Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 janvier 2018 2 09 /01 /janvier /2018 09:29
M. J.M. Pujol en colère, face au blogueur Jean-Pierre Bonnel (photo Pascal Yvernault), librairie Torcatis

M. J.M. Pujol en colère, face au blogueur Jean-Pierre Bonnel (photo Pascal Yvernault), librairie Torcatis

Municipales 2020/21 à Perpignan : Jean-Marc PUJOL à mi-mandat (2) Suspens et sursis

Dans l'attente de la victoire de Louis ALIOT (ex-FN) : UNE VILLE EN SURSIS

 

M.Pujol entretient le suspens, mais il ne se représentera pas en 2020 (ou 2021). 

Les raisons ? L'âge, la santé, la "tentation d Marrakech", la division dans son propre camp et l'impatience des poulains plausibles : O. Amiel, P. Parrat, JF.Calvet, Romain Grau... 

 

Elu en 2013 grâce au centre et à la gauche, face à un FN obtenant 45 % des voix, le maire sait que Louis Aliot, qui s'éloigne tactiquement de son parti et de Marine Le Pen, pour rallier une partie de la droite radicale (Patriotes, Républicains extrémistes...) et les Souverainistes de tous bords : L. Aliot, infiltrant en outre des couches sociales et des communautés délaissées (les gitans…) par la municipalité et une gauche atone, ne peut que gagner la mairie.

 

Si la crise continue : chômage, pauvreté, malaise du commerce… Si la politique macronnienne échoue. 

 

Pour l'instant, Macron gagne et séduit : la reprise économique est là, mais la population pauvre ou moyenne est mécontente (chômage persistant, augmentation de la CSG, code du travail et peur du licenciement…). Si le Président gagne, son candidat local, le député R. Grau, ancien premier adjoint de M. Pujol, l'emportera. Surtout en raison de la politique restrictive du ministre de l'intérieur qui veut gagner une partie de l'électorat frontiste.

 

Le maire actuel peut rêver à un "bis repetita placent" de 2013 :

 

- être réélu de justesse grâce à un électorat de gauche dépité par les dirigeants socialistes et communistes locaux, silencieux ou dépourvus d'un programme sérieux… Face à lui, il y aurait un(e) candidat(e) socialiste d'un parti exsangue, un candidat communiste ancien, et Clotilde Ripoull qui, malgré sa présence active sur le terrain, aura du mal à réunir au premier tour les 20% de voix qui lui permettraient d'avoir une chance au second tour, sans faire le jeu, par la division du camp démocrate, de Louis Aliot…

 

-Etre réélu par la droite radicale : M. Pujol a été séduit par Macron (à qui il fait pourtant un procès, par l'intermédiaire du Cercle algérianiste et un avocat proche de l'extrême-droite…), mais a pris partie pour Vauquier, qui, lui aussi, prône la répression à l'égard des migrants, des étrangers, plus par tactique électorale (assécher le FN) que par conviction.

 

-Etre réélu par les Perpignanais auxquels il promet, pour leur ville, un nouveau visage : grands travaux, revivifier le coeur de ville grâce à la fac de droit, des rénovations, la destruction du ghetto insalubre de Cassanyes…

 

Or, le problème de JM.Pujol, c'est l'affectif. Passionné par l'Histoire, la finance, la fiscalité, le sport et l'amour exotique, il manque d'aura, de talent d'orateur, de magnétisme dans les relations humaines.

 

Il n'a jamais réussi à gagner le coeur des citoyens, car il ne sait pas montrer ses sentiments. Le perpignanais est convaincu que le maire actuel n'aime pas Perpignan : ce n'est pas sa ville ! Après Mostaganem, Montpellier, il vit à la périphérie de la ville, pas en son "coeur", mot qu'il emploie pourtant souvent…

 

M.Pujol, ce n'est pas la faconde de J.Paul Alduy, les gestes et la frénésie de l'ancien maire, édile de proximité, que l'on voyait marcher en ville, ou la traverser en solex…magistrat accessible, que l'on pouvait arpenter dans la rue pour lui parler ou l'invectiver !

 

Les habitants de Perpignan n'attendent rien de M. Pujol. Ils attendent… Le pire, l'élection d'un L. Aliot, ou le meilleur, l'élection d'un homme jeune ou d'une femme dynamique…

 

La ville attend 2020… La ville est en sursis…

 

- - -

Livre de Jean-Pierre BONNEL à paraître

photo: M. J.M. Pujol en colère, face au blogueur Jean-Pierre Bonnel (photo Pascal Yvernault), librairie Torcatis (articles réédités dans le livre "Perpignan, une ville à mi-mandat : 2013/2018" - Voir articles de Fabrice Tomas et Nicolas Caudeville sur ce sujet.

Comme mon livre sera très mal diffusé (pas d'article dans la presse officielle locale quotidienne, en dépit du don de mon livre à la responsable politique de l'époque - refus par les libraires de présenter mon livre ou de lire des extraits...), il est préférable de réserver l'ouvrage : chèque de 15 euros, port compris, à JPB, 9 rue Saint-Jean, 66000, Perpignan...

06 31 69 09 32

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens