Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 avril 2019 4 18 /04 /avril /2019 07:55
Florence Malraux et Semprun (C) J.P.Bonnel - En 2009, au salon du livre de Collioure
Florence Malraux et Semprun (C) J.P.Bonnel - En 2009, au salon du livre de Collioure
Florence Malraux et Semprun (C) J.P.Bonnel - En 2009, au salon du livre de Collioure
Florence Malraux et Semprun (C) J.P.Bonnel - En 2009, au salon du livre de Collioure
Florence Malraux et Semprun (C) J.P.Bonnel - En 2009, au salon du livre de Collioure
Florence Malraux et Semprun (C) J.P.Bonnel - En 2009, au salon du livre de Collioure

Florence Malraux et Semprun (C) J.P.Bonnel - En 2009, au salon du livre de Collioure

 

Durant les mois qui ont suivi l'annonce de sa maladie de Charcot jusqu'à sa mort en octobre 2018, Florence Malraux a été entourée par des amis qui ont tenté de lui rendre un peu de cette générosité qui était avec son indépendance d'esprit une de ses grandes qualités. 

A l'Absente est le portrait de cette enfant qui connut la guerre, de cette jeune fille qui sut s'affranchir d'une mère excessive et d'un monument de père, de cette femme passionnée au destin étoilé qui accompagna tant d'intellectuels et d'artistes tout au long de sa vie.

 

Martine de Rabaudy, À l’Absente

 

Florence Mal­raux par Mar­tine de Rabaudy

 

Dans Elec­tro­chocs, l’auteure raconta sa vie avec une mère maniaco-dépressive en un témoi­gnage sidé­rant. L’ancienne jour­na­liste de Paris Match, Elle et L’Express rela­tait ces dou­lou­reuses décen­nies de com­pa­gnon­nage entre la peur et le déchi­re­ment. A 10 ans, elle est écar­tée du foyer fami­lial — sa mère ayant tenté de l’étrangler. L’exil la sauve avant que la honte ne sur­gisse. Elle est sou­la­gée par la com­pa­gnie du grand-père, fort en gueule et lec­teur impé­ni­tent qui la pousse vers l’écriture.


Pour sur­vivre à l’invivable, Mar­tine de Rabaudy dut user des mots les plus durs, faute d’avoir su, comme son frère,  par­tir. Elle dévoua néan­moins sa vie à sa mère et à son père, pas­sant, pour tenir et faire bonne figure, des années en ana­lyses et à la lec­ture des grands malades : Althus­ser, Vir­gi­nia Woolf, Syl­via Plath, Jim Har­ri­son. Ecrire fut pour elle autant une libé­ra­tion qu’une catharsis.

A l’absente est une sorte de suite dis­tan­ciée à ce qu’elle a connu. L’auteure évoque Flo­rence Mal­raux à tra­vers les mois qui ont suivi l’annonce de sa mala­die de Char­cot jusqu’à sa mort en octobre 2018. Elle crée un por­tait plus qu’attachant de cette femme pas­sion­née qui connut les affres de la guerre puis tenta de “tenir” face à une mère exces­sive et à un monu­ment de père com­plexe (André Mal­raux).


Elle accom­pa­gna intel­lec­tuels et artistes tout au long de sa vie. Elle se tourna vers le cinéma, fut l’assistante de Fran­çois Truf­faut sur Jules et Jim avant d’être celle d’Alain Resnais pour la plu­part de ses films et auquel elle resta mariée un ving­taine d’années.

 

Martine de Rabaudy entre en sym­biose avec une his­toire qui se mêle à la sienne. Flo­rence Mal­raux, trop géné­reuse, y appa­raît vic­time d’elle-même et des autres par trop de géné­ro­sité. Le livre res­semble à une dérive et un acte d’amour ou de com­pré­hen­sion. La vie y  est moins un songe qu’un cau­che­mar. Le fré­mis­se­ment d’une exis­tence qui se perd engendre une poé­sie par­ti­cu­lière : elle accom­pagne le che­min vers la mort.


C’est aussi poi­gnant que juste en ce cré­pus­cule. Il  va offrir un som­meil où la lune est le der­nier songe confus qui  pousse à la voûte du ciel. L’auteure y montre une nou­velle fois que le vrai sacri­fice consiste non pas à mou­rir mais à vivre pour quelqu’un là où ce n’est pas la lumière qu’on voit dans l’obscurité mais l’obscurité qu’on voit dans la lumière.

L’auteure l’illustre en pré­ser­vant de petits rien pour qu’ils ne fassent plus défaut à tra­vers cette étran­gère qui lui ressemble.

jean-paul gavard-perret

Mar­tine de Rabaudy, À l’Absente,  Gal­li­mard, Hors série Lit­te­ra­ture, 2019

 

  • Les 21 et 22 août 2009, Jorge Semprun était l'invité d'honneur du festival Un livre à la mer organisé à Collioure par Jean-Pierre Gayraud, un éditeur des Pyrénées-Orientales (Cap Béar Editions). Il animait un débat sur le thème de la condition humaine, à partir du livre éponyme d'André Malraux. 

 

Résultats de recherche

Résultats Web

Le blogabonnel - Création et information culturelle en Catalogne et ...

leblogabonnel.over-blog.com/page/117

 

  1.  

15 déc. 2014 - Festival « Un livre à la mer » à Collioure (Pyrénées Orientales) : Hommage à l'auteur de « L'Espoir » avec Florence Malraux et Jorge Semprun.

 

 

Printemps du livre (2013)

 

Afin de donner une image dynamique aux PUP (Presses Universitaires de Perpignan) et à contribuer ainsi à la valorisation de la recherche. Le service des PUP propose à l'UPVD l'organisation d'une fête du livre dont la première édition pourrait avoir lieu dans la pinède et sous chapiteau à côté de l'aquarium soit le jeudi 11, soit le jeudi 18 avril. Disons: un printemps du livre avec, bien sûr, des roses annonçant la Sant Jordi (qui tombe, hélas, dans les vacances universitaires).

 

Les élèves intéressés par ce projet peuvent contacter M. Greis ( claude.greis@univ-perp.fr ).

 

 

 

Le PRINTEMPS des LIVRES A lUPVD 

Avec des livres, des fleurs et des ordinateurs

 

 

Le jeudi 18 avril 2013, de 11 à 18h,

sur le campus de lUniversité de Perpignan Via Domitia

 

 

  • des livres à acheter ou feuilleter : stands des Presses universitaires, des éditeurs implantés dans les Pyrénées-Orientales et des libraires partenaires.

 

  • des livres à vendre ou à donner : grande braderie animée par les étudiants et les personnels de luniversité (inscrivez-vous pour réserver un emplacement !)

 

  • les écrivains sont parmi nou: stand spécial consacré aux livres, petits et grands, édités ou pas encore, que vous avez écrits sans penser à votre travail. Les porteurs de manuscrits en quête déditeurs pourraient y rencontrer des écrivains déjà publiés

(nous contacter auparavant)

 

- performance « Nouvelles électro » : une heure pour écrire sur lun des dix ordinateurs du chapiteau la nouvelle qui fera de vous lune ou lun des vainqueurs du premier concours de nouvelles UPVDites : amorce ou thème révélé la veille ou le matin même ; ni clé USB ni accès internet. Sinscrire au plus tard le 18 à 11h pour la réservation dun poste, de préférence entre le lundi et le mercredi 17 avril ou même dès maintenant.

 

- lectures à haute voix de textes littéraires en diverses langues

 

- les métiers du livre : information sur les métiers du livre (édition, librairie

infographie, communication numérique, bibliothèques) et les formations qui y mènent ; stand tenu par Languedoc-Roussillon livre et lecture en partenariat avec lONISEP

- Et cetera.

 

17-18h : clôture du Printemps des livres UPVD et remise des prix du concours « Nouvelles électro»

 

Accompagnement musical : Radio Campus

 

Partenaires potentiels: France bleu Roussillon, lIndépendant, la Semaine du Roussillon, FR3, lArchipel contre-attaque

 

Contacts et renseignements :

 

Service communication & culture : aline.teissier@univ-perp.fr, 04 68 66 18 21

Presses universitaires de Perpignan: claude.greis@univ-perp.fr, 04 68 66 22 96 / 04 30 19 81 36

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens