Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 juin 2014 5 06 /06 /juin /2014 10:08

images-copie-33.jpeg  Le département du 66.

 

 

 

Ce pays "catalan" n'a pas d'image car il a perdu son identité.

 

 

Ce territoire n'a pas d'image parce qu'il n'a pas d'identité ! Pas d'image, c'est tout de même cruel pour un pays qui accueille "Visa pour l'image"..!

 

Ce département, ces Pyrénées Orientales, qui contiennent des bribes de Pyrénées, mais n'ont d' "Orientales" que ces exilé(e)s chantés par Hugo, ce département en bas de la carte, tassé à la frontière, qui devrait s'appeler "Catalogne de France" ou "Pays catalan", n'a pas d'image nette, précise, pas d'image de marque identifiable tout de suite…

 

Ce ne peut être une image économique, étant donné l'ampleur de la crise et la désertification…On pensait pourtant, dans les années 70, que sa vocation serait "solaire" (Odeillo, Targasonne, le CNRS...)

 

Quant à l'agriculture, concurrencée par le Maroc... Avec la viticulture, des campagnes publicitaires ont tenté, avec Séguéla et d'autres, de montrer le Banyuls, le Maury, le vin d'ici. Canigou ou Fujiyama, ça n'a pas bien marché


Quant à une image culturelle, on a essayé avec Dali et "le centre démonde", mais Figueres a créé une fondation, une énorme machine daltonienne et la gare de Perpignan est devenue un mouroir, au propre comme au figuré. On n'y passe qu'en coup de TGV, de tramontane, on ne s'y attarde pasSes commerces n'ont pa trouvé le créneau accueillant, susceptible de freiner la marche du touriste et du voyageur

 

Une image culturelle, intellectuelle..? 

 

Quant à Trénet, on l'a peu fêté; Narbonne, c'est vrai, est sa vraie patrie… Il y a bien Cali, qui, quand il parle du pays, fait surtout de la pub pour des restaurants copains... 

 

   La littérature ?  Claude Simon ? Une littérature peu populaire Pas de personnalités d'envergure, en Catalogne dite du Nord, si on fait l'historique des rares élus, d'Arthur Conte (Catalan caricatural) à Ségolène Neuville (d'origine parisienne)...

 

Il faut se rabattre sur la peinture, avec H. Rigaud, qu'il faudrait célébrer lors de la réouverture du musée Rigaud peut-il prendre en charge le projet de faire connaître Perpi..? On va à Rodez pour Soulages. Et Montauban, c'est Ingres..etc...

 

Ici, avec la musique, peut-être : ressusciter un musicien méconnu, né dans le quartier de la Révolution française : François de FOSSA..! Ce projet va-t-il ête porté par la mairie et la direction de la culture..? On l'espère vivement !

...

 

 Ce pays se détache de plus en plus de la Catalogne et de la métropole de Barcelone, la pratique naturelle de la langue étant en déclin et les politiques locales (comme "les affaires catalanes" à la mairie de Perpignan) ne donnant qu'une image superficielle, folklorique de la culture d'en deçà les Pyrénées...

 

La catalanité est un mot creux (1), utilisé comme alibi, pour calmer les envies d'autodétermination et faire comme si l'esprit catalan et le "génie" de la "race" perduraient : "accent catalan de la République française", la maison de la Cat...)

 

Quelle image les Français ont-ils du "pays catalan"

 

Collioure et Sant-Martin du Canigou sont très connus, de part le monde, grâce à la peinture ou à la photographie, mais le départemnt ne bénéficie pas d'une image de marque globale. Le touriste, le visiteur, le retraité (et parfois le chef d'entreprise) s'installent en Roussillon à cause du soleil, de la proximité mer/montagne/Espagne, de l'exotisme local ibère, et surtout parce que louer ou acheter ici, c'est moins cher que dans d'autres régions méridionnales, comme la côte d'Azur...

 

Mais ce n'est pas pour goûter à la civilisaion catalane. Perpignan n'a pas l'image positive et multiculturelle de Barcelone (L'auberge espagnole)...

 

Avec la Retirada eut lieu une sorte de reconquête de l'espace français du 66 par les Catalans en exil; certains descendants "catalanistes" de ces Républicains tentent de prôner l'indépendance de la Catalogne et le retour des P.O. dans le giron catalan.

 

 La revendication, par la chanson surtout, d'une identité forte, occulta ,pendant quelques décennies (les années franquistes, en gros), les créations "françaises" de ce département (un seul éditeur dans les années 70/80, peu d'écrivains, pas de salons du livres...).

 

A présent, une sorte de "Retirada à l'envers", française en Catalogne, se réalise, avec un afflux de Français lointains (Lorrains, gens du Nord chassés par la crise et le chômage, désirant finir leur vie au soleil, où la misère est moins pénible...comme dit la chanson). Ainsi, les populations locales (des lieux touristiques surtout, tel Collioure) se sentent "envahies", perdent leur spécificité (l'identité catalane), sont submergés par la force de "l'identité" française", elle-même se dissolvant, selon les tenants de l'idéologie extrémiste de droite) dans les identités des nombreuses communautés immigrés : Noirs, Maghrébins, Turcs...

 

C'est une population française pauvre (les riches achetant à Collioure ou Céret, mais reflux des Britanniques en raison de leur monnaie) qui occupe le 66 : c'est un tourisme de masse et l'Europe septentrionale qui viennent acheter la Catalogne (à signaler aussi la présence du Qatar et des Russes à Barcelone, grignotée par l'argent des mafias internationales) ... L'Europe est en Catalogne... Ainsi, même indépendante, la Catalogne ne peut se développer que dans le marché capitaliste européen... 

 

D'où l'utopie de vouloir créer une région nouvelle dans le seul espace du département des P.O. : le 66 n'est pas une île, telle la Corse qui, par sa seule spécificité géographique, peut croire en l'utopie d'une image d'Etat indépendant...(2)

 

Au contraire, le "pays catalan" est un lieu de passages, de brassages, d'occupations par des nationalités multiples, lui faisant perdre ainsi, peu à peu, de son identité, les responsables politiques indigènes défendant mal un territoire  qui n'est d'ailleurs pas le leur (quel candidat aux dernières municipales, à Perpignan, était d'origine catalane..?)...

 

Ce département "catalan" qui va disparaître -qui a éjà disparu, sans image propre, identitaire claire- va se perdre dans le grand espace de la nouvelle région Midi-Pyrénées-Méditerranée", où Toulouse et Montpellier, même si ce sont des métropoles complémentaires, risquent de se faire la guerre, et nous oublier encore plus. Dans l'Europe libérale des Régions qui doivent entrer dans la valse de la concurrence, ça va être la guerre économique sans merci ! 

 

Et la culture, le lien social, la solidarité..risquent de devenir de vains mots !!  J.P.B.

 

catalanisme.jpg Slogan sur un mur en Cerdagne française (photo J.P.Bonnel)

 

 

(1)  Analyse désabusée de Marie Costa

 

La catalanité de ce territoire fout le camp a vitesse grand V. Quelques jeunes ayant - et c'est méritoire- réappris la langue de leurs pères, la parlent quoique mutilée de ses idiomatismes et en quelque sorte virtualisée, sans territoire propre; les vieux ont depuis longtemps abandonné la partie, résignés à voir leur monde s'en aller. Tant d'autres choses ont disparu avec la langue... Les nouveaux catalans,- expression lénifiante destinée à faire passer la pilule létale de la déculturation- agitent bien quelques drapeaux. ils vont parfois jusqu'à esquisser un pas de sardane : ils n'ont aucune conscience d'être dans un espace culturel qui n'est pas la France. Peu à peu, la catalanité se réduit à un folklore régionaliste frappé au double sceau du suranné et du ridicule. Nous finirons devant quelque village catalan reconstitué en train de faire des espadrilles sous les yeux émerveillés des touristes; les mêmes qui achètent la lampe à huile de Pompéi ou les perles des indiens navajos.


Cache-sexe des jacobins, cache-misère de tant de médiocres aussi, la catalanité version roussillonnaise s'éteint.


Ecrasante responsabilité que celle des politiques prompts à se vautrer sur les tapis de la République : ils ont trahi leur peuple en le laissant se dénaturer dans la plus pure tradition des colonies soumises aux sirènes du progrès. Souffrez que je fasse une exception pour Jean-Paul Alduy qui, j'en suis sûre, relit souvent le dernier vers de l'Albatros " ses ailes de géant l'empêchent de marcher...".


Je parle des politiciens du passé puisque pour ce qui est de Perpignan, aucun des trois candidats lourds de cette dernière élection n'est catalan ! Une Première ! Au mieux, nous aurons désormais des politiques sensibles à l'appel économique d'un sud décidément plus travailleur, non gangréné par l'Etat providence français d'ailleurs moribond. Aux élections précédentes, il y avait déjà un Monsieur Rivière, celui là même qui vient de s'acoquiner avec le plus anti-catalan des entrepreneurs du sud, le Sieur Escudero ! Celui là même qui a aseptisé, dénaturé, normalisé l'USAP avec le succès que l'on sait. Comme quoi, il y a une justice immanente pour ceux qui nient l'histoire.
Nous sommes un théâtre d'ombres. (texte publié sur Facebook, mai 2014)

 

(2) Point de vue du philosophe Jean-Louis Prat : 

 

Hier dans l'émission C dans l'air, on a pu entendre des choses intéressantes sur la prétendue "taille européenne" des régions, qui dans aucun pays n'est une taille standard, uniforme et obligatoire : en Allemagne, la Sarre et la Bavière, sans parler du Schlesvig-Holstein, montrent bien qu'il peut y avoir de toutes petites régions, à côté de régions très grosses... ça devrait inspirer les Catalans du Nord, qui ont bien autant de motifs que les Corses de vouloir constituer une région monodépartementale (que les Corses n'ont pas eu, sous prétexte qu'il fallait au moins deux départements pour constituer une région) - sans empêcher la formation de de grands Länder français, comme une Occitanie réunissant Bordeaux, Montpellier et Toulouse ! (publié dans Facebook, 4 juin 2014)

 

---

 

L'association culturelle Les Rendez-Vous de Saint Estève, en partenariat avec le Théâtre de lÉtang, vous propose le dixième C.E.P.S. de la saison 2013-2014 (Cours dÉducation Populaire Stéphanois :

Les puits à glace, conférence donnée par Thérèse TARRIEUS, Vendredi 6 juin, à 18h30, au Théâtre de l'Étang, à Saint Estève.

 

Aujourdhui, boire frais, conserver les aliments, opérer les malades à basse température ne pose aucun problème.

Mais nos anciens, qui connaissaient les bienfaits du froid, avaient résolu la question du stockage et de la conservation de la neige grâce à des constructions échelonnées depuis la montagne jusquà la plaine : les puits à glace.

La gestion de ce délicat produit de luxe était très règlementée, donnant lieu à des contrats écrits.

Ce sont bien souvent ces traces conservées aux archives qui ont permis de retrouver dans la nature ces discrètes constructions.

 

 

Thérèse Tarrieus est professeur des écoles honoraire, maître formateur à lÉcole Normale de Perpignan, conseillère pédagogique pour lenseignement de la langue et de la culture catalane, membre des Rendez-Vous.

 Entrée libre dans la mesure des places disponibles.

 

 

Pour tous renseignements : 06 32 47 21 14 ou rdvse@rdvse.fr

 

Les Rendez-Vous de Saint-Estève, créateurs d'évènements culturels

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
Bonne analyse.
Répondre
L
Court..PERPIGNAN PLUTOT PARAITRE..! PERPIGNAN PLUTOT DISPARAITRE COMME RESULTAT OBTENU..VILLE DE M'A TU VU QUAND JE PEINT MES ROUSQUILLES EN ROSE PALE..!!ET MON MUSCAT.ET MON MUSCAT..ET MON USAP ET<br /> MON USAP ..ET MES ALDUY ET MES ALDUY.SSSSSSSSS..! PERPIGNAN PLUTOT DISPARAITRE..! PERPIGNAN PLUTOT PARAITRE..!! VIVE SAINT MATHIEU ..VIVE SZINT JACQUES ..VIVE LE BAS VERNET..! VIVE LES VRAIS GENS<br /> QUI SONT VRAIS VIVE LES GITANS ET LES ARABES ET LES PORTUGAIS.ET LES TURCS..MORT AUX BOBOS FRIQUES..SURTOUT CEUX "D'EXTREMEGAUCHE ET DROITE" COLERE DE PETRAUCORE CATALAN..!
Répondre

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens