Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 avril 2018 3 11 /04 /avril /2018 05:19
J.Claude LIEHN - photo de Walker Ewans -  Tiffany Vailier Billot - Du pariétal au médiéval - Soulages à Rodez -
J.Claude LIEHN - photo de Walker Ewans -  Tiffany Vailier Billot - Du pariétal au médiéval - Soulages à Rodez -
J.Claude LIEHN - photo de Walker Ewans -  Tiffany Vailier Billot - Du pariétal au médiéval - Soulages à Rodez -
J.Claude LIEHN - photo de Walker Ewans -  Tiffany Vailier Billot - Du pariétal au médiéval - Soulages à Rodez -
J.Claude LIEHN - photo de Walker Ewans -  Tiffany Vailier Billot - Du pariétal au médiéval - Soulages à Rodez -

J.Claude LIEHN - photo de Walker Ewans - Tiffany Vailier Billot - Du pariétal au médiéval - Soulages à Rodez -

 

 Jean-Claude Liehn *  donnera sa conférence : Histoire de la photographie 

- le style documentaire : le vendredi 13 avril 2018 à 18h30, à Banyuls-sur-Mer, salle Novelty, Maison des associations, parking gratuit et entrée libre. Projections de photos et commentaires.

 

Cette conférence est organisée par l’association Walter Benjamin sans frontières (Contact : J.P.Bonnel 06 31 69 09 32 - jean-pierre.bonnel@orange.fr )

 

En Allemagne et aux Etats-Unis, entre les deux guerres, s’est développé un courant photographique appelé Style documentaire qui marqua de façon majeure la photographie moderne. Son influence reste essentielle dans la photographie contemporaine. 

La conférence présente cette histoire dans un esprit très pédagogique, avec de nombreuses illustrations et connections avec les autres disciplines artistiques. On y rencontre en chemin les principaux photographes évoqués par Walter Benjamin dans ses textes sur la photographie.

 

* Jean-Claude Liehn (photographe, Association Lumières d'Encre, Céret) a pratiqué la photographie parallèlement à une carrière de médecin-chercheur en imagerie médicale. Depuis quinze ans, il photographie principalement les architectures industrielles et domestiques dans un style documentaire purement classique. Il a étudié par ailleurs l’histoire du style documentaire en photographie, et a donné plusieurs conférences sur le sujet.

** PEINTURE, Saint-CYPRIEN

 causerie du 12 Avril 2018 à 18 h 00  sur Pierre Soulages autour de son univers "L'outrenoir", au Musée François Desnoyer à SAINT-CYPRIEN village.

 

Desnoyer, la couleur pure

10 février - 20 mai 2018

L’oeuvre de François Desnoyer s’exprime par la couleur, elle envahit complètement la toile. Le vert, le bleu, le jaune et le rouge se répondent fougueusement tandis que les personnages se réduisent à l’essentiel. Une réelle sensibilité au regard des paysages méditerranéens avec une affection toute particulière à la représentation des plages de Saint-Cyprien dont il apprécie les couleurs, les lumières, les baigneurs et le mouvement de foule multicolores. Une vie entière vouée à la peinture enrichie par des échanges, des voyages, des découvertes, reflet d’une production picturale dense, colorée aux larges touches verticales et horizontales.
Une exposition éclatante proposant une cinquantaine de toiles dont la lecture permet l’interprétation de sa propre existence

 

LES COLLECTIONS DE SAINT-CYPRIEN

Service Culture /Evénements

Rue Emile Zola, 66750 Saint-Cyprien

Tél. 04 68 56 51 97 - Mail : collectionfrancoisdesnoyer@gmail.com

 

*** Céret : du pariétal au médiéval 

 

Je serais très heureuse de vous accueillir au vernissage de l'exposition à laquelle je participe :

  jeudi 12 avril à 18 h - à la Capelleta à Céret (à côté du musée de la musique), et dans notre atelier de gravure 2 rue des Capucins, à Céret.

 

Nous sommes une bonne quarantaine d'artistes graveurs de Lyon et de Céret, nous avons travaillé sur un thème commun : du pariétal au médiéval. Notre atelier présente un livre d'artiste édité par les graveurs de Lyon : Envol, textes de Nimrod.

 

Au plaisir de partager avec vous le verre de l'amitié.

 

Johanna LEON

 

 

****  Tiffany Vailier Billot 

J'ai le plaisir de vous transmettre l'invitation

 

du Centre de sculpture romane de Cabestany (66)

pour le VERNISSAGE JEUDI 12 AVRIL A 18H30, de la prochaine exposition de mon travail :


"Photo/graphie. Mourir>Exister<Naître"
Exposition jusqu’à fin juin, en duo avec le photographe et artisan d'art Carlos Barrantès, qui présente des tirages platine-chrome de la série "Le livre des morts", j'expose mon travail de recherche récent, lié à ma résidence artistique au lycée François Arago de Perpignan "Questionner l'Être(s)", un texte et créations inédites, ainsi que des photomontages composés à partir des photos réalisées par les élèves, imprimés sur bâche puis retravaillés en technique mixte. 


Projet réalisé au printemps 2017 et soutenu par le Ministère de la Culture - DRAC, la Région Occitanie-Pyrénées-Méditerranée et le Département des Pyrénées-Orientales ; coordonné par la structure Agit'hé)

Un programme complet de stages et rencontres accompagne l'exposition, à retrouver sur
http://www.maitre-de-cabestany.com

 

A bientôt !


Tiffany Vailier Billot
Artiste plasticienne
http://www.vailier.fr
+33 06.01.82.78.79
+33 04.34.29.06.19



Coordinatrice / Artiste intervenante
-------------------------------------------------
AGIT'HE Association loi 1901
CREATION ACTUELLE ET EMERGENTE
Médiation | Production | Edition | Union
http://www.agithe.fr
Pyrénées-Orientales

* Les occasions manquées...Pourquoi Sète a manqué le musée Soulages...

 

Le musée dédié à Pierre Soulages a ouvert vendredi 30 mai à Rodez. Sète, ville où réside le peintre une partie de l'année, en avait rêvé. Mais le projet a capoté.  

Un musée inauguré par le Président de la République en personne ! Un événement qui pèse lourd dans l'histoire de l'art contemporain et de la culture française. C'était le 30 mai à Rodez, c'est le fameux musée Soulages et Sète ne peut qu'observer l'affluence et s'en mordre les doigts…

 

Parce que bien avant que naisse le projet de Rodez, ville natale du géant de la peinture, Sète la lumineuse avait reçu les faveurs du maître de l'outrenoir. C'est en effet sur Saint-Clair que Soulages, mariée à Colette, native de l'Île singulière, réside une partie de l'année depuis plus de 40 ans.

Le projet d'un dôme de verre au dessus du musée Paul-Valéry

L'idée d'une fondation Soulages à Sète prend source dans les années 80. "En 1984, Soulages m'avait fait part de son intention. Il souhaitait que Sète bénéficie de sa collection. Pas sous forme de donation mais, autant que je me souvienne, il aurait aimé qu'elle soit gérée par le Louvre", se remémore Yves Marchand, maire de la ville à cette époque. Rapidement l'idée se transformait en véritable projet : "Nous nous sommes rencontrés plusieurs fois avec Soulages et son épouse. Nous avions même trouvé le lieu pour le bâtiment." C'est le site de l'ancienne carrière, communément appelé le terrain du moto-cross, au-dessus du musée Paul-Valéry, qui avait été retenu. Le projet était très avancé. Au point qu'un proche de Soulages, l'architecte Paul Andreu, à qui l'on doit entre autres les aéroports de Roissy, Abou Dabi ou encore du Caire mais aussi le Grand Théâtre National de Pékin, avait imaginé une bâtisse avec un immense dôme de verre.

 

Responsabilité politique ?

"Malgré des années de discussions, ça ne s'est pas fait… Le terrain concerné par le projet était en effet composé de deux parties. La partie haute, municipale. Et la partie basse, privée, qui appartenait à l'entreprise Turini. Cette entreprise avait besoin d'argent et a préféré vendre à un opérateur immobilier. Je ne pouvais pas m'aligner sur les prix promoteur… Le projet a échoué. C'est une des plus grosses déceptions de ma vie. Un gros raté…" Aujourd'hui, la partie haute du terrain accueille des logements HLM construits sous Marchand. La partie basse a vu fleurir une résidence avec vue imprenable sur la mer. Ou l'art de la spéculation foncière…

 

"La partie basse perdue, Soulages n'était pas content. J'ai proposé un autre lieu, rappelle Yves Marchand, soit l'actuel emplacement du Crac. Il n'a pas voulu en entendre parler, il voulait un éclairage zénithal…" Un “loupé” monumental que de nombreux Sétois ont mis sur le dos d'une responsabilité politique collective…

 

Le peintre le mieux coté du marché de l'art contemporain

Sète a manqué le filon d'or. Celui d'un rayonnement culturel extraordinaire, lié à celui qui est aujourd'hui considéré comme le peintre le mieux coté sur le marché de l'art contemporain. Manquée également l'aubaine des 150 000 visiteurs par an annoncés à Rodez. Un outil économique de développement rare et précieux. Yves Marchand regrette, François Commeinhes préfère ne pas y repenser…

 

"Sète a manqué Soulages après avoir laissé partir la fondation Desnoyer à Saint-Cyprien et avoir vu filer Jean Vilar à Avignon

À Sète, le galeriste Yves Faurie n'a toujours pas rangé son amertume au placard. "Sète a manqué Soulages après avoir laissé partir la fondation Desnoyer à Saint-Cyprien et avoir vu filer Jean Vilar à Avignon. Je crains de voir un jour Combas et Di Rosa, nos artistes de la Figuration libre, être tentés par d'autres villes. La faute en incombe à la classe politique dans son ensemble et aux maires successifs." Colère et regrets mêlés. Comme si progressivement, c'était un peu l'âme de Sète qui s'envolait…

“L'effet Soulages” a entraîné la multiplication de galeries d'art en ville

À Rodez, bien avant l'ouverture du musée, “l'effet Soulages” a entraîné la multiplication de galeries d'art en ville. Parmi elles, comme pour appuyer encore là où ça fait mal, celle d'un Sétois. Vincent Cunillière qui fait aujourd'hui figure de “photographe de Soulages” a aussi migré vers Rodez. Et d'avouer "réaliser son rêve en ouvrant cette galerie en face de la porte d'entrée du musée Soulages." Singulière chronique d'une série d'ex-îlés...

 

SANDRA CANAL © Midi Libre 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens