Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 mai 2018 3 02 /05 /mai /2018 09:50
TERRUS : on attend des explications ! - Tourisme trompeur - Prisonniers catalans : l'écrivain Carme Forcadell - Lettre au maire de Perpignan sur la situation en Catalogne

 

«TERRUS» 2018

 

Comment les responsables culturels de la ville d'Elne, depuis 20 ans, on-ils pu être trompés en achetant, en acceptant des dons, en exposant de tels tableaux, si moches et si peu caractéristiques du style de Terrus..?

 

On est sidéré alors qu'on a de l'estime pour Odette Traby, Floriane Delaris, Jean-Pierre Barrou, Sylvaine Candille, Annie Pezin... sans compter les prêts du musée de Céret, etc...

 

Ils devront s'expliquer. Nous expliquer... Pourquoi des achats à des antiquaires véreux ? Pourquoi ces dépenses, ces aveuglements..? Copinage, corruption, inculture..? Tout est possible ! Une enquête locale qui devra s'étendre à tout le département, et plus...

 

à suivre... Après les achats inconsidérés de l'ancien maire de Saint-Cyprien, de la vente du Centre d'art contemporain de Perpignan, de la destruction du musée d'art moderne de Saint-Cyprien par l'actuel maire (pour faire un parking !), le 66 est gangréné par l'argent mal placé et l'incompétence artistique !

 

JPBonnel

 

TERRUS 2011 : Exposition au Musée Terrus

-Elne9 juillet-2 novembre2011 - Commissaire d’exposition : Odette Traby

Étienne Terrus (1857-1922)

œuvres présentées: 70 aquarelles, huiles, dessins. - Vernissage le 9 juillet 2011 à 11h

Contact presse : Floriane Delaris Rossignol 

 

Dans  les  multiples  compilations    Terrus  apparaît,  sont  consignés  les  mêmes poncifs : un ours acariâtre qui n’a jamaisvoulu  quitter  «son»  Elne  et  qui  a  peint  de  belles 

aquarelles des paysages catalans.

L’exposition 2011 du  Musée  Terrus  se  donne  pour  but  de  présenter  les  différentes 

facettes  de ce peintre hors du commun qui consacre sa vie  à ses recherches picturales et à ses amis (peintres, musiciens, poètes, écrivains)

Dès ses premières études, il «interprète les œuvres des peintres connus de cette fin 

du  XIXe siècle  en  leur  donnant  une  connotation  personnelle  qui  présage    de  ses  futures œuvres.  Il  évoluera    du  classicisme  d’un  Cabanel  dont  il  fut  l’élève, à  l’amorce  d’un expressionnisme   (sensible   dans   ses   dernières   aquarelles),   tout   en   conservant   une «écriture»   personnelle      incontestable.

Il   appréhendera      différentes   influences   (en particulier    celle    de    Monet    puis    celle    des    Fauves)    sans    jamais    tomber    dans    le plagiat, poursuivant  inlassablement    ses  recherches  sur  la  couleur    et  la  lumière.  Trois couleurs l’ont suivi toute sa vie:  violet,  ocre  et  vert,  tel  un  leitmotiv  qui  marque  ses créations. La composition restera une constante dans son œuvre bien qu’elle ne soit jamais visible au premier abord.

Fidèle  en  amitié,  il  fut  apprécié  de  tous  ceux  qui  l’ont  côtoyé.  Tous  parlent affectueusement  de  ses  côtés  «ours  et  anarchiste»,  mais  lui  témoignent    un  profond respect. C’est Maillol qui veillera  fidèlement sur ses derniers jours.

Le musée Terrus, créé en l’honneur de son grand peintre catalan Étienne Terrus né et mort  à  Elne  (1857-1922) ,lui  rend  cet  été  un  hommage  exceptionnel.  La  présentation  de dessins,

aquarelles, huiles, permettra d’avoir une idée d’ensemble de l’œuvrede cet artiste

.Le catalogue 2011permet une actualisation des connaissances

sur l’artiste et sur son art au travers des articles suivants :

Préface de Nicolas Garcia, Maire d’Elne

«Itinéraire artistique d’Étienne TERRUS

» par 

Floriane Delaris Rossignol, doctorante en 

histoire de l’art

.«TERRUS, homme de contrastes, anarchiste, bon vivant, et la poésie au bout du pinceau

» par Odette Traby, directrice artistique du Musée

 

«De l’élève copiste au peintre confirmé (1874

-1905) par Floriane Delaris Rossignol

. «Créer, c’est résister» par Jean-Pierre Barou

, historien d’art -«De technique et de couleur»  par  Odette Traby Il réunit 50 reproductions de peintures et aquarelles.

Adjointe à la Culture : Annie PEZIN 

Directrice artistique : Odette TRABY

Direction culturelle et administrative: Sylvaine CANDILLE

- - -

 

Libération - Mis à jour le 28/04/2018 06:00

 

Elne: 82 tableaux de Terrus expertisés comme faux

ENQUÊTE. Les peintures suspectes ont dû être retirées des collections municipales qui ont été dévoilées au public ce vendredi.

L’affaire, révélée vendredi soir par le maire d’Elne, Yves Barniol, lors de la réouverture officielle du musée Terrus, risque de faire tâche d’huile sur le marché de l’art départemental. Sur 140 œuvres du peintre appartenant à cette collection municipale, 82 ne peuvent être offertes au regard du public car elles ont été expertisées comme étant des «faux».

La nouvelle a sidéré la municipalité en août dernier lorsqu’elle a décidé d’intégrer à la scénographie du musée, 47 œuvres issues de donations des associations des amis d’Illibéris et des amis de Terrus (qui avaient lancé une souscription commune en septembre 95 pour en faire l’acquisition), et 13 autres venant du legs de la collection privée d’Odette Traby (lire en page suivante). Le tout s’ajoutant aux 40 pièces achetées par la commune entre 2001 et 2013.

«Cet artiste n’a pas pu peindre ça»

Pour lancer cette initiative, en vue d’une exposition au mois d’octobre, il est fait appel à Éric Forcada, en tant que commissaire d’expositions et historien de l’art, qui reçoit les clichés des toiles par mail. Il les consulte et, dès le lendemain, demande à rencontrer l’adjointe à la culture de toute urgence. Il veut lui faire part de ses soupçons sur l’authenticité d’une grande majorité des toiles. «Ce n’est pas possible, au niveau stylistique, cet artiste n’a pas pu peindre ça», alerte-t-il. Un choc. La ville sollicite aussitôt une contre-expertise, réalisée par une commission de personnalités qualifiées (historiens de l’art, restauratrice de tableaux, artiste...) qui émettent un avis unanime. 60% des collections, d’un montant estimé à 160.000 euros, apparaissent comme des contrefaçons. Des toiles jamais peintes par Étienne Terrus, mais récupérées aux puces ou entièrement créées en s’inspirant de l’œuvre du peintre, de catalogues d’exposition ou de cartes postales d’époque sur lesquelles est ajoutée sa signature. Au premier regard, les spécialistes ont détecté d’énormes anomalies stylistiques, des impossibilités quant aux supports utilisés, des anachronismes grossiers... Trois pièces seulement laissent encore place au doute et doivent faire l’objet d’un examen poussé, avec rayons ultraviolets.

 

Enquête en cours

En octobre, la commune d’Elne décide ainsi d’annuler l’exposition, de fermer le musée et d’en profiter pour faire des travaux de rénovation. Puis, après délibération municipale du 30 mars, elle dépose plainte contre X pour «faux, usage de faux, escroquerie, contrefaçon, abus de confiance, recel, complicité...»  via son avocat Me Mathieu Pons-Serradeil. Au premier rang des victimes aussi, les associations concernées ont également engagé une procédure judiciaire, tandis que leurs responsables ont été entendus afin de fournir des éléments sur les conditions d’achat des œuvres. Elles auraient été, pour certaines, payées par chèques. Mais, pour la plupart, il apparaîtrait pour l’heure très difficile de remonter l’origine en l’absence d’éléments de traçabilité, de certificats, d’actes d’achats, de délibérations... Une enquête est donc en cours diligentée par les gendarmes de la brigade de recherches de Perpignan. En outre, des perquisitions auraient récemment été effectuées chez un revendeur perpignanais, sans que l’on sache si des découvertes importantes ont pu y être faites. Les 82 pièces concernées (ne pouvant être conservées ou présentées sous peine de poursuites pour recel), ont été placées sous séquestre. Dans l’attente de la poursuite des investigations destinées à démasquer le (ou les) marchand(s) d’art et surtout le (ou les) faussaire(s). Lequel paraît très bien connaître le pays catalan, et pourrait même y avoir planté son chevalet...
 
 

 *L'Indépendant - Mis à jour le 28/04/2018 17:33

 

Faux tableaux de Terrus à Elne: le maire Yves Barniolse dit "catastrophé"

Le maire d’Elne, Yves Barniol, a tenu à jouer la transparence vendredi soir avec ses administrés à l’occasion de la réouverture de son musée Terrus.

«Catastrophé, se dit-il aujourd’hui. Nous avions pour ambition de valoriser le musée et de faire une exposition dédiée à Étienne Terrus pour présenter au public les collections. Nous avons sollicité Éric Forcada qui nous a alertés. Puis la commission d’experts nous a avertis que la grande majorité des tableaux étaient faux. Ça a été la stupéfaction totale, une catastrophe pour la municipalité. Car, Étienne Terrus est le grand peintre d’Elne, il fait partie de la commune, c’est LE peintre de chez nous. C’est inqualifiable. De savoir que des gens sont venus dans ce musée et ont vu plus de la majorité de faux, je le vis très mal. J’espère que l’enquête ira au bout. Nous, nous ne lâcherons pas. On va rechercher tous les éléments, les délibérations, les certificats... qui nous permettront de remonter jusqu’aux faussaires. Nous n’en avons acheté qu’une en 2014, une vraie celle-là avec certificat d’authenticité. En fait, sous les anciennes municipalités, des gens prétendaient avoir des compétences qu’ils n’avaient pas. Là, j’attends un retour de la gendarmerie». Une personne a été recrutée voilà 6 mois afin de lancer un inventaire des œuvres de Terrus. Certains tableaux ont déjà été découverts dans les stocks municipaux dont les élus ignoraient l’existence.

«Les associations sont totalement désemparées, ajoute le maire. Elles ont la crainte que les souscripteurs qui ont participé à ces achats viennent leur demander des comptes alors qu’elles n’y sont pour rien». Pas question pour autant de baisser les bras pour la municipalité d’Elne qui veut rester optimiste et mise sur son musée Terrus, obligatoirement repensé. «On a investi plus de 300.000 euros dans ce musée pour rénover et attirer les gens sur la ville haute. Et nous continuerons à valoriser et à protéger les artistes de l’art roussillonnais».

(C) Laure Moyset

Le tourisme trompeur

 

1. Geoplus : 


Vos réponses resteront anonymes et nous serviront à élaborer le profil général des préférences touristiques, qui sera utilisé par l'organisateur et le sponsor de l'étude. Par ailleurs, vous pouvez découvrir à quoi ressemble le touriste moderne et voir dans quelle mesure vous vous inscrivez dans la mouvance. Inscrivez-vous dès maintenant pour recevoir le rapport d'enquête gratuit:Nous vous remercions pour votre participation

J'accepte le règlement

Votre voucher est prêt à être retiré

  • N° de voucher :86382-5517-5
  • Date de validité :2018-11-02 (6 mois)
  • Nombre de nuits :3
  • Nombre de personnes :2
  • Voucher réservé pour :15 min.

 

Lisez avant de retirer le voucher :

  • Le voucher donne droit à 2 personnes à utiliser 3 nuits d’hôtel gratuites dans l’un des 500 hôtels parmi 15 pays d'Europe appartenant à l'association Eurorest, le sponsor des enquêtes.
  •  
  • Le voucher est valable 6 mois à compter de la date d’émission. Une fois ce délai écoulé, il ne sera plus accepté.
  •  
  • Pour utiliser votre voucher, il vous suffit de choisir dans l’hôtel qui vous plaît dans le catalogue des hôtels, de prendre connaissance des conditions d’utilisation et de l’obligation qui vous incombe de prendre vos repas dans l’établissement, d’effectuer la réservation puis de vous rendre à l’hôtel par vos propres moyens. Le jour de votre arrivée, présentez le voucher à la réception pour être exempté des frais d’hébergement.
  •  
  • Vous pouvez recevoir le voucher par voie postale ou électronique. Vous décidez. Vous trouverez plus d’informations concernant l’utilisation du voucher dans le règlement.

 

Nous avons élargi votre voucher de 5 nuits!

Félicitations ! Votre identifiant indique que vous faites partie du groupe de personnes dont nous avons élargi gratuitement le voucher : vous passez ainsi de 3 à 5 nuits d’hôtel.

   

Vous pouvez actuellement bénéficier de 5 nuits pour 2 personnes dans chaque hôtel.

Cette faveur est GRATUITE, il s’agit d’une offre spéciale de la part du sponsor destinée aux personnes sélectionnées.

(il faut d'abord envoyer un virement de 31 euros...puis on verra !)

 

2. Tourisme et politique :

El   turisme, el    neofranquisme    i     la     justícia

La sentència de l’Audiència Provincial  de Navarra - “masclista, desproporcionada  i tercermundista”- sobre el cas “la manada”  a més de  les incongruents  i parafeixistes declaracions contra els alemanys  de Mallorca -i de tota la costa Mediterrània- per part d’un ràdio/predicador ultranacionalista castellano/espanyol d’extrema  dreta propietari d’una emissora de ràdio  de  Madrid poden/podríen tenir  una influència “molt negativa” en el turisme a Catalunya, els Països Catalans i l 'Estat Espanyol en el seu conjunt.

 

D’una vegada per totes cal dir amb “veu alta” que és  l'extrema dreta ultranacionalista castellano/espanyola -mediàtica  política i tetosterònica-   és  la  gran responsable de la fugida del turisme i les inversions europees de qualitat a Catalunya (potser també en el conjunt de l’Estat espanyol). Ja seria  hora que els hotelers  i el sector turístic català, en el seu conjunt,  siguin seriosos  i facin justícia, en el sentit que la marca turística Catalunya, con a marca de qualitat d’arreu del país  i coneguda  a tota  Europa deixin de dir atzagaiades sobre Catalunya i el dret a la nostra llibertat nacional  i  sobirania plena dintre de la interdependènncia europea.  

 

No hi ha dubte  que  entre els  ridículs espectaculars  d’una  justícia  espanyola molt poc independent  i els exabruptes neofeixistes dels  partits i associacions  unionistes  i assimilacionistes  de  Catalunya – ara també  amb “la cirereta amarga de Manolo Valls” - i  l’autoritarisme neofranquista  d‘un govern espanyol comandat  per un  partit polític, el PP espanol, més corrupte d’Europa, Catalunya pot  perdre  molt de  potencial econòmic i esdevenir, definitivament, una colonia tercermundista de l’imperial  Regne  d’Espanya.  Això no  es pot permetre  ni  tolera  de cap  de les  maneres.

 

http://in.directe.cat/josep-loste/blog/18628/el-turisme-el-neofranquisme-i-la-justicia

 

 

 

- - -

Sur les prisonniers catalans:

FRANCESC BITLLOCH

Carme Forcadell, premi Joan Blanca, és a la presó 30 abril 2018

Francesc Bitlloch escriu una carta al Batlle de Perpinyà, amb còpia a Carme Forcadell a la presó de Madrid

CARME FORCADELL va rebre fa dos anys el premi Joan Blanca.

AVUI ÉS A LA PRESÓ

Senyor Batlle de la Fidelíssima Vila de Perpinyà:

Un any més, per Sant Jordi, la Vila de Perpinyà ha atribuït el Premi Joan Blanca.

Joan Blanca va patir presó i mort perquè era català.

He de suposar que teniu, Senyor Batlle, la llista de persones que han rebut aquest premi. Tots són lluitadors per la llengua i pel país. No sé si recordeu que ara fa dos anys, vareu atribuir aquest premi a Carme Forcadell, Presidenta del Parlament de Catalunya. No sé si sabeu, Senyor Batlle de la Fidelíssima, que Carme Forcadell està tancada en una presó de Madrid. No sé si us han explicat que aquesta Senyora no ha estat condemnada ni jutjada, i que està en presó preventiva... aquella presó que només s'imposa quan el presumpte criminal és perillós per la societat.

En les declaracions que heu fet recentment afirmàveu que seu solidari amb els polítics empresonats ("collègues" dèieu) però que anomenar-los "presoners polítics" és una "radicalització". Francament, no us entenc. Perquè si no són presoners polítics, són uns radicals que mereixen la presó i no entenc com podeu ser solidari amb aquests criminals. Però el pitjor de tot és que després d'això declareu que l'única solució és un Referèndum! Un Referèndum és precisament lo que han organitzat aquests col·legues vostres. I és precisament per això que són a la presó! I precisament això que no vol Espanya (tot i que, segons centenars de juristes cabria perfectament en la constitució!)

Aquesta Senyora, a qui vàreu donar el premi Joan Blanca en gran pompa fa dos anys, està podrint en una presó infame al costat dels presos comuns perquè era Presidenta d'un Parlament elegit democràticament, que va tenir la gosadia de respectar el mandat popular i organitzar un referèndum! I en una altra presó de Madrid, hi ha per exemple els Presidents de l'ANC i ÒMNIUM, les Associacions més pacifiques i plurals del teixit civil català. Aquelles que han organitzat les manifestacions més multitudinàries i pacífiques d'Europa sense que es trenqui un vidre, ni un neumàtic ni un contenidor d'escombraries.

Heu vist alguna cosa semblant a França? No us interroga això?

I aquests perillosos activistes també estan podrint en presó preventiva... en espera de que les clavegueres del règim trobin alguna justificació per fer-los un judici que actualment no poden fer.

Us expliqui això, Senyor Batlle de la Fidelíssima Vila de Perpinyà, perquè tinc la impressió que no esteu al corrent o que esteu mal informat. Lo que us expliqui és tan gros que no puc creure que sabent-ho, no us manifesteu com a simple demòcrata en contra d'aquests procediments. Però des d'aquí ja senti la vostra objecció: "El referèndum no era acordat, no era legal". M'ho esperava perquè vaig llegir en les vostres declaracions que "l'Espagne est un état de droit et la constitution a été votée par beaucoup de monde" i que "la justice fait son travail".

El Senyor Batlle no deu llegir La Semaine du Roussillon que és un dels pocs diaris que han fet un treball seriós sobre l'extrema corrupció del règim polític espanyol, sobre la seva filiació directa amb el franquisme, sobre l'absència total de divisió de poders, sobre la politització de la justícia, de la policia i dels mitjans de comunicació.

Ens van "vendre" una "transició democràtica" que no era res més que cosmètica per tal que no canviés res.

La Constitució de la que parleu va ser negociada pels militars amb la pistola a la butxaca i l'amenaça d'un cop d'estat (i un cop d'estat: Tejero!). La monarquia no ha estat mai votada (hagués perdut!) sinó imposada per Franco que en va fer la garantia de que el seu règim autoritari i corromput continuaria després d'ell (atado y bien atado!) I l'amnistia va servir sobretot per impedir tota posada en causa dels jutges i policies i poíitics i empresaris compromesos amb el franquisme. Es tractava de permetre a aquesta judicatura, a aquesta policia, a aquesta classe política i a aquesta corrupció de continuar al mateix lloc (contràriament a lo que va passar a Alemanya o a Itàlia...). Tot això, avui, ja és de domini públic, Senyor Batlle: Ho sap tothom! I també se sap que el Parlament Català i el Govern van demanar el referèndum a Madrid divuit vegades de divuit maneres diferents i la resposta sempre ha estat l'absència de resposta política. Només respostes repressives.

Senyor Batlle, Catalunya va votar la Constitució amb la por al ventre i una esperança de canvi! Ho va fer tot en les regles de la "nova democràcia". Fins i tot, quan va voler modificar el seu estatut, el va negociar al Parlament amb una àmplia majoria, el va negociar al Congrés de Madrid, el va votar en referèndum per una àmplia majoria. I aquest estatut se'n va anar a les escombreries (poubelle!). Heu parlat d'estat de dret? L'estat de dret consisteix a canviar membres del Consell Constitucional, posar-hi membres del PP i del règim i fer-lo votar contra el nou estatut i tururut violes! Cop d'estat a l'estat de dret.

Ens heu dit, també, que la justícia fa la seua feina. Prefereixi pensar que esteu mal informat i per això us ho expliqui: El treball de la justicia consisteix a continuar la repressió violent i indiscriminada de la policia el dia del Referèndum: Heu de saber que la mateixa Vicepresidenta del govern espanyol ha declarat repetidament que és el govern i el partit popular qui ha decapitat i empresonat l'independentisme. Dir que la justícia fa el seu treball... és riure's de Montesquieu! Ja heu vist que l'estat de dret espanyol del que ens parleu, és incompatible amb l'estat de dret belga, amb el danès, amb el noruec, amb l'escocès...i ara amb l'alemany que deixa Puigdemont en llibertat, diu que no hi ha rebel·lió ni sedició en absència de violència, i aviat dirà que no hi ha ni malversació perquè no troben cap manera de demostrar-la.

Senyor Batlle de la Fidelíssima Vila de Perpinyà (és amb tota la intenció que insisteixi en aquest títol de la nostra vila, ja sabeu el perquè!) : Que estigueu a favor o en contra de la Independència de Catalunya no és el tema d'aquesta carta i és el vostre dret més estricte d'expressar-ho. Estem parlant aquí de drets fonamentals i de democràcia trepitjada sense vergonya. Sapigueu que la població de Catalunya Nord és molt sensible a aquesta qüestió i que segueix els esdeveniments amb inquietud. Seguim amb esperança els posicionaments de molts dels vostre col·legues, cada dia més. Sapigueu que les vostres declaracions han ferit molta gent. Si teniu ben present la història de la Vila que administreu, comprendreu el per què.

Us transmeti l'adreça de la Presidenta Forcadell, per si voleu enviar-li el vostre sosteniment, recordeu que té la medalla de la Fidelíssima Vila amb el nom de "Joan Blanca" . Recordeu Joan Blanca. Recordeu Carme Forcadell. Recordeu els lluitadors per la llibertat.

Carme Forcadell, Centro Penitenciario Madrid I, Mujeres, Mód B2

Carretera de Alcala-Meco Km 4, 5 / 28 805 Alcala de Henares (Madrid)

Francesc Bitlloch (Secretari de la Territorial ANC Cat Nord)

 

réponse du maire de Perpignan :

23 Avril 2018, 14:02pm |

Publié par Jean-Marc Pujol

(...)

J’ai toujours manifesté ma solidarité avec mes collègues catalans mis en cause, que ce soit Artur Mas ou M. Puigdemont et je resterai à leurs côtés.

Mais, je ne partage pas la radicalisation qui veut en faire des exilés politiques et des prisonniers. L’Espagne est un état de droit et sa constitution a été approuvée avec une grande majorité, dont celle des catalans.

A ce titre, les juges font leur travail qui peut être critiqué ou contesté mais doit être respecté.

M. Lafontaine ayant une formation lacunaire en matière de droit, mélange allégrement les notions et en vient à considérer les tribunaux espagnols comme « tribunaux politiques », c’est d’ailleurs la même argumentation que soulevaient les franquistes pour remettre en cause les tribunaux Républicains en 1936 et 1937.

Comme je l’ai toujours défendu, le règlement de la crise catalane doit passer par un véritable référendum où tout le monde pourra se prononcer, c’est cela le respect des libertés fondamentales.

Jean-Marc Pujol

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens