Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 juin 2019 6 29 /06 /juin /2019 09:11
à Passa, Monastir del Camp - à Elne : reconstitution historique - Montauban : festival de sculpture -
à Passa, Monastir del Camp - à Elne : reconstitution historique - Montauban : festival de sculpture -
à Passa, Monastir del Camp - à Elne : reconstitution historique - Montauban : festival de sculpture -
à Passa, Monastir del Camp - à Elne : reconstitution historique - Montauban : festival de sculpture -
à Passa, Monastir del Camp - à Elne : reconstitution historique - Montauban : festival de sculpture -
à Passa, Monastir del Camp - à Elne : reconstitution historique - Montauban : festival de sculpture -
à Passa, Monastir del Camp - à Elne : reconstitution historique - Montauban : festival de sculpture -

à Passa, Monastir del Camp - à Elne : reconstitution historique - Montauban : festival de sculpture -

Port-Lligat 

 

 

Je m'étais mis à la poursuite d'un mort, Dave Marti. J'avais lu la veille, dans le journal, que le poète et artiste serait enterré au cimetière de Port-Llegat (sic).

Je ne connaissais pas cet homme, mais l'annonce mortuaire m'intriguait : un long cortège de patronymes plus étrangers les uns que les autres, noms à particules, prénoms composés, à tirets et à rallonges…et des références, des domiciles internationaux…

De plus, le faire-part journalistique contenait un long poème du défunt et le texte rappelait quelques poèmes inspirés sur Cadaqués : celui de Dali en hommage à la mythique Lidia et l'ode fameuse à Salvador Dali, par F. Garcia Lorca…

 

JE PARTIS DONC, UN VENDREDI…PAR LES PAYSAGES de l'Ampurdan, VERS LA BAIE DE Roses, PUIS PAR LA DESCENTE SUR CADAQUÉS BORDÉ D'OLIVIERS.  L'ÎLE Curucuc…jaillit au large, puis le village blanc. A Cadqués, je pris le chemin du "Port-lié", jusqu'au cimetière sur la colline : là, je n'ai trouvé que le mausolée du capitaine Moore, un des anciens secrétaires de Dali, mort en 2005. Le lieu est luxueux : statues, sculptures, marbres pour le Bourgeois ou les gens célèbres. Dans un coin, un carré de terre commune consacrée aux étrangers, hollandais, allemands, peintres…

 

Le cimetière surplombe la villa du maître.

 

Je n'ai pas fait comme tous les touristes : le photos, le café en terrasse, au soleil, les achats de cartes postales, de guides, de souvenirs comme des gadgets qu'on oubliera dans un coin de la pièce ou de sa mémoire…

 

L'extraordinaire, c'est ma rencontre avec une grande fille filiforme aux seins imposants, pas encore tombants, malgré leur masse voluptueuse…

"Je voudrais, mademoiselle, vous caresser, surtout la poitrine…"

Fabiola me prend par la main et me conduit dans une oliveraie…

 

J'étais dans un rêve, ou un fantasme dalinien… On est allé sur la plage; j'avais les yeux en délire et les jambes flageolantes…

 

Nous étions fatigués, par l'amour, par la chaleur, par le monde et à l'idée d'absorber toutes les créations du peintre, nées là, dans cette baie étroite mais si énigmatique, bordée par des rochers aux allures fantomatiques. Ils dessinaient les toiles de 'artiste: il suffisait de regarder ces courbes, ces statuaires…

 

On s'est blotti dans une barque catalane pour faire la sieste… C'est la verte aux raies blanches, qui s'appelle Anna, comme la sourde Dali, identifiée par le code 7aBA-6-694, avec un drapeau rouge et jaune; sa proue est en bois comme celle d'une embarcation de Viking…

 

"Tu n'as jamais fait l'amour dans une barque..?

-Non, et surtout pas à l'arrêt…

 

Les visiteurs tournent et retournent autour des e la flottille ensablée; ils attendent l'heure de la visite et n'ont pas l'idée d'écrire, de dessiner ou de se reposer, côte à côte…

 

Par chance, nous avons choisi une barque posée sur les galets à l'écart de la grande plage, et donc de la foule, là où les falaises sont composées de roches aux formes hallucinatoires…

 

Il faudrait avoir le temps de décrire le jeu de l'érosion sur ces bordures terrassées. Le temps de raconter l'anecdote de René Char à propos de Dali et Gala…

 

Il s'agit de la barque de Marina José, cela fait rêver… La sieste sera courte mais inspirante : nous éprouvons des désirs picturaux et poétiques. Les désirs sensuels uniquement sexuels s'estompent…

 

Nous avons la curiosité de monter vers l'hôtel "Port-Lligat" et d'entrer dans une cabine de la piscine, en contre-bas de l'immeuble. Nous découvrons dans ces abris petits, mais discrets, intimes, toute une population de marginaux, de drogués, de pseudo-littérateurs, de nomades des petits chemins, adeptes du petit Routard ou des carnets de Kérouac…

 

…à suivre ?

 

JPB

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens