Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 juillet 2018 2 31 /07 /juillet /2018 09:32
Les manifestants devant la mairie, puis envahissent l'entrée de la préfecture - Devant la destruction partielle, stoppée, d'un ilot place du Puig (C) Jean-Pierre BONNEL - Clarisse REQUENA (JPB)
Les manifestants devant la mairie, puis envahissent l'entrée de la préfecture - Devant la destruction partielle, stoppée, d'un ilot place du Puig (C) Jean-Pierre BONNEL - Clarisse REQUENA (JPB)
Les manifestants devant la mairie, puis envahissent l'entrée de la préfecture - Devant la destruction partielle, stoppée, d'un ilot place du Puig (C) Jean-Pierre BONNEL - Clarisse REQUENA (JPB)
Les manifestants devant la mairie, puis envahissent l'entrée de la préfecture - Devant la destruction partielle, stoppée, d'un ilot place du Puig (C) Jean-Pierre BONNEL - Clarisse REQUENA (JPB)

Les manifestants devant la mairie, puis envahissent l'entrée de la préfecture - Devant la destruction partielle, stoppée, d'un ilot place du Puig (C) Jean-Pierre BONNEL - Clarisse REQUENA (JPB)

Perpignan : La juste colère des habitants du quartier Saint-Jacques

 

Après la massive manifestation des habitants français d'origine gitane et maghrébine, de la place du Puig jusqu'à la mairie et à la préfecture.

 

Il ressort de cette journée épique et de la réunion en préfecture :

-que les travaux de démolition des habitations "insalubres" du quartier Saint-Jacques sont suspendus.

 

-qu'une concertation entre les représentants des deux communautés, des deux associations (Défense du patrimoine, de J.Bernard Mathon - Riverains de Cassanyes de Fabien Candoret), de la mairie et du CD66, est prévue pour faire le point : relogement sur place ou dans un autre quartier, restauration au lieu des destructions, respect du patrimoine architectural, remise en cause du projet municipal... Les habitants ne veulent plus de démolitions : dans le cas contraire, ce sera la guerre, comme le clame Alain Jimenez.

 

-que le maire, en vacances africaines, a décidé de revenir à Perpignan, comprenant la gravité de la situation et de la possibilité d'une implosion du quartier : les "sages" des communautés ont dû calmer les jeunes prêts à en découdre et à mettre le feu aux locaux de la nouvelle fac de droit, toute proche...

 

-qu'Olivier Amiel, chargé de la politique de la ville, malgré les concessions, a été désavoué par M.Pujol, qui est venu à la réunion avec son premier adjoint, Pierre Parrat. On imagine la colère du maire face aux prétentions et initiatives de ses deux rivaux : Amiel Olivier, conseiller municipal et Grau Romain, député de la Rép en marche...

 

Dès 17heures, hier lundi, la place du Puig était en effervescence : plus que la chaleur, la colère montait et la "descente" sur le centre-ville semblait encore plus essentielle. En effet, une rumeur disait que la mairie avait donné l'ordre de relancer la démolition, dès l'aube, en catimini, le lendemain, mardi, avec la protection de la police. 

C'était la trahison, pour l'ancien médiateur Alain Jimenez, qui avait promis au responsable de l'entreprise Caminal de protéger sa machine stoppée vendredi…

 

Amer, Alain, le nouveau patron, neveu du "sage" Jean Jimenez, plus modéré… 

 

Alain donna l'ordre de se regrouper et de descendre la rue de l'Anguille jusqu'à la mairie, puis jusqu'à la préfecture. Médias de  tous ordres étaient présents pour noter la présence de jeunes, très jeunes…Pas de femmes, hélas, car ces communautés sont très machistes; on regrette : une "passionnaria" gitane aurait donné le ton à une épopée héroïque insolite au coeur de l'été catalan !

 

Cris contre le maire place de la Loge : les touristes, peu nombreux, ne comprennent rien à la scène…

 

A la préfecture, ce fut la farce : entrée par le quai ou par derrière, ce fut le va et vient…Attente intolérable. Discussions avec deux agents de la BAC, bien fluets, qui, à les écouter, auraient préféré bronzer à la plage que dans la rue…

 

Soudain la grande porte s'ouvre et la centaine de manifestants pénètrent : les employés de la préfecture et Michel Sitja, l'air grave, sont effrayés ! On n'avait jamais vu une telle panique à la préfecture !!!

On ressort sans encombre : aucun incident, pas la moindre impolitesse sera observée !Beaucoup de dignité chez ces gens que l'interlocuteur de la préfecture appelle "Gitans" alors qu'ils veulent perte considérés comme des Français authentiques…

 

Le racisme est toujours là : "on veut nous expulser du quartier, on voudrait bien nous mettre dans le camp de Rivesaltes et nous gazer, comme en 1940…!!" 

Tristes mentalités, mais, pour l'heure, ces citoyens perpignanais ont gagné ! Grâce à la forte mobilisation, ils ont été reçus. Seront-ils entendus ? Il faut l'espérer sinon la mairie doit se préparer à un dur affrontement... 

 

 

J.Pierre Bonnel

 

 

Un petit mot pour vous rappeler notre rendez-vous à la chapelle de Villerase; , ce jeudi 2 août 2018 .

Nous recevrons Clarisse REQUENA, docteur en littérature française, qui nous fait le plaisir de donner une conférence ayant pour sujet :

"Le Roussillon de Prosper Mérimée, Inspecteur Général des Monuments Historiques, auteur de La Vénus d'Ille" 

Nul doute que cette intervention sera passionnante et que vous serez nombreux à venir l'écouter ; amenez vos amis ou toute personne intéressée par le patrimoine local, la littérature et l'Art en général.

Comme chaque fois, une messe sera célébrée dans la chapelle à 17h.

La conférence débutera à 18h et sera suivie d'un apéritif sous les pins où nous pourrons partager un moment chaleureux.

Bien amicalement à tous,

 

Marie Bertran de Balanda

Secrétaire de l'Association

"Saint-Cyprien, Art Sacré, Culture et Traditions"

Rens. au 0625486775

 

P.S : Notre prochain rendez-vous est fixé le 9 août, donc juste la semaine suivante et non 15 jours après.

Nous aurons le plaisir de recevoir l'ensemble ARIOSO, pour un concert lyrique, à 18h30.

 

-- 

LES GITES DU MAS DE LA MER

Michel et Marie Bertran de Balanda

chemin de la Batterie du Tech

66750 Saint-Cyprien

0468211904

0625486775

lemasdelamer.com

Partager cet article
Repost0

commentaires

R
Si les Perpignanais conservent leur identité architecturale et même culturelle grâce aux Gitans on pourra dresser une statue à ces citoyens français plus français que ceux qui les stigmatisent mais surtout plus clairvoyants, en dehors de tout nationalisme. <br /> Les projets architecturaux insipides proposés en échange de la beauté des édifices dégradés mais séculaires et stylés vont détruire Perpignan s'ils se réalisent. <br /> Pourquoi se déplacer jusqu'ici si on ne voit que des bâtiments comme la médiathèque ? <br /> Beaucoup de monuments classés aujourd'hui "patrimoine mondial de l'humanité" par l'UNESCO on été, à un moment donné, voués à la destruction. <br /> Heureusement, les Romantiques, notamment, se sont dressés contre les ancêtres des destructeurs actuels mus par un mercantilisme de bas étage ou qui ne voient pas plus loin que le bout de leur mandat.
Répondre

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens