Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 15:34

cabestany--helene-legrais--clip.jpg Hélène Legrais (avec JPBonnel, au stand des éditions Cap Béar, Cabestany, 2010)

 

 

 

> > >   LETTRE DE TROIS PROFESSEURS DE VONNAS (AIN) .

> > >  

> > >      Le surdoué qui nous gouverne, Sarkozy, un sous-doué à l'Elysée.  

> > >        Mais pourquoi tant de haine envers le corps enseignant en général et  les chercheurs en particulier ? 

> > >       Tout simplement parce que Notre Majesté souffre du complexe du cancre  parvenu. 

>

> > >    Président médiocre, il fut par le passé élève médiocre, bachelier médiocre et étudiant médiocre. 

> > >   Mais aucune trace de cette médiocrité dans son curriculum vitae. 

> > >   Et pour cause, il l'a customisé, l'animal. 

> > >   Officiellement Notre Souverain Eclairé serait titulaire d'une maîtrise de droit privé, d'un certificat d'aptitude à la profession d'avocat, 

>

> d'un  DEA de sciences politiques obtenu avec mention et aurait fait des études à l Institut d'Etudes politiques de Paris. 

> > >   Waouh ! 

> > >  

> > >   Mais alors pourquoi est-il aussi nul ? 

> > >   Tout simplement parce que la plupart de ces titres universitaires sont faux. 

> > >   Une enquête menée par Alain Garrigou, professeur de sciences politiques à Nanterre le prouve. 

> > >  

> > >   http://www.fondation-copernic.org/spip.php?article219 

> > >   

> > >     En parcourant l'annuaire des anciens élèves de Sciences Po, il a pu constater que Sarkozy de Nagy Bosca n'y figure pas, 

>

> ce qui signifie qu'il n'a pas mené ses études à leur terme et ne peut donc se parer du titre d'ancien élève réservé aux seuls diplômés. 

 

> > >     Et son DEA ? Pourquoi n'en trouve-t-on aucune trace dans les archives de Paris X Nanterre ? 

>

> Tout simplement parce que si le candidat Sarkozy apparaît bien dans le procès verbal de la première session, il est ajourné pour ne pas s'être présenté à l épreuve écrite terminale et n'avoir pas rendu son mémoire. 

> > >  

 Et son certificat d'aptitude à la profession d'avocat ? 

> > >    Obtenu sur le fil avec la note médiocre de 20/40 (7/20 à la première épreuve et 13/20 à la seconde) 

>

   Mais rappelons aussi, pour compléter le tableau, les notes obtenues au bac par le candidat 18917 en 1973 (Jury 80,  lycée Molière) : 

>

> 7/20 à l'épreuve écrite de français et 12 à l'oral (voilà pourquoi il s'exprime toujours dans un idiome approximatif), 

>

> 9/20  en philo, 8/20 en maths (il a néanmoins su s'augmenter de 200 % !), 10/20 en anglais "magnifical" s'exclama-t-il un jour en présence de la reine d'Angleterre) et 11/20 en économie (on n'est pas sorti de la crise ! ). 

   Avec 142 points sur 300, le médiocre petit candidat fut recalé et fut obligé de se présenter au repêchage. 

> > >    Ne nous étonnons donc plus des propos méprisants qui sortent donc de la bouche de ce vilain petit personnage médiocre et rancunier qui a tant souffert de ne jamais avoir été reconnu, à sa juste valeur par ses professeurs. 

> > >   

         Publié par DES PROFESSEURS DU COLLÈGE DE VONNAS (AIN). 

> > > 

*** Communiqué d'André BONET, président du CML : 

 

  • LE PRIX MEDITERRANEE ROUSSILLON 2012 A HELENE LEGRAIS ET NICOLAS BERJOAN
      Le Conseil Général des Pyrénées-Orientales défend la culture et notamment la lecture dès le plus jeune âge avec des opérations telles que Premières pages, la fête du Livre Vivant ou le prix des Incorruptibles. Une ambition qui se traduit également avec un soutien à la production littéraire via le Prix Méditerranée Roussillon. Créé en 2003 avec le Centre Méditerranéen de Littérature, ce prix récompense chaque année l'oeuvre d'un écrivain des Pyrénées-Orientales écrite en catalan ou en français. L'an dernier, c'est l'auteure de nombreux ouvrages autour de la cuisine catalane, Eliane Thibault Comelade, qui avait reçu cette récompense.
       Le Prix Méditerranée Roussillon 2012 a été attribué vendredi 19 avril 2012 à deux auteurs roussillonnais :
    • Hélène Legrais, Les héros perdus de Gabrielle, Calmann-Lévy
    • Nicolas Berjoan, L’identité du Roussillon (1780-2000), Editions Trabucaire
       * Hélène LEGRAIS Née à Perpignan, chroniqueuse sur France Bleu Roussillon, Hélène Legrais a travaillé à France Inter et à Europe 1, avant de retourner dans sa Catalogne natale pour se consacrer à l’écriture. Inspirée par des personnages et des événements réels de l’histoire du rugby, elle met en lumière avec brio toute la séduction d’un sport alliant, plus que tout autre, le goût du beau geste et une convivialité fraternelle.
      Les Héros perdus de Gabrielle : L’amour et l’amitié aux temps héroïques du rugby. Gabrielle aime le rugby. En 1914, ce n’est pas banal pour une fille de notaire encore adolescente, même à Perpignan. Tous les prétextes lui sont bons pour fuir l'atmosphère étouffante du logis familial et accompagner en cachette son oncle au stade afin d'encourager quinze gaillards au maillot blanc frappé du losange sang et or catalan à la conquête de leur premier titre de champion de France. Quand la mobilisation générale est déclarée, le monde de Gabrielle s’écroule. Fini les empoignades épiques, l’enthousiasme des tribunes, la convivialité de la troisième mi-temps entre jeunes gens de tous milieux sociaux. Qu’adviendra-t-il d’Aimé Giral, le demi de mêlée, surdoué et beau comme un dieu ? Très vite, Gabrielle prend conscience avec horreur que beaucoup de ses amis ne reviendront pas. Malgré sa solitude et son désespoir, elle saura redonner un sens à sa vie en se lançant, à sa manière, dans la bataille…
      ** Nicolas BERJOAN est docteur de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales et agrégé d’histoire, il enseigne actuellement à l’université de Provence. Spécialiste des nationalismes périphériques et des mouvements régionalistes, il s’intéresse particulièrement aux réactions qu’ont suscitées les processus de nationalisation français et espagnol dans les pays catalans.

    L’identité du Roussillon (1780-2000)
    Penser un pays catalan à l’âge des nations
    Comment et pourquoi les Catalans du Roussillon en sont-ils venus à se dire français ? Comment ont-ils perçu les mutations culturelles qui ont accompagné ce processus de nationalisation, et comment ont-ils imaginé leur place dans l’ensemble national ? Comment, enfin, ont-ils appréhendé l’apparition d’un nationalisme catalan au sud de la frontière à partir de la fin du XIXe siècle ? Pour apporter des éléments de réponse à ces questions, ce livre propose une revue des discours qui ont cherché à définir l’identité roussillonnaise durant la période contemporaine, des descriptions provinciales de la fin du XVIIIe siècle aux livres d’histoire les plus récents. En rendant la parole aux Roussillonnais, il veut faire entendre ce qu’ils ont dit des évolutions politiques, culturelles et sociales qui ont transformé leur territoire depuis la double révolution nationale et industrielle des années 1780. Ce faisant, il ne découvre pas une série de lamentations passéistes ou de revendications picrocholines, mais l’effort de compréhension réalisé par les intellectuels d’un petit peuple qui s’interroge sur son devenir dans un monde hostile aux cultures minoritaires. Et c’est à une réflexion bien universelle, sur l’identité, la culture, le pouvoir, qu’il invite le lecteur à partir de cette matière catalane si particulière. 
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens