Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 juin 2012 3 20 /06 /juin /2012 12:56

asphodeles.jpg   Vernissages

 

La grande majorité des habitués de vernissages artistiques profitent de l’événement pour boire abondamment et manger de façon gargantuesque, tandis que les autres causent peinture et font les esthètes. 

 

Lors de ce rituel qui débute l’exposition, on peut aisément prendre Julien pour un artiste ou pour un critique d’avant-garde, avec ses cheveux longs et sa chemise à fleurs. En vérité, ce n’est qu’un drôle de coucou, faisant son nid près des tables bien garnies des hôtes de ces hauts lieux de l’inspiration et de la création contemporaines ; il ne s’agit que d’un pique-assiette, échangeant de temps en autre quelque réflexion pointue avec une vague connaissance, un habitué de ces agapes, mais se situant plus près du phénomène d’indigestion que d’une situation de communication. 

 

D’ailleurs, comment parler quand on lorgne sur les nouveaux plateaux regorgeant de gourmandises sur canapé.. ? Comment causer avec profondeur quand le mélange des vins commence à vous  tourner les esprits..? Et puis, en fin de compte, ce n’est pas très convivial, cette rencontre : debout, dérangé sans cesse par des visiteurs qui veulent, eux aussi, participer, à la collation générale, vous stagnez à votre place, la plus proche de la sainte table, dans un perpétuel déséquilibre et l’inconfort de sentir vos deux mains occupées par des charcuteries ou des îles flottantes… 

 

Et la graisse de ces amuse-gueule, l’huile des olives, la crème des gâteaux, qui se mêlent à la chaleur de la pièce et à la sueur de plus en plus prégnante de votre corps, finalement, tout ceci mettait Julien mal à l’aise et ne lui permettait pas d’apprécier à leur juste valeur les chefs-d’œuvre exposés sur les cimaises de cette galerie ou de ce musée… Les vernissages sont des épreuves  et comme vous faites un repas incomplet, déséquilibré, sans plat vraiment nutritif et consistant, vous sortez de cette cérémonie, vouée à l’estomac plus qu’à la jouissance esthétique, comme frustré, mais avec l’intention, tout de même, de participer activement à la prochaine… 

 

Julien rentrait chez lui avec le désir d’écrire ces moments uniques et pourtant sans cesse recommencés. Ces instants auraient dû être consacrés à la contemplation, à la méditation ; or, la grande bouffe l’immobilisait dans les basses activités du quotidien. Comment noter cette réalité.. ? Julien ressassait dans sa tête cette forte pensée de Sun Tseu :


« Employer la feinte de la fiction pour terrasser la rigueur du réel. »

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Vous êtes un naif vous, vous voudriez un joli monde asseptisé et bien rangé avec des gens selon votre désir... Et bien c'est raté, la diversité c'est çà, être pique assièttes n'est pas sans doute<br /> de tout repos, mais pour en être il faut en avoir, et les piques assièttes sont le thermometre des vernissages, plus il y a de pique assièttes, plus les artistes qui exposent sont côtés, et que la<br /> publicité de l'expo est bien faite, enlevéz les pique assiètes, il ne reste que les artistes et leurs copains...
Répondre

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens