Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 juillet 2019 3 03 /07 /juillet /2019 08:29
Perpi 2020 : Une femme, maire de Perpignan, ville masculine..?

Perpi 2020 : Une femme, maire de Perpignan, ville masculine..?

 

En effet, depuis le 18° siècle, tous les maires de ma ville ont été des hommes ! Perpi, ville sexiste..?

 

Pourtant, la féminisation en politique s'élargit : une présidente socialiste du Conseil départemental, une ancienne secrétaire d'Etat socialiste, une conseillère régionale verte, une députée du 66, une conseillère communiste qui initie une campagne à gauche pour Perpignan, etc...

 

A Perpignan, un changement est possible et Clotilde Ripoull a lancé le bon slogan, fait d'humour et de conviction: "L'Homme de la situation est une femme."

 

En effet, personnalité connue, ancienne élue à la mairie et gratte-cul du maire en place, elle occupe une place centrale sur l'échiquier politique local. 

 

Après Paul (Alduy, qui disait que Perpignan se gagne au centre, d'où ses migrations politiciennes)…après Jean-Paul (le trotskyste est venu au centre, d'où ses gesticulations)… la ville attendait le Saint-Esprit...

Celui-ci fut incarné par Jean-Marc, un Pujol fort déficient en sainteté, esprit, humour et innovation...

 

C'est alors que se lève l'Eve future, capable de bouleverser les complicités machistes, de donner l'élan attendu, après six ans de chaos urbain et intellectuel : Perpignan doit se relever des destructions patrimoniales successives et le premier geste de l'élue sera de réconcilier les citoyens avec leur environnement, de rendre salubres des quartiers-ghettos en respectant l'architecture, en relogeant les pauvres et les gitans, tout en tentant une mixité sociale difficile : à Saint-Jacques, par exemple, créer une mixité sociale où pourraient se côtoyer les habitants historiques, les étudiants nouveaux, des cadres (professeurs, administrateurs…), loin de toute spéculation immobilière...

 

Les premiers jours d'euphorie seront consacrés à ré-enchanter la ville, à redonner espoir et enthousiasme aux habitants : c'est déjà ce ton, cet état d'esprit, cette joie de gérer, que la future élue doit adopter lors de ses rencontres avec les citoyens !

 

Cependant, au-dessus de l'abîme d'un "centre" politique introuvable, ou du moins difficile à cerner et à définir, la candidate évolue sur la corde raide d'une funambule avançant, avec courage et volonté, entre les projets pernicieux d'une droite arrogante et la détresse et la division d'une gauche sous le choc…

 

Si on connaît l'appétit de l'extrême-droite pour "prendre" et violer la ville, si on sait les compromissions de la Rép en Marche avec le libéralisme le plus sauvage, on constate les errements d'une "gauche", appelée désormais "écologie" par Y. Jadot ou "le peuple" par la France insoumise. Les socialises ont déserté Perpignan depuis longtemps : ils se rallieront sans doute à une liste "citoyenne", "société civile", alimentée par les Communistes de Françoise Fiter (seuls à lancer le débat depuis des mois) et menée par Agnès Langevine… On doute pourtant d'une liste commune, tant les querelles entre Insoumis, Communistes et Ecologistes sont récurrentes…

 

Cette "gauche" décomposée, bien peu "plurielle" devrait réfléchir à la candidature singulière d'une C. Ripoull, à même de rallier les déçus du socialisme, les abstentionnistes, les citoyens non encartés, égarés dans le dégagisme généralisé…

 

Mais avant toute cette stratégie, il faut un programme ! Le futur maire en jupon (ou en jean's, on s'en moque) doit replacer la ville dans le contexte catalan et revenir à un dialogue avec Barcelone.

 

Le patrimoine et le secteur sauvegardé seront protégés, on l'a dit.

 

Perpi s'ouvrira à la Méditerranée : échanges avec des capitales du Nord et et du sud, des jumelages, des invitations pour  élargir les activités économiques, sportives, culturelles.

 

La culture, parlons-en, après la peau de chagrin pujolesque : fer de lance d'une politique motivée par le respect d'autrui, l'éducation, l'ouverture d'esprit, la culture doit refléter l'image de la ville-capitale du pays catalan, offrant une culture de qualité pour tous. Ne pas limiter la culture à la tradition et au divertissement, mais veiller à la création, à l'innovation, dans un esprit de fête collective et populaire, tous les quartiers devant être ressourcés par cette culture qui élève, qui apprend, qui sert d'apprentissage vers le bonheur de vivre ensemble…

 

Il ne suffit pas de défendre le commerce de coeur de ville, il faut défendre l'économie périphérique : une atteinte à l'avenir du Grand Saint-Charles mérite une mobilisation générale, l'instauration d'une ville morte, une manifestation massive à Paris, autour du ministère de l'économie !

 

La candidate sera élue si elle laboure les quartiers les plus marginalisés et lance un plan social d'envergure :  bien gérer l'argent donné par l'Etat pour l'enseignement et les quartiers difficiles, embaucher des éducateurs et des aides pour les vieux et les plus démunis. La sécurité, c'est l'Etat qui doit s'en charger : ne pas entrer dans la logique sécuritaire du RaSSemblemnt national !

 

Logique dans son combat juste, C. Ripoull doit refuser tout grand projet commercial inutile, susceptibles de faire mourir encore plus le centre-ville…

 

-refuser l'ouverture des zones commerciales le dimanche.

 

-refuser toute aide extra-égale à l'enseignement privé confessionnel et pseudo-culturel (dissimulant un lieu de propagande religieuse)

 

-assurer une piétonisation élargie du centre en revoyant la structure des transports publics (bus gratuits) et des parkings 

 

-tenter le dialogue entre les quartiers et les communautés : une ville qui ne soit plus un "Archipel", mais un territoire de communication humaine. Cela peut se faire par la culture, la musique…de façon à lutter aussi contre les ségrégations : une cobla place Cassanyes, et un groupe gitan (flamenco, chant, rumba…) au Moulin à vent…

 

Le programme détaillé sera sans doute discuté à la rentrée de septembre-octobre afin que la population puisse donner son avis en de multiples points de réunion de la ville…

 

JPB

Liste des maires de Perpignan

 
Caricature d'Edmond Benoit en 1910
 
Caricature de Joseph Denis en 1912
Maire Début du mandat Qualité Parti Précisions
Pierre d'Aguilar 19 février 1790 Militaire    
Joseph Guiter 2 janvier 1791      
François-Xavier de Llucia 16 septembre 1792 Magistrat    
Bonaventure Vaquer 3 décembre 1792      
Valérius Parizot 27 octobre 1793      
Pons – Cantagrill 25 janvier 1794      
François Roger 7 juillet 1795      
Jean-Baptiste Duchalmeau 21 octobre 1795      
François-Joseph Bertrand 10 décembre 1804 Militaire    
Jean Amanrich 29 septembre 1806      
François-Joseph Bertrand 4 mai 1807 Militaire    
Jean Amanrich 8 mai 1809      
Bernard Arnaud 6 septembre 1809      
Jean Delhom-Ripoll 27 mai 1813      
Jean Méric 4 août 1815      
Joseph Desprès 28 décembre 1819 Magistrat Royaliste modéré  
André Grosset 28 août 1827      
Eugène Boudon Lacombe de Saint-Michel 31 août 1830      
Pancou-Lavigne, Justin Durand, Théodore Guiter, Henri Delcros 8 mars 1831 maires concurremment    
Alexis Sèbe 16 novembre 1831 colonel    
Laurent Astruc 3 juillet 1835      
Augustin Pons 25 août 1837 colonel    
Raymond Guiraud de Saint-Marsal 20 juin 1841 colonel    
André Ribeill 4 septembre 1846      
Hippolyte Picas 6 mars 1848      
Auguste Lloubes 22 août 1848      
Joseph Aragon 4 août 1852      
Étienne Jouy d’Arnaud 26 juin 1855      
Justin Durand 26 février 1862      
François Passama 6 août 1863      
Joseph Tournal 7 novembre 1868 fait fonction de maire    
Lazare Escarguel 11 septembre 1870      
Joseph Tournal 30 janvier 1874      
Paulin Testory 7 juillet 1876      
Jean Mercadier 16 janvier 1881      
Alphonse Simon 29 décembre 1882      
César Drogart 20 mai 1888      
Thomas Amadis 19 août 1888      
Elie Delcros 16 février 1890      
Joseph Galté 15 mai 1892      
Eugène Bardou 28 avril 1894      
Louis Caulas 17 mai 1896   Radical  
Eugène Sauvy 1er mai 1904      
Édouard Tarrène 25 octobre 1907     Démission le 22 mars 19101
Edmond Benoit 25 juillet 1910      
Léon Nérel 17 mai 1911      
Joseph Denis 19 mai 1912   Radical  
Victor Dalbiez 19 mai 1929   Radical  
Jean Payra 19 mai 1935   SFIO  
Laurent Baudru 30 juin 1937   SFIO  
Antoine Castillon 1er décembre 1940      
Ferdinand Coudray 4 mars 1941      
Félix Mercader 19 août 1944   SFIO  
Félix Depardon 15 avril 1949   SFIO  
Paul Alduy 20 mars 1959   SFIO, PS,UDF-PSD  
Jean-Paul Alduy 16 juin 1993 ingénieur ponts et chaussées UDF-PSD,UMP - recours tribunal-
Jean-Marc Pujol 22 octobre 2009   UMP  
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens