Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 mai 2022 1 02 /05 /mai /2022 10:24
Le temps ne saurait exister ! par Guy JACQUET

Bien entendu, mon camarade, le temps ne saurait exister !

 

L'homme « ecce homo » : foutue espèce parmi les autres. qui ne sait pas que les chats surveillent le silence au passage d'un ange.

 

Hier encore on a bombardé un hôpital et deux orphelinats.

Comment garder espoir quand l'argent et le pétrole avec les fous de « pouvoir » détruisent les maisons du cœur? Il m'arrive de passer du je universel au petit je de moi.

 

Souffrant d'une entorse syntaxique, je m’apprête à ne pas en combattre la souffrance.

 

Je m'accroche aux petits plus, un poil de fourmi, une aile de papillon, un brin d'herbe, le saut d'une reinette, un flocon de neige sur un bonhomme de bonheur, une larme quand il fond….et un sourire qui m'éclate le thorax.

 

Les grands fleuves charrient des eaux contraires qui s'affrontent et finissent par s'unir. Les yeux aux iris fanés réclament un arrosoir. La cervelle où poussent les pensées rêve d'un miroir à facettes ou d'un kaléidoscope.

 

On écrit pour être nu ou pour fuir sans être vu. J'ai les oreilles pleines d'images et les regards remplis de sons. Des neurones aux orteils, tous les sens forment un tout. Des atomes aux neutrons, de la tasse ébréchée à l'opinel de service, tous les objets vivent avec nous. La forêt s'ennuie des fleurs sauvages, des petits fruits, des cris d'oiseaux.

 

Les bouleaux ont les yeux plus sombres. Une bouillie de feuilles se desquame sous la neige. Du pire à l'infiniment mieux, j'attends le liseron, la mousse, le premier papillon. J'écris avec un doigt sur la poussière des tables.

 

Je retiens d'un geste les meubles qui remuent. Mes faux-poèmes sont des poings qui boxent le hasard, un tisonnier qui ravaude le feu.

 

Face à la peur et la faim l'intelligence s'efface devant l'instinct. La bonté se cache au fond des cœurs. Il faut tout protéger, de la jonquille jusqu'aux pierres. Chaque rêve est l'histoire vraie du monde.

 

Il me faut la garrigue, son air bon sang, son sureau, ses gants d'aubépine, son soleil blond assis sur les toitures de cyprès, ses nuages donnant à boire aux bêtes.

 

Les doigts attendent ce que la main décide, les yeux ce que l'azur dessine.

 

Qu'on me laisse encore la mer , mais toute la mer !

 

Les pattes de table craquent aux phalanges. Je cherche l'herbe sous la nappe comme je cherchais la mer dans mes cahiers d'école. Mon cœur de huit ans se bat contre la mort et les chemises vides. Un enfant parle encore par ma voix.   Il y sûrement un lien qui unit chaque chose, l'athlète et le cul-de-jatte, les chenilles à papillon et les chenilles d'un tank, le chat qui dort et la souris qui danse, la sonate et la sonnette d'alarme, les doigts de laine et les dents de loup, le goût des fraises et l'odeur des bas fonds, le si mineur et le couac, Saint-François d'Assise et le marquis de Sade, le guidon de vélo et le ''rhube'' des foins, le bon grain et l'ivraie.

 

 

Les arbres grandissent dans la nuit et ne rapetissent pas au matin.

La rosée perle sur une toile d'araignée.

 

Une table parle des chaises vides. La source de ma voix a la couleur de l'eau. Les fauvettes peuvent lire la carte du ciel à partir des constellations.

 

Il y a parfois plus de choses dans la tête d'un oiseau que dans celle de l'homme.

 

Mon horloge biologique est un carnet qui perd son temps.

 

Elle ne donne pas l'heure, mais l'espace. Ses deux aiguilles tricotent des images. Il y a cent millions d'années lumière entre hier et demain. Les sentiments ricochent d'une âme à l'autre. La vie ne finit pas avec le jour, elle galope sur le cheval d'ombre.

 

Le soleil s'appuie sur une canne de brume.

 

Les mots de Shakespeare se mêlent aux couleurs de Van gogh, la langue de l'azur au jargon du matin.

Les trois collines qui surplombent le lac s'embrument de rosée. La cécité du roc reflète sa lumière. Il n'y a plus d'hiver. Les jardins sont pressés.

 

 

En Capcir, la neige cogne aux vitres en papillon blanc. Les bords du lac fondent. Les perce-neiges et les crocus lèvent les failles. Le cœur des mûres bat aux becs d'oiseaux. Les hirondelles des sables arpègent les falaises. L'abeille trouvera le sol des guerres !

 

Je reviendrai toujours à la tourbe, au satiné des fleurs, à la plume, aux moineaux.

Je reviendrai à la grammaire faire du panache avec rien, sinon du bruit et des paroles. Les bras noirs de l'ombre soutiennent la clarté du songe.

 

On distingue un instant ce qu'on ne peut pas voir ni comprendre. Je dessine du doigt un signe sur le sable, la neige, la joue de mon amour, pour toucher au soleil.

Pieds nus au bord du gouffre, je m'accroche aux mots d'amour, aux choses impossibles, à la respiration de la houle, à l'écriture muette que la mousse des vagues rend visible.

 

Je n'en finis pas d'ajouter des choses, des mots, des gestes, poussant le centre de la vie vers sa périphérie. 

Je biffe en chanson le râle des cons.

L'alpha et l’oméga butinent chaque chose.

Un cœur sans cicatrice a-t-il déjà battu?

Les coups, les sutures, point par point, un coup dur, un coup bas, égrenant, grain à grain, un chapelet de rires étouffés,

 

Vois tu , belle âme, nulle histoire d'amour ne meurt jamais,,, jamais, crois le bien  !

 

Il est des jours où l'esprit d'aimer l'emporte sur le corps.

Et putain que ça aère 

 

Pour tout ce qui nous ressemble et parfois nous rassemble !!!

Guy

 

Merci à Guy JACQUET

pour l'envoi de ce très beau texte ! JPB

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens