Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 décembre 2013 6 28 /12 /décembre /2013 10:45

images-copie-1.jpeg  Oui, sans doute : au moins un mètre 80... 

 

Un Catalan, certes, il avait appris la langue que parlait son viticulteur de père. En tout cas, il avait une sacrée intonation, " l'accent de la République française" : il est très rare qu'un homme politique, devenu ministre, réussisse à Paris en ayant un tel accent : ça fait plouc, provincial, celui qui n'est jamais sorti de son trou et n'a pas  conformé  sa langue en se frottant avec l'univers...

 

Les Corbières, voisines de Salses, son bourg natal, l'avaient suivi dans la capitale et s'étaient lovées dans sa bouche. C'est ainsi qu'il défendait la Catalogne, le maire de Salses, et en écrivant quelque livre sur la campagne de son Roussillon...

 

Maire, conseiller général, député, ministre, Conte se voulait aussi écrivain; avec un tel nom, on ne peut que plonger dans la fiction... En outre, il habitait tout près d'un prix Nobel de littérature, Claude Simon, romancier-viticulteur résidant à Salses. Mais ils ne se fréquentaient pas, Conte s'étant retiré depuis longtemps à Paris, près de ses deux enfants.

 

Il se voulait écrivain. Simon l'était.

 

Il se voulait historien. Simon non plus.

 

Il convoquait une armada de nègres pour raconter ses premiers jours des années du XX° siècle,ou les épopées coloniales. Simon transfigurait sa vie, le réel, l'Histoire; il a trouvé un style, un monde personnel. 


    Conte était un écrivain sans écriture, telle sa fille, Bona Dominique, juste bonnà écrire des bios fades, loin de la réalité, avec un "Gala" de Dali, par exemple, où rien n'est dit...Cela n'empêche pas de hanter l'Académie française, où le style parfois pénètre, avec Yourcenar, un beau et rare jour...

 

Conte n'était pas un grand Résistant : il passa les années 1943/45 en Allemagne, avec le STO. C. Simon combattit, de Madrid en Flandres, mais n'en tira pas gloriole, simplement matière de livre...

 

Conte fut socialiste et finit à droite, comme de nombreux politiciens "catalans", de Alduy (père et fils) à J.Irles ou Romain Grau... ll n'y a que les imbéciles qui..., peuvent-ils argumenter. C'est surtout la sociologie qui a changé dans le 66 : il vaut mieux se situer "à droite" pour être élu...

 

A. Conte a-t-iil fait beaucoup pour le pays ? La Catalogne apparaît peu dans ses livres...

 

On préfère se rappeler son livre "Hommes libres" quand il largua l'ORTF ingouvernable et fut lâché par un Giscard peu démocrate...

 

Le CML a renouvelé son communiqué : "Le CML pleure A.Conte..." Bientôt, on lira : "Le CML pleure C. Aznavour, Serge Lama, Jean D'Ormesson..." 

 

L'Indépendant, par la plume respectueuse de Gérard Bonet, a trouvé son grand Homme, big écrivain-historien. Faut dire que cet Arthur-là était un camarade de lycée de l'ancien directeur du quotidien "catalan", et propriétaire P. Chichet...

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens