Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juin 2014 3 11 /06 /juin /2014 09:24

maela-paul.jpeg  Maela PAUL

 

Je viens de lire "La petite colère", roman récent d'une romancière (Eclats ou la femme lisse, L'homme à la peau de soie...), auteur aussi d'ouvrages qui font autorité, sur "la voix, le recommencement, l'accompagnement…)…et il est faible d'écrire qque c'est bien écrit ! En effet, le style est ici une attention, une création de tous les instants : rythme, forme, images, syntaxe au service du contenu, de cette histoire -banale aujourd'hui- de déchirement, magnifié dans ce long récit  de 291 pages…

 

Ce livre appelé "roman" est le long poème engrosse d'une déchirure, de la fin d'un amour : c'est la parole intérieure, l'introspection d'une femme trahie, ramenée à sa solitude. Et seule, elle parle de cette plainte, qui mêle dialogue et narration.

 

Souffrance, amertume : la narratrice, au fil des pages, crie la colère, "petite" comme une "petite mort", n'osant pas aller jusqu'aux limites de la haine et de la rupture définitive, comme pour se ménager un improbable retour dans le pays du couple…Le roman veut encore exprimer la vie, célébrée par le seul point de vue féminin :

"Dans la nuit obscure de l'être s'accomplit le testament des louves hurlantes."

 

En s'adressant à l'autre, à l'ancien compagnon, au traître, le tant aimé, l'encore chéri, qui pourtant lui a fait tant de mal, la narratrice-héroïne place le lecteur dans la position du voyeur, de plus en plus mal à l'aise dans cette histoire personnelle…Mais, peu à peu, enivré par la force de la littérature, ce spectateur comprend que cette histoire est la sienne; il se retrouve dans le vocatif : tu…

 

Ereintée par cette aventure sentimentale qui l'a conduite jusqu'au dégoût, la narratrice est pourtant incapable d'affirmer son véritable sentiment, haine ou amour, signe qu'elle subit encore le magnétisme de l'homme, qui ne tient debout que par la haine…

 

Au fur et à mesure de la lecture du roman, écriture d'une psychanalyse haletante, le lecteur comprend que, au delà de l'architecture romanesque, il assiste à l'avancée d'une femme qui  se reconstruit… 

 

Ce livre admirable mérite une diffusion massive, que les éditions de L'Harmattan ne sont pas capables d'assurer, hélas !

 

 

 

 

 

 

*** Maela Paul

VIENT de PARAITRE :

L'HOMME À LA PEAU DE SOIE ET AUTRES PORTRAITS
Maela Paul
Écritures
LITTÉRATURE ROMANS, NOUVELLES

Six hommes : autant de parades amoureuses, de jeux d'évitement ou d'approches, autant de nuances dans les sentiments et dans les tonalités de désirs, de frôlements et de visages.
Ces hommes de passage sont avant tout des passeurs, et chacun s'en trouve reconnu pour ce qu'il est : une source d'inspiration.

****  Maela Paul

"Dans la rue, les gens devaient imaginer qu’ils formaient un couple. Cela ne lui déplaisait pas. Elle avançait à ses côtés. Royale. Souveraine. Dans sa main, rien qu’un mouvement doux et glissant. Et cette chaleur qui naît des paumes lovées l’une contre l’autre. Dans sa marche, tout est prétexte pour se rapprocher de lui. Un éclat de rire, l’exiguïté d’un trottoir ou le croisement d’un passant, et elle laisse sa joue frôler son épaule. Ils marchent. Qui suivrait leur déambulation serait gagné par cette ondulation naissant de chacun de leurs pas pulsant sur le sol. Par l’oscillation des hanches se propageant dans l’embrasement de la poitrine.

Chaque pas scande l’amour qu’ils font et qui éclot dans l’allure altière qu’il leur confère. Ils ont dans leurs yeux cette luminosité débordante de ceux qui ont rompu leurs digues. Pour un temps ou pour longtemps. Cette transparence aqueuse de ceux qui s’étirent après l’étreinte et détiennent leur pouvoir d’avoir acquiescé à ce qui se présentait. Leurs silences comme leurs propos ne sont que jubilation. Où se devinent le désir, la connivence, l’appétit retrouvé de la jouissance. En eux président l’incrédulité la plus totale face à ce qui leur arrive et l’absence de doute quant à la précarité de leur aventure. Pour l’heure, sa conscience à elle est toute nichée dans la douceur de sa paume offerte, dans la pression des doigts qui rythme leurs pas. Entretenue par l’émotion qui monte jusqu’aux joues au souvenir du lit défait. Des vêtements éparpillés.
C’était un temps heureux. "


Extrait de "L'Homme à la peau de soie - et autres portraits" Maela PAUL, L'Harmattan

 

**Maela Paul 

C’est toute cette population cosmopolite, ayant le verbe haut et se frayant passage dans les ruelles de la vieille ville qui a contribué à ce qu’elle élise à son tour Perpignan pour un jour s’y établir. Non pas parce qu’elle s’y serait sentie “ chez elle ”. Ou bien qu’elle y aurait quelque attache. Non. Bien mieux : pour le dépaysement que la ville opère en elle et pour ce sentiment d’être accueillie comme une étrangère. C’est là qu’elle posera bagage. Qu’elle fondera demeure. La ville tout entière est son refuge et opère sur elle un charme d’autant plus fort qu’elle n’est pas ici retenue pour quelque affaire devant laquelle elle aurait dû se soumettre. Elle est là parce qu’elle a choisi.


Il y a toujours une puissance investie dans le choix d’une terre d’accueil. Puissance devant laquelle l’homme se courbe ou bien se dresse, dès lors qu’il y puise la sève le révélant dans ce qu’il a de plus intime. Cette ville est pour elle un réservoir d’émotions et de sensations soumises à l’imprévisibilité la plus totale. Elle en respire les effluves, s’enivre des couleurs du ciel, de la patine des façades, se délecte des ombres dansant sous les platanes.


Extrait de L'Homme à la peau de soie et autres portraits, Maela PAUL, L'Harmattan, mars 2014 (possibilité d'en faire la commande à l'auteur via un message FB)

 

*** VERNISSAGE : margerin--auffray-et-Berta-maillol-copie-1.jpg  

 

 Frank Margerin, Hugues Aufray et M.Berta-Maillol (au domaine Berta-Maillol)

JUN

12

FRANK MARGERIN au Musée Maillol

 

LA PETITE COLÈRE

Maela Paul

Ecritures

LITTÉRATURE ROMANS, NOUVELLES EUROPE 

 

Elle, c'est Isabelle. mais elle pourrait s'appeler Lydie, Brigitte, Aude ou Christine. Elle a la cinquantaine. Elle vient d'être quittée.

Lui, c'est Bernard. Comme il pourrait être Michel, Didier, Yves ou Jean-Luc. La cinquantaine pareillement. Il a décidé un beau matin de "reprendre sa liberté" comme il dit. A l'occasion de la rupture, Isabelle tente, à travers l'écriture, de faire le point sur sa vie, sur ce qu'elle est, sur cet autre qui la fuit après un quart de siècle de vie commune et sur cet amour qui s'obstine malgré l'épreuve...

 

 

ISBN : 978-2-296-13765-3 • décembre 2010 • 294 pages

 

Prix éditeur : 27,5 € 26,13 € / 171 FF

 

 

Commander la version numérique (Pdf texte) : s11.gif 20,63 € | 2 358 Ko 

EAN Ebook format Pdf : 9782296450301

 

Commander la version numérique (Epub) : s20.gif 20,63 € | 382 Ko 

EAN Ebook format Epub : 9782296937468

    • 66650 Banyuls-sur-Mer

    FRANK MARGERIN du 12 juin au 31 octobre 2014.

     

    C’est la toute première fois que MARGERIN expose dans un musée.

    Environ 70 planches originales de 1972 à 2009, dont quelques inédits jamais publiés, seront présentées.

     

    Tél./Fax. +33(0)4 68 88 57 11

    museemaillolbanyuls@orange.fr

    Partager cet article

    Repost 0
    Published by leblogabonnel - dans littérature
    commenter cet article

    commentaires

    Maela PAUL 14/06/2014 09:31

    Cher Jean-Pierre, je suis fort honorée de ce commentaire et des échos suscités en toi par la lecture de ce roman ! J'y apporterais pour ma part (ou dans ma partition) quelques bémols - mais qui ne
    viennent en rien altérer tes propos : juste introduire à un changement de tonalité... Ce qui me tient désormais debout n'est certainement point la haine qu'incarnerait cet homme ô combien aimé mais
    bien plutôt le souvenir toujours vif de l'amour qu'il a en moi suscité. Merci à toi, Maela

    Présentation

    • : Le blogabonnel
    • Le blogabonnel
    • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
    • Contact

    Profil

    • leblogabonnel
    • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
    • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

    Recherche

    Articles Récents

    Liens