Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 09:50

toulouse--1er-juin-2013.jpg  Le dôme géodésique de R.B. Fuller, près de la Garonne. Toulouse sous la pluie. (photo Jean-Pierre Bonnel)

 

Utopies  : Jordi Colomer (sur Charles Fourier) et Richard Buckminster Fuller (Jean Prouvé)

 

    Dans le cadre du FIART - festival international d'art de Toulouse - (du 24 mai au 23 juin 2013), le travail de l'artiste catalan Jordi Colomer, né à Barcelone en 1962, a été présenté au Pavillon blanc, Centre d'art de Colomiers.
 

 

Acteur majeur de la scène européenne, l'artiste a investi son espace d'exposition; ce plasticien, architecte et historien d'art est célèbre pour ses oeuvres qui explorent la ville et ses utopies. Ses créations sont marquées d'un fort sens sculptural, englobant toutes les disciples (vidéo, photo...) dans une vaste mise en scène. 

 

A Colomiers, J. Colomer a conçu un projet monographique pensé pour le lieu; il présente "L'Avenir", un projet autour du Phalanstère de Charles Fourier. Cette utopie sociale et architecturale inédite  trouve un écho particulier dans les rapprochements chers à l'artiste entre politique, fiction et architecture. 

 

   L'Avenir est la projection des possibles, le récit vidéographique d'une aventure, comme l'explique le dépliant " Artist comes first"...

 

* A proximité immédiate de la Garonne, le FIART placé le dôme géodésique de R.B.Fuller : prototype original de quinze mètres de diamètre, il a été restauré récemment par le collectionneur Robert Rubin. Cette oeuvre intitulée "50 feet Fly's Eye Dome" occupera pendant deux ans le port Viguerie.

 

Il s'agit d'une écologue avant la lettre, comme l'écrit R.Rubin : l'artiste est le cousin américain de Jean Prouvé, le constructeur de la "Maison tropicale"... Comme Prouvé, Fuller a recyclé ses profits dans des projets utopiques; comme lui, il  été ostracisé, injurié par l'industrie du bâtiment ! Aujourd'hui, il est porté aux nues... En effet, Fuller a anticipé les préoccupations sociales et écologiques du nouveau siècle, avec des concepts et des conceptions qui font preuve d'une magnifique prescience, note R. Rubin.

 

Avec le dôme "en oeil de mouche" désormais exposé à Toulouse, l'artiste veut mettre à la disposition de toute l'humanité un abri hautement performant; le dôme est conçu pour permettre de vivre dans le "jardin d'éden", avec ses trois étages, un jardin, des arbres et une piscine... Comme l'a déclaré Jean Prouvé : "Il faut des maisons usinées."

 

En outre, Fuller imaginait une ville entière sous un gigantesque dôme destiné à être déposé par voie aérienne dans des endroits reculés du monde. Il s'agissait de la "machine d'habitation autonome"...

Cette utopie consisterait à vivre de nos jours en  dehors de tout raccordement aux réseaux...

 

* * * * * * *

Mardi 11 juin 2013 :

 

Kossakovsky

 

Projection du film de Victor Kossakovsky à l'institut Jean Vigo

d376c73e0eaacbedeec411070de6fb74_L.jpg

 

MARDI 11 JUIN  à  19 h 10

 

¡ Vivan las Antipodas !   2011,1h44  

 

Un coucher de soleil magnifique à Entre Ríos, Argentine, vient télescoper la clameur de Shanghai, la mégalopole chinoise noyée dans le brouillard. Quel est le chemin le plus court entre ces deux lieux ? Tout simplement une ligne droite qui passe par le centre de la Terre, car ce sont des antipodes, des points de la surface terrestre diamétralement opposés. En allant filmer huit antipodes Chine et Argentine, Espagne et Nouvelle-Zélande, Chili et Russie, Botswana et Hawaï , le cinéaste russe Victor Kossakovski a capturé des images et des sons qui renversent le regard que nous posons sur le monde. ¡ Vivan las Antipodas! est un film-poème, un pari fou où se mêlent et sentrechoquent peuples, faunes et flores des quatre coins de la Terre.  Victor Kossakovsky offre une vision diverse du rapport de lHomme à la nature et à sa propre multitude. Des caractères placides des gens du sud, aux foules grouillantes de Chine, en passant par une nature menaçante ou menacée, ¡ Vivan las antipodas ! glorifie, comme son titre lindique, les différences qui font la richesse des peuples, tout en montrant les forces et faiblesses de la nature. Une œuvre visuellement envoûtante, qui donne une furieuse envie de voyager, comme nous y incite indirectement lauteur en captant lun des échanges des Argentins, en observant un cabot à larrière dune voiture qui séloigne : « Ce chien verra plus le vaste monde, que nous ne verrons jamais ».

 

Projection salle Marcel Oms, 1 rue jean vielledent 66 000 Perpignan,  04 68 34 09 39  -     ,       

 marie.weill@inst-jeanvigo.eu 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens