Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 juillet 2021 2 06 /07 /juillet /2021 09:05
Les membres du parti d'extrême droite français Rassemblement national (RN), Le maire de Perpignan Louis Aliot (g), le maire de Beaucaire Julien Sanchez (2e g)), le candidat aux élections régionales dans la région Occitanie Jean-Paul Garraud (d) et le maire de droite de Béziers Robert Menard (2e d) avant une conférence de presse à Narbonne, dans le sud de la France, le 22 juin 2021. (Raymond Roig/AFP)

Les membres du parti d'extrême droite français Rassemblement national (RN), Le maire de Perpignan Louis Aliot (g), le maire de Beaucaire Julien Sanchez (2e g)), le candidat aux élections régionales dans la région Occitanie Jean-Paul Garraud (d) et le maire de droite de Béziers Robert Menard (2e d) avant une conférence de presse à Narbonne, dans le sud de la France, le 22 juin 2021. (Raymond Roig/AFP)

 Le mensuel de Manuella KANT ne vous parlera pas, dans son dernier numéro (2 euros; diffusé partout, tabacs, presse...) du congrès de l'extrême-droite à Perpignan : tous les médias en causent et disent la même chose, de façon politiquement correcte...

 

Aliot en dit plus de manière décontractée grâce à Nicolas Caudeville (L'Archipel contre-attaque), le seul lieu médiatique où l'on peut inviter le maire de Perpi sans le critiquer de front, mais en le sortant de la langue de bois.

 

Ce fut donc un théâtre, avec sa diva, qui s'entourent de mille flatteurs et de 15 privilégiés du bureau exécutif : on fait entrer quelques femmes pour être dans l'air du temps, on éloigne les complices maréchalistes, et là plus d'opposition interne, qu'ils s'expriment dans la presse bourgeoise !

 

Le meilleur fut J.-Paul Garraud ("gare-au-loup"!), ex-républicain, battu aux Régionales mais est récompensé car il a pris sa carte éréniste et veut être ministre de la justice...

 

 

Non, le journal le plus innovateur du département ne s'intéresse pas à cette farce politicienne, mais donne la parole aux exclus, aux marginaux, aux affaires que les institutions (police, presse, préfecture...) ne veulent pas voir ni traiter : la pigiste du quotidien Le Monde agressée à Perpignan-ville sécurisée, et non secourue par les flics (car c'est une femme ? Une lesbienne..?), une SDF interrogée dans la rue et si pathétique quand elle n'en veu pas aux gens qui la méprisent...

 

 

Perpignanouze donne la parole aux sans-voix, aux anonymes, pas à la clique des politiques ou des écrivants qui ont droit à un article par copinage ou prostitution intellectuelle... à lire pour sortir du conformisme...

 

J.P.Bonnel

 

 

PERPIGNAN, France : Les militants du RN entament samedi leur 17e congrès à Perpignan, une semaine seulement après une défaite aux régionales qui les a sonnés, mais qui ne devrait pas provoquer de changement sur la ligne de "normalisation" avant la présidentielle.

Le maire RN de la ville Louis Aliot, également membre de la direction du parti, a souhaité vendredi "s'interroger" sur la "part de responsabilité" de sa formation dans cet échec aux régionales : elle en est sortie bredouille et avec 30% d'élus régionaux en moins. Cet enjeu n'a "pas intéressé" les électeurs, a-t-il affirmé sur Sud Radio.

Les dirigeants du RN, Marine Le Pen en tête, accusent d'abord l'abstention, massive, qui a notamment touché les jeunes et les classes populaires, électeurs du RN. Les moyens de la combattre pourraient faire l'objet de discussions au congrès.

Mais pas question de remettre en cause la stratégie de "normalisation" du discours, pourtant questionnée par des militants ou en périphérie du RN.

Aucune personnalité n'apparaît de toute façon en capacité de porter ces mécontentements internes au congrès, qui n'est pas organisé autour de motions ou de courants comme dans d'autres formations. La direction du RN a en outre été accusée d'avoir mis à l'écart, l'été dernier, les partisans de l'ancienne députée FN Marion Maréchal, qui n'a plus sa carte au parti.

"Ouvrir les bras"

Le RN s'est-il trop "banalisé", au risque de ne plus intéresser les électeurs ? "Un faux débat", estime Louis Aliot. Quand l'ancien président Jean-Marie Le Pen accuse la "délepénisation" du parti, duquel il a été exclu en 2015 pour ses dérapages sur la Shoah, sa fille Marine Le Pen répond qu'elle ne "recherche ni plus ni moins de radicalité" et veut "agir sans violence et sans faiblesse".

"On peut être plus trash, mais à ce moment-là, on ne fait pas 21%, on fait 15%", ajoute son conseiller Philippe Olivier.

Quant à "l'ouverture" à des candidats extérieurs au parti, mise en avant aux régionales, mais critiquée par des fédérations qui y ont vu des parachutages aux dépens de militants mieux implantés, Louis Aliot affirme qu'il "préfère l'ouverture à la fermeture".

L'ancien vice-président du FN (devenu RN), qui vient au congrès avec un livre, fait valoir sa conquête de Perpignan l'an dernier, obtenue selon lui "en ouvrant les bras à d'autres, sur un projet"...

 

 

(C) Arabnews, en français

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens