Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 février 2019 4 14 /02 /février /2019 10:21
Perpignan, ville des débats ou des bla-bla..? - Destitution d'un directeur d'école : pour quel motif ?

Perpignan/ Destitution du directeur de l’école Romain-Rolland : des parents d’élèves et le syndicat SNALC appellent à une manifestation ce jeudi 14 février 2019

 

Communiqué de presse.

 

« Les parents d’élèves avec le soutien du syndicat de l’Education Nationale SNALC manifesteront demain jeudi 14 février à 16h 15 devant l’école primaire Romain Rolland.

En effet, le Directeur d’école, Rachid YAZID, injustement destitué par les services de la DSDEN, bénéficiera de notre soutien afin qu’il retrouve son poste.

Perte sèche de 500 euros sans aucun motif valable et sans aucune faute professionnelle, le SNALC mettra la pression sur les autorités pour mettre fin à cet acharnement.

Directeur de l’école depuis plus de dix ans dans une des zones les plus sensibles de Perpignan, ce directeur était le rouage essentiel à l’apaisement social.

Second syndicat de l’Education Nationale, renforcé lors des dernières élections professionnelles dans les P-O, le SNALC se battra sans relâche pour que justice soit faite ».

(C) OUILLADE

Débat ou débalage...Débat ou ébat ? - Du bla-bla en pays catalan..?

 

- - -

Débats en Pays catalan :

La ville de Perpignan organise le big débat : des cahiers de doléances sont ouverts dans toutes les mairies de quartier. La démocratie est en marche. On redécouvre le peuple. Le maire a d'ailleurs endossé le gilet jaune...Sera-t-il Anquetil ou Poulidor..?

 

La presse locale a fait de même, ouvrant ses colonnes aux lecteurs et aux citoyens ! Après le communiqué des journalistes se plaignant de l'atitude des gilets jaunes à leur égard (violence...), le dialogue est entamé et les révoltés, les sans-dents, les insoumis...peuvent parler avec les éditorialistes et proposer leurs contributions ! La presse se redécouvre service public, et non plus seulement support de publicités, récits de faits-divers et allégeance aux puissants de ce territoire !

Vive la mairie chérie ! Vive le journal local !

 

JPBonnel

 

***débats -

Prades, Collioure et Estagel relaient le « Grand débat national » voulu par Emmanuel Macron. Mais un débat alternatif et « sans tabous » est proposé à Elne le 21 février.

 

Les réunions du « Grand débat national » lancé par le Président de la République, Emmanuel Macron, se multiplient à rythme modéré en Pays Catalan. Cette consultation populaire organisée sur une période de deux mois est notamment relayée à Argelès-sur-Mer le 19 février, à Estagel le 21 février, à Collioure les 14 février et 1er mars, ou encore à Prades les 12 et 19 février, ainsi que le 1er mars. Ces échéances sont contrôlés par Ludovic Pacaud, secrétaire général de la préfecture des Pyrénées-Orientales, charge de s’assurer que les lieux choisis appartiennent à des mairies, des communautés de communes ou des associations, dans des conditions de sécurité satisfaisantes. En marge, une initiative se présente à Elne, où s'annonce un « autre débat national que celui voulu par Macron ». Ce forum s'inscrit dans la mouvance de la France Insoumise, des « porteurs de gilet jaunes ou pas » et du Parti Communiste Français (PCF), selon un communiqué de ce dernier. Attendu le 21 février à 18h30, salle BoIte, il se pose en alternative à celui « organisé, phagocyté, contrôlé par Emmanuel Macron, ses envoyés spéciaux et les élus qui lui sont attachés », souligne Nicolas Garcia, ex-maire de la capitale spirituelle du Roussillon, conseiller départemental et secrétaire général de la fédération du PCF des Pyrénées-Orientales. « Sans tabous, mais porteur de tous les espoirs et ouvert à tous les possibles », ce débat est parallèle à l'ouverture d'un « cahier de doléances, d’espoir et de propositions citoyennes ». Ce registre est disponible à compter du 13 février à la cellule communiste d'Elne.

 

Elne, Roussillon, Pyrénées-Orientales

© Paul Garcès © La Clau Samedi 9.2.2019. 04:00h

 

- - - Clotilde RIPOULL :

La centriste est sur les starting blocks pour les municipales de 2020

Perpignan municipales: Ripoull fait son «grand débat»

 

Candidate aux municipales de 2020 à Perpignan, Clotilde Ripoull et la liste « Perpignan équilibre » lancent un dialogue avec les habitants, pour bâtir un programme électoral en accord avec le réel.

 

Perpignan a sa réplique du « Grand débat national » engagé par Emmanuel Macron. Vers les élections municipales de 2020, la candidate Clotilde Ripoull, au nom de la liste « Perpignan équilibre », invite les habitants à s'exprimer. Elle diffuse un questionnaire en 5 points, baptisé «Inventons ensemble #Perpignandemain», sur Internet et en format papier. Les axes de réflexion proposés sont « Perpignan, une ville d’avenir ! », « La qualité de vie », « Quelles devraient être les priorités de la nouvelle municipalité ? », « Quels dispositifs vous tiendraient à cœur pour Perpignan ? » et « Vous, Maire de Perpignan, quel projet, même un peu fou, mettriez-vous en place pour faire bouger la Ville, la rendre plus belle, plus heureuse à vivre ? ». Une synthèse des réponse est prévue avant l'été, puis viendra un programme issu du réel.

« Fierté retrouvée »

Clotilde Ripoull, titulaire de 8.53 % sous les couleurs du Mouvement Démocrate (MoDem) au premier tour des municipales de 2008, a recueilli 9,62 % au premier tour de 2014. A une petite marche pour la qualification au second tour, elle avait alors concouru en candidate libre. Pour 2020, elle prévoit la même méthode, avec « Perpignan équilibre », pour le développement de la ville. 

Une once de centrisme, un parfum de catholicisme social et une belle dose de bourgeoisie urbaine devraient caractériser cette candidature apte à séduire. Redoutable et opiniâtre, Clotilde Ripoull, agrégée d'économie et gestion, vise le «bonheur possible ici» et souhaite lutter « contre le fatalisme, l'insécurité, le chômage et le populisme ». L'élégante candidate souhaite que la prochaine équipe municipale fournisse aux Perpignanais les « conditions d’un épanouissement dans une ville agréable à vivre ». Présidente de l'Association nationale des élus locaux d'opposition, elle espère remplacer la verticalité jacobine par une pratique horizontale, en définissant « l’essentiel des enjeux de la commune ainsi que les priorités que nous devrons mettre en action afin de faire de Perpignan une ville symbole de vie, de bien-être, d’espoir, d’opportunités, de solidarités, de rayonnement et bien sûr de fierté retrouvée ».

 

(C) La CLAU - Lundi 4.2.2019. 16:00h

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens