Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 décembre 2017 4 21 /12 /décembre /2017 06:53
Consolation, roman - Monastère de Consolation (Jura) - Qu'est-ce que consoler ? - Boèce, Consolation de Philosophie, édition publiée à Gand en 1485.
Consolation, roman - Monastère de Consolation (Jura) - Qu'est-ce que consoler ? - Boèce, Consolation de Philosophie, édition publiée à Gand en 1485.
Consolation, roman - Monastère de Consolation (Jura) - Qu'est-ce que consoler ? - Boèce, Consolation de Philosophie, édition publiée à Gand en 1485.
Consolation, roman - Monastère de Consolation (Jura) - Qu'est-ce que consoler ? - Boèce, Consolation de Philosophie, édition publiée à Gand en 1485.

Consolation, roman - Monastère de Consolation (Jura) - Qu'est-ce que consoler ? - Boèce, Consolation de Philosophie, édition publiée à Gand en 1485.

L'INCONSOLATION - Le Travail de deuil - Boèce, Hugo, Sénèque, Pascal...

 

Travail de deuil, pour atténuer la peine et la souffrance, expression de la solution pour estomper le traumatisme, l'obsessionnelle pensée macabre des parents à la mort impromptue et injuste de leur enfant... Rien ne peut, cependant, faire oublier la mort d'un proche. La mort, seule, le peut, d'où, parfois, la solution du suicide. En effet, la mort attire la mort. Il faudra un long "travail" volontaire sur soi pour renaître à la vie... Utiliser toutes les consolations comme des narcotiques, tendre vers un refoulement, un "évitement de la conscience"…

 

Un geste, une parole, une caresse, un écrit restent souvent vains : on ne peut ressentir vraiment la tristesse d'un proche, d'un ami; l'un n'est jamais complètement l'autre. La parole de consolation est le plus souvent un lieu commun; au-delà du cliché, le verbe est à prononcer de façon prudente car toute parole est soupçon, s'insinuant dans un situation très personnelle, incommunicable. Or la consolation tend à supprimer la frontière entre le privé, l'intime et le public…

 

Et quand le "consolateur" est un personnage public, politique, la consolation est trouble, suggérant qu'une intention peu noble (montrer qu'on est là, proche des citoyens : message, discours d'un élu, venue de ministres, paiement par l'Etat des frais d'obsèques, sans oublier l'exploitation de l'événement par la presse : construisant sa Une sur la tragédie, pendant des jours, jusqu'à l'oubli et le passage à un autre "fait divers" !)…

 

Le mieux serait de se consoler soi-même, par la fuite, l'oubli ou l'écriture : relisons les Contemplations de V. Hugo, admirables poèmes écrits à la mort de sa fille Léopoldine !

 

Dans l'antiquité, la philosophie (Boèce, Sénèque…voir plus bas) était le seul viatique pour se consoler; de nos jours on a recours à la religion et à la psychologie, à la mode et au pouvoir exorbitant !

 

Les savoirs humains sont pourtant impuissants à atténuer la douleur: ce sont baumes extérieurs qui ne peuvent rivaliser avec l'effort méditatif intérieur de l'inconsolé.e. 

 

L'homme moderne, plongé dans le désenchantement contemporain, semble seul : il vit de "temps de la consolation" *, mais paraît inconsolé pour longtemps. L'auteur, philosophe et professeur à l'Ecole polytechnique, décrit une époque marquée par la "perte des modèles communautaires, rationnels et amoureux qui justifiaient l'existence face au lire."

 

JPB

 

* Michaël Foesel : Le temps de consolation (points-Seuil, essais) -

 "La confiance dans les vertus salvatrices de la raisonnes fondait sur un modèle précis de l'acquisition du savoir : la réminiscence. Pour Platon comme pour les Stoïciens, la connaissance philosophique console parce qu'elle repose sur un exercice de mémoire : le souvenir est capable de combler toutes les absences dont le sujet se désole…Ce que le sujet recherche dans l'angoisse, il le possède déjà. Il est donc vain de déplorer la perte de ce qui ne peut pas disparaître. " (page 18)

cf Pascal : "Tu ne me chercherais pas si tu ne m'avais déjà trouvé."Pensées, fragment 533.

 

(Voir, dans ce blog, l'article sur Notre-Dame de Consolation, à Collioure- et le roman -polar mystique- de JPB : Inconsolable à Consolation, publié chez Cap Béar)

 

 

*La Consolation de Philosophie est un dialogue philosophique écrit par Boèce vers 524. Il s'agit de l'une des dernières grandes œuvres de l'Antiquité et parmi les plus influentes au Moyen Âge. Elle appartient au genre littéraire de la consolation, formellement elle est un prosimetrum (alternance de vers et de prose).

 

L'œuvre hérite son titre de la tradition stoïcienne (Sénèque a écrit trois consolations adressées à Marcia, Helvia et Polybius), mais aussi des développements sur le thème fondamental du Destin

Certaines réflexions du Timée de Platon, cité au livre III, ont pu être connues de Boèce par l'intermédiaire des commentaires de Porphyre ou Chalcidius. La captivité et l'injustice se retrouvent dans le Criton et le Phédon.

La matière de la Consolation reprend celle de certains textes de Saint Augustin tels que les Soliloques (dialogue autobiographique) ou De l'ordre (De Ordine) qui traite des thèmes communs de l'ordre du monde, du mal, de la Fortune et de la Providence.

« La mise en scène du dialogue et les poèmes qui en rythment le déroulement libérateur, doivent quelque chose à un autre chef-d'œuvre de l'Antiquité tardive : Les Noces de Mercure et de Philologie de Martianus Capella1. »

Une autre œuvre de l'antiquité tardive, la Psychomachie de Prudence, a pour point commun avec la Consolation de Philosophie, l'usage de l'allégorie dans le cadre d'un combat spirituel.

Comme pour les textes de Macrobe, Martianus Capella et Prudence, l'écriture allégorique de la Consolation de Philosophie est influencée par la théorie des quatre sens de l'Écriture.

 

- - -

**Le Cirque de Consolation, appelé aussi Val de Consolation, est une reculée du massif du Jura située dans le département du Doubs, sur le territoire de la commune de Consolation-Maisonnettes, non loin de la frontière suisse.

 

 Le belvédère de La Roche au Prêtre offre un point de vue remarquable sur le site, découvrant la petite vallée et les bâtiments d'un ancien séminaire isolé dans les bois.

La présence humaine y est très ancienne puisqu'elle est attestée dans les grottes près de la source du Lançot à l'âge du bronze. L'histoire est ensuite marquée par l'édification au-dessus des falaises, à Châtelneuf-en-Vennes, d'un château fort à la fin du xive siècle : il sera détruit en 1639 pendant la guerre de dix ans et ses pierres seront utilisées pour la construction d'un monastère dans la vallée en 1670 : l'édifice sera plus tard transformé en séminaire avant de fermer ses portes en 1978.

Près de 150 hectares du site forment un site inscrit depuis 19433.

 

Un oratoire a été érigé en 1432-1433 pour honorer Notre-Dame de Consolation (dont le tableau est aujourd'hui dans l'église de Guyans-Vennes) et des ermites se sont installés dans la vallée sauvage. 

Achevé en 1673, l'édifice forme un carré de 40 mètres de côté et les bâtiments enferment un cloître central alors que le quatrième côté est occupé par l'église. Les bâtiments comportaient un étage où se trouvaient 18 cellules alors que le rez-de-chaussée était occupé par la cuisine et les réfectoires 6. Les bâtiments transformés au xixe siècle pour servir de séminaire comporteront deux étages et pourront accueillir plus d'une centaine d 'élèves 7. Divers aménagements seront entrepris au xixe siècle dans l'église et le porche en sera restauré en 18998.

Le monastère était à peu près désaffecté à la Révolution française et ne comptait plus que quatre moines quand il a été vendu comme bien national et transformé en dépôt de fourrage9. Laissé ensuite à l'abandon 10, l'ancien monastère, redevenu propriété de l'Église en 1827, a été transformé en petit séminaire en 1833 : il a été fermé en 1906 pour défaut d'élèves avant de rouvrir en 1920 (toujours en tant que « petit séminaire » (correspondant aux classes de l'enseignement secondaire) pour former de futursmissionnaires jusqu'à sa fermeture définitive en 1978. Depuis une Fondation du Val de Consolation gère les lieux et organise des réunions religieuses et des manifestations culturelles.

 

Géré par l'association "Artisans de Paix - Val de Consolation", le site du Val de Consolation accueille annuellement plus de 110 000 visiteurs et stagiaires attirés par le pittoresque de l'endroit et par les activités culturelles et religieuses comme par les pratiques de loisir. Grâce à l'association, le site de l'ancien séminaire accueille toujours une activité spirituelle, mais aussi culturelle et touristique. La chapelle est ouverte en permanence et des messes y sont célébrées. Le cirque de Consolation offre par ailleurs un parc aménagé pour les promeneurs qui peuvent découvrir la faune et les nombreuses cascades (source intermittente du Lançot, 27 m de haut ; source intermittente du Tabourot). Ce parc comprend un arboretum avec de nombreuses espèces remarquables.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens