sens unique).

Donc lire les écrits de B. permet de mettre en avant l'histoire de sa vie.

De ce destin tragique, il nous reste une écriture, celle d'un auteur, pas simplement allemand, ou français (cf. Les écrits français), mais celui d'un écrivain européen. B. Tackels écrit : 

 

"Il aura eu le courage de mettre à nu la teneur véritable qui anime la civilisation et le projet européen. Avant l'horreur de la Solution finale, avant la terreur de l'étau communiste, sa pensée a perçu avec une précision extrême la tournure inexorable qu'allait prendre le cours des événements européens."

 

Benjamin est un visionnaire mais sa réflexion s'exerce, non vers le futur, mais dans le présent : il insiste sur "l'apparition soudaine dans le monde d'un événement qui engage l'Avenir."

Il regarde ce qui, dans l'époque présente, appelle une possible transformation de l'avenir.

 

En guise de préface, B.Tackels adresse une lettre à Benjamin; il lui confie qu'il pratique son oeuvre depuis 22 ans; il désire contribuer à la diffusion de son oeuvre qui n'a jamais été aussi vivante. Incomprise, ignorée, censurée, entravée, pendant 70 ans, il est désormais l'heure du réveil, en ces temps de catastrophe continue.

On a pillé son oeuvre, mais elle apparaît maintenant dans sa pleine lumière : l'histoire de Benjamin est comme "l'allégorie absolue du destin de l'intellectuel à l'époque du capitalisme post-fasciste."

 

Benjamin a voulu redonner la parole aux vaincus; il a voulu rendre son authenticité à la pensée qui, aujourd'hui, n'a plus d'intégrité car elle est manipulable; elle est comme un produit qu'on achète et dont on peut se servir à volonté; une marchandise qui, écrit Benjamin, s'inspirant de Marx, a perdu sa valeur d'usage et n'a plus qu'une valeur vénale, sa valeur d'échange.

 

B.Tackels, dans son imposant essai biographique, écrit de façon claire et accessible, et il raconte la vie de Benjamin à travers les textes, tout en les expliquant par les circonstance de la vie. Il écrit :

 

"Il s'agira donc d'essayer de nommer sa pensée en se laissant guider par le mouvement de sa vie. Pour autant, il ne s'agira pas d'une "biographie" au sens strict, précisément parce que la pensée de B. ne cesse d'affirmer (et elle est parmi les premières à le faire avec tant de netteté au 20° siècle) que la vie ne permet pas d'expliquer l'oeuvre.

Et pourtant B. a eu une vie qu'il n'a eu de cesse de traduire en pensée. Nous partirons donc d'une inversion stricte du dispositif conventionnel : non la vie pour éclairer l'oeuvre, mais les textes de l'oeuvre sans cesse en train de transcrire, transfigurer la vie de cet homme qui l'a tout entière dédiée au geste d'écrire. D'où ce constat, finalement fort logique, mais qui s'oppose à tout "biographisme" : tout ce que WB a écrit, il l'a écrit à partir de sa vie même."

C'est une existence qui se lit à travers les écrits, les fragments et les oeuvres inachevées d'un intellectuel qui ne pouvait vivre sans livre, sans sa bibliothèque, et sans la bibliothèque de Paris, qu'il hanta de 1933 à 1940, la capitale se résumant d'ailleurs à sa bibliothèque, comme une île sécuritaire…

Benjamin est un homme profondément seul et mélancolique. Doté d'un talent exceptionnel, il ne pourra cependant pas échapper à une "conduite d'échecs".

C'est un être décalé: il refuse l'héritage matériel et intellectuel de sa famille; il s'opposera à la pensée unique de l'université. Il restera fidèle à cette posture à contre-pied.

Il refuse la société bourgeoise et libérale, et bien sûr le fascisme qui s'avance. Il a eu le malheur d'être juif dans une époque fortement antisémite.

Il rejette aussi les compromis, les diverses possibilités de vie et d'emplois qui se présentent (Londres avec Dora et Stefan), la Palestine (invitation de G. Scholem), le départ en Amérique pour rejoindre l'Institut en exil, avant l'obligation d'avoir un visa de sortie de France (le régime de Vichy obéissant aux injonctions de Hitler).

C'est un homme en marge qui refuse les engagements, le sionisme ou le communisme: hésitations lors de son adolescence et ensuite à Moscou- cf. Le Journal de Moscou.

C'est l'homme dont la pensée est en éternel mouvement, qui ne peut se poser dans un créneau précis. Il se laisse largement ballotté par les événements: c'est le destin, la malchance et le projet de suicide qui l'ont fixé pour toujours à Port-Bou, c''st-à-dire à la frontière, en un lieu qui devrait être celui de l'espoir, mais qui s'avérera comme un no man's land indéchiffrable…

B. Tackels écrit : "Donner à lire les textes de Benjamin permet de mettre en avant l'histoire de sa vie. Le lecteur essaie de se frayer un chemin dans une écriture qui n'offre que peu de prises, mais sui constitue un gigantesque autoportrait continué."

 

B. Tackels cite la phrase judicieuse d'Adorno : "Depuis toujours, la personne de W.Benjamin a été le médium de son oeuvre."

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens