Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 juillet 2013 4 25 /07 /juillet /2013 10:43

duro.jpg Maurice Durozier duroz.jpg   durozier-m.jpg   Rencontre avec Maurice Durozier - Il va jouer "Parole d'acteur" - 

 

Il aime Perpignan, où il est né.

 

 Il fait, avec son spectacle, une "PUB MONDIALE pour PERPIGNAN" !!! 

 

Et si M.Durozier était choisi comme parrain et (pro)moteur des Estivales de Perpignan..? Je lance la suggestion, bouteille à la mer (pas de l'indifférence, j'espère!). 

Il refuserait, d'abord, parce qu'il connaît trop bien la main mise des politiques locaux, sur la culture ; ensuite, parce que c'est un acteur et son ambition dans la vie, est de jouer…

 

 

 

Notre rendez-vous est fixé rue de l'Ange, là où Picasso passa plusieurs étés, dans la demeure de Carlos Delazerme, hôtel particulier devenu musée des Beaux-arts H.Rigaud. L'ange et la culture : en face de notre café "fouillis", la boutique d'Harmonia Mundi. La peinture et la musique, mais il est question ce matin de théâtre !

 

En effet, je suis venu m'entretenir avec un homme de théâtre, avec un acteur, un créateur, un des "soleils du théâtre" français actuel, originaire de Perpignan, mais qui, depuis trente ans travaille à Paris, avec Ariane Mnouchkine, au Théâtre du Soleil. 

 

Maurice Durozier poursuit l'aventure collective de cette troupe qui joue de par le monde. Il est resté fidèle aux valeurs qu'il découvrit dans l'enfance, au coeur de sa famille, et dans l'adolescence, avec son engagement politique libertaire : solidarité, communauté, défense des plus pauvres, des exilés... Cet esprit de générosité, cet enthousiaste pour les utopies concrètes et positives, il le porte toujours au plus profond de lui-même, avec humilité et sens du partage..

 

Cet été, il revient aux sources. Au pays. En Catalogne. Il a joué, hier, à Barcelone. A présent, il s'arrête à Perpignan, pour retrouver sa famille, ses amis, et pour "Parole d'acteur", pour notre plus grand bonheur, au Couvent des Minimes, rue Rabelais :  il nous offre une version de sa pièce, écrite avec sa fille, en français, jeudi 24 juillet, puis le lendemain en catalan...

 

"Parole d'acteur, ce fut comme un miracle, une adhésion immédiate ! "

 

Le café-antiquité-brocante nous suggère un retour sur le passé : "Partir de Perpignan, il a fallu s'arracher pour quitter le pays !"

 

Maurice raconte le premier échec, en 1973, à Paris : il n'était pas prêt à affronter la capitale et le monde du spectacle. Il y eut un second départ en 1970 : "J'avais accompli une espèce d'alchimie, entre désir de grandir et choses en nous qu'il faut vivre: il faut dire que j'ai baigné dans ce climat du théâtre car ma famille faisait du théâtre ambulant... Mais ce fut dur de "s'arracher" aux amis d'ici, de Perpignan et du quartier..." 

 

En effet, Maurice avait créé le Teatret del Vernet et avait tout donné à cette aventure théâtrale.  A la même époque, dans les années soixante-quinze, eut lieu la lutte pour la défense du Bourdigou, communauté libre entre mer et Salanque. L'homme était désormais bien armé pour aller à l'assaut de Paris !

 

"J'ai réussi à partir, mais, au fond de moi, j'ai dû vivre cette fuite comme une trahison : à l'époque, il fallait "vivre et travailler au pays" ! Pour ne pas perdre les racines, je me suis inscrit à un cours de catalan, de M.Dorrendeu, à la Sorbonne." 

 

Le Théâtre du Soleil - La Cartoucherie de Vincennes :

 

"J'ai eu cette chance de rencontrer Ariane Mnouchkine. J'ai eu aussi cette volonté de choisir cette troupe, mais il faut d'abord la chance d'arriver à cet endroit; c'était exactement le théâtre que je voulais faire, un théâtre engagé dans son temps. Une troupe qui s'interroge : Qu'est -ce que c'est faire du théâtre aujourd'hui ? Une troupe qui fournit un travail collectif.

 

En Inde, j'ai beaucoup appris. Appris que tout ce qui t'a été transmis, il faut le transmettre, à ton tour !

 

Pour écrire "Parole d'acteur", j'ai demandé à ma fille, âgée de vingt ans, de me poser des questions. Je raconte mon voyage initiatique, la voie du théâtre que j'ai voulu faire, pleine de surprises, de rencontres et d'enthousiasme ! En Europe, aujourd'hui, on manque cruellement d'enthousiasme...

 

De fait en racontant mon histoire, je fais, avec ce spectacle, une grande pub mondiale pour Perpignan. Pas de nostalgie de ma part ; j'essaie de rester dans l'esprit de générosité qui existait à cette époque, dans les années 70.

Je travaille avec une troupe qui a réussi gardé ces valeurs de joie, du collectif; je transmets cet esprit, du point de vue de l'acteur. Et l'alchimie gagne, le merveilleux s'instaure : les gens s'identifient à cette histoire, même les spectateurs qui n'ont jamais appartenu au monde du théâtre... Ils passent de l'autre côté du miroir, dans l'intimité de l'acteur; ce monde les intéresse. Dans ma pièce, les acteurs parlent du travail théâtral; ce fut un premier jet; ensuite, en tirant ce fil (d'Ariane..? remarque du questionneur), il faut reconstituer ce passé...

Je ne fais pas de bilan avec cette création, plutôt une analyse; surtout je veux partager le vécu en le formulant : c'est un projet littéraire, un texte écrit."

 

Maurice Durozier est généreux; il ne prendra pas de cachet pour ce spectacle; la recette financera le prochain disque de Pere Figueres. Pour clôturer sa tournée en Catalogne, Maurice a eu la volonté de contacter les gens d'ici, les responsables de la culture, dont Guillaume Lagnel : "J'ai choisi de venir, pour envoyer un signe de solidarité aux artistes et au public catalan".

 

Perpignan a bien de la chance...   (propos recueillis par J.P.Bonnel le 24.7.2013)

 

 

durozier-et-caudeville.jpg  M.Durozier, au milieu, place de la République, entre Nicolas Caudeville et Jean-Pierre Bonnel.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens