Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 janvier 2022 5 07 /01 /janvier /2022 10:07
MACRON se prend pour CAMBRONNE !

Macron/Cambronne

 

Bien sûr, ce n'est pas très élégant, surtout de la part d'un président de la République, qui doit être au-dessus de la mêlée; mais Macron a voulu par là se montrer candidat, désormais, et donc tout est permis, même le langage ordurier et les tactiques tordues...

 

Le plus grave est de traiter de "non-citoyens" les non-vaccinés, les irresponsables...

 

Bref Macron, en évoluant dans le merdier de la campagne, pas napoléonienne, mais électorale, a voulu montrer que, même seul et aux prises avec les difficultés, il osera, restera, ne se rendra pas.. Bien courageux, ce président !

Sa tactique de basse politique consiste à diviser les partis de droite et d'extrême-droite, qui défendent les non-vaccinés, et ainsi de rallier à soi l'ensemble des vaccinés et personnels de santé qui voient arriver des antivax demandant l'aide de l'hôpital, après avoir joué les fiers-à-bras...

 

Macron joue à présent au "politiquement incorrect", à l'image de Zemmour, en abordant avec franchise les tabous, non-dits et pensées tues de l'électorat de la France silencieuse. Il n'est plus question de la dialectique du "en même temps" qui voulait évoluer dans la nuance et dire que la vérité n'est pas un bloc, mais que chaque faction du pays détient une part de ce vrai. Le président-candidat revient au réel, au parler-vrai.

 

Fini l'intellectuel-philosophe qui apprit avec Ricoeur les développements nuancés de la pensée : maintenant place au bulldozer, comme d'autres ont recours au karcher ...

 

La campagne est vraiment lancée, centrée sur la crise sanitaire (afin doublier le social, l'économie, l'écologie..?) : on ne va pas s'emmerder ..!

 

JP.Bonnel - 7 janvier 2021

 

- - -

18 juin 1815. Napoléon a fui. La bataille de Waterloo est perdue. Cernés de toutes parts, les bataillons de la Vieille Garde refusent de céder. A la tête de ces hommes, Cambronne. Ce général d’empire, qui s’est illustré durant les guerres napoléoniennes, refuse de se rendre en dépit des sommations anglaises. Le général ennemi, Colville, lui ordonne de déposer les armes. Il lui aurait alors fièrement répondu : « La garde meurt mais ne se rend pas ! » Colville insiste encore, et c’est alors que Cambronne lui aurait répondu d'un court mais clair : « Merde !»

Personne ne sait si ces mots ont été réellement prononcés. Mais les jours suivants la bataille, la légende prend corps dans la presse parisienne, puis à la Chambre des députés. Le mot permettait surtout de se consoler de la défaite par un acte de bravoure mêlé de panache.

 

Le « mot » devint aussitôt un élément de la légende napoléonienne, que Victor Hugo acheva d’immortaliser dans les Misérables (1862), en écrivant : « L’homme qui a gagné la bataille de Waterloo, c’est Cambronne. Foudroyer d’un tel mot le tonnerre qui vous tue, c’est vaincre. » Depuis le « mot de Cambronne » est resté une manière indirecte de dire m… dans une situation difficile.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens