Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 avril 2018 7 15 /04 /avril /2018 08:26
Maison deFrançois de Fossa - Casa Geli - Livre de JPBonnel : Perpignan, une ville en sursis, un maire à mi-mandat
Maison deFrançois de Fossa - Casa Geli - Livre de JPBonnel : Perpignan, une ville en sursis, un maire à mi-mandat

Maison deFrançois de Fossa - Casa Geli - Livre de JPBonnel : Perpignan, une ville en sursis, un maire à mi-mandat

PerPiPolis   (2)

 

L'amertume ou le silence règnent dans une ville bourgeoise, située à droite depuis des décennies et assaillie par la pauvreté, le communautarisme, l'ancienne empreinte pied-noir, la nostalgérie, les trafics dans certains ghettos, la délinquance et un brassage des populations (migrants et immigrés) qui créent ce climat morose et favorisent la menace croissante d'une victoire de la droite extrême aux élections municipales (rappelons L. Aliot avant JM.Pujol au premier tour et 45% au second).

 

A mi-septennat, le maire semble sourd aux critiques et compte sur la faiblesse de la gauche dans sa ville. Il prétend que son adversaire est le FN mais il doit compter avec les concurrents dans son propre camp: O.Amiel, M. Lorente, F.Calvet… 

 

Ce Républicain semble tenir deux discours : républicain au musée de l'exil de La Jonquera (j'étais présent au vernissage de l'expo consacrée au camp des haras de Perpignan en 1939, dont le commissaire est Eric Forcada) et conservation d'un esprit et d'une idéologue "Algérie française" avec le cercle algérianiste, le mur dans le jardin, le non-respet de la date du 19 mars 1962, visite au cimetière du haut-Vernet en compagnie de militants frontières…

 

Il s'agit sans doute de garder l'électorat de droite dure (menée par Wauquiez) et de s'emparer des votes d'extrême-droite, face au danger Aliot, tout en séduisant un électorat plus modéré, centriste, voire socialiste (notons le silence du PS sur la ville et l'effacement de J.Cresta, la non-position de S.Neuville) : l'objectif est de contrer la candidature macroniste de R. Grau et retrouver les voix de l'UDI partie vers la REM)

 

Face au FN, JPM joue de la menace Aliot et mise sur l'effacement, comme en 2014, de la gauche et sur le maigre score de l'extrême-gauche (PCF, Insoumis). Ne l'ennuie que la présence de C. Ripoull, issue du centre (UDF mais dans l'opposition à J.P.Alduy); celle-ci, hors parti, indépendante, comme sa revue et son association "Equilibre", est cependant gênée par la présence de l'extrême-centre macédonien; connue surtout dans le centre-ville, il lui reste un an et demi (2,5 les élections ont lieu en 2021) pour s'implanter dans les quartiers sensibles, délaissés et dans les zones économiques et artisanales (Grand St-Charles) de la ceinture urbaine…

 

*La culture : soyons objectifs, les aspects positifs sont là : programmation de qualité au TA, essor du musée Rigaud (malgré un dévastement des hôtels particuliers jumellés), troupes en résidence, aide à l'art vivant (chansons, concerts gratuits, Perpi en scènes, Casa musicale, Mediator…et le projet de musée de la Retirada, confié à Eric Forcada, au couvent Ste-Claire, ancienne prison du quartier St-mathieu)…sans oublier le réseau des bibliothèques, l'action discrète mais assurée de M. Saez, le service des publics musée, le CML, Ida i Vuelta, la musique sacrée, les jeudis, la fête de la musique… On ne peut que conserver Visa pour l'image (même si j$le festival qui montre les horreurs du monde ne sert à rien pour changer le monde), les expositions au CIP (mais non encore inauguré officiellement et aux subventions insuffisantes, cf, entretien avec M.Camp, dans L'Indépendant), lasemaine de la presse à cette occasion et les actions intéressantes Lycée Arago, ou à l'unversité, sur le thème de la frontière, de l'exil des migrants…

 

On attend l'installation de l'Office de Tourisme dans la Loge de Mer (une vitrine de la culture, de l'artisanat, des racines catalanes…aurait été plus justifiée en ce lieu historique)et le projet "Terra Nostra" (titre repris des éditions pradéennes de R.Gual): projet des "grands sites Occitanie" inscrits dans un projet de territoires. Il est écrit dans la revue Perpi/Mairie, n°41, page 7 : "Le secteur sauvegardé constituera le coeur emblématique et le moteur principal de la labellisation" (mars-avril 2018.

 

Le contestable se situe dans la mauvaise organisation de la fête du livre, dans l'absence de la nuit des musées, dans le défilé des fêtes traditionnelles, ambiguës car mêlant dans l'espace public le religieux, le folklorique et les intentions touristiques, la mairie martelant le slogan de "Destination Perpignan"; plus graves la fin de l'Ecole des B.Arts, la vente de l'immeuble ainsi que celui du CAC W.Benjamin : où est l'art contemporain ? Etrangement dans le musée Rigaud, et dans des galeries privées, comme à 100mètresducentredumonde, et nous rendons ici hommage à Vicente Madramany, dont l'action fut admirable.``La mairie reprend le slogan du CD66 "la culture pour tous", en écrivant (journal de Perpi-mairie n°40, janv/fév. 2018, page 8 : "une culture accessible à tous". (ce n'est pas le cas au TA ni au "Live au Campo Santo", places à plus de 60 euros, par manque de places, sans doute…)

 

La maire reprend à son compte les événements des associations largement subventionnées, telles que le CML, J.Vigo/Confrontation, Jazzèbre) et les activités de l'Office de Tourisme (dirigé par un anion conseiller municipal de JMP)

 

*débat: ces 4 ans ont été marqués par des polémiques nombreuses, la mairie agissant sana prendre réellement l'avis des citoyens (malgré les 9000 signatures pour le respect du secteur sauvegardé, l'ASPHAR a du mal à imposer ses idées). 

 

 

*Stratégie : ainsi, au lieu de répondre à une action de la mairie, à une initiative qui semble pernicieuse pour la ville (échec pour revitaliser le centre historique), au lieu de répliquer et dons'^etre à la remorque de la municipalité, ne vaudrait-il pas mieux développer son propre programme, par thèmes, avec des foyers à distribuer dans les quartiers, avec une page pour la réponse..?

 

 Hélas, n assiste à un désintérêt pour les "choses de la cité" de la part des citoyens qui votent de moins en moins (l'abstention est le premier part de France), qui ne se déplacent guère aux réunions citoyennes… Comment ré-enchanter la ville et les habitants quelques suggestions dans mon 1er livre politique : 365 jours avec JMP, chronique de la campagne des élections de 2014.

 

Comment motiver les habitants ?

Il semble que les débats autour des commerces ne les passionnent âs : ils sont convaincus des atouts des hyper périphériques; ils sont peu réceptifs aux événements culturels (département de gens âgés, de chômeurs, d'étudiants venant à la fac de Perpignan par défaut, jeunes qui ont d'autres passions : nature, sport, numérique, réseaux sociaux et se méfient des politiciens. Les gens s'installent ici pour le climat, le tourisme, la mer, des logements encore accessibles par rapport aux autres régions littorales...

 

Les Hommes politiques doivent répondre aux véritables attentes des citoyens. Leurs préoccupations primordiales sont :

-les impôts, le chômage

-l'insécurité, l'immigration, les ghettos, le communautarisme

-les inégalités sociales (éducation, culture, logement…)

-le terrorisme, la crainte de l'étranger (surtout le Noir radicalisé et le maghrébin islamiste)

 

Quelles sont les réponses des candidats aux municipales ? Que peut un maire ? Peut)il créer des emplois (police, médiateurs de rue, animateurs de centres sociaux, auxiliaires de vie pour les gens âgés ou les familles en grande pauvreté…) ???

 

JPBonnel

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens