Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 mai 2017 4 11 /05 /mai /2017 09:53
Grégoire Delacourt - Camille - Tony - Pauline - Theo - Nadia - Le guide Euroséjours
Grégoire Delacourt - Camille - Tony - Pauline - Theo - Nadia - Le guide Euroséjours
Grégoire Delacourt - Camille - Tony - Pauline - Theo - Nadia - Le guide Euroséjours
Grégoire Delacourt - Camille - Tony - Pauline - Theo - Nadia - Le guide Euroséjours
Grégoire Delacourt - Camille - Tony - Pauline - Theo - Nadia - Le guide Euroséjours
Grégoire Delacourt - Camille - Tony - Pauline - Theo - Nadia - Le guide Euroséjours
Grégoire Delacourt - Camille - Tony - Pauline - Theo - Nadia - Le guide Euroséjours

Grégoire Delacourt - Camille - Tony - Pauline - Theo - Nadia - Le guide Euroséjours

***Vive la jeunesse! (un mal dont nous guérissons, hélas! un jour...)

Dieu fasse que cet instant survienne le plus tard possible!...

Nous commettons l'erreur égoïste de nous croire éternellement 

jeunes, et sempiternellement éternels (mieux vaut formellement tomber dans un pléonasme, que se perdre dans l'absurdité foncière de la pensée!...)

Nous luttons contre le temps...

Nous déclarons tuer le temps; alors-même que c'est le temps                  qui nous tue...

"Le portrait de Dorian Gray" - roman d'Oscar Wilde- ,                                  "La beauté du diable" - film de René Clair-,

"La damnation de Faust" - opéra et oeuvre symphonique 

d'Hector Berlioz -, voilà autant de témoignages qui louent,

exaltent et magnifient la jeunesse, comme un élixir que l'on                   souhaite découvrir, comme l'alpha et l'oméga de la connaissance, 

comme la quête paradoxale, insensée et désespérante de l'éphémère vers l'éternité...  

et bien au-delà l'humilité de vivre, de s'exprimer et de créer

Et ce dans l'ombre salutaire des cerisiers de mai,                                   dont Guillaume Apollinaire a mille et une fois écrit et chanté les vertus,       les qualités, les louanges...

La jeunesse est là pour nous survivre et pour nos prolonger, 

dans nos actes, dans nos convictions et dans nos valeurs, 

certes  de liberté, d'égalité et de fraternité, mais plus encore - vive, vivace et vivifiante -dans nos conceptions actuelles de ce que sont

le respect, la solidarité et l'altruisme... 

Acceptons nos rides!... 

Domptons nos regrets et nos remords!... 

Ne regardons plus dans le rétroviseur!... 

Les soleils que nous avons enfantés, 

les cieux dont nous avons rêvé,

les terres que nous nous sommes promises,

les illusions dont nous devons guérir, au risque d'éteindre

nos passions, au couvre-feu de nos âmes, enfouies telles d'inutiles breloques que l'on jette aux orties, la mort dans l'âme,

les certitudes établies à l'aune de logiques démises,

à la rupture de pensées auxquelles nous avons prêté allégeance

et auxquelles nous nous sommes lâchement soumis :

tout cela n'est que chimère!... et pis encore : que misère!...

 

Oui! poussons individuellement et consciemment vers l'avenir - uniquement et richement  vêtus  et  pourvus que nous sommes

de notre humble condition et de notre intime et imprescriptible               force d'homme - la porte de l'espoir!..

"La jeunesse du coeur refuse de mourir"

Jean Iglesis

(aux côtés de Grégoire DELACOURT, président de la cérémonie qui s’est déroulée hier soir au Palais des congrès de Perpignan)

La troisième édition du concours des Trophées de la Jeunesse s’est déroulée hier, vendredi 5 mai, au Palais des congrès de Perpignan, sous la présidence de l’écrivain Grégoire DELACOURT. Cet évènement est mis en place par la Caisse d’Epargne Languedoc-Roussillon, Boitaclous, l’Université Perpignan Via Domitia (UPVD)et le Centre Méditerranéen de Littérature (CML) en partenariat avec la Ville de Perpignan, le Département des Pyrénées-Orientales, la Région Occitanie/Pyrénées-Méditerranée, le journal l’IndépendantFrance Bleu Roussillon, les clubs de rugby USAP et  Dragons catalansCinémovida,  McDonald’s, l’hôtel-restaurant La Villa Duflot

Pour Nacera BENOSMAN, directrice départementale de la Caisse d’Epargne, accompagné de Nicolas BALERNA,  «  les jeunes ont envie de réussir, rêvent de construire une belle carrière professionnelle, d’un travail stable et épanouissant. Ils ont beaucoup d’ambition, de talent, de compétences et de qualités qui ne trouvent malheureusement pas toujours leur place sur le marché du travail actuel.  Ces trophées ont l’ambition de mettre chaque  année en lumière des parcours exemplaires qui reflètent le caractère bien « trempé » des jeunes catalans. » La cérémonie s’est déroulée en présence de nombreuses personnalités, parmi lesquelles Eliane JARYCKI, conseillère régionale, présidente de la Région Occitanie/ Pyrénées-Méditerranée, Christine MOULENAT et Caroline FERRIèRE, adjointes au maire de Perpignan, Ségolène NEUVILLE, secrétaire d’Etat en charge des Personnes handicapées et de la Lutte contre l’exclusion,  vice-présidente du Conseil Départemental es Pyrénées-Orientales, Jean-Michel MERIEUX, directeur général de McDonald’s…

C’est autour du roman de Grégoire DELACOURT « La liste de mes envies » (JC Lattès) qu’est née en 2015 l’idée de création des « Trophées de la Jeunesse » dans les Pyrénées-Orientales, dont le but était de proposer aux jeunes d’écrire « la liste de leurs envies pour réussir leur vie ».  Pour Grégoire DELACOURT, la force de la jeunesse c’est d’avoir la liberté de tout inventer, et comme il aime le rappeler : « Que risque-t-on quand on risque tout ? ». Une célèbre phrase de son roman La liste de mes envies peut être perçue comme le fil rouge de cette belle action : « J’aimerais avoir la chance de décider de ma vie, je crois que c’est le plus grand cadeau qui puisse nous être fait ».

Grégoire DELACOURT a profité de sa venue sur Perpignan pour présenter son dernier roman Danser au bord de l’abîme (JC Lattès). Après « On ne voyait que le bonheur », Grégoire DELACOURT explore dans ce roman virtuose la puissance du désir et la fragilité de nos existences.

Le palmarès 2017 :  5 histoires vraies

Camille MERLEVEDE, installé à Saint Féliu d’Amont, a créé sa marque de nœuds papillon « Maison Camille » en 2016. Depuis un an, il  peaufine ses créations, toujours en quête de nouveauté, il a développé de nouvelles techniques pour aboutir à un produit au design et aux codes inédits. Dans ses recherches il s’est fortement intéressé aux textiles et aux imprimés sur matière.  En quête d’originalité et d’exclusivité, il a développé une technique assistée par ordinateur de design textile, pour créer ses propres tissus.

Tony SREETBALL de son nom de scène, vit sur la commune d’Estagel et propose    de par son art de Freestyler Football, des vidéos d’apprentissage sur sa chaine YouTube. Il met son talent au service de différents prestataires et donne des cours d’initiation au freestyle football pour tous niveaux, tous les samedis au Stadium Five Center de Perpignan.

L’art qu’il pratique depuis ses 13 ans, allie plusieurs sports: la danse, le basket, la jongle et le foot. Il souhaite à court terme ouvrir une école de football freestyle sur le département et le développer par la vente d’accessoires et de vêtements.

Étudiante en première année du Master Miro à l’Université Perpignan Via Domitia (ce master est une formation pluridisciplinaire en management culturel et création de projets innovants). Pauline TROUGNOU, en marge de ses études a créé une page Facebook « Pauline raconte l’art ». Cette jeune femme qui vit à Cabestany, y fait la promotion des expositions et manifestations culturelles qu’elle part découvrir dans le département ou la région.  Sa découverte de l’art s’est faite progressivement. C’est donc tout naturellement qu’à la suite de ses trois années de Licence d’Espagnol, elle a  commencé une Licence Histoire de l’Art et Archéologie (obtenue en deux ans grâce aux acquis et compensations).

Après un bac STI Arts appliqués entre Montreuil et Nîmes, Théo CAMPREDON, originaire de la commune de Millas,  poursuit ses études à Bruxelles. Il est aujourd’hui en dernière année de licence en graphisme à l’école de recherche graphique. Grâce à la pluridisciplinarité des cours, il a pu pratiquer la vidéo, la peinture, le dessin, et la photographie.  Son projet est le résultat d’un coup de foudre pour le Train Jaune, qui depuis 113 ans agite détracteurs et conservateurs. Théo a eu l’envie par la photographie et l’édition d’exprimer sa passion pour un des atouts du patrimoine départemental et régional.

Son ouvrage « Atlas Train Jaune » (en cours d’édition) se veut un trajet d’où on ne descend pas  et où l’altitude grimpe au fil des pages.

Nadia RAYMOND est actuellement animatrice auprès d’enfants dans les écoles primaires et auprès d’adultes en situation de handicap en séjours adaptés. Photographe amatrice depuis 4 ans, elle aime partir à l’aventure et photographier les plus belles merveilles du monde. Sensibilisée par la situation des réfugiés, elle a effectué une mission humanitaire en mars 2016 auprès de l’association « L’Auberge des migrants » dans les camps de Calais et Grande-Synthe. Dans ces camps, elle a rencontré beaucoup de mineurs qui étaient accueillis dans des conditions inhumaines. Elle a voulu illustrer quelques articles en photographiant la réalité : entre une déchèterie et un maraichage de boue, elle nous offre des regards d’innocents qui ont su parfois garder leur sourire d’enfant.

 

Jean IGLESIS

 

- - -

Un musée pour booster le tourisme culturel

19 Janvier 2017 -

 

Publié par Jean-Marc Pujol

A cinq mois de l’ouverture du Musée d’Art Hyacinthe Rigaud, l’édifice est déjà dans (presque) tous les plans médiatiques du moment. « Plus dynamique », « Plus attrayant », etc.-etc., il est au centre d’un inventaire (inter)national quand il s’agit de nommer les lieux qui font l’économie d’un territoire à partir du « tourisme culturel », comme il existe un « tourisme d’affaire ».
A l’évidence, aujourd’hui, le « tourisme culturel » est un maillon fort dans l’industrie touristique. Il est une destination. De nombreuses enquêtes le démontrent, légendées par des chroniqueurs de tous bords : l’art dans sa diversité, le patrimoine artistique en général – avec les musées « en tête de gondole » comme on dit dans un espace commercial – est un atout décisionnaire pour le grand public quand il s’agit de bouger, de choisir d’entrer en scène le temps des loisirs.
C’est l’époque qui le réclame. Et les statistiques qui le confirment : la Culture, les chantiers culturels, rapportent… et pas seulement de l’argent, mais aussi des emplois !
 

- - -

Tourisme culturel (suite) Perpignan et sa région

 

Parution de la 14ème année du guide français, anglais, allemand,

Euro-séjours et Tourisme en Pyrénées-Roussillon.

 

Le guide « Euro-séjours et Tourisme en Pyrénées-Roussillon» vient de paraître pour sa 14ème année consécutive. Vitrine du département, cette édition 2012 est désormais disponible. Seul guide trilingue (français, anglais et allemand), le «guide nouveau» - encore plus haut de gamme et toujours plus apprécié - place au-devant de la scène les professionnels qualitatifs qui font autorité par leur savoir-faire dans les Pyrénées-Orientales. Il témoigne dans sa démarche d’un activisme socio-économique régional qui, à force de sérieux et d’expérience, a gagné ses titres de noblesse jusqu’'à devenir référentiel, aussi bien auprès des autochtones que des citoyens de 13 pays de la communauté européenne. « Euro-séjours et Tourisme en Pyrénées-Roussillon » est une publication gratuite, intégralement conçue et fabriquée en France, éditée avec des concepteurs, annonceurs et partenaires régionaux à non moins de 18 000 exemplaires. Le guide est diffusé dans près de 180 points répertoriés en Pyrénées-Roussillon et en Catalogne (principaux bureaux du tourisme, points d’information touristiques, sites de visites), dans quelques points en France et dans 13 points culturels confirmés à l’étranger. Le guide présente les spécificités historiques et culturelles de notre département. Fourni en rédactionnel et en photographies, il ne traite pas moins de 500 sites, 60 Regards sur.., choisis pour leur pittoresque et leur richesse. 

 

Réalisé par la société Orvaloris (Micheline Muller, Jean-Claude Robin, Olivier Robin – concepteur-gérant), il bénéficie du concours de divers partenaires fidèles et fidélisés depuis 14 ans. Une parution qui fait avancer l’image culturelle et touristique des P.O., avec une quête constante d’évolution sur plus d’une décennie, ce qui démontre une fiabilité et un savoir-faire singuliers, soutenus par de solides moyens pour produire ce qui se fait de mieux. A noter : le système d’impression respectueux de l’environnement, qui affirme un sens de la perfection et un respect de l'’écologie.


 « Euro-séjours et Tourisme en Pyrénées-Roussillon» allie, dans sa conception, la qualité de l’édition au respect de l’environnement : réalisé par un système d’impression certifié ISO 9001 et 14001, qui intègre un management environnemental dans sa politique globale, il utilise des encres végétales et le procédé C.T.P., la limitation des solutions chimiques polluantes. Il a en outre fait le choix d’un papier blanchi sans chlore, certifié PEFC (garantie d’un engagement pour l’amélioration continue de la gestion forestière). Bref : une publication atypique qui met les Pyrénées-Orientales à la proue de l’'aventure culturelle conjuguant haut de gamme et respect de l’'environnement

J.IGLESIS

 

 

***ASSOCIATION WALTER BENJAMIN

 

*Conférence d'André ROGER, psychanalyste, sur le thème des PASSAGES et des FRONTIERES, dans l'oeuvre et le destin de Walter Benjamin, mort à Port-Bou en septembre 1940.

 

Jeudi 11 mai, à 18h30, salle Jaurès (mairie de Banyuls, entrée par la place Dina Vierny) Entrée libre.

Exposé, dialogue avec le public, par l'Association W. Benjamin. Contact : 06 31 69 09 32, JPBonnel, président.

 

 PASSAGE à la FRONTIERE

 

L' homme est passé par ici, a disparu sans demander son reste; les illuminations de son esprit qui avaient essaimé chez quelques intellectuels de l'entre-deux guerres ont progressivement réapparues, et éclairent à nouveau et encore les problématiques historiques,politiques, sociologiques et artistiques de ce début du XXIe siècle.

 

Une tombe vide à Port-Bou, l'allégorie du mémorial de Dani Karavan exhument de l'oubli, le destin passionnant, passionné, passionnel d'un personnage énigmatique, humblement prophétique, dont le souvenir nous hante toujours, ici, à Banyuls,  instillant sa géniale présence au coeur des quêtes, des enquêtes des nouveaux défricheurs de la pensée contemporaine...

 

 

Partager cet article
Repost0
10 mai 2017 3 10 /05 /mai /2017 10:30
Saint-Martin du Canigou - Inde, roman et autres nouvelles, par J.P. Bonnel - Elne, la boutique de Michel
Saint-Martin du Canigou - Inde, roman et autres nouvelles, par J.P. Bonnel - Elne, la boutique de Michel
Saint-Martin du Canigou - Inde, roman et autres nouvelles, par J.P. Bonnel - Elne, la boutique de Michel

Saint-Martin du Canigou - Inde, roman et autres nouvelles, par J.P. Bonnel - Elne, la boutique de Michel

De Barcelone à Perpignan:

 

Je reviens de Barcelone, le temps d'une escapade, pour une longue flânerie dans les quartiers de la vieille ville jusqu'aux ramblas et passeigs de Gracia... Je dépose des livres à la librairie Jaimes et prend date pour un exposé sur Walter Benjamin...

C'est dimanche et la foule est là : les Catalans sont peu visibles et surtout audibles: ce sont les touristes qui dominent ! Incroyable, cette frénésie, cette envie de voir une ville ! On peut parler d'envahissement. Bruits, pollution, embouteillages, magasins tous ouverts (sauf quelques rues à l'écart dans le Born et le Raval...

Tout est fait pour le touriste : les bars, les repas rapides, les plats combinés, les magasins de souvenirs à trois pesetas...

On ne pouhaite pas cela pour Perpignan. On souhaite tout de même un peu de tourisme culturel : à mon retour je retrouve une ville morte ! Le dimanche, les Perpignanais sont en...Catalogne (Perthus, Figueres), à la mer ou dans les vide-greniers. Pas la peine de se fatiguer : Perpi ne peut devenir une destination le dimanche à moins d'une fête exceptionnelle et de l'entrée gratuite dans le futur musée Rigaud...

JPB

 

**DU TOURISME CULTUREL EN PAYS CATALAN, VITE !

 

Communiqué de presse · Perpignan, 4 mai 2017

 

Le Pays Catalan détient des atouts géographiques et climatiques considérables, mais il est d’abord un couloir de passage France-Espagne. Il n’est pas une destination clairement reconnue. Son offre touristique est restreinte au niveau des séjours car son parc hôtelier a vieilli. La qualité de ses routes, ses transports en commun vers les plages et son manque de lieux thématiques n’attirent que les touristes en mal de soleil. 

D’ailleurs, le programme touristique auquel nous obéissons, la « Mission Racine » engagée par l’Etat en 1963, nous a dangereusement résumés au soleil. Plus de 50 ans plus tard, notre éventail touristique est pauvre, notre riche patrimoine est négligé.

 

Oui au Pays Catalan, force politique au service des habitants des Pyrénées-Orientales, prône un changement de stratégie. Nos Offices de Tourisme doivent reconsidérer le territoire et élargir leur vision au-delà du climat. Pour cela, appuyons-nous sur notre dynamisme associatif et notre formidable patrimoine historique. Tourné vers l‘avenir et adapté aux opportunités économiques, un parc culturel « Terra de Catalunya » doit associer la mer et la montagne, la proximité de la Catalogne du Sud et celle de l’Occitanie.

 

Le Conseil départemental, les Communautés de communes, les mairies et les entreprises seront partenaires de ce lieu à thème. De l’Homme de Tautavel à la Retirada, des Ibères aux Rois de Majorque, du Traité des Pyrénées à notre épopée industrielle et agricole, des spectacles vivants y rappelleront nos 1000 ans d’Histoire. Sur l’exemple du Puy du Fou, en Vendée, ce concept valorisera notre patrimoine civil et militaire, religieux et naturel. Il requalifiera notre territoire, relancera son attractivité et retiendra les visiteurs. Nos habitants y rencontreront des thématiques spécifiques, nos écoliers y comprendront notre Histoire.

 

Cet objectif de développement, créateur d’emplois pérennes, structurera la consommation touristique et résidentielle. Le tourisme culturel renouvellera ainsi notre économie. En mettant en avant son esprit, sans pour autant négliger son climat, le Pays Catalan cessera d’être un paillasson touristique. Sa fréquentation montera en gamme, pour des bénéfices directs plus importants et des nuisances réduites.

 

Contact presse : press@ouiaupayscatalan.com · 06 75 74 25 49.

- - -

* Musées gratuits de Barcelone

*Palau Robert

Le Palau Robert est peu connu des touristes et pourtant son architecture et ses jardins valent le détour. Il n’a pas de collection permanente mais on y trouve des expositions sur des thèmes variés tout au long de l’année. Des concerts gratuits y ont généralement lieu les trois premiers jeudis du mois de juillet.

Horaires : Lundi au samedi – 10h à 20h et dimanches et jours fériés – 10h à 14h30

Adresse : Passeig de Gràcia, 107, 08008 Barcelone

Site officiel en cliquant ici

 

*Palau de la Virreina

Le Palau de la Virreina accueille le Centre de l’image, espace dédié à la photographie et à l’art audiovisuel. Il y a souvent 3 expositions temporaires en plus de la permanente. Ancien hôtel particulier de Barcelone, ce bâtiment vaut le coup d’œil pour sa façade baroque et colorée et ses escaliers monumentaux.

Horaires : Mardi, dimanche et les jours fériés – 12h à 20h

Adresse : La Rambla, 99, 08001 Barcelone

Site officiel en cliquant ici

 

*Centre d’art Santa Monica

Santa Monica accueille chaque année plus de 20 expositions, d’artistes nationaux et internationaux. Il met en avant l’art catalan contemporain et sa mise en contexte dans le domaine international. Le centre propose également des activités comme des ateliers, des cours sur l’art ou même des festivals.

Horaires : Mardi au samedi – 11h00 à 21h00 et dimanche et jours fériés – 11h00 à 17h00

Adresse : La Rambla, 7, 08002, Barcelone

Site officiel en cliquant ici 

 

*Musée d’histoire de la ville de Barcelone

Aussi connu sous le nom de MUHBA, ce musée conserve le patrimoine historique de la ville, depuis ses origines à nos jours. L’accès au bâtiment central du musée n’est pas gratuit mais il est décomposé en 13 antennes à travers Barcelone dont la plupart ont l’entrée gratuite.

Horaires : Mardi au samedi – 10h à 19h et dimanche – 10h à 20h

Adresse : Plaça del rei, s/n, 08002 Barcelone

On retrouve ici tous les détails sur les autres antennes du MUHBA.

Site officiel en cliquant ici

 

*Centre culturel du Born

Après avoir été un marché pendant 100 ans, il est devenu un espace historique qui abrite des gisements archéologiques de la capitale catalane de l’an 1700. On y retrouve les restes de maisons, les rues et les places de l’époque. Situé en plein cœur du quartier typique du Born, ce musée est idéal si vous visitez Barcelone en un jour.

Horaires : Mardi au dimanche – 10h à 20h

Adresse : Plaça Comercial, 12, 08003 Barcelone

De nombreuses galeries d’art contemporain sont également gratuites.

Site officiel en cliquant ici

 

Ecoutez aussi : l’interview d’Emmanuel Guigon, directeur du musée Picasso à Barcelone

 

Les musées de Barcelone gratuits le week-end : 

*Musée National d’Art Catalan

Ce musée sur les hauteurs de Montjuic a une vue imprenable sur la Place Espanya. Il abrite des œuvres catalanes de l’époque Romane, Gothique et de la Renaissance. Il embrasse tous les arts (sculpture, peinture, dessins, photos…). Si vous ne saviez pas quoi visiter à Barcelone, ce musée est un incontournable.

Horaires : Mardi au samedi – 10h à 20h

Adresse : Palau Nacional, Parc de Montjuïc, s/n, 08038 Barcelone

Gratuit : les samedis à partir de 15h et le premier dimanche de chaque mois

Site officiel en cliquant ici 

*CCCB : Le centre de culture contemporaine de Barcelone est un espace qui mêle arts visuels, littérature, philosophie, cinéma et musique.

Horaires : Mardi au dimanche – 11h à 20h.

Adresse : Carrer de Montalegre, 5, 08001 Barcelone

Gratuit : Tous les dimanches de 15h à 20h

Site officiel en cliquant ici

Musée Picasso : Le musée est consacré à l’artiste peintre Picasso et donne un aperçu de son évolution et ses liens artistiques avec la capitale catalane.

Horaires : Mardi au dimanche – 10h à 20h

Adresse : Carrer Montcada, 15-23, 08003 Barcelone

Gratuit : Tous les dimanches à partir de 15h et le premier dimanche de chaque mois de 10h à 20h

Site officiel en cliquant ici

 

*Musée Frederic Marès

On y retrouve toutes les œuvres du sculpteur catalan Frederic Marès. Il a été inauguré en 1948, dans une partie de l’ancien Palau Real, situé au cœur du quartier Gótico.

Horaires : Mardi au samedi – 10h à 19h et le dimanche de 11h à 20h

Adresse : Parque del Fórum, Plaza Leonardo da Vinci, 4-5, 08019 Barcelone

Gratuit : Tous les dimanches à partir de 15h et le premier dimanche de chaque mois de 11h à 20h

Site officiel en cliquant ici

 

*Musée Maritime : un lieu incontournable pour admirer un important patrimoine maritime, et comprendre l’histoire maritime de Barcelone. L’édifice vaut également le détour, il accueille régulièrement des événements.

Horaires : Lundi au dimanche – 10h à 20h

Adresse : Av. de les Drassanes, s/n, 08001 Barcelone

Gratuit : Tous les dimanches de 15h à 20h

Site officiel en cliquant ici

 

*Musée du design : Le musée du design aussi appelé Disseny Hub ou MHUB regroupe 4 expositions permanentes et une exposition temporaire : du design graphique au design de produit en passant par l’histoire de la mode.

Horaires : Mardi au dimanche – 10h à 20h

Adresse : Plaça de les Glòries Catalanes, 37, 08018 Barcelone

Gratuit : Tous les dimanches à partir de 15h et le premier dimanche de chaque mois de 10h à 20h

Site officiel en cliquant ici

 

*Musée des sciences naturelles : Le musée Blau est réparti sur plus de 9 000 mètres carrés et deux étages. Il accueille des expositions temporaires et permanentes, et organise aussi des activités pour les enfants. Idéal pour visiter Barcelone en famille.

Horaires : Mardi au samedi – 10h à 19h et le dimanche de 10h à 20h

Adresse : Parque del Fórum, Plaza Leonardo da Vinci, 4-5, 08019 Barcelone

Gratuit : Tous les dimanches à partir de 15h et le premier dimanche de chaque mois de 10h à 20h

Site officiel en cliquant ici

 

*Musée de la musique : le musée de la musique de Barcelone se trouve à l‘Auditori. A travers des expositions d’Art moderne et de photographies, on y découvre l’Histoire de la musique sur plusieurs siècles. Entre l’art catalan gothique et baroque, la collection est très riche.

Horaires : Mardi, mercredi, vendredi – 10h à 18h / jeudi de 10h à 21h / samedi et dimanche de 10h à 19h

Adresse : L’Auditori., Carrer de Lepant, 150, 08013 Barcelone

Gratuit : Tous les dimanches à partir de 15h et le premier dimanche de chaque mois de 10h à 20h

Site officiel en cliquant ici 

*Les journées portes ouvertes

Pendant certains événements, la majorité des musées de Barcelone sont ouverts au public gratuitement, alors consultez la liste des établissements participants lors de :

  • Fête Santa Eulalia : 12 février
  • Journée Internationale des musées : 18 mai
  • Nuit des Musées : mi mai
  • La Mercè : 24 septembre  © Equinox

- - -

 

**Terres d'artistes - ateliers à visiter dans le 66/pays catalan :

Henri SOBRAQUES <xicoya2@orange.fr>

Henri Sobraques artiste-peintre et journaliste émérite expose à Campôme (Conflent) ce week-end...

Un apport humble, intime et personnel qui contribue - telle une pierre portée à l'édifice - à  la manifestation "Balade en Terre d'Artistes", organisée enrichie et reconduite, cette année 2017,par le Conseil Départemental des Pyrénées-Orientales...



Iuu tothom,
Pour la "je ne sais combien de fois" je participe à la Balade en Terre d'Artiste qu'organise le Conseil Départemental des Pyrénées Orientales et dont c'est la 14° édition.
Je n'ai pas d'atelier à proprement parler mais j'ai un jardin et je vous invite à venir y découvrir ou redécouvrir mon travail car il va servir de lieu d'exposition.
Il sera ouvert le samedi 13 de 10 à 12h et de 14 à 17h et le dimanche 14 de 10 à 18h.
C'est avec plaisir que je vous recevrai
Dans l'attente de vous voir je vais préparer mon espace.
A très bientôt
Henri

 Si la pluie ne joue pas un mauvais tour, exposition dans mon jardin, samedi de 10 à 17h et dimanche de 10 à 18h

Si la pluie s'invite ce week-end, ce ne sera pas la peine de monter, je serai contraint d'annuler.

 

- - -

 ***Elne – Ville-Haute

Journée portes ouvertes : samedi 13 mai, en ville-haute, à partir de 9 h :

 « La Boutique de Michel » vous accueille…

 

Michel Garcia, vous invite à partager son intime passion : celle qu’il nourrit depuis sa plus tendre enfance pour les livres, les disques, et les objets qui jalonnent son parcours de collectionneur chevronné et de chineur impénitent.

Romans, essais, ouvrages d’art et d’histoire, albums vinyles (rock, chansons françaises, variétés,  jazz), pièces de collection, cartes postales anciennes, affiches - dont certaines datent de la fin du 19ème siècle- peuplent ce sanctuaire dédié  à la culture, sous ses formes d’expression et de communication – voire de communion - les plus éclectiques et  inattendues.

 Sur les cimaises, - accrochés aux murs de cairou et conversant dans un silence éloquent sous les poutres maîtresses - les tableaux de Claude Garcia, son épouse, éclairent dans un style figuratif la patine que les ans ont conféré à l’endroit...

Voilà un lieu inédit, original au possible, qui paraît hors du temps, mais au cœur duquel on éprouve le sentiment vivace et salutaire de se retrouver, parmi les mots et les choses : des éléments au demeurant anodins, mais foncièrement essentiels, qui semblent recomposer un paradis perdu, enfoui en nous-même… que les clés et les secrets immortels de la connaissance éveillent, ravivent et délivrent soudain.

(C) Jean IGLESIS

 

« La Boutique de Michel », 9 Rue Constantin, 66200 Elne (Ville haute)

Tel : 06 74 63 15 78

Sur Facebook : laboutiquedemichel66

Adresse e-mail : laboutiquedemichel66@gmail.com

 

Partager cet article
Repost0
9 mai 2017 2 09 /05 /mai /2017 09:31
le futur philosophe Walter Benjamin enfant, avec sa mère -

le futur philosophe Walter Benjamin enfant, avec sa mère -

 

                                    *CHASSE aux VIEUX :

 

PERMIS de conduire pour les seniors affiché!!!

   Macaron pour vieux conducteurs.   Coup de gueule     

         La chasse aux vieux est ouverte !   

Pour ceux qui ont 70 ans, pour ceux qui les auront vers 2017,  et pour tous les autres....à venir.
> >  Bien que les plus de 70 ans représentent en France 16% des automobilistes  et qu'ils ne soient mis en cause que dans 9% des accidents. Moins dangereux que les jeunes.

  Attendez-vous-en septembre 2017, après les élections ...... à devoir apposer un macaron blanc avec la lettre S sur l'arrière de votre voiture ! Eh oui !

L'idée de signaler les personnes âgées au volant est venue d'un certain Gilles Renard. Illustre inconnu, auto-entrepreneur un fabrication de merde en tout genre.

Depuis quatre ans, il a monté son association (encore une assosse) et a vendu près de 1 200 autocollants à 4 €.  (Bizarre, le même prix que la vignette propre pour rouler dans Paris !!!)
> >  Pour lui, il ne s'agit pas de montrer du doigt les personnes âgées, mais de les aider.
> >     (On ne t'a rien demandé Ducon ! )
> > La Prévention routière s'est emparée de l'idée, l'a montée en épingle auprès de la Direction des transports, qui elle-même a établi un rapport qui est sur le bureau du Ministre des Transports préconisant cette mesure au plan national, inscrite dans le code de la route, pour le bien et la  sécurité de cette catégorie d'usagers... etc, etc.  
> >  Et comme nous ne sommes pas avares  "de bonnes idées..." revient également sur la place publique le fameux débat sur le fait que La France est avec l'Allemagne et la Pologne, l'un des seuls pays de l'Union européenne où la validité du permis est permanente.

Au Portugal et en Italie, les conducteurs doivent passer une visite médicale à partir de 50 ans. Aux Pays-Bas, au Danemark ou en Irlande, celle-ci est obligatoire à 70ans pour valider son permis.

Vous les voyez venir avec leurs gros sabots

Quand est-ce que tous ces connards vont arrêter de penser pour nous ?
> > Et pour qu'on file du fric à des administratifs  " pseudo médecins appréciateurs "

Comment ça, je suis en colère ?  mais non ... !

La chasse aux vieux est ouverte toute l'année ! ! !
> FAITES SUIVRE A TOUS VOS AMIS

( les jours sont comptés )

 

- - -

ASSOCIATION WALTER BENJAMIN "sans frontières" 

 

 

*Conférence d'André ROGER, psychanalyste, sur le thème des PASSAGES et des FRONTIERES, dans l'oeuvre et le destin de Walter Benjamin, mort à Port-Bou en septembre 1940.

 

Jeudi 11 mai, à 18h30, salle Jaurès (mairie de Banyuls, entrée par la place Dina Vierny) Entrée libre.

Exposé, dialogue avec le public, par l'Association W. Benjamin. Contact : 06 31 69 09 32, JPBonnel, Président

 

 PASSAGE à la FRONTIERE

 

L' homme est passé par ici, a disparu sans demander son reste; les illuminations de son esprit qui avaient essaimé chez quelques intellectuels de l'entre-deux guerres ont progressivement réapparues, et éclairent à nouveau et encore les problématiques historiques,politiques, sociologiques et artistiques de ce début du XXIe siècle.

 

Une tombe vide à Port-Bou, l'allégorie du mémorial de Dani Karavan exhument de l'oubli, le destin passionnant, passionné, passionnel d'un personnage énigmatique, humblement prophétique, dont le souvenir nous hante toujours, ici, à Banyuls,  instillant sa géniale présence au coeur des quêtes, des enquêtes des nouveaux défricheurs de la pensée contemporaine.

 

 

Oser  s'aventurer en la compagnie de Walter Benjamin aux détours labyrinthiques des "Passages parisiens", y reconnaître les mouvements insurrectionnels qui ont ponctué le XIXe siècle en écho à 1789; interroger la question de la place et des droits de la classe naissante du prolétariat ouvrier; analyser la prise de pouvoir, économique et politique, par la bourgeoisie; y observer, avec méfiance, l'accélération d un "progrès" technologique incontrôlable ; de fait, évaluer avec sagacité l'instauration de ce que nous appelons le capitalisme industriel et bancaire...dont les incohérences de la concurrence débridée conduiront au carnage de 14-18, à la naissance des fascismes européens et russo-soviétiques, jusqu'aux 60 millions d'humains sacrifiés de la "deuxième" guerre mondiale. 

 

Sa philosophie articulée à la question du pessimisme, vous paraît-elle aujourd'hui obsolète ?

 

Sans trêve, il commente dans son oeuvre un considérable florilège d'extraits des textes des auteurs majeurs du XIXè siècle, au diapason de ses contemporains contestataires, anarchistes, révolutionnaires; Baudelaire, Balzac, Hugo, Sainte-Beuve, Flaubert, Proust, Kafka.....les penseurs du socialisme:Marx et Engels, Fourrier, Auguste Blanqui...la sociologie naissante : Georg Simmel, Max Weber....et puis des incontournables: Michelet, Valéry, Mallarmé, Bataille, Caillois, Breton....la photographie, avec Félix Nadar, Eugène Arget....les artistes: Gustave Dauré, Daumier, Charles Maryon, Gauguin, Odillon Redon, Chirico, Klee, Max Ernst, Kandinski....et beaucoup d autres innovateurs qui vont initier les fondements,le socle des bouleversements du XXe siècle.*

 

S'autoriser à commenter les commentaires du commentateur W.B. exige un lent et scrupuleux cheminement, patient;patient comme l était à l'excès notre auteur et de préférence au rythme de sa chronologie. 

Enfin, être assuré, que cette flânerie erratique se construit dans une parfaite cohérence logique.

 

> Allez! Suivez le guide.

 

André ROGER

 

    - - -

 

*PAYS CATALAN :

 

POUR UN PLAN ENERGETIQUE DURABLE EN PAYS CATALAN

Communiqué de presse · Perpignan, 26 avril 2017

Le gisement énergétique des Pyrénées-Orientales est colossal : le solaire, l’éolien, le bois énergie, la géothermie, la biomasse et l’hydroélectricité y présentent une diversité unique en France. Personne ne doute de notre soleil et de notre tramontane. 

Ces atouts recelant de nombreux emplois et débouchés industriels doivent devenir notre premier secteur économique. Pourtant, la stratégie manque. Privilégiés climatiques, nous exploitons très mal nos ressources vertes. Les élus négligent les appels à projets européens, nationaux et régionaux. 40 ans d’immobilisme politique ont conduit à l’inaction, mais ce gâchis n’est pas une fatalité : notre gisement peut être exploité par les collectivités, entreprises et particuliers. 

A cet effet, un plan énergétique doit fédérer toute la filière. En appliquant une fiscalité adéquate, nous rendrons les foyers et notre territoire énergétiquement autonomes.

 

Oui au Pays Catalan, force de propositions, conçoit un avenir durable pour le territoire et pour ses enfants. Nous suggérons :

- Des éoliennes en haute mer, entre Le Barcarès et Saint-Cyprien (la Région Occitanie a déjà choisi Leucate). 

- Des mini-centrales solaires dans les communes.

- L’exploitation du réseau hydraulique, par des conduites forcées et des turbines.

- La construction d’éoliennes verticales afin de réduire les superficies terrestres.

- Des toitures photovoltaïques sur tous les bâtiments des zones commerciales.

- Une industrie de recyclage de panneaux photovoltaïques, car notre département est le premier de France en matière d’implantation. Un panneau solaire est recyclable à 85 %, la collecte et le recyclage sont contenus dans un décret européen de 2014.

- Sur des friches, implantons une ferme pilote pour la culture du Jatropha, l’or vert des régions semi-arides. L’huile de cette plante rivalise avec le diesel.

Aux élections législatives, nos candidats porteront ces idées d’avenir, parfaitement adaptées à nos possibilités.

- - -

Partager cet article
Repost0
6 mai 2017 6 06 /05 /mai /2017 08:32
Michaël Paraire - Avec Ellen Hall et Michèle Bayard, au salon du livre de Banyuls avril 2017 (photo Jean-Pierre Bonnel)
Michaël Paraire - Avec Ellen Hall et Michèle Bayard, au salon du livre de Banyuls avril 2017 (photo Jean-Pierre Bonnel)

Michaël Paraire - Avec Ellen Hall et Michèle Bayard, au salon du livre de Banyuls avril 2017 (photo Jean-Pierre Bonnel)

***Les pseudo-intellos ou Le fascisme médiatique :

Ces intellectuels de plateau de télé ou de couverture de presse pipelette, publiant un livre tous les 6 mois grâce à une armée d'étudiants et de nègres littéraires, ont opté pour le "ni-ni" de Sarkozy (cantonales 2011) pour dire que Macron=Le Pen, que Macron=Hitler, etc... 

Les Insoumis ont suivi l'avis de ces grands commis de l'intelligentia parisienne et l'intelligence se trouve bannie de ce qui devrait être un débat d'idées argumenté et approfondi ...

J.P.Bonnel

- - -

 

   * Onfray, de l’anti-conformisme à l’imposture, par Benoît SCHNECKENBURGER, philosophe.

 

  **Michel Onfray, une imposture intellectuelle, de Michael Paraire.  Les Éditions de l’épervier, 2013, 204 pages, 13 euros.

 

 Visiblement gêné, Michel Onfray a récemment obtenu qu’un auteur soit exclu d’une table ronde à laquelle il participait. En effet, Michael Paraire a écrit un ouvrage qui ne cache pas son objet : Michel Onfray, une imposture intellectuelle. Ce livre, pourtant, ne pratique pas l’anathème systématique. Il développe une analyse des prétentions théoriques de celui qui se réclame de Nietzsche pour expliquer les doctrines par la biographie des auteurs. Le réquisitoire est sans appel : en trois chapitres, il qualifie Onfray « d’anti-philosophe, d’anti-historien, d’anti-anarchiste ». L’intérêt de l’ouvrage tient à ce qu’il privilégie toujours « les textes, rien que les textes, toujours les textes et les actes politiques concrets ».

Anti-philosophe, Onfray ? Michael Paraire revient sur la prétendue méthode adoptée par l’auteur du ventre des philosophes, qualifiée de gastrosophie. Cette manière de faire nous replonge, affirme-t-il, dans la « préhistoire du commentaire de texte » : l’anecdote plutôt que l’analyse, le fourmillement des thèses conformes aux siennes plus que la reconstitution systématique d’une pensée. Dans la lignée de Sokal et Bricmont dénonçant les « impostures intellectuelles » en sciences, Michael Paraire dénonce le postmodernisme d’Onfray. Il montre comment ce dernier caricature et réfute le structuralisme ou Freud, pratiquant l’argument ad hominem et les analogies faciles. Il relève les approximations, comme ces pages délirantes où Onfray associe les végétariens Rousseau, Saint-Just et… Hitler.

Anti-historien, Onfray ? En tout cas, il participe du rejet de la Révolution française en renouant avec les conservateurs comme Burke et rejoignant Furet. Son admiration de Charlotte Corday et sa détestation de Marat ou Robespierre éclairent ce qu’il a avoué un jour : « Je n’adhère absolument pas au projet révolutionnaire. »

Anti-libertaire, Onfray ? Dans ses revirements successifs, soutenant, puis condamnant sans réserve Besancenot ou Mélenchon, Onfray joue un rôle : celui du commentateur qui s’autorise lui-même. Pourtant, son anarchisme relèverait davantage du dandysme, refusant systématiquement l’engagement des masses, décriant les mobilisations syndicales. Libertaire en chambre, en somme.

L’ouvrage n’en reste pas à la dénonciation d’Onfray, car il entend fonder à son tour une autre perspective politique, largement développée en deuxième partie, un « sur-anarchisme ». Appuyé sur des thèses théoriques prolongeant des programmes épistémologiques contemporains, de Kropotkine à Bachelard, il en appelle à une politique du mouvement et du collectif. Un anti-Onfray en quelque sorte. L’argument est discutable, mais au moins mérite-t-il d’être débattu sur le fond, et non par la censure.

 

(C) quotidien L'HUMANITÉ, 18 JUIN, 2013

- - -

Michael Paraire, né à Paris le 4 août 1976, est un philosophe et éditeur matérialiste français.

 

Michael Paraire est l'auteur d'une histoire de la philosophie fondée sur l'évolution des sciences4, Comprendre les grands philosophes, ainsi que d'une histoire des femmes philosophes modernes : Femmes philosophes, femmes dissidentes. En collaboration avec son père, Philippe Paraire, il a publié La Révolution libertaire5, une anthologie de textes de Proudhon,Bakounine et Kropotkine, donnant à redécouvrir les idées qui ont influencé la Révolution espagnole de 1936. Son ouvrage Michel Onfray, une imposture intellectuelle6,7 a déclenché une polémique dont plusieurs journaux se sont fait l'écho.

Universités populaires

Michael Paraire a donné des cycles de conférences en 2008 et 2009 à l'Université populaire de Saint-Denis, la Dionyversité, sur les femmes philosophes8 et les philosophes anarchistes du xixe siècle9,10. En 2009, il a participé à la création de Montr'up, une nouvelle université populaire de Montreuil, dans les locaux de La Parole errante, présidée parArmand Gatti, et y a dispensé bénévolement des cours pendant deux ans11. En 2012, il a donné une conférence à l'Université du temps libre de Paimpol, « Voyage au pays des grands philosophes ou la philosophie expliquée par les sciences12,13 ».

Depuis 2011, il donne des cours à l'Université populaire de philosophie de l'association Alderan14 à la mairie du12e arrondissement de Paris15,16.

La controverse de Balma

En 2013, du 11 au 14 avril, ont lieu à Balma les Rencontres du livre du vin organisées par la municipalité et l'association Toulouse/Écrivains francophones. Michel Onfray est alors président d'honneur de ces Rencontres. Le samedi 13 avril une table ronde ayant pour thème « Camus, aujourd’hui » est perturbée à la suite du refus de Michel Onfray d'intervenir en présence de Michael Paraire, invité pour ses ouvrages d'histoire de la philosophie17,18. Alors que la discussion est sur le point de débuter, les organisateurs demandent à Michael Paraire de quitter l’estrade, Michel Onfray refusant de débattre en sa présence19. Avant les Rencontres, Onfray avait pourtant prévu de participer à cette table ronde et de dialoguer avec tous ses participants, dont Paraire, comme l'atteste son agenda, consultable sur internet20.

Jean-Antoine Loiseau, directeur éditorial des Rencontres, explique à Frédéric Pagès dans Le Canard enchaîné que Paraire avait été invité pour son livre Comprendre les grands philosophes et non pour Michel Onfray, une imposture intellectuelle, que Paraire avait publié quinze jours seulement avant l'événement, qui plus est sans l'en avertir21. De fait, Onfray refuse de dialoguer avec quelqu'un qui le traite explicitement d'imposteur22. « Quand Onfray aperçoit Paraire, (...) il s'indigne au micro : "Je suis venu ici par amitié pour vous (le public), pas pour discuter avec quelqu'un qui me traite d'imposteur" »23. À quoi Paraire répond qu'il ne s'est pas caché pour dédicacer son nouveau livre la veille23.

Michael Paraire tient néanmoins à participer au débat sur Albert Camus. Michel Onfray use alors de sa notoriété, relève Le Canard enchaîné24, pour faire exclure, selonAntonio Fischetti25, son contradicteur. Le maire de la ville, Alain Fillola, appuie Onfray et dénie à Paraire le droit de débattre26,27. Face à l’hostilité d'une partie du public, Paraire se retire, non sans dénoncer « un acte de censure inadmissible »28, ce que confirme Benoît Schneckenburger6.

Les recherches récentes

Depuis 2013, Michael Paraire a poursuivi son travail de recherche sur les grands textes oubliés de la littérature mondiale. Il a notamment publié un recueil de textes choisis et commentés du grand orateur de l’Antiquité, Démosthène, intitulé Démosthène l’orateur de la liberté, une anthologie de quelques-unes des plus belles citations poétiques et philosophiques sur l’amour, 1000 pensées philosophiques sur l’amour ainsi qu’un regroupement de trois textes de Benjamin Franklin, Edgar Allan Poe, et Nicolas Fréret sur le jeu d’échecs, Trois essais sur le jeu d’échecs. La sortie de cette publication a été l’occasion de réaliser une émission spéciale sur Fréquence diagonale, la radio spécialisée sur les échecs, avec son animateur principal Stéphane Laborde.

À l’occasion du centenaire de l’année Rodin, il a écrit un beau livre d’histoire de l’art et de philosophie esthétique comparée, Rodin et Maillol, le sublime et le beau, illustré par sa sœur Cécilia Paraire, artiste peintre et professeur d’arts plastiques. Cet ouvrage original a pour objectif de permettre une compréhension, en profondeur, de la spécificité de l’art des deux grands sculpteurs...(C) wikipedia

 

 

***DEBRAY, TODD, ONFRAY: LE NAUFRAGE DES INTELLECTUELS PAR ERIC SPITZ

 

Certains intellectuels refusent de choisir entre Le Pen et Macron. Onfray manie l'invective dans le plus pur style des années 30. Ils écrivent un signe d'équivalence entre la xénophobie et le rôle des banques. Ils ont la mémoire courte et font le lit des abominations.

Le soi disant philosophe Michel Onfray, star cathodique toutes catégories, depuis que sa logorrhée n’épargne plus personne, avait cru pouvoir fonder l’université populaire de Caen en réaction disait il à la présence de Jean Marie Le Pen au second tour de l’élection présidentielle le 21 avril 2002. Et depuis, il ne cesse d’éreinter par ses sarcasmes toute personne qui réfléchit. 

Il faut relire le billet de blog de Sandra Laugier sur Mediapart qui l’épinglait en 2010 pour s’être moqué d’une grande intellectuelle américaine Carol Gilligan qui faisait la promotion du « Care ». « Déconsidérer tout à la fois une femme, une étrangère, une grande intellectuelle : voilà ce que veut faire Michel Onfray, qui touche à ce qu’il y a de plus bas en chacun ou en chacune… il excite la petite jouissance mesquine qu'on éprouve à dénigrer ce qui, dans le rapport à l’autre, pourrait nous faire progresser, ce qui peut nous ébranler dans nos certitudes et notre sentiment de supériorité ».

Aujourd’hui il récidive et au lieu d’attaquer Emmanuel Macron sur le fond, sur ses idées, son projet, son désir de renouvellement et même sur ce qu’il incarnerait, non il préfère l’attaquer sur ses soutiens avec une violence et des sous entendus qui sont absolument indignes d’un intellectuel :

"Le belliciste BHL a donc gagné, et avec lui Pierre Bergé, locataire d'utérus d'autrui, Jacques Attali plagiaire notoire et condamné comme tel par la justice, Alain Minc, plagiaire du précédent, Bernard Kouchner, sac de riz chez les médecins et médecin chez les sacs de riz, Daniel Cohn-Bendit, pédophile au siècle dernier, autrement dit tous les promoteurs forcenés d'une politique libérale qui a permis à Marine Le Pen de faire son plus gros score et d'être présente au second tour de cette élection qui n'en aura qu'un et à la famille Le Pen de passer de 1% en 1981 à près de 22% en 2017. Cherchez l'erreur"!

 

Monsieur Onfray ne dit rien et pourtant tout est dit ! avec sarcasmes, ironies, petites insinuations et grandes mesquineries, empruntant les clichés les plus éculés pour leur faire dire une philosophie, des fonds de tiroir pour en faire des porte parole, des métaphores pour en faire des missiles, cet « intellectuel » renonce à tout travail intellectuel. Il remplace la réflexion par le pamphlet, le concept par le style, dans la plus pure tradition du fascisme des années 30.

 

On ne peut que ressentir un terrible malaise dans la dénonciation des personnes ramenées à leur complexion physique, leur torts prétendus, leur vie intime, leur histoire personnelle vraie ou supposée. Déconsidérer ce que les gens pensent en les caricaturant de leurs vices supposées c’est remplacer la pensée par la dénonciation, c’est livrer les personnes à la haine populaire, c’est les assassiner par des mots creux et odieux, c’est les designer comme boucs émissaires d’un ego ronflant et haineux. Dans cette liste de noms on ne peut s’empêcher d’entendre la dénonciation du cosmopolitisme juif, énième reprise des pamphlets anti libéraux des fascistes et des ligues qui ont conduit à l’abdication de la liberté en 1940. On sent la haine de l’étranger. On sent la haine de la liberté. On sent l’assassinat par la désignation des victimes aux passions populaires.

 

Le radicalisme de Monsieur ONFRAY n’est que l’expression de sa haine du libéralisme, de l’espace de discussion qui nous rassemble, des lieux où nous savons pouvoir découvrir les chemins ensemble.

N’a-t-il retenu de Nietzsche que ce moment où l’âne montre toujours ses passions ? ses passions tristes ! ses airs revanchards d’animal qui porte le poids de ses rancœurs.

Et au bout du compte pourquoi devrait on substituer l’anathème à la réflexion ? Pourquoi devrait on subir les injonctions de Monsieur ONFRAY et abdiquer tout autre pensée ? Michel Onfray c’est la hargne transformée en terrorisme pseudo savant. Et tout cela pour inverser les valeurs et prétendre que c’est le libéralisme et les intellectuels qui le défendent qui sont les monstres qui ont engendré Madame Le Pen. 

On devrait s’interroger sur la fascination des intellectuels pour la pensée radicale, pour le tout ou rien, pour la pensée extrême sinon rien….Est-ce si peu de chose que de vouloir changer un peu quelque chose ? Est-ce que le réformisme est condamnable en toutes saisons s’il n’est pas la révolution ? Peut-on réellement soutenir que la France est l’incarnation du libéralisme et du néo libéramisme quand on sait qu’elle a le niveau de prélèvement obligatoires le plus élevé d’Europe ? Qu’elle a un des meilleurs systèmes de soins au monde ? Qu’elle a un système de retraites qu’on nous envie ?

Est-ce que les intellectuels qui condamnent en bloc le système démocratique dans le lequel nous vivons, qui se plaignent de notre américanisation comme Regis Debray, de notre libéralisme comme Onfray ou qui trace, comme Emmanuel Todd un signe d’égalité entre les deux candidats du deuxième tour en affirmant qu’Il n'y a pas de hiérarchie dans l'inacceptable entre Le Pen et Macron, entre la xénophobie et la soumission aux banques", se rendent compte qu’ils délèguent à d’autres la possibilité de continuer à écrire et à s’exprimer librement. Se rendent-ils comptent qu’ils adoptent la même stratégie qui a conduit par le passé le fascisme au pouvoir ?

Dire que la social démocratie est une ennemie au moins aussi perverse que le Front National devrait nous rappeler la stratégie de Staline au début des années 30 qui a donné la priorité à la lutte contre les régimes démocratiques occidentaux ; comme le rappelait l’historien Jacques Droz les communistes allemands « considéraient les sociaux-démocrates comme leur principal ennemi, et allaient même jusqu’à leur préférer les nazis, dont les excès pensent-ils, provoqueront la guerre civile puis la dictature du prolétariat. (..) ». En novembre 1931, la Rote Fahne, l’organe communiste, écrit : « le fascisme de Brüning n’est pas meilleur que celui de Hitler… C’est contre la social-démocratie que nous menons le combat principal. »

Les communistes avant guerre, les intellectuels aujourd’hui, portent une lourde responsabilité à refuser de choisir le moindre mal, à assimiler un régime de liberté, même avec les excès qu’il comporte à une régime de servitude, une social démocratie, même avec ses périodes de chômage à un régime qui anéantit la liberté de réunion, la liberté d’expression, un régime dont les nervis balancent à la Seine ceux dont le visage ne leur revient pas ou qui privent les étrangers de l’aide médicale d’urgence ou de repas, les enfants d’immigrés….

Peut on rappeler à nos intellectuels après ce débat de second tour que l’ironie, le sarcasme, la violence des mots, l’ignorance des faits est le contraire même de ce qu’ils sont ou du moins de ce qu’ils devraient être : la mesure, la réflexion, la volonté d’expliquer, la réforme même avec ses petits pas, la démocratie même avec ses erreurs, la justice et la sécurité même avec ses ratés.

 

https://blogs.mediapart.fr/…/le-naufrage-de-li…/commentaires

 

- - -

VINCENT CESPEDES, BENOIT PEETERS, JEAN-MICHEL MAULPOIX, PIERRE BAYARD, ERIC MARTY ...

L'appel "sans détour " à voter Emmanuel Macron de 35 écrivains


Quel qu’ait été votre vote du 1er tour. Car il en va de nos libertés, de l’idée que l’on se fait de la France aujourd’hui et surtout de notre avenir et de celui de nos enfants. Une nation solidaire, ouverte, joyeuse, éduquée, créatrice, consciente de son passé, porteuse d’un projet fraternel et essayant de contribuer au progrès humain dans son ensemble. Nous avons aussi, dans ces temps difficiles, une responsabilité de clairvoyance contre les idéologies nocives et mensongères qui n’apportent pas de solutions aux problèmes du moment, désignent des boucs émissaires, prônent le repli sur soi et l’égoïsme, pour aboutir finalement à des déchirures dont l’histoire nous a donné les sinistres leçons. C’est ce message que nous portons.

Nous ne sommes pas, comme on le laisse souvent entendre, des bobos, qui ne savent rien de la difficile réalité, hélas quotidienne, de bien de Français. Nous venons de milieux souvent modestes et la plupart d’entre nous ne vivons pas de notre plume. Mais c’est avec elle que nous vous appelons sans détour à voter Emmanuel Macron pour que Marine Le Pen ne soit pas la prochaine présidente de la République, et que ne s’éteignent pas les lumières de l’espoir, l’énergie de la jeunesse, la volonté de surmonter les difficultés ensemble.

Didier Ayres

Dominique Barbéris

Pierre Bayard

Thierry Beinstingel

Arnaud Bovière

Jean de Breyne

Vincent Cespedes

Bruno Clément

Christian Cogné

Thibault Ulysse Comte

Alain David

Maxime Decout

Sylvie Durbec

Philippe Fenwick

Estelle Fenzy

Vincent Fleury

Danièle Gasiglia-Laster

Frédéric Gambin

Sylvie Germain

Sylvie Gracia

Claude Herviou

Eric Hoppenot

Cécile Ladjali

Stéphane Lambert

Yun Sun Limet

Eric Marty

Jean-Michel Maulpoix

Alain Milon

Denis Montebello

Véronique Olmi

Benoit Peeters

Didier Plassard

Nathalie Riou

Stéphane Sangral

Tanguy Viel.

https://blogs.mediapart.fr/…/lappel-sans-detour-voter-emman…

Partager cet article
Repost0
5 mai 2017 5 05 /05 /mai /2017 10:47
Nelson Mandela - Illustrations fantastiques à Banyuls, exposition esplanade Albert Sagols.
Nelson Mandela - Illustrations fantastiques à Banyuls, exposition esplanade Albert Sagols.

Nelson Mandela - Illustrations fantastiques à Banyuls, exposition esplanade Albert Sagols.

Textes pour la paix, la solidarité...proposés par le poète Jean IGLESIS

* Une façon de refuser la candidate de la haine, du mensonge, de la rumeur, de la xénophobie...

 

* L'estaca (Lluís Llach – 1968)

I
L'avi Siset em parlava
De bon matí al portal,
Mentres el sol esperàvem
I els carros vèiem passar.
Siset, que no veus l'estaca
A on estem tots lligats ?
Si no podem desfer-nos-en
Mai no podrem caminar !
Refrany :
Si estirem tots, ella caurà
I molt de temps no pot durar !
Segur que tomba, tomba, tomba !
Ben corcada deu ser ja !
Si tu l'estires fort per aquí
I jo l'estiro fort per allà,
Segur que tomba, tomba, tomba
I ens podrem alliberar.

II
Però, Siset, fa molt temps ja…
Les mans se'm van escorxant,
I quan la força se me'n va
Ella és més ampla i més gran.
Ben cert sé que està podrida
Però és que, Siset, costa tant
Que a cops la força m'oblida.
Torna'm a dir el teu cant.

 

Refrany….

III
L'avi Siset ja no diu res,
Mal vent que se l'emportà,
Ell qui sap cap a quin indret
I jo a sota el portal.
I mentre passen els nous vailets
Estiro el coll per cantar
El darrer cant d'en Siset,
El darrer que em va ensenyar

Refrany….


Le pieu (Traduction)

I
Grand-père Siset m’en parlait
De bon matin sous le porche
Tandis que nous attendions le soleil
Tout en regardant passer les charriots.
Siset, ne vois-tu pas le pieu
Auquel nous sommes tous attachés?
Si nous ne pouvons nous en défaire
Jamais nous ne pourrons avancer…

 

Refrain :
Si nous tirons tous, il tombera.
Cela ne peut durer longtemps.
C'est sûr qu'il tombera, tombera, tombera…
Il doit être déjà bien vermoulu.
Si tu le tires fort de ton côté
Et si je le tire aussi fort du mien
C'est sûr qu'il tombera, tombera, tombera
Et nous pourrons nous en libérer.

 

II
Mais Siset, cela fait déjà pas mal de temps…

Mes mains s’écorchent chaque jour davantage
Et tandis que la force m’abandonne,

Ce pieu devient aussi grand que fort.

Je sais bien qu’il est pourri

Mais Siset, c’est de moins en moins supportable
Que parfois les forces me manquent…
Oh…redis-moi ta chanson.

 

Refrain…

 

III
Grand-père Siset ne dit maintenant plus rien
Un mauvais vent l'a emporté
Lui seul qui sait vers quel lieu
Et moi planté sous le porche.
Et tandis que défilent les nouveaux esclaves,
Je relève la tête pour chanter
Le dernier chant de Siset
Le dernier qu'il m'a appris…

Refrain…

 

Notes personnelles sur la chanson « L’estaca » (1968) de Lluís Llach par Jean Iglesis

 

A mon humble avis, il convient:

- de situer Lluís Llach dans le  mouvement musical, social, identitaire et revendicatif "La nova cançó" (apparu au Principat à l’aube des années 60)  et plus particulièrement dans le groupe des "Setze jutges" (*)

 

- de situer "L'estaca" dans la période de la dictature franquiste : la chanson a été créée en 1968; Franco est mort le 20 novembre 1975... Jusqu'à cette date, "L'estaca" a été interdite en Espagne, ainsi que "La santa espina" et pis encore "Els segadors".

 

C'est dire que  "L'estaca" est une chanson qui était, de par ses qualités poétiques, évocatrices et revendicatives, appelée à s'inscrire entre les chants de résistance les plus ardents, courageux et prosélytes, tout en restant les plus sibyllins et des plus sujets à sous-entendus  et à équivoques, dans son propos... 

A l'instar de "la Gallineta" : de manière dissimulée,  à mots couverts, dans l’ombre évidente d’un texte parabolique, le franquisme – mânes errant sans fin dans les corridors du purgatoire, monstre de haine et d’intolérance sévissant encore, bien après la mort de Franco (1975), est exhumé dénoncé, voire lapidé....Il conviendrait de rapprocher "L'estaca"  des chansons plus tardives de Llach : "No és això, companys…" et  "Venim del Nord, venim del Sud...", aux textes aussi revendicatifs dans leur libellé.

 

- d'observer la datation et le processus ternaire de chacune des trois strophes de "L'estaca" : le matin, le midi et le soir - l'enfance, l'âge adulte, l'âge de la sagesse  - la découverte du système fasciste, le sentiment de révolte et d'impuissance mêlées, l'acceptation et la résignation - Siset s'insurgeant, Siset résigné, Siset disparu...  et tout cela dans la contemplation cyclique du système franquiste, dans lequel chacun est appelé à crier, à vivre et enfin à disparaître...

 

- de relever les termes ambigus qu'emploie Lluís LLach : aussi bien  qu'il dénonce et fustige, de façon pamphlétaire, le régime de Franco, les mots - pour autant qu'ils apparaissent comme des plus simples et des plus évocateurs - n'ont pas un sens – un seul-, sinon un double, voire un triple sens...

 

Laissons-nous guider par la symbolique ponctuelle des mots, par  leur signification contextuelle et parfois latérale, mais, plus encore, dans un espace de communication et de communion moins logique que sonore, par leur représentation et leur affirmation subliminale, évocatrice, évidente…

 

Laissons les mots se traduire, au risque de se trahir :

-"portal" peut évoquer la porte d'entrée d'une ville, d'une ferme ou d'une prison

- "el sol" : la lumière, la vérité, la liberté

- "els carros" : les charrettes des paysans, les tanks de l'armée franquiste

- l'estaca : pieu de bois ou entrave aux libertés et au devenir

- "l'estaca" : pieu de bois en état vermoulu, putrescent, ou système social et politique corrompu et déliquescent...

- "vailets" : pages, écuyers, serviteurs, mais encore jeunes hommes et femmes, à savoir nouvelles générations

- estiro el coll" per cantar" : peut-être au travers de grilles de la prison? peut-être une allusion au garrot, par lesquels le franquisme exécutait les Républicains, opposants au fascisme espagnol?

 

 

- - -

 

 

Invictus  - poème de William Ernest Henley (1843-1903) 

 Lu, dit et redit- durant sa captivité-, et ce avec une force incroyable et inouïe de résistance, de foi et de dépassement de soi, ce texte -choisi en son coeur - a permis  à Nelson Mandela  (le prisonnier politique le plus tristement illustre dans l'histoire contemporaine) de survivre et d'exister, au long et au terme de près de vingt-sept ans d'enfermement carcéral, de tentatives de discrédit et d'homicide social,d'humiliations infamantes et d'isolement social et humain . (*)

 

 

 

Invictus

(Texte original de 1931)

 

Out of the night that covers me,
Black as the pit from pole to pole,
I thank whatever gods may be
For my unconquerable soul.

In the fell clutch of circumstance
I have not winced nor cried aloud.
Under the bludgeonings of fate
My head is bloody, but unbowed.

Beyond this place of wrath and tears
Looms but the Horror of the shade,
And yet the menace of the years
Finds and shall find me unafraid.

It matters not how strait the gate,
How charged with punishments the scroll,
I am the master of my fate:
I am the captain of my soul.

 

Traduction en français

 

Dans les ténèbres qui m’enserrent,

Noires comme un puits où l’on se noie,

Je rends grâce aux dieux quels qu’ils soient,

Pour mon âme invincible et fière,

 

Dans de cruelles circonstances,

Je n’ai ni gémi ni pleuré,

Meurtri par cette existence,

Je suis debout bien que blessé,

 

En ce lieu de colère et de pleurs,

Se profile l’ombre de la mort,

Et je ne sais ce que me réserve le sort,

Mais je suis et je resterai sans peur,

 

Aussi étroit soit le chemin,

Nombreux les châtiments infâmes,

Je suis le maître de mon destin,

Je suis le capitaine de mon âme

 

William Ernest Henley (1843-1903

 

(*) Nelson Rolihlahla Mandela (prononcé en xhosa [ xoˈliːɬaɬa manˈdeːla]), dont le nom du clan tribal est « Madiba », né le 18 juillet 1918 à Mvezo (province du Cap) et mort le 5 décembre 2013 à Johannesburg (Gauteng), est un homme d'État sud-africain ; il a été l'un des dirigeants historiques de la lutte contre le système politique institutionnel de ségrégation raciale (apartheid) avant de devenir président de la République d'Afrique du Sud de 1994 à 1999, à la suite des premières élections nationales non ségrégationnistes de l'histoire du pays.

Nelson Mandela entre au Congrès national africain (ANC) en 19434, afin de lutter contre la domination politique de la minorité blanche et la ségrégation raciale menée par celle-ci. Devenu avocat, il participe à la lutte non-violente contre les lois de l'Apartheid, mises en place par le gouvernement du Parti national à partir de 1948. L'ANC est interdit en 1960, et la lutte pacifique ne donnant pas de résultats tangibles, Mandela fonde et dirige la branche militaire de l'ANC, Umkhonto we Sizwe, en 1961, qui mène une campagne de sabotage contre des installations publiques et militaires. Le 5 août 1962, il est arrêté par la police sud-africaine sur indication de la CIA, puis est condamné à la prison et aux travaux forcés à perpétuité lors du procès de Rivonia. Dès lors, il devient un symbole de la lutte pour l'égalité raciale et bénéficie d'un soutien international croissant.

Après vingt-sept années d'emprisonnement dans des conditions souvent très dures, et après avoir refusé d'être libéré pour rester en cohérence avec ses convictions, Mandela est relâché le 11 février 1990. S'inspirant alors de la pensée ubuntu dans laquelle il a été élevé, il soutient la réconciliation et la négociation avec le gouvernement du président Frederik de Klerk. En 1993, il reçoit avec ce dernier le prix Nobel de la paix pour avoir conjointement et pacifiquement mis fin au régime de l'apartheid et jeté les bases d'une nouvelle Afrique du Sud démocratiqueN 1.

Après une transition difficile où de Klerk et lui évitent une guerre civile entre les partisans de l'apartheid, ceux de l'ANC et ceux de l'Inkhata à dominante zoulou, Nelson Mandela devient le premier président noir d'Afrique du Sud en 1994. Il mène une politique de réconciliation nationale entre Noirs et Blancs ; il lutte contre les inégalités économiques, mais néglige le combat contre le sida, en pleine expansion en Afrique du Sud. Après un unique mandat, il se retire de la vie politique active, mais continue à soutenir publiquement le Congrès national africain tout en condamnant ses dérives.

Impliqué par la suite dans plusieurs associations de lutte contre la pauvreté ou le sida, élevé au rang de patrimoine commun de l'humanité5, il demeure une personnalité mondialement reconnue en faveur de la défense des droits de l'homme. Il est salué comme le père d'une Afrique du Sud multiraciale et pleinement démocratique, qualifiée de « nation arc-en-ciel », même si le pays reste confronté à de graves problèmes d'inégalités économiques, de tensions sociales et de replis communautaires.

 

Voir par ailleurs le film de Clint Eastwood : "INvictus" - 2009 - avec Morgan Freeman et Matt Damon

- - -

 

Plus qu'un texte littéraire, voici un appel à la paix, à l'équité, à la solidarité, à la fraternité... un poème résolument humain, tissé d'espoir, né dans une douleur que Rudyard Kipling transcende (il vient de perdre son fils!...),renforcé de témoignages humains et universels, enfin élevé dans la triple alchimie de l'humilité d'écrire, de la conscience de témoigner et de la volonté d'imaginer, voire  de rêver - et ce par-delà la réalité... J.I"Tu seras un homme, mon fils." : le poème d'un instant éternel, né de la souffrance et du talent de Rudyard Kipling...

Tu seras un homme, mon fils

Si tu peux voir détruit l’ouvrage de ta vie 
Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir, 
Ou perdre en un seul coup le gain de cent parties 
Sans un geste et sans un soupir ; 

Si tu peux être amant sans être fou d’amour, 
Si tu peux être fort sans cesser d’être tendre, 
Et, te sentant haï, sans haïr à ton tour, 
Pourtant lutter et te défendre ; 

Si tu peux supporter d’entendre tes paroles 
Travesties par des gueux pour exciter des sots, 
Et d’entendre mentir sur toi leurs bouches folles 
Sans mentir toi-même d’un mot ; 

Si tu peux rester digne en étant populaire, 
Si tu peux rester peuple en conseillant les rois, 
Et si tu peux aimer tous tes amis en frère, 
Sans qu’aucun d’eux soit tout pour toi ; 

Si tu sais méditer, observer et connaître, 
Sans jamais devenir sceptique ou destructeur, 
Rêver, mais sans laisser ton rêve être ton maître, 
Penser sans n’être qu’un penseur ; 

Si tu peux être dur sans jamais être en rage, 
Si tu peux être brave et jamais imprudent, 
Si tu sais être bon, si tu sais être sage, 
Sans être moral ni pédant ; 

Si tu peux rencontrer Triomphe après Défaite 
Et recevoir ces deux menteurs d’un même front, 
Si tu peux conserver ton courage et ta tête 
Quand tous les autres les perdront, 

Alors les Rois, les Dieux, la Chance et la Victoire 
Seront à tout jamais tes esclaves soumis, 
Et, ce qui vaut mieux que les Rois et la Gloire 
Tu seras un homme, mon fils.

 

EN COMPLÉMENT :

LE POÈME ORIGINAL EN ANGLAIS

If you can keep your head when all about you 
Are losing theirs and blaming it on you, 
If you can trust yourself when all men doubt you. 
But make allowance for their doubting too; 
If you can wait and not be tired by waiting. 
Or being lied about, don’t deal in lies, 
Or being hated, don’t give way to hating, 
And yet don’t look too good, nor talk too wise: 

If you can dream —and not make dreams your master 
If you can think —and not make thoughts your aim 
If you can meet Triumph and Disaster 
And treat those two impostors just the same; 
If you can bear to hear the truth you’ve spoken 
Twisted by knaves to make a trap for fools. 
Or watch the things you gave your life to broken, 
And stoop and build’em up with worn-out tools: 

If you can make one heap of all your winnings 
And risk it on one turn of pitch-and-toss, 
And lose, and start again at your beginnings 
And never breathe a word about your loss; 
If you can force your heart and nerve and sinew 
To serve your turn long after they are gone, 
And so hold on when there is nothing in you 
Except the Will which says to them: “Hold on!” 

If you can talk with crowds and keep your virtue, 
Or walk with Kings —nor lose the common touch, 
If neither foes nor loving friends can hurt you, 
If all men count with you, but none too much; 
If you can fill the unforgiving minute, 
With sixty seconds’ worth of distance run. 
Yours is the Earth and everything that’s in it, 
And —which is more— you’ll be a Man, my son!

TRADUCTION PAR JULES CASTIER (1949)

Cette traduction s’approche du texte initial, sans être littérale puisqu’elle est en vers. À la différence de Jules Castier, André Maurois a réécrit et réinterprété le poème en fonction de la culture et de la sensibilité française, ce qui lui donne cet élan si particulier.

Si tu peux rester calme alors que, sur ta route, 
Un chacun perd la tête, et met le blâme en toi ; 
Si tu gardes confiance alors que chacun doute, 
Mais sans leur en vouloir de leur manque de foi ; 
Si l’attente, pour toi, ne cause trop grand-peine : 
Si, entendant mentir, toi-même tu ne mens, 
Ou si, étant haï, tu ignores la haine, 
Sans avoir l’air trop bon, ni parler trop sagement ; 

Si tu rêves, — sans faire des rêves ton pilastre ; 
Si tu penses, — sans faire de penser toute leçon ; 
Si tu sais rencontrer Triomphe ou bien Désastre, 
Et traiter ces trompeurs de la même façon ; 
Si tu peux supporter tes vérités bien nettes 
Tordues par les coquins pour mieux duper les sots, 
Ou voir tout ce qui fut ton but brisé en miettes, 
Et te baisser, pour prendre et trier les morceaux ; 

Si tu peux faire un tas de tous tes gains suprêmes 
Et le risquer à pile ou face, — en un seul coup — 
Et perdre — et repartir comme à tes débuts mêmes, 
Sans murmurer un mot de ta perte au va-tout ; 
Si tu forces ton coeur, tes nerfs, et ton jarret 
À servir à tes fins malgré leur abandon, 
Et que tu tiennes bon quand tout vient à l’arrêt, 
Hormis la Volonté qui ordonne : “Tiens bon !” 

Si tu vas dans la foule sans orgueil à tout rompre, 
Ou frayes avec les rois sans te croire un héros ; 
Si l’ami ni l’ennemi ne peuvent te corrompre ; 
Si tout homme, pour toi, compte, mais nul par trop ; 
Si tu sais bien remplir chaque minute implacable 
De soixante secondes de chemins accomplis, 
À toi sera la Terre et son bien délectable, 
Et, — bien mieux — tu seras un Homme, mon fils.

AUTRE TRADUCTION PAR GERMAINE BERNARD-CHERCHEVSKY (1942)

Cette traduction est la plus respectueuse du texte original, elle est en alexandrin sans rime, mais n’arrive pas à transcrire son entrain. Pourtant, le poème prend autant aux tripes l’Anglais lisant le poème original que le Français lisant la version d’André Maurois ; la traduction est un art bien difficile.

Si tu restes ton maître alors qu’autour de toi 
Nul n’est resté le sien, et que chacun t’accuse ; 
Si tu peux te fier à toi quand tous en doutent, 
En faisant cependant sa part juste à leur doute ; 
Si tu sais patienter sans lasser ta patience, 
Si, sachant qu’on te ment, tu sais ne pas mentir ; 
Ou, sachant qu’on te hait, tu sais ne pas haïr, 
Sans avoir l’air trop bon ou paraître trop sage ; 

Si tu aimes rêver sans t’asservir au rêve ; 
Si, aimant la pensée, tu n’en fais pas ton but, 
Si tu peux affronter, et triomphe, et désastre, 
Et traiter en égaux ces deux traîtres égaux ; 
Si tu peux endurer de voir la vérité 
Que tu as proclamée, masquée et déformée 
Par les plus bas valets en pièges pour les sots, 
Si voyant s’écrouler l’œuvre qui fut ta vie, 
Tu peux la rebâtir de tes outils usés ; 

Si tu peux rassembler tout ce que tu conquis 
Mettre ce tout en jeu sur un seul coup de dés, 
Perdre et recommencer du point d’où tu partis 
Sans jamais dire un mot de ce qui fut perdu ; 
Si tu peux obliger ton cœur, tes nerfs, ta moelle 
À te servir encore quand ils ont cessé d’être, 
Si tu restes debout quand tout s’écroule en toi 
Sauf une volonté qui sait survivre à tout ; 

Si t’adressant aux foules tu gardes ta vertu ; 
Si, fréquentant les Rois, tu sais rester toi-même, 
Si ton plus cher ami, si ton pire ennemi 
Sont tous deux impuissants à te blesser au cœur, 
Si tout homme avec toi compte sans trop compter ; 
Si tu sais mettre en la minute inexorable 
Exactement pesées les soixante secondes 
Alors la Terre est tienne et tout ce qu’elle porte 
Et mieux encore tu seras un ho

Partager cet article
Repost0
4 mai 2017 4 04 /05 /mai /2017 10:01
La bête (installation de Jean-Pierre BONNEL) - Balade nocturne à Marcevol (66) - Musiques et vins
La bête (installation de Jean-Pierre BONNEL) - Balade nocturne à Marcevol (66) - Musiques et vins
La bête (installation de Jean-Pierre BONNEL) - Balade nocturne à Marcevol (66) - Musiques et vins

La bête (installation de Jean-Pierre BONNEL) - Balade nocturne à Marcevol (66) - Musiques et vins

Les Insoumis ne se soumettent pas au vote pour Macron. Leur vote blanc ou nul est irresponsable et nul car il donne une chance à Le Pen.

Macron et Le Pen ce serait blanc bonnet…

Macron, ce serait Hitler…

Allez voir ce qu'a fait Hitler.. Ces gens-là n'ont aucune culture historique, ou sont trop jeunes, ou ont la mémoire courte…

Les camps, la Shoah, les crimes, les lois anti-juives…Le Pen connaît ça et regrette Le Vel d'Hiv…

Macron n'est sans doute pas notre idéal, mais on pare au plus pressé : éliminer la bête même si on croit aux sondages et en sa défaite…

Ensuite l'affrontement sera possible, dans une démocratie. Avec Le Pen, vous aurez la violence, la jaune, le flicage généralisé… Et plus, sans doute.

 

Je ne vous donne pas une consigne : vous êtes assez grand pour choisir (le peuple allemand aussi a eu la liberté de choisir et la catastrophe annoncée arriva…). Non, le "peuple" n'a pas toujours raison: il peut être séduit par le discours… 

Insoumis, rien n'est jamais joué, tout peut arriver.  Oui, ceci est peut-être une leçon de morale, de "vertu" comme dit Jean-Luc...

Si le bulletin Macron vous dégoûte, laissez le champ libre à Hitler !

Quant aux législatives, si vous avez un candidat, j'appliquerai votre haute philosophie : le Ni-Ni…

 

JPB

- - - (extrait de Facebook)

Jean-pierre Bonnel J'ai de l'estime pour l'orateur, l'historien, le projet de JLM, mais sa personnalité perturbe et "clive" comme on dit. Trop jacobin, peu libertaire (contre les langues minoritaires).

 Se méfier de cette radicalité : erreur de Podemos qui a fait revenir la droite au lieu de s'allier avec les socialistes...Et la Grèce rentré dans le rang car c'est l'Europe des capitaux, des fonds de pension mondialisés qui règnent...

 

Face au danger FN... choisir le moindre mal (libéralisme social de centre gauche) car JLM ne pourra pas trouver une majorité...

 

***Organisé par   lASSOCIATION DE PROTECTION DU SITE DE MARCEVOL

BALADES NOCTURNES AU CLAIR DE LUNE

                      Samedi 6 Mai 2017

 

Rendez-vous à 20 h 45 sur le parking de l'ancien restaurant de Marcevol

Départ à 21 h

Vin et chocolat chauds vers 22h30 autour d'un feu de camp

Possibilité de bivouac

Places limitées à 40

Participation sur inscription : protection_marcevol@yahoo.fr

Indiquer nom, nombre exact de participants (balade, bivouac)

N° de téléphone mobile

 

Un mail de confirmation vous sera envoyé après inscription.

 

- - -

ARTBORESSENCE - Art et Environnement 

Mas Saint-Jacques

4bis, rue Frédéric Saisset

66430 BOMPAS

+33 (0)4 68 63 15 28

PLAN D'ACCES 

Bus CTPM - n°15 et 9

- - -

PARIS,  07/05/2017

 

« Alcione » de Marin Marais à l’Opéra Comique de Paris de la main de Jordi Savall

 

Grand promoteur de la viole et de Marais, qu’il a contribué à faire connaître dans la bande son originale de Tous les matins du monde, Jordi Savall dévoile aujourd’hui la puissance poétique d’Alcione. Avec Raphaëlle Boitel, Louise Moaty en déploie la magie, en faisant dialoguer machines de théâtre, gréements de navires et arts du cirque.

+ info >> site de l'institur R. LLULL

 

- - -

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
3 mai 2017 3 03 /05 /mai /2017 14:36
Les Pritchard's - Les trophées de la jeunesse et le CML - Grégoire Delacourt
Les Pritchard's - Les trophées de la jeunesse et le CML - Grégoire Delacourt
Les Pritchard's - Les trophées de la jeunesse et le CML - Grégoire Delacourt

Les Pritchard's - Les trophées de la jeunesse et le CML - Grégoire Delacourt

 

PARIS,  05/05/2017

 

Jaume Cabré aux rencontres littéraires de Cécile Ladjali

 

L’écrivain catalan est invité pour un dialogue avec ses lecteurs au Théâtre de la Reine Blanche de Paris le vendredi 5 mai à 19h. Il y présentera son dernier titre traduit en français : Voyage d’hiver (Actes Sud, 2017) à l’occasion d’un entretien avec l’écrivaine Cécile Ladjali, qui organise des rencontres avec d’autres auteurs une fois par mois.

+ info >>   

Institut R. LLULL

The Institut Ramon Llull aims at projecting the Catalan language and their culture in all its forms, materials and means of expression. 

The Institut Ramon Llull is a consortium that comprises the Generalitat (Government of Catalonia) and the Barcelona City Council, and its mission is the promotion of Catalan language and culture abroad.

 

BUREAU DE PARIS Raül David Martínez  50, rue Saint-Ferdinand 75017 París  Tél.: +01 42 66 02 45

- - -

Trophées de la jeunesse 2017: Grégoire Delacourt vendredi 5 mai à Perpignan

 

L’écrivain à succès Grégoire Delacourt présentera son roman « Danser au bord de l’abîme » à partir de 17h30 au Palais des Congrès. Il présidera à 18h30 la cérémonie de remise des Trophées de la jeunesse, organisée la Caisse d’Épargne Languedoc-Roussillon, Boitaclous Spectacles, le CML et l’Université de Perpignan Via Domicia et leurs partenaires : Ville de Perpignan, Département des Pyrénées-Orientales, Région Occitanie/ Pyrénées-Méditerranée , l’Indépendant, France Bleu Roussillon, l’USAP, les Dragons

 

www.cmlprixmediterranee.com

Il y a quelques années, en 2012, Grégoire Delacourt se faisait remarquer avec La liste de mes envies, prix Méditerranée des lycéens 2013. Le roman vendu à plus d’un million exemplaires, qui a connu un succès international, a fait l'objet de deux adaptations théâtrales et d'un film.Lorsque Jocelyne Guerbette, mercière à Arras, découvre qu’elle peut désormais s’offrir tout ce qu’elle veut, elle se pose la question : n’y a-t-il pas beaucoup plus à perdre ? Grégoire Delacourt déroule dans La liste de mes envies  une histoire forte d’amour et de hasard. Une histoire lumineuse aussi, qui nous invite à revisiter la liste de nos envies. Dans son nouveau titre paru début 2017, Danser au bord de l’abîme, Grégoire Delacourt met en scène Emmanuelle, trente-neuf ans. Elle vit heureuse avec son mari et ses trois enfants jusqu'au jour où, dans une brasserie, son regard est aimanté par un homme. Et soudain c'est le grand vertige, elle le sait. Jusqu'où ? Le coup de foudre est insaisissable. C’est ce que rappelle l’auteur de best-sellers Grégoire Delacourt dans son sixième roman. L’histoire d’une femme gâtée par l’existence mais qui éprouve, d’un seul coup, le désir de changer de vie. Un merveilleux livre sur le désir.Grégoire Delacourt sait décrire à merveille les émois et les tourments d'une femme heureuse mais pas épanouie, le désir qui tout d'un coup l'enivre, la submerge en ravageant un bonheur confortablement établi : il nous touche et nous emporte, il pénètre au cœur même de la vie, des émotions, les analyse et les dissèque en magnifiant l'amour au présent.

Les jeunes foncent dans leur talent !

 

Lors de sa venue à Perpignan, Grégoire Delacourt présidera la cérémonie de remise des Trophées de la jeunesse. Ce concours, organisée la Caisse d’Épargne Languedoc-Roussillon, Boitaclous Spectacles, le CML et l’Université de Perpignan Via Domicia, compte de nombreux de partenaires comme la Ville de Perpignan, le Département des Pyrénées-Orientales, la Région Occitanie/ Pyrénées-Méditerranée , l’Indépendant, France Bleu Roussillon, l’USAP, les Dragons
 . Un seul but : mettre à l’honneur des jeunes de 16 à 30 ans, résidant dans les Pyrénées-Orientales !  Pour Grégoire Delacourt, la force de la jeunesse c’est d’avoir la liberté de tout inventer : «  Quel risque-ton,  aime-t-il rappeler, quand on risque tout ? ». Et cette phrase dans « La liste de mes envies » que l’on peut lire comme un fil rouge : « J'aimerais avoir la chance de décider de ma vie, je crois que c'est le plus grand cadeau qui puisse nous être fait. » . De nombreux jeunes de 16 et 30 ans se sont inscrits cette année encore au concours des Trophées de la jeunesse. Cinq d’entre eux seront mis à l’honneur le vendredi 5 mai prochain lors de la cérémonie de remise des Trophées qui suivra la présentation du livre de Grégoire Delacourt.. Les jeunes des Pyrénées-Orientales foncent dans leur passion, ils vont vous le prouver lors d’une soirée pleines de surprises et de multiples talents !

Le programme :

Vendredi 5 mai Palais des Congrès de Perpignan (Espagne panoramique 8ième étage).

17h30  Rencontre avec Grégoire Delacourt, pour la présentation et la dédicace de son dernier roman « Danser au bord de l’abîme » (éditions Jean-Claude Lattès).

Dédicaces sur place avec la Librairie Cajelice

18h30  Cette rencontre littéraire sera suivie sur place à 18h30 de la cérémonie de remise des Trophées de la jeunesse présidée par Grégoire Delacourt.

Entrée libre

 

Emmanuelle Malé

Administration du CML - Secrétariat des Prix Méditerranée

CML - Hôtel Pams - 18 rue Emile Zola - 66000 Perpignan

Tél. +33 4 68 51 10 10

Port. +33 6 69 79 15 01

- - -

 

Déclaration du Conseil National du Mouvement de la Paix avant le second tour des élections présidentielles

-------------------------------------------------------------------------

Le Mouvement de la Paix appelle à faire barrage au Front National, à se rassembler et à agir pour la construction d’un monde de justice et de paix.

À la veille d'échéances électorales majeures dans notre pays (présidentielles et législatives) le Mouvement de la Paix par une déclaration en date du 17 Avril 2017 a rappelé un certain nombre de ses valeurs, analyses et propositions sur la base de son projet triennal (2014-2017) Il a souhaité que les électeurs et électrices prennent en compte ces éléments au moment de leurs choix électoraux.http://www.mvtpaix.org/wordpress/blog/2017/04/18/pour-lavenir-de-lhumanite-il-ny-a-dautre-chemin-que-la-paix/

Nous savons que de nombreux électeurs et électrices ont apprécié la déclaration du Mouvement de la Paix tout en n’en tirant pas les mêmes conclusions au plan de leurs choix électoraux.

Si, bien, sur chacun est totalement libre de ses choix de vote, le Mouvement de la Paix, estime de sa responsabilité de dire qu’aucune voix ne doit aller en faveur de la candidate du Front national et que tout doit être fait pour faire barrage au Front National avec un score le plus faible possible.

Le niveau atteint par le vote FN montre à la fois que :

 

-    l'idéologie fascisante du noyau dur de l'extrême-droite, idéologie de discriminations excluantes, d’expression du négationisme, de désignation de boucs émissaires, de xénophobie et de racisme, continue de progresser en France sans rencontrer de riposte suffisante, argumentée et médiatisée.

-    mais aussi que nombreux sont les électeurs et électrices qui utilisent le bulletin de vote Marine La Pen exprimer leur écœurement, leur révolte devant les injustices, le chômage massif, les mensonges et pratiques des dirigeants économiques et politiques du pays. Cette expression est l'un des résultats de la crise profonde de notre société, crise économique, sociale, environnementale et morale.

 

Ces derniers se trompent de colère et se raccrochent à des promesses fallacieuses .Il sont la cible d’une démagogie habilement orientée en direction de chaque segment de la population. Le développement des idéologies nationalistes et d'extrême droite tant en Europe, aux États-Unis, que dans d’autres Etats est une menace pour la paix et pour l'amitié entre les peuples qui est à la base du vivre ensemble et d'une culture de la paix.

De plus, le Front National propose de porter les dépenses militaires en France à 3 % du PIB soit un doublement des dépenses actuelles c’est à dire des dépenses militaires supplémentaires de l’ordre de 150 milliards d’Euros sur 5 ans.

 

Cependant, nous sommes aussi bien conscients que la logique ultralibérale, qui inspire une mondialisation caractérisée par une logique financière et spéculative, accentue la fracture entre riches et pauvres, au sein de notre société et entre les pays. Cette logique qui met en concurrence les peuples et les individus, est facteur de tensions, de violences multiples et de guerres et impose à de nombreux peuples des régressions sociales et humaines intolérables alors que la culture de la paix nécessite progrès social et justice.

 

D’autres voies et solutions existent pour résoudre durablement cette crise grâce à la solidarité entre les peuples et la réalisation concrète des aspirations des peuples et des droits humains (économiques, sociaux, démocratiques, environnementaux, culturels et droit à la paix) en France et dans le monde Ces solutions nécessitent, pour leur réalisation, le soutien et l’engagement résolus des citoyens et citoyennes dans les actions nécessaires et le renforcement des associations et organisations démocratiques.

 

Il faut que progressent partout en France et dans le Monde les idéaux de justice, de respect mutuel, de solidarité et de paix, déjà bien menacés dans le contexte actuel.

 

C'est pourquoi le Mouvement de la paix, appelle au second tour des élections présidentielles à faire barrage au Front National, en utilisant le seul bulletin de vote qui reste à notre disposition,ce qui ne signifie aucunement un soutien au programme libéral et flou de l'autre candidat, ni une acceptation des modalités de cette élection, car pour nous l'essentiel reste de se rassembler et d'agir pour la construction d’un monde de justice et de paix.

Le Mouvement de la paix appelle par ailleurs :

·      à participer massivement aux manifestations et rassemblements du 1er Mai en s’exprimant pour la paix, la démocratie, le progrès social et la solidarité internationale.

·      à se rassembler et à participer à toutes les luttes actuelles pour la construction d’un monde de justice et de paix.

·      à choisir au moment des législatives des candidats qui agissent et s’engagent pour la paix et la construction d’une culture de la paix et de la non-violence.

·      à s’engager activement dès à présent dans la préparation des marches pour la paix qui se dérouleront partout en France le samedi 23 Septembre dans le cadre de la journée internationale de la paix.

 

« Le ventre est toujours fécond d’où est sortie la bête immonde » Bertolt Brecht 

 

Le Mouvement de la Paix- 30 avril 2017
https://www.facebook.com/commerce/products/1346502665415366/

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
2 mai 2017 2 02 /05 /mai /2017 09:19
Antonin ARTAUD - Jean-Yves Laurichesse -
Antonin ARTAUD - Jean-Yves Laurichesse -

Antonin ARTAUD - Jean-Yves Laurichesse -

 
**Sur ARTAUD à Barcelone, librairie JAIMES
8/05/2017 19:30
Antonin Artaud amb Arnau Pons

Lectures de la modernitat poètica. Un cicle de poesia coordinat per Antoni Clapés

 
Copyright © 2017 Llibreria Jaimes, Tots els drets reservats.
Llista de correu pels clients de la Llibreria Jaimes

Our mailing address is:
Llibreria Jaimes
C/ València, 318

Barcelona, B 08009

- - -

 

***La librairie Torcatis change ses horaires et sera désormais ouverte dès le lundi matin

et 24/24 - 7/7 sur www.librairietorcatis.com

 

MARDI 2 MAI A PARTIR DE 18H00

Rencontre avec JEAN YVES LAURICHESSE pour son dernier roman paru aux éd. Le temps qu'il fait

 

UN PASSANT INCERTAIN

Présentation par Hyacinthe Carreras

 

« Je bus une gorgée de bière glacée tout en examinant la couverture. Le titre me plaisait. Ce passant dont j'ignorais tout faisait écho à ma propre incertitude. Quant au nom de l'auteur, si aucune notion précise ne s'y accrochait encore, je souhaiterais peut-être bientôt en savoir davantage sur celui qui l'avait porté. Je cherchai dans les pages de garde si d'autres ouvrages y étaient inscrits. Je ne trouvai rien. Sans doute s'agissait-il d'un premier roman. 

J'en éprouvai une furtive émotion en même temps qu'une inquiétude : peut-être le livre avait-il eu si peu de succès qu'il n'avait été suivi d'aucun autre. La perspective d'un ennui probable m'accabla de nouveau et je fus près de jeter le livre dans un coin et de ne plus y penser. 

Pourtant je commençai à lire. »

 

- - -

 

***Collioure et la fête des langues

Les langues et les cultures en fête sur le port…

 

Samedi 12 novembre 2016, s’est déroulée sur le port, pour la deuxième année consécutive, la fête des langues du monde.

 

Organisée par l’association «Le Labo de Babel d’Aquí » qu’anime Corinne Padrosa, cette journée a été émaillée par une exposition de moualaqats (tableaux flottants en dialogue avec des textes poétiques d’ici et d’ailleurs), des contes et des chants, des ateliers de création, de calligraphie, de discussion et de traduction, un apéro quiz, un café-débat…

 

Notamment ont participé à cette rencontre multilingue et multiculturelle, les étudiants étrangers de l'Université (cours de master fle d’ Henry Tyne, et de l’IFCT pour le catalan), des étudiants du monde entier (Nouvelle-Calédonie, Tchéquie, Chine, Kazakhstan, Ukraine, Albanie, Arménie, Chili, Venezuela, Mexique Equateur, Colombie, Argentine), de divers réseaux, les élèves en classe d'accueil (primo arrivants) avec leurs familles et des professeurs du collège Madame de Sévigné de Perpignan, le calligraphe Hassan Majdi…

 

L’après-midi, un café-débat animé par Père Manzanares a  permis des échanges entre le public et divers représentants de l’écriture : André Rober  des éditions Ka d’Ille-sur-Têt, la librairie berbère Sefaber à Perpignan, l'auteur en langue anglaise  Elle Hall, et le poète Joan Iglesis.

 

La musique et le chant n’ont pas manqué à ce rendez-vous. Ainsi se sont enchaînées les prestations de la chorale « Les voix libres » et des Goigs tradicionals de Saint Génis des Fontaines – sous la direction d’Anne Patrux -, puis de l’ensemble « Les Violons du monde » du conservatoire à rayonnement régional de Perpignan qui a offert à un public séduit un concert de musique irlandaise,

 

Cette manifestation a fait la part belle, cette année, à l'Amérique Latine au travers d’une collection de moualaqats constituée à Brest (Labo de Babel Brezh) et prêtée par l'association « Langues du Tonnerre»,  les toiles provenant d'Amérique latine, du Mali et de Sidi Bel Abbes...

 

Pour l'année à venir c'est le catalan qui est mis à l’honneur. En effet, « Le Labo de Babel d’Aquí »  lance un appel aux artistes confirmés ou éphémères  (écoles d’art, associations et particuliers) en vue d’illustrer les plus beaux textes poétiques de la langue catalane sur des moualaqats que l'association s'engage à faire voyager et découvrir.

Le Labo de Babel d’Aquí œuvre à la promotion de la culture et de la pratique des langues en vue de  développer  les attitudes et les outils favorables à la rencontre, au dialogue interculturel, tendant à une culture de paix. Les langues sont autant de créations collectives, de reflets ou de visions du monde. Plus précisément, elles permettent d’imaginer les solutions permettant d’affronter avec sérénité la complexité d’une situation globale. Elles constituent un bien commun.

 

L'association anime à l’Université de Perpignan un atelier culturel de traduction et de création de moualaqats (projet qui a été présenté au printemps dernier aux 4emes Assises Européennes du Plurilinguisme, à Bruxelles)…

 

Contact

« Le Labo de Babel d’Aquí »

Corinne Padrosa

06 52 15 53 00

Jean IGLESIS

*(Article rendant compte de la 2ème fête des langues à Collioure (samedi 12 novembre 2016) - rédigé "sous le manteau" et gracieusement par mes soins, et paru dans l'Indépendant du mercredi 23 novembre 2016.

 

**(Je vous prie de constater que mon nom n'apparaît plus, à la parution de l'article!...)

Sans doute une omission involontaire, de la part du journal local...

Il est vrai que j'ai bon nombre "d'amis" à l'Indépendant...

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
27 avril 2017 4 27 /04 /avril /2017 10:12
Ne pas se soumettre à l'INSOUMIS (TORRETON)- Cité des Pyrénées à Pau : J.Pierre Bonnel et Paul Gérard présentent leur livre sur les communautés - Les Beaux-Arts de Sète -
Ne pas se soumettre à l'INSOUMIS (TORRETON)- Cité des Pyrénées à Pau : J.Pierre Bonnel et Paul Gérard présentent leur livre sur les communautés - Les Beaux-Arts de Sète -

***à PAU, Cité des Pyrénées - RENCONTRE AU SOMMET

Les communautés libertaires agricoles et artistiques en pays catalan (1970-2000)

de Jean-Pierre Bonnel et Paul Gérard   LE VENDREDI 28 AVRIL A 18H A LA CITE DES PYRENEES.

La Maison de la Montagne

Tél. : 05 59 30 18 94

Émail: contact@lamaisondelamontagne.org

 

Cité des Pyrénées, 29 bis rue Berlioz 64000 PAU

http://www.lamaisondelamontagne.org

http://blog.lamaisondelamontagne.org/

 

Dans le sillage de mai 68, les années 1970 sont une formidable explosion de jeunesse, de désir, de libération. Le vieux monde craque de partout. C’est le temps rêvé des ruptures, des révoltes, des expériences.

 

Dans ces années-là, ils avaient 20 ans, ils voulaient échapper à la routine « métro, boulot, dodo », réagir contre le mode de production capitaliste et la société de consommation, s’associer avec d’autres pour vivre autrement et porter ensemble un projet commun libérateur. Ce fut le temps des communautés, rurales, urbaines, agricoles, artistiques et autres collectifs, d’esprit libertaire pour la plupart.

 

Dans ces années-là, en pays catalan, les 40 personnes qui racontent, dans ce livre, leur expérience communautaire, ont fait ce choix.

 

Ils ont loué des mas et des terres dans des espaces en voie de désertification. Ils y ont vécu, travaillé et mis en pratique leurs idéaux. Les Carboneras, le mas Julia, Vilalte, Montauriol, St Jean de l’Albère, Malabrac, Fontcouverte, Cailla, Opoul, le mas Planères, Canaveilles, Fillols… autant de noms qui claquent comme des symboles de liberté, de sens et d’humanité.

 

Ils témoignent, 40 ans après, des gestes simples, de la solidarité, des échanges, des rires et des drames, des rêves et de l’amour qui ont forgé leurs existences. Avec cette expérience, ils ont participé à l’évolution des mentalités, ils ont fait bouger les lignes et provoqué en quelque sorte les grands débats sociétaux de la fin du XXe et début XXIe siècles.

Ils sont les 40 auteurs de ce livre, un livre collectif, dont Jean-Pierre Bonnel a été le moteur, le scribe et le passeur et Paul Gérard le coordinateur attentif. Le temps d’une préface, Ronald Creagh a bien voulu joindre sa réflexion à la leur.

 

Les organisateurs

La Maison de la Montagne

 

La Maison de la Montagne, association loi 1901, est née en 2000 de la volonté partagée d’acteurs sociaux et économiques du quartier Berlioz, ainsi que de passionnés et de professionnels de la Montagne.

Elle développe des actions combinant intimement la culture, le social et la pratique de terrain dans une perspective résolue de partage, de transmission, de diffusion des valeurs que ces appropriations induisent.

http://blog.lamaisondelamontagne.org/

Le salon du livre pyrénéen de Bagnères-de-Bigorre

 

Le salon du Livre Pyrénéen est organisé par l’association Binaros (loi 1901), dont le but est « la promotion et la diffusion de l’édition, du livre, des œuvres graphiques et des médias ayant des sujets en rapport avec les réalités et les patrimoines pyrénéens. » 

Depuis 2010, elle organise ce rendez-vous des amoureux et curieux de livres consacrés ou ayant pour cadre les Pyrénées. Lors du salon, elle décerne des prix qui permettent de distinguer des ouvrages de style et de genres différents (études, essais, fictions, récits, guides et livres pratiques, jeunesse, art…)

http://www.salondulivre-pyreneen.fr

 

 

- - -

 

Le comédien s'adresse au leader de La France insoumise et au candidat du Parti socialiste.

 Cher Benoît, cher Jean-Luc,

 Voilà, c'est fait, on a perdu. La gauche regarde le deuxième tour de cette élection présidentielle sur le banc de touche. Je vous imagine travaillant déjà sur l'autre vote, les législatives, l'un s'arrachant les cheveux pour espérer survivre et l'autre planifiant sa revanche.

L'acteur Philippe Torreton. (Matt Carr/AFP)

C'était prévisible et nous étions quelques-uns à le craindre. Nous avons écrit, interpellé, manifesté, chroniqué, éditorialisé mais rien n'y a fait.Lettre ouverte de Philippe Torreton à Hamon et Mélenchon : "Et nous, on fait quoi ?Je n'ai jamais souhaité que l'un se retire pour l'autre, je n'ai jamais souhaité la capitulation de l'un devant l'autre. Vous incarnez tous les deux des idées, des idéaux, des priorités, vous représentez des hommes et des femmes, des engagements, des années de lutte et de militantisme.  Je voulais, avant toute chose, un programme commun et je pensais bêtement que deux candidats qui pourfendent le régime présidentiel de la Ve République, ainsi que la personnalisation des campagnes électorales qui en découlent, s'entendraient pour reconnaître qui était le mieux placé pour incarner ce programme dans ce système à bout de souffle.Je voulais une addition d'intelligences. Je voulais, c'est bête à dire aujourd'hui, que la gauche gagne. Nous sommes des millions à ne pas être fans de vous, des millions à vous trouver des qualités indéniables à l'un comme à l'autre, et c'est difficile de ne pas être fan, c'est beaucoup plus pratique intellectuellement de projeter tous ses espoirs sur quelqu'un.   Je ne vais pas faire ici l'inventaire de ce qui ne me plaît pas chez l'un et chez l'autre, d'autant que, par miracle, une chose était différente cette fois-ci, et cette chose, j'étais venu modestement te la dire, cher Jean-Luc, en direct et en face sur France 2 : pour la première fois, dans l'histoire de la Ve République, deux grandes forces de gauche avaient placé l'écologie au centre de leur programme. Les urgences écologiques étant criantes, hurlantes même, j'espérais que celles-ci vous imposeraient de faire front commun. Après tout, l'imminence d'un danger qui menace une collectivité unit, en principe, les membres de cette collectivité pour le combattre, qui que nous soyons et quelles que soient nos divisions, l'histoire nous l'a prouvé à maintes reprises : Valmy, la Résistance, la demi-finale France Allemagne en 1982, etc... mais cela, ce n'est que le bon sens et visiblement le bon sens en politique passe après les poitrines bombées et les mentons relevés.     Il va falloir expliquer aux gosses que la lutte contre la pollution et le combat contre des choix de société contre nature attendront au moins encore cinq ans, qu'il y avait visiblement une urgence plus impérieuse encore, mais cette urgence-là, je vous laisse le soin de l'expliquer à nos enfants, chers Benoît et Jean-Luc.     Maintenant que c'est fini pour la gauche, il reste un second tour. L'extrême droite est là, à un scrutin de l'Elysée, comme en 2002, sauf qu'en 2002 nous étions abasourdis, choqués et dans la rue pour faire front commun, c'était au temps où le sentiment du danger commun nous regroupait encore.   Dimanche soir, j'ai vu Benoît appeler à faire barrage au Front national sans ambiguïté mais nous avons été des millions à constater que la France insoumise est mauvaise perdante : elle boude et fait la gueule et se retrouve incapable d'appeler à voter Macron, comme son leader délégué général avait appelé du temps où il était cadre sup au PS à voter Chirac. Pourtant, en termes de probité et de batterie de cuisine aux fesses, entre Chirac et Macron il y a un monde.    Si la gauche avait été unie, la soirée de dimanche 23 avril n'aurait pas permis de montrer ce visage crispé de La France insoumise.    Un point me questionne : si Marine Le Pen et Emmanuel Macron c'est pareil, blanc bonnet et bonnet blanc comme disent les anciens, alors que dire de vous deux ? C'est de la gémellité ? Deux clones tristes? Alors pourquoi ne vous êtes-vous pas unis au premier tour ? Vous si proches?  Encore une interrogation pour vous Jean-Luc, ça fait quoi de voir ses électeurs dragués par l'extrême droite? C'est le plan B européen qui se met en marche ?    Je vous salue du fin fond de ma déception et de mon absence totale d'autosatisfaction d'avoir eu raison.   

Philippe Torreton

 

- - -

*** Association LABAS Les Amis des Beaux-Arts de Sète <labas.association@gmail.com>

Date : 4 avril 2017 à 21:38

Objet : Fwd: LABAS/ Les amis des beaux-arts de Sète vous invitent le samedi 29 avril 2017

À : labas.association@gmail.com

 

Cette année, l’association des Amis des Beaux- de Sète (LABAS) a besoin plus que jamais de ses forces vives pour mettre en œuvre tous les projets en cours et à venir !

Ce sera bien sûr un plaisir de continuer à accompagner ensemble cette belle école dans son rayonnement. Il nous faudra aussi soutenir activement le projet de restauration de la demeure qui l’héberge. Les nouvelles sont bonnes de ce côté, on peut dire qu’enfin ça bouge ! Le bâtiment sera sans doute inscrit au titre des monuments historiques par les services du patrimoine de l’Etat et un appel d’offre est lancé pour l’architecture du projet de restauration. Dans cette optique, les personnes intéressées par un travail historique sur l’école des beaux-arts sont encouragées à se manifester pour participer à ce projet.

 

Grâce à vos envies et idées, il y a aussi beaucoup de choses dans le carton.


Nous nous réunirons toute l’année autour du thème « Art et Paysage » et nous continuerons à prévoir de nombreuses activités :

  • Rencontres d’artistes, de collectionneurs, d’amateurs d’art ou de personnes institutionnelles
  • Conférences
  • Visites d’expositions ou de lieux de mémoire
  • Projets botanique et gastronomique autour du parc des beaux arts
  • Participation active à divers événements organisés par l’école
  • Échanges avec d’autres associations d’amis des arts/musées
     

Nous participerons à la journée de l’Europe organisée par Le Point Europe de la ville de Sète le 18 mai 2017 où nous animerons un stand.

Pour avancer, établir un calendrier, se réjouir et mettre la main à la pâte, venez en parler autour d’un verre et partager un repas simple

 

le samedi 29 avril à partir de 11 heures dans la cour de l’école des beaux-arts.

Merci de confirmer votre présence dès que possible par téléphone : 06 17 30 53 16 ou par mail : labas.association@gmail.com

 

Nous vous attendons nombreux et enthousiastes !

Note : On peut apporter du salé, du sucré ou une boisson, nous dire pour l’organisation.

Catherine Judell-Dufour

Présidente de l’association LABAS

Suivez-nous sur la nouvelle page Facebook: @lesamisdesbeauxartsdesete

 

- - -

***THEATRE :

 

Samedi 29 avril à 20h30 au Théâtre des Aspres

LE BOURGEOIS GENTILHOMME, par la Cie Philippe Car & Agence de voyages imaginaires (Marseille)

Théâtre – Comédie – Durée 1h30

"Une démesure originale et comique pour cette version de la célèbre pièce de Molière, à travers un jeu de masques, de marionnettes et de robots. Tout est permis pour surprendre le public avec un élan comique assuré."

 

Réservations : 04 68 84 67 87

Entrée : 12€ adulte, 10€ enfant jusqu'à 15 ans

 

 
Partager cet article
Repost0
26 avril 2017 3 26 /04 /avril /2017 12:26
ELNE, par J.IGLESIS - à PAU : livre sur les communautés libertaires
ELNE, par J.IGLESIS - à PAU : livre sur les communautés libertaires
ELNE, par J.IGLESIS - à PAU : livre sur les communautés libertaires
ELNE, par J.IGLESIS - à PAU : livre sur les communautés libertaires
ELNE, par J.IGLESIS - à PAU : livre sur les communautés libertaires

ELNE, par J.IGLESIS - à PAU : livre sur les communautés libertaires

*Elne : La Principal de la Bisbal le 28 mai 2017, 20 euros

 

Places limitées ! Réservations au 07.83.82.14.13.

 

**Le marché

  • ***Un lieu insolite et hors du temps, « La Boutique de Michel » vous accueille à Elne

 

  • Lamartine en eût été séduit : le temps semble littéralement avoir suspendu son vol en cet espace qui vient d’ouvrir ses portes en Ville haute d’Elne. Désormais, au 9 de la rue Constantin, « La Boutique de Michel » vous tend les bras…
  • Là, Michel Garcia, vous invite à partager son intime passion : celle qu’il nourrit depuis sa plus tendre enfance pour les livres, les disques, et les objets qui jalonnent son parcours de collectionneur chevronné et de chineur impénitent.
  •  
  • Romans, essais, ouvrages d’art et d’histoire, albums vinyles (rock, chansons françaises, variétés, jazz), pièces de collection, cartes postales anciennes, affiches – dont certaines datent de la fin du 19ème siècle- peuplent ce sanctuaire dédié à la culture, sous ses formes d’expression et de communication – voire de communion – les plus éclectiques et inattendues.
  • Sur les cimaises, – accrochés aux murs de cairou et conversant dans un silence éloquent sous les poutres maîtresses – les tableaux de Claude Garcia, son épouse, éclairent dans un style figuratif la patine que les ans ont conféré à l’endroit…
  • Voilà un lieu inédit, original au possible, qui paraît hors du temps, mais au cœur duquel on éprouve le sentiment vivace et salutaire de se retrouver, parmi les mots et les choses : des éléments au demeurant anodins, mais foncièrement essentiels, qui semblent recomposer un paradis perdu, enfoui en nous-même… que les clés et les secrets immortels de la connaissance éveillent, ravivent et délivrent soudain.
  • Ouvert les mercredi et vendredi de 9h à 12h et de 14h à 18h ainsi que le samedi matin de 9h à 12h. A compter du 12 Juin et jusqu’au 12 septembre Ouverture : mardi 15h à 19h -mercredi 9h-12h et 15h-19h – jeudi 15h-19h – vendredi 9h-12h et 15h-19h – samedi 9h-12h
  • A noter une journée portes-ouvertes au public, qui interviendra en non-stop samedi 13 mai à compter de 9h.
  • « La Boutique de Michel », 9 Rue Constantin, 66200 Elne (Ville haute)
  • Tel : 06 74 63 15 78
  • Sur Facebook : laboutiquedemichel66 Adresse e-mail : laboutiquedemichel66@gmail.com
  •  
  • ***Le marché, un espace de proximité et de convivialité à Elne

 

   

Le marché à Elne, c’est le lundi, le mercredi et surtout le vendredi… D’année en année, cet espace de transactions et d’échanges gagne progressivement en affluence et en convivialité. Il constitue à tout le moins un lieu d’expression et de développement du lien social qu’offre au quotidien l’activité de vente et de négoce d’ un marché vivant, latin, et ouvert.

Légumes frais, fruits rebondis et odorants, olives, anchois, vins et produits du terroir, poissons débordant des étals, charcuterie fleurant bon les villages du Vallespir ou de la Cerdagne, miels aux teintes claires, aux effluves captieuses lui confèrent un style méditerranéen, qui mêle – comme sous un charme soudain – saveur et vitalité. C’est le cœur même de la ville qui bat et palpite, dans le flux et les clameurs de ce lieu de vie privilégié. Textiles, chaussures, objets et articles divers, idées-cadeau, donnent à l’ensemble un ton direct et spontané où l’on est tout près du producteur et tout proche de ses semblables. Pour flâner, pour découvrir, pour s’étonner…ou pour renouer avec l’essence même d’un marché digne de ce nom.

Jean IGLESIS

19 avril 2017

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens