Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 janvier 2018 4 04 /01 /janvier /2018 08:49
J.M.Pujol, maire de Perpignan (au centre); à sa gauche (!) Gérard Longuet, un ancien d'Occident. et J.Paul Alduy. - L'éditeur P.O.L. décédé le 3 janvier 2018 en Guadeloupe
J.M.Pujol, maire de Perpignan (au centre); à sa gauche (!) Gérard Longuet, un ancien d'Occident. et J.Paul Alduy. - L'éditeur P.O.L. décédé le 3 janvier 2018 en Guadeloupe

J.M.Pujol, maire de Perpignan (au centre); à sa gauche (!) Gérard Longuet, un ancien d'Occident. et J.Paul Alduy. - L'éditeur P.O.L. décédé le 3 janvier 2018 en Guadeloupe

2018 : le nouveau visage de Perpignan

 

ça se dit dans Perpi : une métamorphose s'opère. L'équipe de la mairie n'a pas vraiment trouvé un lieu affectif avec la population, mais si le malaise de centre-ville persiste, la cité se déplace en d'autres lieux (les halles, boulevard Clémenceau, les passages) qui attirent une clientèle jeune ou aisée...

Surtout, en osant installer la faculté de droit à l'entrée du quartier gitan et maghrébin, la municipalité opère une trouée ouvrant des perspectives : l'abattage d'immeubles insalubres ou de bâtiments du secteur sauvegardé. Comme l'Etat va "ouvrir" ce secteur et desserrer l'étau, comme l'a fait comprendre Yves Dauge, le sénateur, intermédiaire entre les villes et le pouvoir, lors de sa venue à Perpignan.

 

On peu s'attendre à une large rue traversant le quartier, des Augustins jusqu'à la place Cassanyes, la suppression de nombreuses maisons autour de cet axe et autour de la place du Puig. La rénovation de la splendide caserne de cavalerie pourra être renouvelée et un village neuf, aux allures catalanes, pourra naître. La population gitane pourra être relogée dans des ensembles HLM de qualité, comme dans le haut-Vernet, espace très propre, non loin du stage Brutus. 

 

Il fallait, de toute manière, bouger, ne pas laisser le ghetto, si exotique pour les touristes friands de photos insolites, mais si sale pour les habitants, perdurer. Ouvrir, avancer, rénover, loin des arguments d'une mixité sociale qui relève surtout de la fiction...

 

JPB

Gérard Longuet et Occident - G.Longuet à Perpignan 

 

UNE JEUNESSE À L'EXTRÊME DROITE

Il y a d'abord une jeunesse passée à la droite de la droite. Comme Alain Madelin ou Patrick Devedjian, Gérard Longuet a milité au sein d'Occident, un groupe d'extrême droite, pro-Algérie française. "Pour des raisons personnelles, j'étais Algérie française et anticommuniste. J'ai fait un bout de chemin avec la FEN [Fédération des étudiants nationalistes], avant de basculer vers Occident. Nous étions une bande de copains. Je n'ai jamais supporté que l'on m'interdise de m'exprimer […]. On se spécialisait dans la relation conflictuelle et musclée avec l'extrême gauche. On s'est pris des raclées, j'ai eu le cuir chevelu entamé", racontait au Monde en 2005 le désormais ministre de la défense.

Gérard Longuet n'a jamais caché ce passé sulfureux. "J'assume avoir été d'extrême droite. On s'est simplement trompés sur le modèle colonial, qui ne pouvait perdurer", précisait-il aussi au Monde. Le jeune étudiant ne s'en tient pas aux manifestations : il rédige tracts, textes et manifestes. A la dissolution d'Occident, en 1968, il contribue, avec d'autres étudiants, à créer le GUD (Groupe union défense), nouveau syndicat étudiant d'extrême droite, dont il aurait rédigé les premiers textes et le manifeste.

Son engagement le mène loin, jusqu'au tribunal, où il est condamné en 1967 à une amende pour "complicité de violence et voie de fait avec armes" en compagnie de douze autres militants d'extrême droite. Cet épisode contribue à "calmer" le futur ministre, qui finit par intégrer l'ENA en 1971. Selon l'actuel directeur adjoint de la rédaction de France Inter, Renaud Dély (Histoire secrète du Front national, 1999, Grasset), c'est depuis la prestigieuse école que Gérard Longuet rédige, l'année suivante, le programme économique d'un nouveau parti qui vient de voir le jour : le Front national.


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/politique/article/2011/02/28/le-passe-de-gerard-longuet-peut-il-gener-le-gouvernement_1486004_823448.html#4iHv0Wwh1vK6ucJ3.99

* - La mort de Paul, l'éditeur P.O.L. comme Camus, par la bagnole

Littérature / édition : la mort de P.O.L ( nom si compliqué qu'on disait : 3 lettres de son nom à prononcer détachées) mais l'écrivain Claude Delmas, qui publia chez lui, ainsi que chez Flammarion...disait : "Paul" comme le prénom.

Comme j'entendais les deux Claude (les amis Massé et Delmas, morts à quelques mois d'intervalle, en 2017, et maintenant, à l'orée de 2018, la mort de POL...), parler souvent de l'éditeur, je lui envoyai un manuscrit.

Il ne l'accepta pas dans l'état, mais sa lettre n'était pas un rapport passe-partout... Trop paresseux, je n'ai pas réécrit ce texte et c'est pourquoi je demeure dans l'ombre de la province, tout comme de nombreux auteurs publiés par P.O.L.

jpb

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens