Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 septembre 2021 4 30 /09 /septembre /2021 10:34
Rêves, fictions, guitares et violoncelles : P. Goze et J. Pons

 

 

*REVES : Fin d'année comme une fin de monde : Flics, cheveux et rêves éveillés (Sabadell, Oaxaca, Porto)

 

 

- Le jour du marché indien, à Oaxaca, il est très difficile de trouver une place pour garer sa voiture de location dans le centre-ville.

 

Les paysans des villages environnants ont installé leur maigre récolte hebdomadaire sur la place, sur les trottoirs, partout... J'arrive à immobiliser ma Datsun blanche, louée à une agence de Mexico pour faire le tour du Yucatan, au coin d'une rue; puis je cours pour quelques commissions de bouche rapides...

 

Quand je reviens, au bout d'une heure environ, un gendarme -disons un policier mexicain - fait les cents pas (les cent un, même !) autour de ma voiture, l'air très en colère. Il me demande ce que mon engin fait là. Dans un espagnol très incertain, je lui réponds que j'avais garé mon automobile pour quelques minutes seulement et que je ne vais pas plus longtemps lui causer des chutes capillaires...

Il devient alors, et de façon inexplicable, plus calme; il m'indique que les pneus de mLectures : a chère voiture ne sont pas assez gonflés. Il tient à diriger ma Datsun vers un garage; il se met enfin à redonner du coffre à mes roues avachies...

 

Cependant, je me rends vite compte qu'il met à plat les pneumatiques arrière et qu'il gonfle de façon excessive ceux de l'avant... Tant et si bien que, constatant le basculement et l'éventuel envol de ma voiture, il s'avise que le moteur est situé à l'arrière... Je lui signale les pressions nécessaires, amis il refuse de faire la moindre concession et, abandonnant la pompe, il se met à me causer cinéma...

 

Il redresse une mèche rebelle, il me confie qu'il est acteur -son physique, il est vrai, n'est pas banal-, qu'il a tourné plusieurs films, que sa gueule basanée a un sacré succès, que toutes les femmes tombent sur lui comme des mouches… à merde…

 

- Porto, en famille, le premier mai. Les Portugais préparent la traditionnelle manifestation ouvrière, malgré les interdictions répétées du gouvernement et l'éventualité d'une dure répression.

 

Je me trouve au dernier étage d'un immeuble très élevé; de cette position, j'aperçois clairement tout ce qui se passe dans la rue.

Les manifestants s'organisent; ils sont sur le point d'entreprendre leur marche, quand, soudain, à ma gauche, des centaines de policiers armés jusqu'aux cheveux débouchent dans l'avenue. Stupeur, cependant, car ces carabiniers sont très spéciaux : ce sont tous des handicapés - mentaux, je suis incapable de le dire à présent- mais physiques, c'est sûr : unijambistes, manchots, borgnes...

Voici cette troupe houleuse, sautillante, désordonnée, qui inonde la chaussée et se dirige fiévreusement en direction de la foule médusée, sidérée... Les premiers représentants de l'ordre abordent les ouvriers; ils leur demandent s'ils comptent manifester... On leur répond qu'il n'en est pas question. Toutefois, les flics sont incrédules et, déjà, de violents accrochages ont lieu...

Quelques escarmouches désordonnées puis les invalides pointent leurs fusils, menaçant le peuple inquiet. Les premiers rangs des manifestants sont contraints de s'adosser contre un mur et... ils sont fusillés sans la moindre sommation...

J'ai assisté à toute la scène depuis le balcon de notre appartement; ma famille est affolée ! Ma mère me demande si la porte cochère de l'immeuble est bien fermée. Sachant que, si je réponds de façon négative, cette corvée, comme d'habitude me sera dévolue, je crie : "Oui, elle est fermée !"

Trois heures après, le calme étant revenu, je descends.

Je m'aperçois alors que la porte était bel et bien fermée...

 

 -Flics : Je me promène en voiture dans la petite localité catalane de Sabadell quand, soudain, un agent de police élégant le fait signe de m'arrêter. Je m'exécute et lui présente mes papiers d'identité.

  Après un examen apparemment approfondi de toutes les cartes relatives à l'automobile, il m'annonce que tout est en règle, à l'exception de mes cheveux, qui sont sales...

  Un peu plus tard, occupé à garer mon véhicule dans la cour d'une auberge reconnue pour ses spécialités de viande de gibier; je vois, au centre de la cour, près d'une fontaine, ce même policier : il est en train de se laver, de façon énergique, les cheveux...

 Le jour du marché indien, à Oaxaca, il est très difficile de trouver une place pour se garer dans le centre-ville. Les paysans des villages environnants ont installé leur maigre récolte hebdomadaire sur la place, sur les trottoirs, partout... J'arrive à immobiliser ma Dattsun blanche, louée à une agence de Mexico pour faire le tour du Yucatan, au coin d'une rue; puis je cours pour quelques commissions de bouche rapides...

  Quand je reviens, au bout d'une heure environ, un gendarme -disons un policier mexicain - fait les cents pas (les cent un, même !) autour de ma voiture, l'air très en colère. Il me demande ce que mon engin fait là. Dans un espagnol très incertain, je lui réponds que j'avais garé mon automobile pour quelques minutes seulement et que je ne vais pas plus longtemps lui causer des chutes capillaires...

  Il devient alors, et de façon inexplicable, lus calme; il m'indique que les pneus de ma chère voiture ne sont pas assez gonflés. Il tient à diriger ma Datsun vers un garage; il se met enfin à redonner du coffre à mes roues avachies...

  Cependant, je me rends vite compte qu'il met à plat les pneumatiques arrière et qu'il gonfle de façon excessive ceux de l'avant... Tant et si bien que, constatant le basculement et l'éventuel envol de ma voiture, il s'avise que le moteur est situé à l'arrière... Je lui signale les pressions nécessaires, amis il refuse de faire la moindre concession et, abandonnant la pompe, il se met à me causer cinéma...

 Il redresse une mèche rebelle, il me confie qu'il est acteur -son physique, il est vrai, n'est pas banal-, qu'il a tourné plusieurs films, que...

 

(extraits de CINEMOI, recueil 2021)

Musique

Assoc. Rivages  des  Arts

 

 

Concert

Duo guitare et violoncelle

 

 Avec P. Goze et J. Pons

 

 Rendez-vous au

Palais des Congrès  à  Perpignan

 Le Mardi  5 Octobre  2021  à  17h.

Participation : 15 euros

 

Ce concert sera suivi d’un  « Apéritif Amical »

(Important lire *Nota en fin de message)

 

    Une passion commune pour la musique de chambre, deux instruments magnifiques, dont les timbres se marient à merveille, sont les éléments qui ont préludé à la création de l'ensemble 6/4.

Pascal Goze, guitariste, et Joël Pons, violoncelliste, se proposent d'explorer le répertoire original pour cette formation atypique, en élaborant des programmes éclectiques, mariant les richesses musicales issues de l'immense patrimoine musical.

 

    Pour notre concert, ils interprèteront des œuvres de Vivaldi, Fauré, Villa-Lobos, Eduardo Martin, etc. Un beau voyage dans des styles musicaux variés !

 

Pascal Goze et Joël Pons sont tous deux professeurs au Conservatoire de Perpignan.

 

  Dans l’attente de nous retrouver nombreux pour assister à ce concert de  Rivages des Arts,  je vous salue bien amicalement.

 

jcAutonès

 

              * NOTA : Afin de préparer le mieux possible cet « Apéritif Amical » qui suivra ce concert,  je prie ceux qui assisteront à cette manifestation de bien vouloir le confirmer dès réception de ce message :

 


- par Internet dubreuil.philippe@club-internet.fr 

 

- par Téléphone    06 17 82 10 42

 

 - par Courrier Philippe Dubreuil

5 quai S. Vauban

66000 Perpignan
 

Partager cet article
Repost0
28 septembre 2021 2 28 /09 /septembre /2021 09:23
le photographe dupeur - La Cigale, restau devenu poste de police virtuel
le photographe dupeur - La Cigale, restau devenu poste de police virtuel

le photographe dupeur - La Cigale, restau devenu poste de police virtuel

 

 La Cigale, restau devenu poste de police virtuel

La Cigale, à Perpignan et le salut nazi  !!!

 

Le nouveau maire a voulu acheter du restau "La Cigale", avenue J.Bourrat, pour en faire un poste de police.

Ce n'est qu'une virtualité, une coquille vide, une affaire de com, comme toujours, l'insécurité devenant exponentielle à Perpignan, malgré les promesses et les recrutements et les caméras de M. ALIOT...

 

En fait savez-vous pourquoi cet attachement pour cette Cigale : pas simplement pour un lieu de pieds-noirs, pour un patrimoine culinaire et convivial de la ville...

 

Non,il faut se référer à la "section Cigale, mot adopté dans la fachosphère, terme fasciste, qui sert à camoufler le salut nazi :

"Sieg Heil"...

 

 

* Lire sur le blogabonnel :

LES LIEUX MYTHIQUES DE PERPIGNAN - LA CIGALE DOIT RESTER UN LIEU CONVIVIAL ET FESTIF (31 JUILLET 2019)

- - -

 

 

 La Cigale, restau devenu poste de police virtuel

La Cigale, à Perpignan et le salut nazi  !!!

 

Le nouveau maire a voulu acheter du restau "La Cigale", avenue J.Bourrat, pour en faire un poste de police.

Ce n'est qu'une virtualité, une coquille vide, une affaire de com, comme toujours, l'insécurité devenant exponentielle à Perpignan, malgré les promesses et les recrutements et les caméras de M. ALIOT...

 

En fait savez-vous pourquoi cet attachement pour cette Cigale : pas simplement pour un lieu de pieds-noirs, pour un patrimoine culinaire et convivial de la ville...

 

Non,il faut se référer à la "section Cigale, mot adopté dans la fachosphère, terme fasciste, qui sert à camoufler le salut nazi :

"Sieg Heil"...

 

Comment le photographe Jonas Bendiksen a dupé «Visa pour l'image» 

 

Leroy trompé par son "ami" Bendiksen...

Aveuglement de Magnum et de l'équipe de Visa, à Paris et Perpignan..!!

 

Le photographe publie un livre " parodie de mauvais photojournalisme, une satire de ce que moi et mes collègues faisons... Il ressemble à ce qu'on voit beaucoup trop dans le métier, avec des images "photoshoppées", des couleurs désaturées, etc..."

 

« C’est une “fake news” sur les producteurs de “fake news”. L’histoire de ce centre de production de fausses informations qu’est Veles est vraie. L’histoire de la découverte puis de la falsification du livre de Veles est vraie. Mais tout le contenu à proprement parler est faux… ».

 

Le 17 septembre, dans un entretien fleuve accordé à l’agence de presse photographique Magnum, le photographe norvégien Jonas Bendiksen revenait longuement sur son projet « The Book of Veles » : un livre photographique sur la désinformation dans le paysage médiatique contemporain. Titré “How Jonas Bendiksen hoodwinked the photography industry” [« Comment Jonas Bendiksen a trompé l’industrie de la photographie »]), l’article raconte pourquoi et comment ce photojournaliste en est arrivé à produire un contenu photographique entièrement truqué et à faire illusion auprès de ses confrères. Dénonçant ainsi par l’exemple les dangers d’un fléau grandissant…

 

Surpris que ses confrères n’aient rien remarqué (bien que ce soit pour lui un excellent indicateur de combien il avait visé juste), le photographe envoie son travail au festival de photojournalisme Visa pour l’image ; qui d’autre que cette équipe qui sélectionne tous les ans le meilleur du métier pourrait démasquer la supercherie ? Il n’en est pourtant rien, et quand le directeur Jean-François Leroy lui propose de projeter son sujet, Bendiksen culpabilise – mais ne recule pas…

 

Le 20 septembre, Jean-François Leroy publie sur Facebook et Twitter un communiqué de réponse, en anglais. Se disant « piégé » et « abasourdi », il présente ses excuses au public. « Aucun système n’est parfait […] et Visa ne fait pas exception. » « Nos équipes, malgré tous nos efforts pour éviter des erreurs, ne peuvent jamais prétendre être infaillibles. »

 

*Pour en savoir plus, voir Marianne du 22 sept. et Le Monde du 28.9.2021

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2021 1 27 /09 /septembre /2021 09:45
ouvrages principaux sur Matisse à Collioure (hors catalogue d'expos) et l'auteurR. Arazm
ouvrages principaux sur Matisse à Collioure (hors catalogue d'expos) et l'auteurR. Arazm
ouvrages principaux sur Matisse à Collioure (hors catalogue d'expos) et l'auteurR. Arazm
ouvrages principaux sur Matisse à Collioure (hors catalogue d'expos) et l'auteurR. Arazm
ouvrages principaux sur Matisse à Collioure (hors catalogue d'expos) et l'auteurR. Arazm
ouvrages principaux sur Matisse à Collioure (hors catalogue d'expos) et l'auteurR. Arazm
ouvrages principaux sur Matisse à Collioure (hors catalogue d'expos) et l'auteurR. Arazm
ouvrages principaux sur Matisse à Collioure (hors catalogue d'expos) et l'auteurR. Arazm

ouvrages principaux sur Matisse à Collioure (hors catalogue d'expos) et l'auteurR. Arazm

Conférence à Collioure

 

 Un Matisse à Collioure ? Une conférence de Romain Arazm, auteur de “La Pastorale retrouvée”

 

Volé au Musée d’art moderne de Paris en 2010, le tableau La Pastorale d’Henri Matisse se cache-t-il à Collioure ? Ce tableau d’Henri Matisse constitue l’épicentre du roman dont il emprunte le titre, La Pastorale retrouvée (aux Presses Littéraires)

 

“Partant du cambriolage au Musée d’Art Moderne en 2010, la trame de l’ouvrage revient très largement, par le prisme d’un narrateur érudit Paul Mazar, sur la période fauve du peintre. Elle immerge le lecteur dans la biographie d’Henri Matisse tout en interrogeant la relation qu’il entretient avec Collioure. (…) À Collioure – où l’histoire commence et se termine – les paysages apparaissent dans l’oeil du narrateur avant tout comme des étendues chromatiques.”

Omniprésente dans le roman, la peinture agit comme aucun autre personnage sur les joies et les peines du narrateur. A l’instar de Matisse dont il admire l’ensemble de l’oeuvre peinte et dessinée, ce dernier perçoit l’art comme « un calmant cérébral, quelque chose d’analogue à un bon fauteuil qui délasse de ses fatigues physiques ». 

 

Articulée autour de la place qu’occupe le peintre et Collioure dans le roman, une conférence d’une heure proposera une vision intime d’Henri Matisse. Elle sera accompagnée par des lectures de la comédienne Ilana Waysberg

 

Au Centre culturel de Collioure ; samedi 09 octobre 2021 de 15h à 16h30.

 

En 2010, cinq tableaux sont dérobés au Musée d’Art moderne de la ville de Paris. Le monde de l’art est sous le choc. Aujourd’hui encore, personne ne sait ce que sont devenues ces toiles…
Personne, sauf Paul Mazar, le narrateur qui tombe sur deux toiles découpées abandonnées dans une poubelle d’une ruelle parisienne. Ce jeune homme passionné de peinture réalise avec stupeur qu’il vient de retrouver deux des cinq tableaux volés : La Pastorale d’Henri Matisse et l’Olivier à l’Estaque de Georges Braque. Que faire ?

Dans le même temps, Paul rencontre Anna qui vient d’être nommée attachée à la conservation du musée cambriolé. Malgré les doutes du narrateur quant aux intentions réelles de la jeune femme, des sentiments vont éclore.

Exploration minutieuse du psychisme du narrateur, La Pastorale retrouvée est une flânerie érudite sur les chemins de la peinture moderne. L’histoire haletante met en scène l’imaginaire et interroge les fonctions de l’art dans nos vies.

De Paris à Collioure, en passant par l’Italie et la Bretagne, le cheminement initiatique du narrateur, entre nature et culture, est rythmé par des rencontres déterminantes avec des artistes tant réels que fictionnels…

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2021 5 24 /09 /septembre /2021 11:40
Manif en Sardaigne - W.Benjamin ) Portbou : 24 NOVEMBRE 2017 BANYULS, VILLE DES LUMIÈRES, AVEC BRUNO TACKELS ET WALTER BENJAMIN, VENDREDI 24 NOVEMBRE 2017 - CERBÈRE, AU RAYON VERT, AU PLUS PRÈS DE LA MER ET DE LA FRONTIÈRE    Banyuls par Patrick Durand - Le Belvédère du Rayon vert, à Cerbère - La nuit depuis le Belvédère (C) jean-pierre bonnel L'essai biographique de Bruno TACKELS : l'auteur est à Banyuls aujourd'hui vendredi 24 novembre pour le prix européen de l'essai hall de la mairie de Banyuls à 18h: discours, exposé, apéritif) Demain à Cerbère, au Rayon vert, avec B. Tackels: film à 15h, entretien, dialogue, dédicace à 16h 30...   *L'exil de Marseille jusqu'à Banyuls :   Banyuls, c'est la ville de l'espérance: on imagine Benjamin rencontrant Lisa Fittko, traversant la ville, depuis l
Manif en Sardaigne - W.Benjamin ) Portbou : 24 NOVEMBRE 2017 BANYULS, VILLE DES LUMIÈRES, AVEC BRUNO TACKELS ET WALTER BENJAMIN, VENDREDI 24 NOVEMBRE 2017 - CERBÈRE, AU RAYON VERT, AU PLUS PRÈS DE LA MER ET DE LA FRONTIÈRE    Banyuls par Patrick Durand - Le Belvédère du Rayon vert, à Cerbère - La nuit depuis le Belvédère (C) jean-pierre bonnel L'essai biographique de Bruno TACKELS : l'auteur est à Banyuls aujourd'hui vendredi 24 novembre pour le prix européen de l'essai hall de la mairie de Banyuls à 18h: discours, exposé, apéritif) Demain à Cerbère, au Rayon vert, avec B. Tackels: film à 15h, entretien, dialogue, dédicace à 16h 30...   *L'exil de Marseille jusqu'à Banyuls :   Banyuls, c'est la ville de l'espérance: on imagine Benjamin rencontrant Lisa Fittko, traversant la ville, depuis l
Manif en Sardaigne - W.Benjamin ) Portbou : 24 NOVEMBRE 2017 BANYULS, VILLE DES LUMIÈRES, AVEC BRUNO TACKELS ET WALTER BENJAMIN, VENDREDI 24 NOVEMBRE 2017 - CERBÈRE, AU RAYON VERT, AU PLUS PRÈS DE LA MER ET DE LA FRONTIÈRE    Banyuls par Patrick Durand - Le Belvédère du Rayon vert, à Cerbère - La nuit depuis le Belvédère (C) jean-pierre bonnel L'essai biographique de Bruno TACKELS : l'auteur est à Banyuls aujourd'hui vendredi 24 novembre pour le prix européen de l'essai hall de la mairie de Banyuls à 18h: discours, exposé, apéritif) Demain à Cerbère, au Rayon vert, avec B. Tackels: film à 15h, entretien, dialogue, dédicace à 16h 30...   *L'exil de Marseille jusqu'à Banyuls :   Banyuls, c'est la ville de l'espérance: on imagine Benjamin rencontrant Lisa Fittko, traversant la ville, depuis l

Manif en Sardaigne - W.Benjamin ) Portbou : 24 NOVEMBRE 2017 BANYULS, VILLE DES LUMIÈRES, AVEC BRUNO TACKELS ET WALTER BENJAMIN, VENDREDI 24 NOVEMBRE 2017 - CERBÈRE, AU RAYON VERT, AU PLUS PRÈS DE LA MER ET DE LA FRONTIÈRE Banyuls par Patrick Durand - Le Belvédère du Rayon vert, à Cerbère - La nuit depuis le Belvédère (C) jean-pierre bonnel L'essai biographique de Bruno TACKELS : l'auteur est à Banyuls aujourd'hui vendredi 24 novembre pour le prix européen de l'essai hall de la mairie de Banyuls à 18h: discours, exposé, apéritif) Demain à Cerbère, au Rayon vert, avec B. Tackels: film à 15h, entretien, dialogue, dédicace à 16h 30...   *L'exil de Marseille jusqu'à Banyuls :   Banyuls, c'est la ville de l'espérance: on imagine Benjamin rencontrant Lisa Fittko, traversant la ville, depuis l

 

BANYULS, VILLE DES LUMIÈRES,

 

CERBÈRE, AU RAYON VERT, AU PLUS PRÈS DE LA MER ET DE LA FRONTIÈRE

 

 

Banyuls par Patrick Durand - Le Belvédère du Rayon vert, à Cerbère - La nuit depuis le Belvédère (C) jean-pierre bonnel

L'essai biographique de Bruno TACKELS : l'auteur est à Banyuls aujourd'hui vendredi 24 novembre pour le prix européen de l'essai hall de la mairie de Banyuls à 18h: discours, exposé, apéritif)

Demain à Cerbère, au Rayon vert, avec B. Tackels: film à 15h, entretien, dialogue, dédicace à 16h 30...

 

*L'exil de Marseille jusqu'à Banyuls :

 

Banyuls, c'est la ville de l'espérance: on imagine Benjamin rencontrant Lisa Fittko, traversant la ville, depuis la gare jusqu'à la mairie, puis écoutant les conseils du maire d'alors, Vincent Azéma, leur montrant le chemin de la liberté et là-haut, vers les crêtes-frontières, le col de Rumpissa. Banyuls est une ville symbole, la dernière, l'ultime ville avant l'Espagne, la Catalogne, Port-Bou et la mort…En effet, Port-Bou, c'est la mort au bout, au bout du chemin et du destin.

 

Benjamin a toujours été un homme des crêtes, en équilibre entre deux pensées (théologie, messianisme, d'un côté, et marxisme, de l'autre), entre désir de s'ancrer (dans une ville, dans une bibliothèque) et l'invitation au voyage, pour employer le titre du poème célèbre de Baudelaire, qu'il admirait), même si celui-ci, le voyage, fut souvent motivé par la fuite et l'exil…

 

Lors de la reconnaissance du 24 sept. 1940, il va déjà affronter la souffrance et les difficultés du chemin…Il va dormir dans la nature, sans doute sur le plateau aux sept pins pour économiser ses forces.

En effet, le lendemain, le 25 sera un calvaire, un véritable chemin de croix. Il demanda, éreinté, qu'on l'abandonne et José, le fils de son amie Henny Gurland, le portera à plusieurs reprises…

A la Font del Bana, il boira l'eau croupie, comme pour déjà s'empoisonner…

 

Au Col, on imagine que la perspective de passer la frontière le réjouit, ainsi que la vue de la mer et de l'horizon vers le cap de Creus, même si la question de la contemplation esthétique n'était pas l'urgence du moment…

La descente sera longue, abrupte, interminable. Douze heures de l'arche de Banyuls à Port-Bou ! 

 

A la douane sous le tunnel de la gare, ma désillusion ne sera que plus grande, quand on lui dit qu'il devra retourner le lendemain en France, c'est-à-dire vers les camps de la mort nazis…

C'est pourquoi, dans ce petit village où personne ne le connaissait, il avalera le lent poison de la morphine : ce fut une agonie de presque 24 heures, de 22 heures, le 25 sept, jusqu'au soir du 26…

 

Cette biographie riche et émouvante de Benjamin nous offre une réflexion sur les thèmes majeurs du philosophe (l'aura, l'oeuvre d'art, la mélancolie, l'Histoire, la traduction…) ainsi que la narration d'une vie unique, dans un contexte européen apocalyptique. 

 

L'essai de Bruno Tackels nous convie à l'élucidation d'une oeuvre, souvent obscure, en raison d'une écriture très élaborée, de l'utilisation de l'image, de l'ellipse, d'une syntaxe inhabituelle. Le style ici, c''est bien l'écart par rapport à la norme, qui désoriente le lecteur…

 

B.Tackels convoque tout un contexte : l'l'Histoire de la fin du XIX° sicle et surtout de la premier partie du XX°, sans oublier les anecdotes, les portraits, les villes, les rencontres et les influences intellectuelles.

De même que Benjamin voulait prendre la grande Histoire "à  rebrousse-poils", B. Tackels prend "à rebours" les règles du genre. Les écrits ne sont pas interprétés à travers les événements vécus; non, l'essayiste montre que l'auteur interroge sa propre existence à travers l'oeuvre de cet intellectuel hors normes. 

 

L'écrit explique la vécu..Bien sûr, on imagine que, si l'Histoire avait été moins cruelle, l'oeuvre se serait poursuivie de façon moins pessimiste, mais ce n'est pas sûr…

 

En effet, une vision rétrospective des événements passés montre que la catastrophe a toujours été à venir.

L'avenir de Benjamin, ce n'est pas le progrès, ce n'est pas une conception linéaire et positive du temps historique, c'est toujours cette tempête qui vous pousse vers le futur, alors que vous regardez le passé…ne voulant pas voir la catastrophe qui vient…

 

 

Pour la rédemption de l'Homme, il faudra d'abord sauver le passé, rendre hommage à tous ces hommes, ces anonymes qui ont construit les grands monuments, à ces soldats de la Révolution qui ont montré le chemin de la libération…

 

Une image du passé peut, à tout moment, susciter une action au présent, ouvrir une porte donnant sur un messianisme social et révolutionnaire…

 

B. Tackels nous montre que cette oeuvre est comme le le XX° siècle,un champ de décombres, qu'il s'agit d'une oeuvre fragmentée comme le temps historique éclaté sous les balles et les déflagrations des guerres successives.

Il explique cette oeuvre intempestive, cet auteur insoumis, évitant la charcuterie de 14/18, refusant les avancées criminelles du nazisme et les charcutages du stalinisme.

 

Bruno Tackels montre que l'influence de Benjamin ne se résume pas au champ de la philosophie : le penseur a poussé la réflexion esthétique (avec L'oeuvre d'art…la photo, le ciné…) et la théorie politique : comme Kafka, il annonce la tragédie qui nous attend. Il s'et intéressé aux collections, aux jeux, aux jouets, à la radio, aux randonnées urbaines et aux voyages, aux livres rares… Ce flâneur curieux de tout, ce chiffonnier baudelairien, condamné à la marche, au nomadisme, à l'exil, à la marginalité en raison de sa situation proche de la clochardisationn, est pourtant un intellectuel essentiel. B.Tackels raconte cette vie comme un destin, la lente dérive vers l'inexorable.

 

Pourtant, jusqu'à la fin, il conserve l'humour et la volonté de reprendre sans cesse ses ultimes Thèses sur l'Histoire

Humour juif et ironie ne cessent d'être présentes dans ses textes et sa correspondances; exemple, cet article trouvé dans un journal et rapporté par Benjamin dans une lettre de 1939 :

 

"La société du gaz a cessé toute livraison de gaz aux juifs. L'utilisation du gaz par la population juive entraînait des pertes pour la société, parce que les plus forts consommateurs justement ne réglaient pas leurs factures. Les juifs recouraient de préférence au gaz pour se suicider." 

 

Le leader indépendantiste catalan Carle s Puigdemont arrêté en Italie

 

Quatre ans après la tentative de sécession de la Catalogne, l’un de ses principaux instigateurs, l’eurodéputé indépendantiste et ex-président catalan Carles Puigdemont, a été arrêté en Italie, jeudi 23 septembre. Le leader catalan, âgé de 58 ans, était en exil en Belgique depuis 2017.

« Le président Puigdemont a été arrêté à son arrivée en Sardaigne, où il se rendait en tant qu’eurodéputé », a affirmé son avocat, Gonzalo Boye, sur Twitter, expliquant que son interpellation avait eu lieu sur la base d’un mandat d’arrêt européen datant du 14 octobre 2019.

 

Une information confirmée par Josep Lluis Alay, le chef de cabinet de l’eurodéputé : « A son arrivée à l’aéroport d’Alghero, il a été arrêté par la police aux frontières italienne. Demain [vendredi], le président sera présenté aux juges de la cour d’appel de Sassari, qui est compétente pour décider de sa libération ou de son extradition » vers l’Espagne, a expliqué M. Alay sur Twitter.

 

Le nouveau président de la Généralité de Catalogne, Pere Aragones, un séparatiste, mais de tendance plus modérée que M. Puigdemont, a immédiatement réagi sur Twitter, condamnant « fermement la persécution et cette répression judiciaire »« Assez. L’amnistie est la seule voie. L’autodétermination, la seule solution. A tes côtés, Carles », a-t-il lancé.

 

A Madrid, le gouvernement espagnol du socialiste Pedro Sánchez a exprimé« son respect pour les décisions des autorités et des tribunaux italiens ».« L’arrestation de M. Puigdemont correspond à une procédure judiciaire en cours qui s’applique à tout citoyen de l’Union européenne [UE] devant répondre de ses actes devant les tribunaux », a affirmé dans un communiqué le palais de la Moncloa, siège du gouvernement espagnol, ajoutant que M. Puigdemont devrait « se soumettre à l’action de la justice comme tout autre citoyen ».

réservé à nos abon

Des appels indépendantistes à manifester vendredi, jour férié en Catalogne, devant le consulat d’Italie à Barcelone, commençaient à circuler sur les réseaux sociaux, alors qu’un ancien président régional, Quim Torra, a qualifié de « catastrophique » une éventuelle extradition de M. Puigdemont vers l’Espagne et appelé les indépendantistes à être « en alerte maximale ». M. Alay, le chef de cabinet de M. Puigdemont, a précisé que celui-ci s’était rendu à Alghero afin de participer à un festival culturel et de s’entretenir avec des élus de l’île italienne.

Immunité parlementaire suspendue

L’arrestation en Italie de M. Puigdemont est survenue une semaine après la reprise des négociations entre le gouvernement central et l’exécutif régional catalan, dont l’objectif est de trouver une issue à la crise politique en Catalogne. Le Parlement européen avait levé l’immunité parlementaire de M. Puigdemont et de deux autres eurodéputés indépendantistes le 9 mars à une large majorité, mesure qui avait été confirmée le 30 juillet par le Tribunal de l’UE. Mais la décision du Parlement européen a fait l’objet d’un recours dont le jugement définitif sur le fond doit être prononcé « à une date ultérieure ». Selon l’interprétation de l’avocat de M. Puigdemont, la décision du Parlement est donc « suspendue ».

Exilé en Belgique depuis la tentative de sécession manquée d’octobre 2017 afin d’échapper aux poursuites de la justice espagnole, M. Puigdemont n’avait pas bénéficié de la grâce accordée à la fin du mois de juin à neuf indépendantistes incarcérés en Espagne, le gouvernement de M. Sanchez souhaitant toujours qu’il soit jugé en Espagne. M. Puigdemont est poursuivi pour « sédition » et « détournements de fonds publics ». La tentative de sécession de la Catalogne a été l’une des pires crises vécues par l’Espagne depuis la fin de la dictature franquiste, en 1975.

 (C) Le Monde et AFP

Dans la même rubrique

 

Le romancier Javier Cercas embrase la Catalogne

« Un pays, un livre » (13/24). Dans « Independencia », l’écrivain à succès, installé dans la région, s’en prend à la tentative de sécession qui a divisé la Catalogne en 2017, sur fond de corruption morale des élites politiques et économiques. Un roman diversement apprécié.

 

Pedro Sanchez gracie les leaders indépendantistes catalans et appelle à un « nouveau départ » entre l’Espagne et la région rebelle

Le chef socialiste du gouvernement joue l’apaisement quatre ans après la brève tentative d’indépendance de la Catalogne. Neuf responsables séparatistes vont sortir de prison, tout en restant inéligibles.

 

En Espagne, les droites manifestent contre le projet de gracier les dirigeants indépendantistes catalans

Le gouvernement socialiste de Pedro Sanchez entend contribuer à apaiser le conflit avec la région, quatre ans après la tentative d’indépendance sévèrement sanctionnée par la justice.

 

En Catalogne, un indépendantiste modéré à la tête de la région rebelle

Les divergences dans le camp majoritaire ont retardé l’investiture du nouveau président du gouvernement, Pere Aragonès, car ce dernier renonce à l’idée d’une indépendance à court terme.

 

En Catalogne, les indépendantistes ne parviennent pas à se mettre d’accord pour gouverner

L’ombre de Carles Puigdemont, réfugié à Bruxelles, a pesé dans l’échec des négociations. Sans entente avant le 26 mai, de nouvelles élections seront convoquées.

Le Parlement européen lève l’immunité des indépendantistes catalans Carles Puigdemont, Toni Comin et Clara Ponsati

La levée de leur immunité devrait ouvrir la voie à un nouvel examen par les justices belge et écossaise des demandes d’extradition émises par l’Espagne.

 

Article réservé à nos abonnés

L’indépendantiste catalan Carles Puigdemont sur le point de perdre son immunité de député européen

Recherché par la justice espagnole, l’ex-président du gouvernement régional de Catalogne bataille, depuis la Belgique, contre son éventuelle extradition

 

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2021 4 23 /09 /septembre /2021 11:36
La poste - Fêtes d'Argelès -
La poste - Fêtes d'Argelès -
La poste - Fêtes d'Argelès -
La poste - Fêtes d'Argelès -

La poste - Fêtes d'Argelès -

Littérature, poésie 

 

Maïté Vienne-Villacampa a publié un ouvrage aux éditions de l'Unicité (ci-dessus, la couverture du recueil) qui est un long poème qui célèbre le philosophe Walter Benjamin. A lire absolument !

 

est née le 29 janvier 1944, à Ivry-sur-Seine.

Elle vit dans les Hauts-de-Seine où elle anime un atelier d'écriture depuis 2006.

Après une maîtrise d'Histoire de l'art Contemporain, elle publie La Figure de l'Ange au cinéma (éd. du Cerf, 1995) ainsi que plusieurs articles dans la revue CinémAction.

Sous le nom de Maïté Villacampa, elle se consacre chair et âme à la poésie, à sa puissance, celle capable d'extraire les pulsations du vivant, celle capable de sonder la détresse du monde. Elle décide d'explorer le champ poétique des possibles après le choc fondateur que fut pour elle Du mouvement et de l'immobilité de douve, fameux recueil d'Yves Bonnefoy, dont les eaux paradoxales lui ouvrent la voie à maintes présences en écho.

En novembre 2021 paraîtra Les faux beaux jours, 1er tome d'une trilogie romanesque intitulée La trilogie d'Ossuna.

 

Poésie

2019

Le levain de l'inachevé, revue Souffles, octobre 2018

Prix Spécial du Jury ex-aequo du Grand Prix de poésie Joseph Delteil

2018

La surface du jour, Editions Outrebleu, 2018.

2017

Comment verser le miel, Librairie-Galerie Racine, 2017.

2015

 

Vers les commencements. Montage, L'Harmattan, 2015, 80 pages.
Poème du 7 janvier, suite aux attentats de 2015.

2014

Si j'habite l'éclair. Préface de Zéno Bianu, Librairie-Galerie Racine, 2014, 72 pages.

 

Ne vous attardez pas.

3e prix au 11 concours de poésie, en hommage à Max Jacob.

La Scène du balcon - Mairie du 2e arrondissement de Paris, 13 juin 2014.

 

 

Dans la revue Les Cahiers du sens, Le Nouvel Athanor (collaboration régulière)

2015

"Ode à Louise Labé", n°25, Le feu.

2014

"Un temps pour tout", n°24, Le oui et le non.

2013

"On la dit rouge"; "Deux saisons", n°23, La colère.

2012

"Ode au noyau d’Olive"; "Une autre longueur d’onde", n°22, Le mystère.

2011

"Ode à la joie", L’Athanor des poètes. Anthologie 1991-2011, Le Nouvel Athanor.

2010

Hommage à André Velter : "Par toi, aller encore" "Le voyage immobile de la Petite Vertu", n°20, La poésie.

2004

"Midi-minuit", n°14, Le bonheur.

 

 

Dans diverses revues

2005

Au pas de l’œil. Recueil. Poème et photographies, éd. Passage d’encres, mars.

2003

"Incarnate Espagne. Brises", Poème, Les Heures : « Gestes », printemps.

1992

"Lucie Meyer, Œuvre peinte et sculptée". Présentation, Pleine Marge, Cahiers de littérature, 

d’arts plastiques & de critique, n°16, décembre, éditions Peeters-France.

 

humeur

 

Les animaux malades de la Poste 

 

La Poste: les hommes qui relient les hommes (et ce pour notre plus grand malheur!..)

 

 

Courrier des lecteurs

J'ai le regret d'avoir à vous faire part des faits suivants:

"Je suis titulaire d'un compte CCP, ainsi que d'un livret A à La Poste, et depuis 1977... Je n'ai aucun autre compte dans une autre quelconque banque. Sur le site de la Banque Postale dont je suis coutumier, je n'utilise l'option "Virement occasionnel" qu'en deux cas précis : le premier pour effectuer des transferts (dans un sens ou dans l'autre) de mon CCP à mon Livret A, le second à l'attention occasionnelle de mon fils, lui-aussi titulaire et d'un CCP et d'un Livret A, dans le même organisme financier.

Venons en aux faits: depuis samedi 18 septembre, il se trouve que j'ai tenté via Internet et sur le site de la Banque Postale, à 5 ou 6 reprises, de virer 50 € de mon compte à celui de mon fils (Certicode ou pas !)... C'était son anniversaire!...

Toutes mes tentatives – au final – se sont avérées vaines!...

Aussi, ce mercredi 22 septembre au matin, ai-je retiré de l'automate – ou du Distributeur Automatique de Billets – du bureau de Poste de ma commune 50 €.

A l'ouverture dudit bureau de la Poste - soit à 9 h sonnantes, tapantes et pétantes - muni que j'étais de ma carte nationale d'identité, d'un relevé d'identité postal (devenu aujourd'hui "bancaire") attestant de la légitimité de l'état de titulaire de son compte mon fils, j'ai tenté de verser ces 50 € sur son CCP..

Cette opération m'a été fort poliment refusée...

On m'a prié de reverser sur mon CCP les 50 € que je venais de retirer, moins de 5 minutes auparavant, de l'automate du même bureau- localisé certes à l'extérieur, mais situé à moins de 10 mètres du comptoir d'accueil, à l'intérieur - pour virer ce même montant via le site Internet de la Banque Postale sur le compte de mon fils...

On m'a expliqué que je ne pouvais pas verser directement 50 € - en espèces - sur le compte de mon fils...

Il fallait que je lui remette ces 50 € afin qu'il les dépose lui-même sur son propre compte...

En for intérieur, mal m'a pris de me demander – pour peu que je j'aie été invité à h réfléchir un tant soit peu - à quoi servent les services informatiques de la Banque Postale, et - plus grave encore – quelle est la raison d'être de l'assistance proposée à ses clients (on ne doit plus dire ses usagers, la Poste ayant été privatisée, depuis près de 20 ans, au grand dam de toutes les petites gens que nous sommes, et qui peuplons néanmoins le territoire, tout en consommant et tout en payant citoyennement nos loyers, nos taxes et nos impôts).

J'ai donc écouté, sans toutefois entendre ses motifs à tout le moins foncièrement et irrémédiablement contestables, ânonnant et acquiesçant à qui mieux-mieux, sans perdre cependant foi en mon libre arbitre et en ma capacité de jugement...

Au final, abasourdi par l'absurdité, groggy et résigné, ayant compris le fond du fond du problème, j'ai consensuellement rétorqué aux aimables agents et aux non moins guichetiers attentionnés de la Poste de ma petite ville, forts de leurs certitudes, et imperméables à d'hypothétique doutes, que je remettrais en mains-propres, samedi prochain, ces 50 € à mon fils...

 Fin du délire!..."

 

Jean Iglesis

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2021 3 22 /09 /septembre /2021 11:09
Salon du Polar - Conférence à Perpignan - La voie domitienne le vendredi 24 à Torreilles -
Salon du Polar - Conférence à Perpignan - La voie domitienne le vendredi 24 à Torreilles -
Salon du Polar - Conférence à Perpignan - La voie domitienne le vendredi 24 à Torreilles -
Salon du Polar - Conférence à Perpignan - La voie domitienne le vendredi 24 à Torreilles -

Salon du Polar - Conférence à Perpignan - La voie domitienne le vendredi 24 à Torreilles -

POESIE

 

Je suis heureux de vous signaler la parution d'un recueil de poèmes de mon amie Letitia ILEA, qui vit en Roumanie, enseigne l'anglais et le français à l'université de Cluj. Elle est aussi traductrice (du roumain en français).

 

Auteur de nombreux prix et recueils de poésie, elle a été reçue en résidence à la Charité de Marseille, plus d'un mois avec l'unique obligation de publier un livre à la fin du séjour. Ce fut Marseille vue à partir des "TERRASSES de café"...

 

JPB

 

Les griffes de l'absence

 

 

 

Format : 15 x 21
Nombre de pages : 124
ISBN/EAN : 978-2-37355-608-7

 

13 euros

 

 

 

Letitia ILEA

Comment peser la solitude dans cette balance qui nous retient interroge Letitia Ilea dans Les griffes de l’absence. Comment vivre sous ces constellations rythmées, là où s’échangent nos âmes amies et malhabiles. Qu’est-ce que naître, féconder l’instant crédible lorsque les nuits regrettent nos aubes innocentes pour reprendre les mots du poète Philippe Tancelin. Le soir est venu difficilement / comme une libération / tu t’abrites maintenant / dans ta solitude / tu es fatiguée / comme après un pari gagné, écrit l’auteure. Tout au long du recueil, le poème énonce l’absence, accueille ce manque lorsqu’il porte notre nom sur la brûlure du rien. Éprise de ces silences qui nous précèdent, Letitia Ilea gravite dans de lentes solitudes closes où remonte le monde, courbé par nos deuils à perpétuité. Des souvenirs qui pourrait en avoir besoin ? En ces lignes où oscille le timbre même de l’absence, l’auteure nous aide encore un pas / un seul pas. Osons ce rien qui nous est arrivé, ce seul tremblement cultivé au prisme des larmes inachevées.

 

 

Editions Unicité

3 sente des Vignes

91530 Saint-Chéron

Tél. 06.16.09.10.85 

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2021 2 21 /09 /septembre /2021 08:15
Maillol : les statues russes de la collection Morozov à Paris
Maillol : les statues russes de la collection Morozov à Paris
Maillol : les statues russes de la collection Morozov à Paris
Maillol : les statues russes de la collection Morozov à Paris
Maillol : les statues russes de la collection Morozov à Paris
Maillol : les statues russes de la collection Morozov à Paris

Les Maillol russes à voir à Paris jusqu'au 22. 2. 2022

 

Deuxième volet de la grande histoire des collections russes de l'avant-garde, l'exceptionnelle présentation de la Fondation Louis Vuitton, à Paris, dévoile les Cézanne, Van Gogh et Matisse de deux frères riches et passionnés.

 

C'est peut-être l'une des dernières expositions du temps d'avant : lorsqu'on remuait ciel et terre pour organiser des démonstrations hors du commun d'une histoire de l'art exceptionnelle. Jean-Paul Claverie, l'administrateur de la Fondation Louis Vuitton qui a amplement participé à la réalisation de ce projet tentaculaire, estime qu'il s'agit d'un « véritable miracle ».

En pleine pandémie, l'exposition « La Collection Morozov, icônes de l'art moderne » a ainsi nécessité des accords au sommet du pouvoir, de Vladimir Poutine à Emmanuel Macron, qui signent d'ailleurs tous deux des introductions au catalogue. Elle a aussi engendré des accords entre institutions avec des contreparties tangibles de la part des Français, comme le cadeau fait au musée Pouchkine de Moscou d'un laboratoire de restauration.

Car la collection Morozov, tout comme la collection Chtchoukine (exposée à la Fondation Louis Vuitton en 2016-2017), qui avaient toutes deux été confisquées au moment de la Révolution de 1917, font aujourd'hui partie des trésors absolus des grands musées de la Russie.

 

Voici donc le deuxième volet de cette saga exceptionnelle qui raconte deux familles d'amateurs éclairés. La première partie, consacrée à Chtchoukine, a attiré 1,3 million de visiteurs à la fondation. La suite de ce feuilleton des avant-gardes françaises du début du xxe siècle, c'est 200 oeuvres en provenance du musée Pouchkine et de la galerie Tretiakov de Moscou, ainsi que de l'Ermitage de Saint-Pétersbourg.

 

Maillol et M.Denis : La fondation a aussi reconstitué le salon de musique du collectionneur, décoré par le peintre français Maurice Denis, avec ses plafonds majestueux de 17 mètres de hauteur. L'artiste a choisi d'illustrer l'histoire mythologique de Psyché (la princesse d'une grande beauté qui peine à trouver un époux avant de rencontrer Eros), une commande de 1907. Et c'est Denis qui a demandé à Aristide Maillol d'y adjoindre des bronzes. Le directeur de l'Ermitage jure que plus jamais après cette exposition ces décors ne voyageront...

 

 

*** Exposition « La Collection Morozov, icônes de l'art moderne », jusqu'au 22 février à la Fondation Louis Vuitton, 8, av. du Mahatma-Gandhi, Bois de Boulogne, Paris 16e.

fondationlouisvuitton.fr

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2021 6 18 /09 /septembre /2021 10:29
Patrimoine pictural : Bernard MICHEL  au Centre d'Art Contemporain Àcentmètresducentredumonde - GUANSE à Paris au Centre d'Etudes catalanes
Patrimoine pictural : Bernard MICHEL  au Centre d'Art Contemporain Àcentmètresducentredumonde - GUANSE à Paris au Centre d'Etudes catalanes
Patrimoine pictural : Bernard MICHEL  au Centre d'Art Contemporain Àcentmètresducentredumonde - GUANSE à Paris au Centre d'Etudes catalanes

 

Bernard MICHEL

Sonates et autres scènes

du 09 Octobre au 19 Décembre 2021

 

au Centre d'Art Contemporain Àcentmètresducentredumonde

3, avenue de Grande Bretagne

66000 PERPIGNAN

 

À cent mètres du centre du monde, Bernard Michel y a été conduit par Eduardo Arroyo. Depuis 1989 date de la représentation de La mort de Danton, la pièce de Georg Büchner dans la mise en scène de Klaus Michaël Grüber au théâtre des Amandiers de Nanterre, Arroyo -figure de proue de la Figuration narrative- et Bernard Michel -peintre de l’abstraction- avaient assez de divergences et de points communs pour devenir des partenaires-scénographes attentifs et complices.
Dans ce drame à l’ambiance nocturne, l’éclairage structurait le déroulement du jeu; au fond de la scène la grille de fer, le rouge et le bleu des grands lés de tissu créaient une ambiance inquiétante. Un décor que l’on devait à trois artistes: Eduardo Arroyo, Gilles Aillaud et Bernard Michel.


Un trio, parfois ramené à un duo, dont la créativité se renouvela pendant des années aussi bien au théâtre qu’à l’opéra, une équipe soudée par la personnalité de Klaus Michaël Grüber qui laissait ses partenaires s’emparer de l’espace, des lumières, parlait avec eux, ou plutôt les écoutait sans jamais chercher à les influencer. Cette collaboration fertile a été à l’origine de décors mémorables et a donné naissance à des liens pérennes construits par l’admiration et l’amitié.

 

Eduardo Arroyo était aussi, on le sait moins, un grand collectionneur du travail de ses confrères et amis. Il avait montré une partie de sa collection à «Casa del Lector - Matadero» à Madrid dans une exposition intitulée La oficina de San Jerónimo. Bernard Michel était présent, bien sûr, avec une superbe toile de la série des Fonds noirs. Arroyo en avait aimé la tension chromatique et s’était particulièrement attaché au noir, cette couleur vers laquelle lui-même était allé avec l’intention de « baisser » l’intensité de sa propre palette.

Arroyo avait compris la singularité de la démarche de Bernard Michel, si fortement inscrite dans une réflexion sur la lumière, la couleur et le motif, dont il pouvait penser qu’elle avait été nourrie par son enfance marocaine.


C’est à la galerie Pierre Brullé rue de Tournon à Paris, l’ancien fief de Karl Flinker, où Bernard Michel exposa à plusieurs reprises, qu’Arroyo pu découvrir la richesse de ses propositions plastiques, un travail où le même et le différent se conjuguent, se répondent sans cesse, constituant une œuvre en continuel renouvellement.

 

Arroyo, dont le centre d’art contemporain exposait durant l’été 2020 son Agneau mystique, aurait éprouvé une profonde émotion en découvrant cet ensemble réuni pour la première fois, ici à Perpignan. Le pouvoir suggestif des dernières séries, celles qu’il n’a pas connues, aurait mêlé en lui mélancolie et énergie vitale.

 

Fabienne Di Rocco

Dans cet accrochage des peintures et dessins de Bernard Michel, l’on pourra apprécier, à travers différentes séries allant des années 1990 à aujourd’hui, la cohérence créative de son travail.

 

L’exposition ouvre avec une série de peintures datant de 1990 : les Lois. Ces pièces sont en relief et peintes à l’huile. On y découvre un espace tramé, rigoureux et sensuel, qui se développe de façon répétitive de toiles en toiles. Ce sont des tablettes ouvertes où l’écriture peut se poser à l’instar des tablettes en terre cuite de l’art sumérien, ce sont aussi des tables de la Loi.

 

Plusieurs tableaux de cette série sont accrochés dans les Salons de l’Assemblée nationale à Paris.

 

Série LOIS,1990-91 Bas-relief huile sur toile, 114 x 195 cm

La série Point-Ligne-Plan, de 2003, est un hommage à une lignée d’artistes: Kandinsky, Klee et Miro notamment. Des points ou pixels de couleur s’étendent progressivement sur la toile et forment des lignes qui se mélangent, s’enchevêtrent et composent des plans contrastés. Ces tableaux s’articulent à partir du mouvement même de la peinture, en perpétuelle évolution comme l’artiste aime à penser son travail.

 

Série Point-Ligne-Plan, 2003. Film numérique 52 Minutes

Point-Ligne-Plan trouvera un spectaculaire aboutissement dans le film projeté pour la chorégraphie du ballet « Lolita », inspiré du roman de Vladimir Nabokov, donné au Bâtiment des Forces Motrices à Genève en 2003. Ici, les recherches personnelles de l’artiste viendront influencer et prendre corps dans son travail scénique.

 

Avec Les Fonds Noirs de 2008, la couleur s’impose. L’artiste semble défier les lois d’harmonie et de goût en faisant coexister les coloris les plus intenses ; sur la toile qu’il manipule, il laisse les couleurs prendre leur rythme propre selon les lois de l’apesanteur ; ce sont des éclats colorés qui viennent percuter et dynamiser le fond noir de la toile de jute.

Série Fonds Noirs, 2009 Acrylique toile de jute en lin 150x150

  

Sur une composition musicale d’Arvo Pärt naît, en 2014, la série Sonates où le noir vient ponctuer et interrompre de manière aléatoire l’organisation harmonique de la couleur.

 

Les Meules : cette série a été peinte à la gouache sur un drap de lin très fin pendant les moissons de l’été 2016. Bernard Michel choisit, cette fois, de peindre dans les champs sur le motif. Pourtant il utilise la meule comme une abstraction - un cercle - dans lequel tournent les segments de paille compressés et colorés. Ce sont des « Tondi » qui font écho au cosmos comme au monde cellulaire et scientifique et, bien entendu, aux meules que Claude Monet peignit à différentes heures de la journée.

Série Meules, 2018-19. Gouache toile de lin, 160 x 160 cm

Série Sonate 2015-16
Gouache sur toile de lin, 117 X 89 cm

 

Bernard Michel commence en 2018 une série de collages ininterrompue à ce jour : les Archéologies. À partir de morceaux de toiles, papiers divers, photos, tissus qu’il affectionne, collectionne et qui se sont accumulés dans son atelier, il coupe, colle, superpose, entrecroise ces morceaux de mémoire et revisite son histoire d’artiste. Ainsi, il rend hommage au peintre, Gilles Aillaud, avec lequel il tissa pendant 25 ans des liens d’amitié et de travail, en introduisant dans quelques collages des photos d’animaux prises lors de leurs visites au zoo.

Série Archéologie, 2019. Collages, gouache, potos, tissus 70x100

Après le premier confinement s’ouvre une nouvelle série. De grandes tiges de graminées viennent envahir les toiles ; l’artiste se sert de ces tiges/lignes pour construire de nouvelles trames plus souples, plus vibrantes dans lesquelles il introduit des éléments blessants ; avec les tiges piquantes des rosiers, il tresse des couronnes ; il place, cache parmi cette végétation abstraite des clous, des piques et des chaînes : ces symboles inquiétants, violents - nouveaux dans l’œuvre de Bernard Michel – percutent et accentuent le caractère fragile de la Nature comme celui de notre nature humaine. Cette série en cours, il la nomme : Les Passions.

Série passions, 2020-21 Acrylique sur toile polyester, 130 x 195 cm

 

 

 

BERNARD MICHEL

 

Diplômé en 1981 de l'Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris (E.N.S.A.D.). Elève du peintre Zao Wou Ki à l’ENSAD.


Plasticien, travaille régulièrement comme scénographe pour le théâtre, la danse et l’opéra.
Dés 1984, en même temps que son travail de plasticien, il engage une collaboration artistique avec le metteur en scène Klaus Michael Grüber qui durera 25 ans (opéra et théâtre), avec les peintres Gilles Aillaud, Eduardo Arroyo.

 

En danse il est scénographe entre autre des chorégraphes Blanca LI et Roland Petit à l’opéra de Paris (1997-2007).
Aujourd’hui il travaille en théâtre avec la metteur en scène Marie-Louise Bischofberger. Plasticien :

Commence à exposer ses premières toiles au Salon de Montrouge, (1983-1985).
Expose à la galerie Pierre Brullé rue de Tournon 6éme à Paris depuis 1995 à 2012. Fondation Hewlett Packard (Paris1986 /1990) ; Institut Français de Hongrie à Budapest, (1993). Fondation Romaeuropa, Villa Massimo à Rome, (1994). Abbaye aux Darnes à Saintes. Forces motrices (BFA), Genève (2003). galerie Numeriscausa (2007-2008) Actuellement expose régulièrement à la galerie Virgile Legrand 56 rue de l’université 75007, Galerie Pixi (Marie Victoire Poliakoff) 95 rue de seine 75006,
Galerie: Salon H, rue de Savoie 75006.
Commandes en art plastique et peintures
Avec l’architecte Paul Andreux, projet pour l’aéroport de Dubaï (2001).
Conception et scénographie du Salon du Livre « Francophonie » (2006)
Conception des vitrines de la boutique «Patek Philippe» à Genève (2007).
Collection de prêt-à-porter «Automne-Hiver 2010» pour la maison de couture : Aventure Des Toiles.
Commande publique : grande fresque de peinture pour la préfecture des Hauts-de-Seine de Nanterre (2010).
Fondation Hewlett Packard
Fondation de la Société Générale
Assemblée Nationale « LOIS »
Société Roland Berger
Préfecture des Hauts de seine de Nanterre (2010)
Société Cylad (2013).
Activités d’enseignement :
Professeur d’arts plastiques au lycée « Blanche de Castille » de Versailles (1979 à 1983) et au

lycée « L'Initiative » de Paris (1983 à 1987).
Responsable du département Scénographie à l'E.S.A.T. Paris (1988 à 1999).
Chargé de cours département de musicologie de l’Université de St Denis Paris VIII (1999 à 2001).
Atelier sur l’Espace Scénographique à Bogota, Medellin, mission de l'A.F.A.A.(octobre 1996) et à l’Université de Montréal, Canada, mission de l’A.F.A.A. (Culture France, 2001 et 2005). Rapporteur en art vivant et scénographie pour la villa Médicis à Rome (2007-2014).
Membre de jury de l’E.N.S.A.D. : Diplômes de scénographes : 1998. Diplômes d’architecture intérieure : 2010.

INFOS PRATIQUES

: Centre d’Art Contemporain àcentmètresducentredumonde 3, avenue de Grande Bretagne, 66000 PERPIGNAN

Quand : du 09 Octobre au 19 Décembre 2021

Tarif normal : 5 euros
Tarif réduit: 3 euros
Gratuit pour les moins de 18 ans

Horaires : Ouvert du mardi au dimanche de 14h à 18h

Web : www.acentmetresducentredumonde.com

Contact : contact@acmcm.fr 04 68 34 14 35

Visuels HD sur demande

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2021 5 17 /09 /septembre /2021 10:29
Juan Francisco, concert à Banyuls-sur-Mer, vendredi 17/9, à 18h- Littérature : prix Mare nostrum

Concert exceptionnel 

de Juan-Francisco   ORTIZ     60 ANS DE     GUITARE

 

Eglise de La Rectorie – Banyuls Sur-Mer

 

Vendredi 17 septembre 2021 -   18h

 

Sous l’égide de l’Association WALTER BENJAMIN SANS FRONTIERES

 

Contact 06 31 69 09 32

Entrée gratuite - passe exigé -

 

- - -

PROGRAMME

60 ANS DE GUITARE 

Evocation de mes Maîtres

Preludio Andaluz por Campanilleros *

(Mi Padre)

El emigrante 

(Juanito Valderama)

Un dia de Julio *

(Hace 60 años en Jaen )

Preludios Lorquianos

Zorongo gitano – Las tres ojas  

Los cuatro muleros  – El cafe de chinita – Anda Jaleo

Federico Garcia Lorca

(Ramon Cueto / J.F. Ortiz , La Academia de Guitarra de Paris)

Oración  *

(Ida Presti - Alexandre Lagoya, el CNSM de Paris)

Homenaje a Compostela *

Preludio – Obstidanza - Muñeira

(Andrès Segovia)

Meditación sobre la Higuera de Miguel * 

(Miguel Hernandez) 

Estos dias azules * 

(Antonio Machado)

Libertango 

Astor Piazzola 

* 

Juan Francisco Ortiz

prix littéraire Mare nostrum

 

Mare Nostrum, une association qui explore la culture méditerranéenne

 

 

L’association met en valeur le capital culturel de la méditerranée grâce à un site mais aussi des rencontres.

Par Pauline Gabinari,
Créé le 06.11.2020 à 11h50,
Mis à jour le 06.11.2020 à 12h45

Mettre en valeur le patrimoine méditerranéen dans toute sa diversité et sa richesse, c’est le défi que s’est lancé l’association Mare Nostrum - Une méditerranée autrement. Lancée le 14 septembre, elle a pour siège social Perpignan et est accompagnée d’un site disponible dans 46 pays et 36 langue. 

 

Pour Eliane Bedu, sa présidente, le voeux de l’association est de "préserver les grands sentiments de solidarité sociale, de fraternité humaine, de lutte contre les inégalités, de révolte contre la force opprimant le droit et la culture". Pour y atteindre ses objectifs, Mare Nostrum propose de nombreuses chroniques d’ouvrages sur son site, des rencontres physiques ou en visio conférence d’écrivains, poètes, penseurs, musiciens… 

 

Ce projet souhaite également mettre en lumière les ouvrages de ceux "qui sont oubliés" explique Jean-Jacques Bedu, l’un des fondateurs de l’association, "On privilégie les auteurs qui n’ont pas de grande surface médiatique, on veut parler d’autres auteurs." Le site met d’ailleurs les libraires indépendants à l’honneur grâce à un lien direct vers le Syndicat de la librairie française. Où que soit, le lecteur, durant la période de confinement, trouvera donc l'ouvrage qui l'intéresse dans une librairie qui pratique le "clic and collect"

 

L’association remettra un prix littéraire intitulé Grand Prix méditéranéen de littérature et de spiritualité qui soutient la "beauté et la richesse" de la littérature méditerranéenne.

 

- - - Lorsqu’à l’automne 2020 nous avons lancé notre association “Mare Nostrum – Une Méditerranée autrement”, nous souhaitions mettre en valeur le patrimoine culturel méditerranéen, grâce à la digitalisation rendue nécessaire par la pandémie qui – aujourd’hui encore – nous attriste et nous éloigne. En à peine six mois, grâce au concours de plus de vingt chroniqueurs talentueux et bénévoles, la réussite de notre site internet est impressionnante. Nous comptons à ce jour près de 300 chroniques d’ouvrages et dépassé les 280 000 pages vues avec – ce qui nous importait le plus – une très grande satisfaction du monde de l’édition en général, et des auteurs en particulier.
Mais notre grande ambition était de créer un prix littéraire honorant à la fois la littérature méditerranéenne et le dialogue entre les religions qui se sont nourries les unes des autres. Nous sommes donc fiers de vous présenter le “Prix Mare Nostrum, Grand Prix méditerranéen de littérature et de spiritualité”, qui présente plusieurs originalités.
Dès cet automne, nous dévoilerons une sélection de titres au sein de deux catégories qui distingueront un essai et un ouvrage littéraire dans des thématiques exclusivement méditerranéennes. La principale originalité réside dans le fait que nous ne discriminons pas, au sein de chaque catégorie, les publications “françaises” et “étrangères”. En effet, selon notre Manifeste, le concept “d’étranger” n’existe pas : c’est la Méditerranée que nous avons en partage.
Le choix des ouvrages est lié à une chronique sur le site de Mare Nostrum et non à une date de parution. Aucun livre ne peut apparaître dans une sélection sans avoir été préalablement chroniqué, et validé par le comité de rédaction. La sélection va donc s’enrichir au fur et à mesure des ouvrages chroniqués.
Le prix ne cherche pas à récompenser avant tout l’œuvre d’un auteur jouissant d’une grande notoriété. Il appartient aux jurys, souverains, de faire preuve d’audace en couronnant un premier roman ou un essai réservé à un public motivé. Les jurys, volontairement resserrés, sont composés de lecteurs.
Enfin, la dotation provisoire de ce prix est fixée à 12 000 € divisée entre les deux lauréats. Elle lui permet d’entrer, dès la première année, dans le top 20 des prix francophones. D’emblée, il s’affirme avec sérieux comme un prix incontournable pour les auteurs, la recherche, la création et les éditeurs en Méditerranée. Notre ambition est d’augmenter cette dotation afin d’intégrer le top 10 (source “Livres Hebdo” du 28/10/2020).
Nous espérons que la première édition du prix Mare Nostrum 2021 sera un grand succès, célébrant l’union, la diversité et la richesse littéraire sur toutes les rives de notre Méditerranée. Elle est une mère, une lumière qui nous guide et nous unit.

Éliane BEDU – Présidente
Renseignements : Jean-Jacques BEDU : jj.bedu@marenostrum.pm

 

Sélection Prix essai

  1. Angour (Armand) (d’) – “Socrate in love” – Albin Michel.
  2. Araborama – “Il était une fois les révolutions arabes” – IMA / Le Seuil.
  3. Bahloul (Kahina) – “Mon islam, ma liberté” – Albin Michel.
  4. Bessis (Sophie) – “Je vous écris d’une autre rive” – Elyzad.
  5. Crouzet-Pavan (Elisabeth) – “Venise 500-2020” – Belin (21 septembre)
  6. Denooz (L.), Guaaybess (T.), Schreiber-Di Cesare (C.), Levy (N.) – “Femmes engagées dans l’espace euro-méditerranéen” – PUN-Editions universitaires de Lorraine.
  7. École Biblique de Jérusalem – “Dictionnaire Jésus” – Bouquins (La Collection).
  8. Ferrara (Silvia) – “La fabuleuse histoire de l’invention de l’écriture” – Le Seuil.
  9. Hafiz (Chems-eddine) – Le Manifeste contre le terrorisme islamiste – Érick Bonnier(21 septembre)
  10. Martinez-Gros (Gabriel) – “De l’autre côté des croisades” – Passés / Composés.
  11. Pénicaud (Manoël) – “Louis Massignon. Le catholique musulman” – Bayard.
  12. Quentin (Florence) – “Les grandes souveraines d’Égypte” – Perrin.
  13. Robert (Aurélien) – “Épicure aux enfers” – Fayard.

Sélection Prix littérature

  1. Altan (Ahmet) – “Madame Hayat” – Actes Sud.
  2. Beniz (Kabira) – “Le Voile de la mariée” – Le Chant des voyelles.
  3. Benoit (Florian) – “Gehanna. Une guerre en Syrie” – L’Harmattan.
  4. Bentz (Céline) – “Oublier les fleurs sauvages” – Préludes.
  5. Bonnier (Henry) – “L’île d’or” – Érick Bonnier. (18 août)
  6. Calligarich (Giangranco) – “Le dernier été en ville” – Gallimard.
  7. Caminito (Giulia) – “Un jour viendra” – Gallmeister.
  8. Dutter (Cécilia) – “L’Amoureuse. Le roman de Marie-Madeleine” – Taillandier.
  9. Ébodé (Eugène) – “Brûlant était le regard de Picasso” – Gallimard.
  10. Kaddour (Hédi) – “La nuit des orateurs” – Gallimard.
  11. Kattan (Karim) – “Le Palais des deux collines” – Elyzad.
  12. Maira (Salvatore) – “Les dix mille mulets” – Éditions du Rocher.
  13. Manai (Yamen) – “Bel abîme” – Elyzad
  14. Renevier (Franck) – “Le conte de la caravane perdue” – Maurice Nadeau.
  15. Ribeiro (Damien) – “Les évanescents” – Éditions du Rouergue.
  16. Ruocco (Julie) – “Furies” – Actes Sud.
  17. Ryan (Donal) – “Par une mer basse et tranquille” – Albin Michel.
  18. Tzamiotis (Konstantinos) – “Point de passage” – Actes Sud.

RÈGLEMENT

  1. Le Prix Mare Nostrum (Grand Prix méditerranéen de littérature et de spiritualité – dépôt INPI 4672738) a pour objet de couronner deux ouvrages chroniqués sur le site internet de l’association www.marenostrum.pm entre le 1er octobre de l’année précédente jusqu’au 30 septembre de l’année en cours.
  2. Deux catégories sont offertes : “Les romans à thématiques exclusivement méditerranéennes” et “Les essais liés à la Méditerranée sur le plan historique, géopolitique, philosophique, spirituel et culturel, ou des traditions originales de textes antiques ou anciens”. Sur proposition des chroniqueurs, la sélection des ouvrages dans les deux catégories est effectuée par les membres du comité de rédaction. Ne peuvent concourir que des ouvrages référencés dans la base de données ELECTRE, qui est la base de référence des professionnels du livre. Nous sommes au regret de ne pouvoir accepter les ouvrages autoédités ou les candidatures spontanées.
  3. Chaque année, le comité de rédaction nomme – parmi l’ensemble des membres actifs de l’association – les personnalités qui siègent dans chacun des deux jurys. Ils sont, dans chaque catégorie, au nombre de sept. Ces derniers sont anonymes pour préserver l’indépendance et l’intégrité de l’ultime processus de sélection. Seul le comité de rédaction connaît la composition des deux jurys. Il n’est pas possible de siéger dans les deux catégories.
  4. Une première sélection est présentée au plus tard le 31 mai de l’année en cours. Tout au long de la période, en fonction de l’actualité littéraire, la liste sera enrichie au fur et à mesure des chroniques publiées sur le site jusqu’au 30 septembre. À cette date, le comité de rédaction valide la sélection définitive, qui sera soumise au vote final de tous les membres du jury de chaque catégories.
  5. Lors du vote final, les procurations ne sont pas admises. Pour les jurés ne pouvant se déplacer, tous les moyens électroniques seront mis à leur disposition afin d’y participer. Néanmoins, si un juré est empêché, et en cas de nombre pair dans une des deux catégories, un membre du jury est tiré au sort pour en assurer la présidence. En cas d’égalité au dernier tour de scrutin, son vote compte double. Il ne peut pas y avoir ni d’ex aequo, ni de “mention spéciale”.
  6. Le vote doit avoir lieu entre le 1er et 15 novembre. Le résultat est annoncé par la présidente de l’association.
  7. À ce jour, le prix est doté d’une enveloppe minimale de 12 000 €, répartie en parts égales entre les deux lauréats.

 

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2021 4 16 /09 /septembre /2021 10:11
Magazine de Perpignan n°5 - Concerts à Monastir del Camp pour le WE du patrimoine -
Magazine de Perpignan n°5 - Concerts à Monastir del Camp pour le WE du patrimoine -

Magazine de Perpignan n°5 - Concerts à Monastir del Camp pour le WE du patrimoine -

Perpignan Magazine : l'inutile mensuel montre 10 fois le Maire - Le port d'Argelès fait la fête : quand la raison se saborde

 

Le mensuel gratuit de "Perpi la rayonnante" publie dans ce numéro 5 un entretien avec le nouveau maire : "agir au quotidien, construire demain".

 

On ne portera pas de jugement sur ces 6 pages : information en direction des citoyens, c'est normal.

Mais quand il s'agit de propagande...

 

En effet, on s'étonne (non, c'est fini, on ne s'étonne plus : on a connu cet étalage du moi avec JM.Pujol le disparu, sans oublier la mise en scène de la présidente du CD66 dans son propre magazine "L'accent catalan") que, outre cet interview, la photo de couverture et la page 3 consacrée à l'édito de M. Aliot...le journal renferme pas moins de 10 photos de l'édile.

 

Egotisme, culte de la personnalité, amour de soi, narcissisme inconsidéré...on ne sait, mais c'est insoutenable !

En outre, c'est inutile, car on connaît par coeur la bouille du zozo ! Oui, cette feuille est inutile et tous les habitants qui jettent, sans le lire, le magazine, devraient contester ces dépenses consacrées aux caprices du prince de la Loge...

 

JPB

 

Lieu de plaisance réservé à une élite, fortunes immobilisées sur l'eau, le port d'Argelès a montré ses nuisances (écologie, influence néfaste sur la plage du Racou...). Fêter cette inutile invention est une défaite pour la pensée et la preuve de l'incohérence de nos politiciens, depuis 30 ans et plus...

jpb

 

Pour fêter ses 30 ans, Port-Argelès déroule le tapis rouge

 

  • Un week-end de fête pour les 30 ans du Port. Photo Office de tourisme

Patrimoine, Argelès-sur-Mer

Publié le 14/09/2021 à 21:40 , mis à jour à 21:43

Pour son 30e anniversaire, Port-Argelès va mettre les petits plats dans les grands avec un festival de réjouissances qui, du vendredi 17 au dimanche 19 septembre, enchanteront petits et grands. Toutes les animations sont gratuites et se déroulent à Port-Argelès, sur les quais et sur l’eau. Au programme

 

A vos joutes !

Démonstration de joutes languedociennes par l’association "La Jeune Lance Sportive Mézoise". Dimanche, de 15 h à 17 h, depuis les quais de Port-Argelès

L’eau en fête

"Port-Argelès en fête", un spectacle inédit de son et lumière sur l’eau.

Une eau qui danse sur les plus grands airs d’opéra, des explosions de jets colorés dans un décor unissant Pyrénées et Méditerranée. la promesse d’un voyage au cœur de l’eau, inoubliable et magique, vendredi et samedi, à 22 h sur les bassins de Port-Argelès

Fontaines ludiques et aquatiques

Elles seront visibles sur le plan d’eau du port grâce à la société Atlandid.

 

Vendredi à partir de 16 h, samedi et dimanche à partir de 10 h.

Place à la musique…

Inauguration en musique avec les Cantaïres d’Argelers.

Vendredi à 19 h 30, place Magellan.

Concert des Anxovetes, jeunes groupe de Havaneres de Catalogne sud, féminin dans le chant et masculin à la musique.

Vendredi à 20 h 30, place du Nouveau Monde.

Animations musicales sur l’eau et sur les quais, avec la Fanfare "Diam’s" de Pia, la Cobla "Tres Vents" et "Mister Leu".

Samedi, de 17 h à 22 h

Marché des producteurs en musique avec Sélect Aïoli.

Dimanche de 8 h à 12 h, quai des pêcheurs

Balades en mer et découverte

Balade en mer sur la barque catalane Notre-Dame-de-Consolation en fonction de la météo.

Vendredi, de 14 h 30 à 17 h 30 ; samedi et dimanche de 10 h à 12 h 30. Réservation au 06 88 43 03 71

Initiation au Llagut de rem A bord d’une barque traditionnelle à rame avec GranyotaRem, en fonction de la météo marine.

Samedi, de 10 h à 12 h et 14 h à 16 h ; dimanche, de 10 h à 12 h. Réservation au 06 82 89 03 81

Parkings gratuits

À noter que pour l’occasion le stationnement sera gratuit aux parkings du Racou (500 places), des Plaisanciers (170 places), du Priou (100 places), du stade Cantona (50 places), du Port (250 places), de l’Abat (100 places) et du Grau (200 places).

Pour son 30e anniversaire, Port-Argelès va mettre les petits plats dans les grands avec un festival de réjouissances qui, du vendredi 17 au dimanche 19 septembre, enchanteront petits et grands. Toutes les animations sont gratuites et se déroulent à Port-Argelès, sur les quais et sur l’eau. Au programme

A vos joutes !

Démonstration de joutes languedociennes par l’association "La Jeune Lance Sportive Mézoise". Dimanche, de 15 h à 17 h, depuis les quais de Port-Argelès

L’eau en fête

"Port-Argelès en fête", un spectacle inédit de son et lumière sur l’eau.

Une eau qui danse sur les plus grands airs d’opéra, des explosions de jets colorés dans un décor unissant Pyrénées et Méditerranée. la promesse d’un voyage au cœur de l’eau, inoubliable et magique, vendredi et samedi, à 22 h sur les bassins de Port-Argelès

Fontaines ludiques et aquatiques

Elles seront visibles sur le plan d’eau du port grâce à la société Atlandid.

Vendredi à partir de 16 h, samedi et dimanche à partir de 10 h.

Place à la musique…

Inauguration en musique avec les Cantaïres d’Argelers.

Vendredi à 19 h 30, place Magellan.

Concert des Anxovetes, jeunes groupe de Havaneres de Catalogne sud, féminin dans le chant et masculin à la musique.

Vendredi à 20 h 30, place du Nouveau Monde.

Animations musicales sur l’eau et sur les quais, avec la Fanfare "Diam’s" de Pia, la Cobla "Tres Vents" et "Mister Leu".

Samedi, de 17 h à 22 h

Marché des producteurs en musique avec Sélect Aïoli.

Dimanche de 8 h à 12 h, quai des pêcheurs

Balades en mer et découverte

Balade en mer sur la barque catalane Notre-Dame-de-Consolation en fonction de la météo.

Vendredi, de 14 h 30 à 17 h 30 ; samedi et dimanche de 10 h à 12 h 30. Réservation au 06 88 43 03 71

Initiation au Llagut de rem A bord d’une barque traditionnelle à rame avec GranyotaRem, en fonction de la météo marine.

Samedi, de 10 h à 12 h et 14 h à 16 h ; dimanche, de 10 h à 12 h. Réservation au 06 82 89 03 81

Parkings gratuits

À noter que pour l’occasion le stationnement sera gratuit aux parkings du Racou (500 places), des Plaisanciers (170 places), du Priou (100 places), du stade Cantona (50 places), du Port (250 places), de l’Abat (100 places) et du Grau (200 places).

Pour son 30e anniversaire, Port-Argelès va mettre les petits plats dans les grands avec un festival de réjouissances qui, du vendredi 17 au dimanche 19 septembre, enchanteront petits et grands. Toutes les animations sont gratuites et se déroulent à Port-Argelès, sur les quais et sur l’eau. Au programme

A vos joutes !

Démonstration de joutes languedociennes par l’association "La Jeune Lance Sportive Mézoise". Dimanche, de 15 h à 17 h, depuis les quais de Port-Argelès

L’eau en fête

"Port-Argelès en fête", un spectacle inédit de son et lumière sur l’eau.

Une eau qui danse sur les plus grands airs d’opéra, des explosions de jets colorés dans un décor unissant Pyrénées et Méditerranée. la promesse d’un voyage au cœur de l’eau, inoubliable et magique, vendredi et samedi, à 22 h sur les bassins de Port-Argelès

Fontaines ludiques et aquatiques

Elles seront visibles sur le plan d’eau du port grâce à la société Atlandid.

Vendredi à partir de 16 h, samedi et dimanche à partir de 10 h.

Place à la musique…

Inauguration en musique avec les Cantaïres d’Argelers.

Vendredi à 19 h 30, place Magellan.

Concert des Anxovetes, jeunes groupe de Havaneres de Catalogne sud, féminin dans le chant et masculin à la musique.

Vendredi à 20 h 30, place du Nouveau Monde.

Animations musicales sur l’eau et sur les quais, avec la Fanfare "Diam’s" de Pia, la Cobla "Tres Vents" et "Mister Leu".

Samedi, de 17 h à 22 h

Marché des producteurs en musique avec Sélect Aïoli.

Dimanche de 8 h à 12 h, quai des pêcheurs

Balades en mer et découverte

Balade en mer sur la barque catalane Notre-Dame-de-Consolation en fonction de la météo.

Vendredi, de 14 h 30 à 17 h 30 ; samedi et dimanche de 10 h à 12 h 30. Réservation au 06 88 43 03 71

Initiation au Llagut de rem A bord d’une barque traditionnelle à rame avec GranyotaRem, en fonction de la météo marine.

Samedi, de 10 h à 12 h et 14 h à 16 h ; dimanche, de 10 h à 12 h. Réservation au 06 82 89 03 81

Parkings gratuits

À noter que pour l’occasion le stationnement sera gratuit aux parkings du Racou (500 places), des Plaisanciers (170 places), du Priou (100 places), du stade Cantona (50 places), du Port (250 places), de l’Abat (100 places) et du Grau (200 places).

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens