Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 novembre 2019 1 18 /11 /novembre /2019 10:06
J'ai aimé Pénélope à Cadaquès
J'ai aimé Pénélope à Cadaquès
J'ai aimé Pénélope à Cadaquès
J'ai aimé Pénélope à Cadaquès

J'ai aimé Pénélope à Cadaquès...

 

 

Ma sirène, elle voulait qu'on plonge dans la baie et qu'on nage jusqu'au rocher : j'ai peur de l'aile des requins et je redoute encore plus l'eau froide...

 

Alors, on a marché jusqu'à Santa Maria la blanche au-dessus des toits fauves et je me suis rappelé le concert de Lagoya devant le retable baroque : j'avais rédigé un compte-rendu pour l'édition Costa Brava, il y quelques longues lurettes... 

C'était un lointain avant-hier, l'ado...  

Hier, les orgues jouaient, mues par un musicien invisible... Je devenais quasi croyant...

 

Les ruelles de Cadaquès-la-blanche sont malaisées à monter, pavées de galets, de pieuses intentions, et de schistes pareils à des couteaux sur la plante des pieds. On préfère descendre : le spectacle d'un porche encadrant une portion de mer vous invite à l'aventure amoureuse...

 

Fatigués par tant de beauté d'architecture, nous sommes allés à la Gambina manger une paëlla à la langouste de Sant-Feliu...Elle m'a raconté, la Pénélope, qu'autrefois, petite Lolita de 15 ans, elle était serveuse dans ce restaurant...Plutôt, elle travaillait dans les cuisines : elle excitait trop les clients avec sa démarche d'effrontée...

 

D'ailleurs elle a évoqué longtemps ces souvenirs avec la Manuela, patronne accorte qui m'offrit una San Miguel très fraîche. Pendant qu'elles parlaient, l'ancien compagnon, Pablito, me raconta ses images du passé en compagnie de Dali...

 

On sortit dans le soleil encore présent et fort d'un novembre dominical...On marcha du Casino à la maison bleue, du passeig au phare, pour s'arrêter encore une fois à L'Amistat, le temps de boire un largo, puis un Americano, et regarder les tableaux dans la longue salle...

 

On était éreinté..Il ne restait plus qu'à regagner l'hôtel isolé dans la rade culturelle : là, dans une houle de draps blancs, elle me montra enfin ses beaux seins blancs. Je me mis aussi à aimer ses fesses, bien ferme et rebondies : je devins soudain petit cabri...

 

JPB

 

 

La LIDIA de CADAQUES - l'écrivain RAHOLA

 

 

Les males llengües diuen que va heretar les facultats de bruixa de la seva mare i també el sobrenom de Sabana, creuen que tenia la facultat de convertir-se en gos, de viatjar a velocitats impensables o de controlar el temps però també que va ser la responsable de la demència del seu marit que va acabar suïcidant-se i la dels seus fills que van ser ingressats en un sanatori mental a Salt.

La seva amistat amb Víctor Rahola i Trèmols un escriptor i metge de Cadaqués que recomanava l’hostal als seus amics li va obrir el camí per conèixer personatges tan famosos com Picasso, Josep Puig i Cadafalch, Garcia Lorca i el que va tenir una relació més entranyable amb ella, Eugeni d’Ors, el gran Xènius.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens