Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 septembre 2021 3 15 /09 /septembre /2021 09:32
Ronde du temps - Véronique Gilbert - Musée de Sérignan (MRAC) - Château de Valmy -
Ronde du temps - Véronique Gilbert - Musée de Sérignan (MRAC) - Château de Valmy -
Ronde du temps - Véronique Gilbert - Musée de Sérignan (MRAC) - Château de Valmy -
Ronde du temps - Véronique Gilbert - Musée de Sérignan (MRAC) - Château de Valmy -
Ronde du temps - Véronique Gilbert - Musée de Sérignan (MRAC) - Château de Valmy -
Ronde du temps - Véronique Gilbert - Musée de Sérignan (MRAC) - Château de Valmy -

Ronde du temps - Véronique Gilbert - Musée de Sérignan (MRAC) - Château de Valmy -

Rentrée artistique

MRAC

 

à Sérignan

 

Musée régional d'art contemporain

Occitanie / Pyrénées-Méditerranée

146 avenue de la plage, Sérignan

 

Expositions

Derniers jours de Distance ardente

 

 

 

Distance ardente

Jusqu'au 19 septembre 2021

 

Exposition organisée dans le cadre de laSaison Africa2020.

 

Artistes : Mariam Abouzid Souali, Mustapha Akrim, Zainab Andalibe, Mohamed Arejdal, Hicham Ayouch, Hassan Bourkia, Diadji Diop, Simohammed Fettaka, Moataz Nasr, Khalil Nemmaoui, Fatiha Zemmouri

 

Commissariat : Hicham Daoudi

 

DISTANCE ARDENTE

 

 

 

La vie dans l'espace

Jusqu'au 2 janvier 2022

 

Exposition d'œuvres de la collection.

Commissariat : Jill Gasparina

 

La vie dans l’espace a été imaginée à partir de la polysémie du mot espace et conçue comme un regard sur les collections du Mrac, revisitée à partir de principes d’accrochage empruntés à la recherche scientifique, au champ de la fiction, ou plus largement à l’imaginaire spatial.

 

LA VIE DANS L'ESPACE

 

 

Les rendez-vous de septembre

 

 

Entrée gratuite le 1er dimanche du mois 

Programme du dimanche 5 septembre

 

 

 

 

Visite découverte

Distance ardente

à 15h

 

Participez à une visite en compagnie d’une médiatrice et découvrez l’exposition temporaire Distance ardente, conçue dans le cadre de la Saison Africa 2020.

 

Gratuit.

À partir de 3 personnes

Sur réservation : 04 67 17 88 95 ou par mail

 

 

 

 

Visite enseignants

Mercredi 8 septembre à 14h30

 

Présentation de l’exposition La vie dans l’espace aux enseignants par le service éducatif du musée. Le dossier pédagogique des expositions est remis à cette occasion. Inscription pour les visites de classes.

 

Gratuit.

Sur réservation : 04 67 17 88 95 ou par mail

 

EN SAVOIR PLUS

Conférence

"J'aime la couleur. L'espoir fait vivre !"

Samedi 11 septembre à 15h

 

Conférence par Sylvie Lagnier, docteure en histoire de l’art.

Les deux phrases du titre choisi pour la prochaine conférence en résonance avec l’exposition Distance ardente, sont empruntées à deux séries de peintures de l’artiste congolais Chéri Samba, donnant le ton sur les enjeux actuels de l’art contemporain africain.

 

Gratuit

Sur réservation : 04 67 17 88 95 ou par mail

 

 
 

 

 

 

Ateliers BD

avec l’artiste Jimmy Richer

Samedi 11 et dimanche 12 septembre à 15h

 

Dans le cadre du Festival de la BD de Sérignan, participez à un atelier autour de l’univers de la BD avec l’artiste Jimmy Richer.

> Samedi à 15h : atelier en famille à partir de 8 ans.

> Dimanche à 15h : atelier adultes

 

Gratuit.

Sur réservation : 04 67 17 88 95 ou par mail

 

EN SAVOIR PLUS

 

 

 

"Asile Club"

Flash de propagande poétique

Dimanche 12 septembre à 15h

 

"Asile Club", création du collectif Balle Perdue, est un long poème sonore déclamée à 3 voix, accompagnées d'une beat de machines électroniques en live.

"Le texte d’Asile Club fait écho à la parole de Hassan David, jeune ivoirien, qui après des mois de traversée, se retrouve coincé en haut de la barrière de Melilla, frontière entre l’Europe et l’Afrique."

Création de Marlène Llop produit par lecollectif Balle Perdue, collectif d’artistes indépendants, basé à Toulouse.

 

Gratuit.

Sur réservation : 04 67 17 88 95 ou par mail

 

 

Art et censure

 

Le Salon international de Valmy (Pyrénées-Orientales) expose des œuvres censurées par les réseaux sociaux 

 

 

Le salon de Valmy  organise cette année trois expositions. L’une d’entre elles, organisée à l’initiative de Philippe Llech, s’intitule Lieu nettoyé de toute pensée subversive, et est consacré aux oeuvres censurées par les réseaux sociaux. 

Dans ce cadre, suite à notre information de la semaine dernière, relatant les mésaventures de Sonia Modock avec Facebook, le salon a décidé d’intégrer un « funny fuck » de la sculptrice héraultaise dans cette exposition.

Liste des artistes présents dans cette salle : Cyril Annet, Martine Blache, Patrick Delaunay, Victor Dulin, Christian Florio, Gilles Grimoin, Christophe Imagenieur, Adrian Kenyon, Philippe Llech, Alain Lecru, Isabelle Malassis, Patric Marquet, Dominique Mathieu, Bruno Morath, Sonia Modock, Ana Sanjoan, Vallon.

 

  • Le salon de Valmy propose cette année trois expos en une:  En dehors de l’exposition organisée par Philippe Llech, une deuxième concerne l’univers urbain, à l’initiative de l’artiste Steve PROOZ et la troisième présente les œuvres du collectif d’artistes adhérents ARG.

 

 

XXVème salon international d’art de Valmy, Argelès-sur-mer (66)

Du 14 au 29 septembre

Oeuvres recherchées:

  • Sculptures toute matière (2 œuvres par exposant)
  • Œuvres picturales non encadrées sur toile, bois, tissus, alu: toute technique (entre 1 ou 3 œuvres par exposant, max 150 x 120 cm)
  • Œuvres picturales sur papier encadrées, sous verre, plexiglas : toute technique (entre 1 ou 3 œuvres par exposant, max 150 x 120 cm)

INSCRIPTION: sélection par dossier, à envoyer par lettre non recommandée (bulletin d’inscription & infos à demander par téléphone/courriel).

PRIX: 80€.

06 11 18 47 10

arg66700@gmail.com

 

Véronique Gilbert, Pays sages

10 septembre au 30 octobre

Espace des arts Le Boulou

rue des écoles 

Le Boulou, 66160 France 

 

"Pays-Sages", les photos intimistes de Véronique Gilbert au Boulou

https://www.la-clau.net/noticia/15211/pays-sages-les-fotos-intimes-de-veronique-gilbert-al-volo

« La vie est un voyage...

 

La photographie, le plus beau moyen qui m’ait été donné pour le conter. 

 

Pays-Sages est l’un de ces voyages… un voyage intimiste entre France et Espagne frontalière, entre terre et mer, nature et civilisation, lumière et obscurité...

 

Une envolée sur l’arête des heures immobiles où la pensée s’échappe vers des contrées de silence, de vent et de lumière..

 

Entre imaginaire et réalité, poésie et singularité, le spectateur est amené, une fois encore, à regarder autrement le monde qui l’entoure et à s’émerveiller sur la magie qui émane des choses simples du quotidien.

 

Le monde est un cahier d’écolier où s’inscrit jour après jour, notre histoire personnelle. Sur ce cahier qui est mien, les images ont depuis toujours remplacé les mots. »

 

(Véronique Gilbert a été sélectionnée pour le Festival Off 2021).

 

- - -

 

Mairie de Canet-en-Roussillon

 vernissage

Jeudi 16 Septembre à 18h30

 

de l'expo  "REGARD

SUR LA VILLE

 

Peinture

Photographie

17/09

07/11

 

 

"

Alexei

 

 

NAUMOVS

 

 

 

 

 

 

Auguste

CHAUVIN

 

Jean-Claude

LIEHN

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2021 2 14 /09 /septembre /2021 08:48
Polar au Barca : André Bonet nous mène en bateau !

Polar au Barca : André Bonet nous mène en bateau !

 

A Perpignan, on ne voit que l'adjoint à la culture : il est partout, il aime ça ! C'est le quasi maire, en tout cas le premier adjoint préféré d'Aliot ! Le maire a compris qu'il resterait s'il gagnait la bataille culturelle. En effet, la sécurité, le chômage, la crise sociale, c'est du domaine de l'Etat, du Régalien comme on aime à dire aujourd'hui...

 

Voici à présent André au Barcarès : il poursuit l'animation du festival du polar et tente de réanimer le CML...

Celui-ci est dans le coma depuis les élections municipales qui ont choisi un ancien du Front national : le passé ne peut être oublier malgré les volontés de dédiabolisation et d'apparaître comme un homme nouveau...

 

Il y eu la polémique concernant le Prix Méditerranée, disparu...celui du centre d'art W. Benjamin : disparu...

Quant au prix local "Méditerranée Roussillon" qui devrait être proclamé en ce temps de vendanges, nada... Je conseille un certain Adrien, de Prades, jeune lycéen (1) surdoué de 16 ans, auteur de deux livres, déjà, et que nous avons accueilli aux AOC (Assoc des auteurs d'Oc et de Catalogne)...

 

à suivre donc et, en attendant, on pourra retrouver au Lydia les auteurs de polar vivant ici, les amis Catherine Barcelone, Jacques Lavergne, Daniel Hernandez, Philippe Georget, au talent fou !!!

(1) il s'agit de 

BAILLAYRE Adrien 0664669870 dridri66@gmail.com

JPBonnel

 

LE PAQUEBOT DES SABLES S’ANCRE DANS LA LITTÉRATURE DE GENRE

 

Un nouvel équipage d’auteurs prestigieux montera à bord du Lydia du 24 au 26 septembre 2021.

 

Le festival « Méditerranée Polar et Aventure » présente sa 5ème édition, exceptionnellement programmée au mois de septembre pour les raisons sanitaires que l’on connait.

Créé par la ville du Barcarès et le Centre Méditerranéen de Littérature, en partenariat avec le magasin Cultura, le festival regroupera cette année une trentaine d’auteurs de polars et de littérature de l’imaginaire parmi les plus prestigieux du moment.

Conçu comme un carrefour littéraire, cet événement a pour ambition de faire découvrir à chacun de nouveaux genres et de de nouveaux auteurs tout en permettant aux passionnés de rencontrer leurs écrivains favoris.

 

 

AUTEURS DE LA 5ÈME ÉDITION

 

Et des échanges, il y en aura ! La conférence de deux Prix Méditerranée Polar, Fabio Mitchelli, lauréat 2021 avec « Le loup dans la bergerie » (Ed. Robert Laffon) et Fabrice Papillon, qui a obtenu le prix l’an dernier pour « régression » (Ed Belfond), mais aussi « Les auteurs à la barre », des tables-rondes en toute simplicité : Le public pourra y échanger avec les écrivains sur des thèmes aussi variés que :

La géopolitique explorée par la littérature de l’imaginaire

ou encore

Voyager dans d’autres univers par la littérature policière

Les auteurs seront bien sûr disponibles pour dédicacer leurs ouvrages tout au long du festival.

 

 

 

« Méditerranée Polar et Aventure » reste fidèle à ses principes d’animations autour de ses thèmes de prédilection :

 

Une soirée-enquête pour les détectives en herbe

  • Vendredi 24 septembre à 20h30
  • Réservation auprès de Cultura
  • 25 € buffet méditerranéen compris

 

  •  

 

 

Festival Méditerranée Polar et Aventure
Paquebot Lydia (sortie 13)
24, 25 et 26 septembre 2021

  • Pass sanitaire obligatoire
  • Port du masque obligatoire
  • Entrée libre

 

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2021 1 13 /09 /septembre /2021 08:18
W.Benjamin - L'itinéraire - Le chemin WB, mairie de Banyuls - Lire Pajak -
W.Benjamin - L'itinéraire - Le chemin WB, mairie de Banyuls - Lire Pajak -
W.Benjamin - L'itinéraire - Le chemin WB, mairie de Banyuls - Lire Pajak -
W.Benjamin - L'itinéraire - Le chemin WB, mairie de Banyuls - Lire Pajak -
W.Benjamin - L'itinéraire - Le chemin WB, mairie de Banyuls - Lire Pajak -

W.Benjamin - L'itinéraire - Le chemin WB, mairie de Banyuls - Lire Pajak -

Sur les traces de Walter Benjamin

(photos : W.Benjamin - L'itinéraire (la "carte" du Monde, très rudimentaire, cite le col de Banyuls et non Rumpissa, qui est plus loin, à l'est...)  - Le chemin WB, mairie de Banyuls - Lire Pajak -

 

 

Au lieu de tenter de faire partager la souffrance de W. Benjamin lors de son "chemin de croix" du 25 septembre 1940, le pigiste du monde s'attarde sur la végétation et nous conte fleurette...

 

Après avoir décrit, dans le quotidien, il y a quelques semaines, une ville de Sète du passé, aseptisée, sans investiguer les arts contemporains, il décrit à présent une balade de façon pseudo-poétique, en apportant des anecdotes, captées chez lui ou chez l'autre...

 

Cependant, il estima inutile de me citer alors qu'il m'avait contacté pour effectuer ce passage; bénévole, désintéressé, je l'accompagne toute la journée et sous la chaleur; je lui fais connaître, au départ, à Banyuls, l'ami Roger Rull, qui va lui décrire l'hommage à Lisa Fittko, offert à la ville par un Allemand désintéressé. Le "reporter" ne le citera pas, ni l'ancien maire qui fit connaître le chemin tragique, il y a deux décennies...

 

Je donne mon livre au "journaliste" mais en parler signifierait qu'il s'est inspiré de cet essai sur la souffrance, de la description du contexte, par celui qui créa l'association WB sans frontières et dont il est toujours le président (JPB : 06 31 69 09 32): citer notre association ne l'intéresse pas...

 

En revanche, il fut intéressé par Pilar, que je lui fais connaître à Port-Bou. Il la cite largement et il a raison : son petit honneur est sauf, à la fin de son pensum, qui nous écorche le cerveau, comme les épines des figues de barbarie nous griffèrent les mollets, lors de la descente erratique vers la ville catalane...

 

Ingratitude extrême... Article décevant... Le journal Le Monde a intérêt à ne pas confier de si lourdes missions à un supplétif de l'écriture...

 

J.P.Bonnel 

 

* le fameux article (extrait) :

Par Pierre Sorgue

Publié le 10 septembre 2021 

  • Fuyant le nazime, l’intellectuel juif allemand emprunta ce sentier qui traverse la frontière franco-espagnole, de Banyuls jusqu’à Port-Bou, où il se donna la mort. Aujourd’hui, ce chemin porte son nom. Une piste de terre qui grimpe entre la mer, le maquis et les vignes accrochées à la pente.

Terriblement paradoxal. C’est ce que l’on se dit face à la splendeur du panorama en ce matin de grand soleil : derrière les fleurs jaunes scintillantes des genêts, un bouquet de pins maritimes se détache dans l’azur, au-dessus du bleu intense de la mer. Les nuances de vert des bosquets et vignobles coulent en patchwork jusqu’à Banyuls tout en bas, touches impressionnistes de rose et de blanc posées dans le contour du rivage.

La Méditerranée a conservé sa beauté sereine. Mais le sentier qui offre ce point de vue avant de franchir le col et la frontière pour dégringoler vers Port-Bou, premier village de la Catalogne espagnole, est placé sous le signe de la tragédie. Depuis une quinzaine d’années, il est baptisé « chemin Walter Benjamin » pour être le dernier qu’emprunta l’intellectuel juif allemand fuyant le nazisme avant de se suicider dans le petit port pyrénéen, le 26 ou 27 septembre 1940, quand la police espagnole lui refusa l’entrée et menaça de le reconduire vers la France vichyste, complice de la Gestapo.

Le chemin court entre les fleurs mauves des chardons et le vieil or des immortelles, le vent porte des bouffées de thym ou le parfum fumé des genêts.

Une quinzaine de kilomètres de marche, près de 600 mètres de dénivelé, une douzaine d’heures de souffrance pour celui qui, à 48 ans, était cardiaque et usé physiquement, jusqu’à l’échappatoire devenue piège mortel. Du coup, cette voie qui court dans la lumière du midi est celle du désespoir et de la défaite absolue.

En quittant Banyuls…   © Le Monde

 

---------------------

- - - On peut préférer ce texte-ci :

 

***Les pyrénées. 

Sur les traces de Walter Benjamin

Le sentier de randonnée qui relie aujourd’hui Banyuls à Portbou fut un chemin d’exil pour tous ceux qui fuyaient le nazisme. Le philosophe allemand y trouva une fin tragique.

 

Le sculpteur munichois porte à ses lèvres le verre rempli de bière, puis pousse ce soupir de contentement caractéristique de qui étanche une grande soif.

Il a fait chaud pendant la randonnée et, à Portbou, où il s’est installé à l’ombre des platanes élagués, toutes les tables du café sont prises : les autochtones eux aussi se retrouvent sur la rambla [promenade]. Le sculpteur jette un œil alentour.

“Qu’a-t-il bien pu ressentir à son arrivée en Espagne ?” Il était sans doute si éreinté qu’il n’avait plus la force d’éprouver du soulagement, glisse l’amie du sculpteur, un petit bout de femme originaire de Mongolie : il était malade et, comme c’était un intellectuel, il n’avait certainement ni tenue ni chaussures adéquates – et il portait, bien sûr, le porte-documents renfermant son manuscrit [disparu]. Le troisième larron à la table, un réalisateur français, avale les sept dernières olives.

Et commente : “C’est là, à l’hôtel, qu’il se serait tué.” Le Munichois, la Mongole et le Français ont traversé les Pyrénées au départ de Banyuls-sur-Mer, en France, jusqu’à l’Espagne.

Une randonnée sur le “chemin Walter-Benjamin”, c’est-à-dire le sentier par lequel le Berlinois espérait échapper aux nazis en septembre 1940. Dix-sept kilomètres, près de 600 mètres de dénivelé. Ce qui est aujourd’hui un chemin de randonnée était à l’époque l’un des derniers passages vers la liberté. Né le 25 juillet 1892 à Berlin, philosophe, écrivain et traducteur, Walter Benjamin était juif, sympathisant communiste et avait dû s’exiler en 1933, en commençant par gagner à Paris.

Un visa pour les Etats-Unis

Eux-mêmes fugitifs, Lisa et Hans Fittko, elle d’Ukraine, lui de Finsterwalde [dans l’est de l’Allemagne], faisaient passer des gens à Portbou, en Espagne, par les sentiers de contrebandiers. Même sous Franco, il était possible d’y obtenir un visa pour les Etats-Unis. Aujourd’hui, Portbou est une ville frontière doublement superflue : d’abord parce qu’à l’intérieur de l’Europe les frontières n’en sont plus ; ensuite parce que la plus grosse bâtisse de la ville, la gare, n’a quasiment plus lieu d’être.

Pendant des années, les voyageurs devaient y changer de train puisque l’écartement des rails n’était pas le même en France et en Espagne. Et puis, en 2010, la ligne à grande vitesse Perpignan-Figueras a été inaugurée et, depuis lors, Portbou sombre dans l’insignifiance. Mais, à l’époque, c’était un lieu où l’on pouvait acheter sa liberté.Le chemin Walter-Benjamin commence à Banyuls, devant l’hôtel de ville. A partir de Puig del Mas, le sentier grimpe raide. Walter Benjamin et ses deux compagnons de marche étaient les premiers fugitifs que faisait passer Lisa Fittko. Quarante ans plus tard, elle coucha tout sur le papier .

Elle avait prévenu Walter Benjamin que ce serait dangereux et fatigant, mais il aurait répondu : “Le vrai danger, ce serait de ne pas partir.”

Lisa Fittko se souvient dans son livre des vignobles escarpés. “Nous grimpions entre les pieds de vigne alourdis par les grappes sombres, sucrées, presque mûres.” C’est là que “Walter Benjamin a eu un coup de fatigue”. Il était à bout de forces, et ils ont dû l’aider à monter. Plus tard, avec d’autres réfugiés, ils partiraient de bon matin, avec les vignerons. Le maire leur disait bien de ne pas emporter de bagages – “et surtout pas de rucksack !*” Le “sac à dos” était le signe distinctif des Allemands, disait-il.Aujourd’hui, le chemin emprunte en partie des pistes de gravier. Un viticulteur d’une quarantaine d’années descend d’une Renault rongée par la rouille, s’avance dans les vignes et montre les grappes, pas très fournies. C’est comme ça, c’est le temps, dit-il. “ S’il a plu ?” Il part d’un rire guttural. “Pas ici. Ici, il pleut trois fois par an, mais alors c’est le déluge.” Le terrain semble être exclusivement minéral. Sec, comme maçonné.

Le chemin du néant

Lisa Fittko faisait demi-tour à la frontière. L’Espagne aurait été trop dangereuse pour elle. “Comme c’était beau, là-haut !” écrit-elle. C’est encore vrai au col de Rompissa : derrière, le littoral français ; devant, l’Espagne, la côte catalane. Le Français parle d’une autre femme qui venait en aide aux fugitifs : Dina était une passeuse si discrète que même son plus grand admirateur, Aristide Maillol, n’en savait rien. Peintre et sculpteur originaire de Banyuls, il était déjà âgé lorsqu’il trouva sa muse dans la jeune Juive d’Odessa. Quand elle ne lui servait pas de modèle, elle était passeuse dans les Pyrénées, et le vieux Maillol allait à Paris, retrouver son ami Arno Breker.

 

Tout en marchant, on se demande quels arbres et quelles maisons étaient déjà là à l’époque. Du côté espagnol, les panneaux sont accompagnés de la mention “En souvenir de Walter Benjamin”. A Portbou, on peut lire sur le mur d’une usine de la vallée l’inscription “Sortie” à demi effacée. Le mot prend une résonance ironique. Pour Walter Benjamin, après les années d’errance, d’un pays à l’autre, de Berlin à Ibiza, en passant par Paris et Marseille, il n’y avait pas, même aussi près du but, de sortie, d’échappatoire. C’est à Portbou qu’il a appris que personne n’était autorisé à entrer en Espagne sans visa français. Il est enterré à Portbou.

Dans le cimetière catholique, des galets ont été déposés sur l’ancienne tombe du philosophe. A deux pas, Passages, la sculpture de Dani Karavan, montre le chemin de la mer, du néant. Le Français, la Mongole et le Munichois appellent un taxi, qui les ramènera en moins d’une heure à Banyuls-sur-Mer. Il n’y a plus de frontière, il n’y a plus que la mer.

Barbara Schaefer  

Publié le 17/08/2012 

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2021 5 10 /09 /septembre /2021 22:33
Débat à Elne avec M. Feltin-Palas : quel intérêt de parler le catalan en France..? ?

INVITACIÓ PER LA RENTRADA DEL SIOCCAT AMB PAUL MOLAC i Michel FELTIN
PALAS

 

-« El Sindicat intercomunal per la promoció de les llengües occitana i catalana (SIOCCAT) té el plaer de convidar-vos a una intervenció del diputat Paul Molac en visió-conferència des de Bretanya a partir de 17H aquest dissabte 11 de setembre.


Paul Molac és a l’origen de la llei a favor de les llengües regional votada a l’abril i, des de llavors intervinguda pel Consell Constitucional.


Michel Feltin Pallas, redactor en cap a l’Express, autor de la info-lletra, d’abonament gratuït, «Au bout des langues» intervindrà, en presencial, a 18H.


Exposarà, abans de contestar al public a tots aquells que se’n preocupen (pares, estudiants, educadors, elegits, càrrecs dels serveis de l’estat) la seva visió sobre la qüestió , tan important, de: Perquè parlar català quan tothom entén el francès?


El debat serà seguit d’un aperitiu.
La conferència tindrà lloc el dissabte 11 de setembre a 17H a l’Espai Gavroche, Baluard Voltaire a Elna.
Entrada amb presentació del QR codi sanitari ».
El president, Pere Manzanares

 

- - - 

Pourquoi le catalan se porte-t-il mieux en Espagne qu'en France?

 

Alors qu'il s'agit de la même langue, son avenir semble mieux assuré au sud des Pyrénées qu'au nord. Un écart qui ne doit rien au hasard.

 

En France, on croit parfois que le déclin des langues régionales s'expliquerait par une sorte de fatalité. Adaptés à un pays rural, le picard, le breton, l'alsacien et les autres auraient simplement été vaincus par la modernité. Autrement dit, on n'y peut rien. Ce raisonnement a le mérite d'être séduisant. Il n'a qu'un léger défaut : il est entièrement faux.

 

 

Pour s'en convaincre, il suffit d'observer ce qu'il se passe lorsqu'une langue de France est également pratiquée dans un autre pays. Pour cela, prenons, pas tout à fait au hasard, l'exemple du catalan. En commençant par observer les réponses à ces trois questions (1) :

· "Comprend le catalan" : 94% en Espagne, 61% en France.

· "Sait parler catalan" : 80 % en Espagne, 35% en France.

· "L'utilise dans la vie quotidienne" : 36% en Espagne, 8% en France.

Dès lors, de deux choses l'une. Soit le catalan serait adapté à la modernité côté espagnol, mais pas côté français, et j'attends avec gourmandise que l'on m'en donne la raison. Soit cette situation est la conséquence de deux politiques linguistiques différentes. Je ne ferai tomber personne de l'armoire en indiquant que cette seconde explication est la plus convaincante.

Depuis la chute de Franco, le catalan bénéficie en effet dans la région de Barcelone de mesures très favorables. Les administrations utilisent en priorité la langue régionale, tout comme les télévisions et les radios publiques. Mais la disposition la plus décisive concerne l'enseignement. "Les matières fondamentales sont partout enseignées en catalan à l'école primaire, à l'exception naturellement des nombreuses heures dévolues au castillan. La règle est globalement la même dans le secondaire. Quant au supérieur, l'enseignant choisit la langue dans laquelle il est le plus à l'aise", précise l'anthropologue Dominique Blanc. L'objectif est clair : à la fin de sa scolarité, tout élève doit maîtriser le catalan ET l'espagnol. Et c'est ce que l'on observe dans l'immense majorité des cas.

 

LIRE AUSSI >> Crise en Catalogne: "Sans la langue, il n'y a pas de revendication catalane"

 

Reste maintenant à comprendre pourquoi ce qui est réalisé en Espagne semble impossible en France. Plusieurs facteurs se conjuguent.

 

· Une scolarisation plus tardive en Espagne. La généralisation du français a commencé dès le XIXe siècle, alors que celle du castillan est intervenue beaucoup plus tardivement. Lors du retour de la démocratie, le catalan partait donc de moins loin au sud des Pyrénées.

 

· Des connotations positives en Espagne, négatives en France.C'est Franco qui a imposé le castillan (la langue de la région de Madrid) à l'école. Résultat ? Le catalan (comme le basque ou le galicien dans d'autres régions de la Péninsule) symbolise la résistance à la dictature. Rien de tel en France où, à partir de la Révolution, le français a été présenté comme "la langue de la liberté" alors que les langues régionales ont été associées à l'Ancien Régime.

 

· Le rôle de la bourgeoisie. En France, les "élites" ont été les premières à passer au français - un moyen pour elles d'accéder aux meilleures places et de se distinguer du peuple. Rien de tel à Barcelone où, au contraire, la bourgeoisie locale, fière de sa culture, a toujours pratiqué et défendu le catalan.

 

· Un sentiment national plus intense en France. Au cours de l'Histoire, la France a souvent été en conflit avec d'autres puissances européennes, ce qui a eu pour effet de forger un sentiment d'unité nationale. L'Espagne, elle, a connu davantage de guerres civiles. Le sentiment national y est moins puissant qu'en France.

 

· Un Etat plus centralisé en France. Si un Andalou diffère d'un Aragonais et d'un Galicien, la diversité culturelle est plus marquée encore en France quand on compare un Alsacien, un Corse, un Breton et un Aveyronnais - sans même évoquer le cas particulier de l'outre-mer. C'est pour faire tenir ensemble des populations que rien ne prédisposait à partager un destin commun que la France s'est dotée au fil des siècles d'un Etat très centralisé. Et pour la même raison que ledit Etat a cherché à substituer le français aux langues régionales. Le phénomène est beaucoup moins marqué en Espagne.

L'exemple du catalan est d'autant plus intéressant qu'au sud des Pyrénées, la défense de la langue alimente en partie le sentiment séparatiste - je suis sûr que vous pensiez à m'opposer cet argument depuis le début de cet article. Ces événements, cela se comprend, suscitent en France des réticences vis-à-vis des langues régionales de la part de ceux qui sont légitimement attachés à l'indivisibilité de la République.

 

Et pourtant, unité nationale et respect des langues minoritaires ne sont en rien incompatibles. J'en veux pour preuve qu'il existe dans le monde environ 6000 langues pour 200 Etats : le multilinguisme est donc la norme, non l'exception. A Barcelone, il a d'ailleurs fallu l'annulation, en 2010, du statut d'autonomie adopté en 2006 pour voir le vote indépendantiste décoller véritablement. Paradoxalement, c'est le raidissement décidé par Madrid qui a dopé la tentation sécessionniste. Une partie de l'opinion a alors basculé, sur le mode : "Puisque l'autonomie est impossible, alors je choisis l'indépendance." On observe la situation inverse en Suisse, qui reconnaît quatre langues officielles et qui, à moins que quelque chose ne m'ait échappé, ne connaît pas de menace séparatiste.

 

Il est donc deux voies pour faire vivre ensemble des populations différentes. L'uniformisation autoritaire, d'une part ; le respect de la diversité et des droits culturels des minorités, d'autre part. Seule la seconde est compatible avec l'ambition de la France d'être le pays des droits de l'Homme.

 

(1) Etude de 2015 sur les usages linguistiques du catalan en "Catalogne Nord" menée par la Generalitat de Catalunya, le Conseil départemental des Pyrénées-Orientales et l'Institut franco-catalan transfrontalier (IFCT) de l'Université de Perpignan. Les chiffres concernant la "Catalogne Sud" proviennent de la plataforma per la llengua 2018 et de Quim Nadal, ancien rapporteur de la loi de politique linguistique en Catalogne.

 

 

Michel Feltin-Palas

 

mfeltin-palas@lexpress.fr

 

 

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2021 4 09 /09 /septembre /2021 09:28
Aliot détruit le poste de police du quartier le plus chaud de Perpignan

Aliot détruit le poste de police du quartier le plus chaud de Perpignan

 

Il a le plus beau des commissariat dans le plus laid des quartiers et il va le détruire ! A la place il a ouvert la coquille vide de l'ancien restau de La Cigale, bien plus loin, bien plus inutile... Il grille notre argent, le maire ! C'est lui, la vraie cigale !

 

Depuis son mariage, il tourne à l'envers : il veut, Loulou, construire des postes policiers et il commence par détruire celui de Cassanyes, au coeur du ghetto gitano-marocain ! Soit-disant pour en chasser les revendeurs de drogue ! Mais oui, vont aller ailleurs, à St-Mathieu, au Vernet...

Ah oui, ils y sont déjà ?

 

Alors qu'ils aillent dans les quartiers huppés ! Ils sont cons, ces dealers et chouffeurs : ils stagnent dans les rues misérables au lieu de trouver de l'argent dans les quartiers résidentiels... Les Aviateurs, Château-Roussillon...d'ailleurs c'est eux, les riches, les bobos, les pseudo-intellos, les gitano-gauchistes qui achètent la coke : faut traquer d'abord les consommateurs, pas les sous-fifres ! Et aussi les producteurs : les Talibans à 90% et le Maroc à 10% : que l'Europe leur envoie quelques bombardiers et pourchasse les intermédiaires et les gros bonnets...

 

Mais non on n'y touchera pas !

 

On attrape quelques petits délinquants, on fait semblant de rénover un quartier, on a en tête une opération immobilière et des pots de vin au passage... On agite le bon peuple qui a peur, on lui dit :

"Vote pour nous, pour le RN ! et tu verras, ça changera, mon gars !"

 

Il est pas fou, Lou, il délire pas complet, encore, même si la Véro, elle lui apprend la nique, la vraie, pas celle du politicien qui détruit des commissariat quand il passe son temps à en réclamer...

 

 

JPB  (9 sept. 2021)

 

 

- - - rubrique du "copier-coller"

 

Drogue : à Perpignan, on rase un immeuble pour chasser les dealers

 

Cette semaine, grand branle-bas de combat au cœur du quartier Saint Jacques de Perpignan. La municipalité dirigée par le maire RN Louis Aliot a décidé de raser un immeuble entier pour lutter contre la drogue. Les dealers sont priés de déguerpir… S’ils le veulent bien.

 

Perpignan (Pyrénées-Orientales). La rénovation du quartier Saint-Jacques de Perpignan (Pyrénées-Orientales) est lancée. L’immeuble Bétriu va être rasé dans l'espoir, pour la municipalité, de mettre un terme aux trafics. LP/Christian Goutorber

 

 

Par Christian Goutorbe 

Le 7 septembre 2021 à 12h28

Le grand chantier de rénovation urbaine du quartier Saint-Jacques de Perpignan (Pyrénées-Orientales) est lancé. Le geste le plus spectaculaire contractualisé avec l’agence nationale de Rénovation urbaine (ANRU), consiste à détruire purement et simplement l’immeuble Bétriu. Il s’agit d’une bâtisse en béton moderne et en bon état, inauguré voici moins de trente ans et situé à l’angle de la place Cassanyes.

Le bâtiment de 800 mètres carrés construit sur une parcelle de 1200 mètres carrés appartenait à l’Office HLM. Il a été racheté par la ville 1 million d’euros pour être détruit. Il comprend 35 appartements HLM dont les 25 derniers occupants ont été relogés. Il hébergeait voici quelques années un commissariat de la police nationale. Il est devenu au fil des ans, un des principaux lieux de deal du quartier.

Coût de la rénovation du quartier : 70 millions d’euros

« Nous n’accepterons jamais, que les habitants du quartier Saint-Jacques, comme d’ailleurs l’ensemble des Perpignanais, puissent être les otages de quelques individus ou de quelques clans qui estiment pouvoir dicter leurs propres lois. Concernant Bétriu, qui constitue un secteur clé pour l’avenir de Saint-Jacques, force est de constater que la situation se détériore de jour en jour. Le trafic de drogue a pris une ampleur considérable et menace directement la sécurité de l’ensemble des habitants du quartier. Il est donc impératif de reconquérir au plus vite ce secteur », argumenteLouis Aliot le maire RN de Perpignan.

 

À lire aussiLe maire RN de Perpignan érige un mur contre les dealers

 

Ledit plan de rénovation représente un investissement de 70 millions d’euros pour rénover et restructurer un large périmètre de ce quartier déshérité pour l’amarrer au centre commerçant. « Lorsque le commissariat existait, il fermait ses portes à 19 heures et le business de la drogue démarrait cinq minutes plus tard. Depuis sa fermeture, c’est toute la journée. Sans doute faut-il couper le pied à un moment donné afin de garder la jambe et de rester en vie », commente Aziz Sebhaoui, président de l’association des commerçants qui attend beaucoup de la réhabilitation de la rue Llucia, principal lieu de passage entre le cœur du quartier Saint Jacques et le centre Perpignan. « La destruction de cet immeuble, le plus beau et le plus solide de Saint Jacques va-t-elle permettre de stopper le deal dans le quartier de la ville ? Je n’en suis pas vraiment sûr », s’interroge un des habitants du quartier qui met en avant l’extrême mobilité et la réactivité des marchands de drogue du coin de la rue. Le « grand chantier Bétriu » doit durer jusqu’à la fin octobre.

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2021 3 08 /09 /septembre /2021 10:06
Concert exceptionnel à Banyuls : la guitare de J.F. ORTIZ pour Walter BENJAMIN sans frontières
Concert exceptionnel à Banyuls : la guitare de J.F. ORTIZ pour Walter BENJAMIN sans frontières

Concert exceptionnel à Banyuls-sur-mer : la guitare de J.F. ORTIZ pour Walter BENJAMIN sans frontières

 

Il jouera encore les grands morceaux de la guitare classique et les chefs-d'oeuvre de ses maîtres tel A. Segovia.

Juan Francisco jouera pour l'association W. Benjamin (dénigrée par quelques universitaires parisiens jaloux, volant au créateur du prix européen W.B. son initiative et adressant des communiqués trompeurs et mensongers à tous les journaux "de gauche" qui publièrent sans investigation...)

 

JF. Ortiz défend les valeurs républicaines, rappelle la mémoire tragique de 1936 à 1945 : le franquisme, le nazisme, les camps, l'idéologie mortifère d'extrême-droite qui récupère les valeurs républicaines pour mieux nous berner !

 

Notre ami J.F. Ortiz est un homme généreux qui offre des concerts de façon bénévole et désintéressée. Il ne jouera pas à Perpignan pour la nouvelle mairie, comme les autres associations de la pseudo-gauche qui ne cherchent que gloire, salles et subventions...

 

Merci Francisco !

 

J.P.Bonnel

 

Concert exceptionnel à Banyuls de Juan-Francisco ORTIZ : hommage à ses maîtres. Entrée libre. 

vendredi 17 septembre 2021, à18h...Eglise de la Rectorie, à Banyuls sur mer.

 

06 31 69 09 32

 

Juan Francisco Ortiz est un guitariste et compositeur franco-espagnol né le 11 septembre 1947. Professeur certifié « hors classe » de guitare au CNR de Perpignan.

 

Il étudie avec Ramon Cueto, Ida Presti et Alexandre Lagoya et Andrés Segovia entre autres. Développe depuis une vingtaine d’années une carrière internationale qui le mène dans de nombreux pays : États-Unis, Russie, Espagne, Costa Rica (qui le nomme membre honoraire de la Sociedad Guitarrística Costarricense et lui décerne la distinction "Honor al Mérito" en 1988),Argentine (Citoyen d’Honneur de San Ignacio), Honduras (Citoyen d’Honneur de San Pedro Sula), Salvador, Chili, Mexique, Brésil, Pérou, Turquie, Pologne, Yougoslavie, Biélorussie,Bulgarie, Roumanie, Allemagne, Italie, Suisse, Maroc, Algérie, Finlande

 

Il joue dans les maisons natales de Claude Debussy à Saint Germain en Laye, Miguel Hernandez à Orihuela, Federico Garcia Lorca à Fuentes Vaqueros, au musée Andrès Segovia de Linares (Espagne). Dans la maison de Georges Enesco à Tescani (Roumanie). Au musée Heitor Villa Lobos de Rio de Janeiro (Brésil). Invité par la Fondation Barrios Mangoré il joue au théâtre national de San Salvador (Salvador) devant deux élèves du maître paraguayen.[1] 

 

Il crée en 1974 le stage des « Guitares en Saubestre » qui se prolonge en Alsace et continue actuellement en Andalousie avec el « Curso Internacional del Condado ».

 

Sa discographie comprend actuellement six CD de musique inédite, sortant de l’oublie des compositeurs : François de Fossa – l’œuvre pour guitare seule ; Maestro Antonio J.Manjón ; Amigos… ; La guitarra Española de Juan Parga et La Guitarra de Garcia Lorca et Tangos de la Guardia Vieja y Prostibularios…

 

Membre du jury du concours Vicente Ascenció à Valencia, du concours Andrès Segovia à Linares, il est nommé Président du jury du concours Luis Milan à l’Olleria en Espagne et du concours national de Pachuca au Mexique.

 

Festivals et salles prestigieuses

 

Invité entre autres aux festivals de Kaluga, Tula et Moscou (Russie), Lima (Pérou), Sainz de la Maza à Burgos, Andrès Segovia à Linares (Espagne), Gomel (Belarus), Velingrad (Bulgarie), Morelia (Mexique), Buenos Aires (Argentine) Cagliari (Italie)…

Il joue entre autres dans des salles prestigieuses comme la salle Pollini à Padoue (Italie), l’Ateneu de Bucarest (Roumanie), l’Auditorium de Radio Alger (Algérie), le théâtre du Lucernaire à Paris, l’Anteneo de Madrid (Espagne) etc.

 

 

Nommé Chevalier de l’Ordre des Palmes Académiques en janvier 1985, en mai 2001, il est récompensé par la Médaille d’Argent de l’Académie des Arts, Sciences et Lettres et en septembre il est décoré de la Croix d’Argent du Mérite et Dévouement français. En 2003, il obtient pour son travail la récompense "21st Century Award of Achievement" de l’Université de Cambridge (Angleterre).

 

 

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2021 2 07 /09 /septembre /2021 10:05
F. Caruana et mère Méditerranée - reconnaissance des langues régionales à Elne -
F. Caruana et mère Méditerranée - reconnaissance des langues régionales à Elne -
F. Caruana et mère Méditerranée - reconnaissance des langues régionales à Elne -
F. Caruana et mère Méditerranée - reconnaissance des langues régionales à Elne -
F. Caruana et mère Méditerranée - reconnaissance des langues régionales à Elne -
F. Caruana et mère Méditerranée - reconnaissance des langues régionales à Elne -

F. Caruana et mère Méditerranée - reconnaissance des langues régionales à Elne -

Francesca CARRUANA

 

A Perpignan, un nouveau lieu pour la Mère Méditerranée de Francesca Caruana

 

La décision avait été prise par l’ancienne municipalité, mais elle vient d’être actée: la sculpture de Francesca Caruana a changé de place, à la grande satisfaction de l’artiste.

Anciennement située square Jantet-Violet, la voici maintenant sise sur l’esplanade du Couvent des Minimes, lieu privilégié par son passé historique, au carrefour des cultures qui font la pluralité de ce quartier, avec l’immense espoir que les violences sociales, politiques et religieuses se dissolvent dans ce symbole de paix“.

 

crédit: Francesca Caruana

 

- - - - -

 

ROBERT VINAS

 

Lundi 13 septembre 2021 à 18h30

 

au Théâtre de l'Étang à Saint Estève

Les Templiers

de l'histoire au mythe

par Robert VINAS

Le concile de Vienne aboutit en avril 1312 à la suppression administrative de l’Ordre du Temple – pas à sa condamnation - par le pape Clément V.

Son successeur, le pape Jean XXII, confirme la mesure et interdit de reconstituer l’Ordre sous peine d’excommunication. Pour l’historien comme pour le juriste, l’histoire du Temple est terminée.

Cependant cette histoire agite toujours les esprits des hommes du XXI° siècle qui continuent à s’interroger et à fantasmer. Car tout ce qui était clair est devenu trouble malgré le volume des documents authentiques dont nous disposons aujourd’hui pour écrire l’histoire véridique du Temple.

À l’histoire de l’ordre bien connue, et à sa mort (un procès d’inquisition bien ficelé), a succédé une nouvelle vie avec ses secrets, ses trésors cachés et ses mystères.

Robert Vinas :

Robert Vinas est un Catalan, né à Ria. Une carrière d’enseignant puis de directeur d’établissement culturel français à l’étranger l’a conduit successivement au Brésil, au Mexique, à Hong Kong, et enfin en Algérie et en France en tant que proviseur de lycée.

Écrivain et conférencier, il se consacre désormais à l’histoire du Roussillon et de la Catalogne

CEPS en entrée libre et gratuite

Les contraintes liées à la situation sanitaire actuelle devront être obligatoirement respectées : à l'entrée, Pass sanitaire ou justificatifs agréés ainsi que le port du masque, gel hydroalcoolique, distanciation physique...)

ELNE

 

INVITACIÓ PER LA RENTRADA DEL SIOCCAT AMB PAUL MOLAC i Michel FELTIN PALAS

El Sindicat intercomunal per la promoció de les llengües occitana i catalana (SIOCCAT) té el plaer de convidar-vos a una intervenció del diputat Paul Molac en visió-conferència des de Bretanya a partir de 17H aquest dissabte 11 de setembre.


Paul Molac és a l’origen de la llei a favor de les llengües regional votada a l’abril i, des de llavors intervinguda pel Consell Constitucional.

Michel Feltin Pallas, redactor en cap a l’Express, autor de la info-lletra, d’abonament gratuït, «Au bout des langues» intervindrà, en presencial, a 18H.


Exposarà, abans de contestar al public a tots aquells que se’n preocupen (pares, estudiants, educadors, elegits, càrrecs dels serveis de l’estat) la seva visió sobre la qüestió , tan important, de: Perquè parlar català quan tothom entén el francès?

 

El debat serà seguit d’un aperitiu.

La conferència tindrà lloc el dissabte 11 de setembre a 17H a l’Espai Gavroche, Baluard Voltaire a Elna.

Entrada amb presentació del QR codi sanitari.

El president, Pere Manzanares

 

INVITATION A LA RENTREE DU SIOCCAT AVEC PAUL MOLAC ET MICHEL FELTIN PALAS

Le Syndicat intercommunal pour la promotion des langues occitane et catalane (SIOCCAT), a le plaisir de vous convier à assister à une intervention du député Paul Molac en visioconférence depuis la Bretagne à partir de 17H ce samedi 11 septembre.


Paul Molac est à l'origine de la loi votée en avril sur la reconnaissance des langues régionales qui a été retoquée par le Conseil Constitutionnel.

 

Michel Feltin-Palas, rédacteur en chef à l’hebdomadaire l'Express, auteur de l’infolettre, en abonnement gratuit, "Au bout des langues" interviendra, en présentiel à 18H.


Il dissertera, avant de répondra à l’attention du public et de ceux qui s’interrogent (parents, élèves, enseignants, élus, décideurs et servives de l’état) autour de la question, apparemment anodine, : Pourquoi parler catalan alors que tour le monde comprend le français?

Un débat suivra la conférence.

Enfin, un apéritif clôturera de façon conviviale la réunion.

La conférence aura lieu le samedi 11 septembre à 17h à l'Espace Gavroche, Boulevard Voltaire à Elne.

Entrée libre avec présentation du QR code sanitaire.

 

Le Président, Pere Manzanares

SIOCCAT, Ancien Hôpital militaire, 32 rue Maréchal Foch, 66000 Perpignan Tél. : 04 68 85 82 01 Courriel : sioccat@gmail.com

www.sioccat.com

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2021 1 06 /09 /septembre /2021 10:06
Renada Laura-Portet, une mémoire culturelle en Catalogne

Renada Laura-Portet, une mémoire culturelle en Catalogne

 

C'est un entretien datant de six ans, à bâtons rompus, sans structuration, mais qui montre le franc-parler de Renada : elle attaquait en particulier les universitaires de Perpignan, incapables, selon elle, et voleurs de ses textes...

Cela rappelle les critiques actuelles de Manuella Kant, dans Le Menstruel de Perpignanouze, où elle révèle (mais sans véritables preuves) les agissements de certains, autour de M. Llorente, ancien président : trafics de diplômes, harcellement sexuel...

 

* Livre à paraître fin 2021 : Une Mémoire culturelle en Pays catalan

--- 

 Entretien - à bâtons rompus

 

"On était habillées en CATALANETTES.

Souvenir de Prades :

 

 CASALS AVAIT DES MAINS RONDES; IL VENAIT D'AVOIR SOIXANTE-DIX ANS. ON A PARLÉ DE BAILLESTAVY; IL M'A PRIS LE BRAS et il m'a accompagnée à sa loge. Un grand silence… ENSUITE, LE COUP D'ARCHER…

 

Il vivait alors avec Madame Capdeville la Barcelonaise. Il n'a pas vécu à Barcelone, mais selon la tradition, il y eut le voyage de noces à Barcelone…

 

A l'âge de quatre ans, je pars en diligence du Boulou jusqu'au Perthus, pour un mariage…Le Perthus n'a jamais été une frontière… 

 

J'ai commencé à écrire à l'âge de neuf ans, l'époque du certificat d'études. Mon instituteur m'a pris un cahier pour noter toutes mes rédactions. A propos de  cette scène de mariage, il m'a demandé :"On t'a aidée ?"

J'ai commencé à écrire sérieusement à l'âge de trente-huit ans : pendant les vacances à Cucugnan, chez mes cousins germains, de gros propriétaires.

 

Pendant la guerre, à cause de la mort d'une jeune fille, on a eu les Sénégalais à Saint-Paul : à cette occasion, j'ai écrit mon premier poème…"

 

Renada a obtenu un certificat de grammaire française avec Bourciez, et quatre certificats de phonétique; elle a écrit en outre deux essais sur la toponymie et de nombreux "tirés à part" extraits d'ouvrages collectifs. Une thèse  a été présentée à l'université de Figueres ainsi que son l'oeuvre poétique. Quant à son texte sur Venise, Christian Camps, président des Hispanistes et Catalans, a été contacté par un spécialiste de l'université de Venise. 

 

"Mon Rigaudaud (biographie du peintre de cour H. Rigaud - Rigau en catalan) a été écrit dans un ton ironique et dérisoire…En catalan, "Rigaud est la rose gratte-cul"…

 

Mon dernier livre sur Duoda, Comtesse de Barcelone, femme de Bernard de Septimanie, décapité à Toulouse par Charles le Chauve, son demi-frère… Duoda, princesse carolingienne du IX° siècle, a écrit un livre unique sur son fils : j'ai effectué des recherches sur ce manuscrit perdu, puis reconstitué cette histoire écrite en latin… J'aime la recherche et la littérature.

 

En 1979, prix littéraire à Barcelone et prix de la ville de Perpignan; l'éditeur Xavier d'Artois veut alors publier mon carnet de nouvelles : j'ai signé, mais le livre a été vite fait, vite diffusé à Barcelone : une mauvaise édition ! J'ai prié le Canigou de ma grand-mère !!!

 

Le recueil de poèmes de 1985 se situe entre fiction, traductions du latin, de l'ancien français, du catalan…J'ai enseigné l'onomastique au CNRS à Paris; j'ai fait des conférences sur les Troubadours (M.Michel Adroher ne me cite pas, mais il me pille ! quant à Peytavi, voici un autre pilleur…

 

Le livre est publié à Montpellier et à Barcelone : il devrait être présenté à Paris, mais mon mari, Jean Portet, est mort la veille…

En 2009, je présente le livre à l'annexe de la Sorbonne et à l'institut d'études catalanes, dans le Marais…"

 

Renada Laura Portet 

 

vient de nous quitter. Elle s’est éteinte ce dimanche 5 septembre à l’âge de 94 ans à Elne. Avec elle disparaît l’une des plus grandes écrivaines de langue catalane de notre région. Après le décès de Teresa Rebull et dernièrement celui d’Éliane Comelade, c’est la troisième grande Dame du Pays Catalan qui disparaît.

 

Auteure d’une œuvre abondante qui lui aura valu la Croix de la Sant Jordi, la plus grande distinction de la Catalogne, linguiste, mais aussi romancière et poète, Renada Laura Portet était native de Saint-Paul de Fenouillet.

 

Balzac Éditeur a accompagné l’écrivain par la publication en langue française de sa biographie du peintre, originaire de Perpignan, Hyacinthe Rigaud à qui elle a consacré une biographie romancée : “Rigaud, peintre Catalan à la cour du Roi Soleil” Balzac Éditeur (2014) et qui devrait être republié en poche très prochainement toujours chez Balzac Éditeur.

Native du Fenouillèdes dans le département des Pyrénées-Orientales, cela, au départ, n’aurait pas dû la favoriser pour la diffusion de son œuvre littéraire ni pour l’accueil qui pouvait lui être fait à Barcelone. Mais malgré cela Renada Laura Portet aura su imposer son nom et son œuvre sur l’ensemble des Pays Catalans.

 

Avec son départ, c’est toute une génération de nos auteurs de langue catalane qui disparaît ; génération qui avec Jordi Pere Cerda avait su défendre la littérature d’expression catalane dans cette région où notre langue est si malmenée…. 

 

La Semaine du Roussillon

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2021 5 03 /09 /septembre /2021 08:42
Couverture Indép - Site et livre de J. Gautrand -
Couverture Indép - Site et livre de J. Gautrand -
Couverture Indép - Site et livre de J. Gautrand -
Couverture Indép - Site et livre de J. Gautrand -
Couverture Indép - Site et livre de J. Gautrand -
Couverture Indép - Site et livre de J. Gautrand -

Couverture Indép - Site et livre de J. Gautrand -

Jacques Gautrand, d'Elne à Paris :

nouveau recueil poétique 

 

Journaliste, animateur et conférencier spécialiste de l'économie et des entreprises

Jacques Gautrand

Jacques Gautrand est un spécialiste de l’économie et des entreprises, notamment PME/ETI. En contact régulier avec des chefs d’entreprise, des créateurs, des réseaux professionnels, des élus ...

 

Journaliste économique, blogueur, fondateur de http://consulendo.com : un regard indépendant sur l'économie/les entreprises/le management. Président 

 

@AJ_PME

consulendo.com A rejoint Twitter en février 2014

 

 

Economie

  • Journaliste économique, spécialiste des sujets Economie, Entreprises, Management et Communication
  • Diplômé de l’Institut d’Études Politiques de Paris et titulaire d’un DES de Sciences Politiques de la Sorbonne
  • Fondateur et éditeur du Webzine Consulendo.com : « Un regard indépendant sur l’Economie et L’Entreprise »
  • Ex collaborateur dans différents Groupes de Presse et d’édition : Groupe JA, Groupe Expansion, DI Group, L’Express…
  • Spécialiste de l’entrepreneuriat, des problématiques de développement des entreprises et des territoires, avecune grande expérience de l’animation de conférences, colloques, tables rondes… pour un public de cadres dirigeants et de chefs d’entreprise (intervention dans de nombreux salons professionnels : Salon des Entrepreneurs, Franchise Expo Paris, Euromed Capital Forum, Top Franchise Med…)
  • Speaker sur des sujets économie, entrepreneuriat ou communication
  • Auteur de « L’Empire des Ecrans » ; co-auteur du « Guide Complet de la Franchise » (L’Express éditions) et du « Guide des 100 Villes qui font l’économie française » (en partenariat avec Les Echos) 

 

** Recueil "Les Heures Blanches"  vient de sortir aux éditions Unicité:

http://www.editions-unicite.fr/auteurs/GAUTRAND-Jacques/les-heures-blanches/index.php

 

présentation par la directrice de collection, Anne de Commines:

 

"A travers Les Heures Blanches, Jacques Gautrand nous livre nos perpétuelles genèses où percent les grâces de la lumière. Elles nous attendent et nous signent lorsqu’une rencontre éclair a insolé nos mémoires. 

La poésie nous invente et met à vif la pulpe de nos solitudes quand l’écriture naît de l’exil /de l'impatience des jours. 

 

 Jacques Gautrand transcrit les traces fécondes de nos joies et de nos habiles raretés dans le vœu du jour. Je suis l’Argonaute / Des abysses de ton corps. / Entends le jour qui vient / Sur des battements d’ailes, chuchote-t-il lorsque le livre devient muet. Pour l’auteur, les heures blanches ce sont « ces heures que l’on croyait à jamais perdues, gaspillées, et qui resurgissent un jour fortuitement en nous, avec une force que l’on ne soupçonnait pas… comme si elles ouvraient une brèche lumineuse dans la finitude du temps." 

AdC

 

Jacques Gautrand

Consulendo.com

www.consulendo.com>>>un regard indépendant sur l'économie et l'entreprise>>>

Tél.:     01 48 83 06 56
Mobile: 06 78 81 21 73

 

Indépendant : une abonnée en colère ! 

 

Colère contre le service des abonnements de L'Indépendant  

 

Une fidèle lectrice du blogabonnel m'écrit :

 

Le détail des événements avec le service...

 

Service abonnés du journal L'Indépendant 

 

Suite à un banal changement de carte, le prélèvement a été refusé par la banque.

La livraison des journaux est interrompue, absente de mon domicile, je ne réponds pas immédiatement.

 Quelques jours plus tard, à la suite de mon appel, un employé me demande d'aller sur le site de l'indépendant pour régulariser.

Après avoir navigué sur leur site, puis sur mon compte, aucun montant n'est réclamé ! Je découvre que l'on propose aux futurs abonnés de recevoir les journaux pour 1 euro ! 

Je décide de remplir le formulaire pour profiter de cette offre...

Au moment de finaliser et de précéder au règlement, ma demande n'est pas validée !  

 

Je rappelle le service des abonnés, l'employée en examinant mon dossier constate un refus pour  non-paiement. Et quelques secondes plus tard s'aperçoit que la somme a été encaissée,  mais le dossier est toujours bloqué ! 

 

Pas de livraison de tout le mois d'août ! 

"Je me renseigne auprès du service comptabilité, et je vous rappelle". 

 

Sans réponse au bout de 48 h, je contacte à nouveau le service abonné, où bien sûr, ce n'est pas la même personne, qui me dit : "si elle vous a dit qu'elle allait vous rappeler, attendez, c'est une plateforme, je ne sais pas qui vous a répondu ! ".

 

Toujours sans réponse; je rappelle à nouveau, en haussant le ton, merci de me passer une autre personne ! Elle consent enfin à regarder mon dossier, comme par hasard, elle découvre l identité de mon interlocutrice  et tente de la joindre, sans succès.

 

 "Je lui envoie un mail et lui demande de vous rappeler"  

Dans combien de temps ?  

 

Après avoir raccroché, j'ai le sentiment : "moins on en fait, mieux on se porte". 

 

Ce manque de professionnalisme est inadmissible, ce quotidien n'est pourtant pas mieux de ses ventes puisqu'il offre des cadeaux et bouteilles de vin aux futurs abonnés…

 

Après de nombreux échanges, la responsable s'est excusée et a promis que le journal serait livré ce samedi 4 septembre à domicile (Laroque des Albères)...

 

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2021 4 02 /09 /septembre /2021 09:38
Massoud - Photo de Pauline Dupin -
Massoud - Photo de Pauline Dupin -
Massoud - Photo de Pauline Dupin -

Massoud - Photo de Pauline Dupin -

Aliot récupère Massoud 

et

La clique de Visa est là -

Ils sont tous venus, les anciens maires (Aliot, Alduy), ceux qui ont affaire avec la justice (Aliot, Donnedieu de Vabres), et les autres, les suivistes qui financent le plus grand événement catastrophique du monde, dans une ville qui, elle-même, est une cata et devrait s'interroger sur elle, d'abord, avant de mettre en scène les horreurs de la guerre, de la famine, de l'exploitation des peuples...

 

Le pire cynique, c'est le nouveau maire qui, impuissant à faire bouger les lignes, fait dans la vaine concertation (avec le quartier Saint-Jacques) et la communication : je suis pas le diable, suis républicain, jamais d'extrême-droite je fus, et d'ailleurs, voyez j'expose le portrait de Massoud, le lion du Panchir, l'ami du grand intello de gauche B.Henri Levy... La gauche ne fait pas mieux, d'ailleurs elle ne dit rien, à Perpignan, et la Région socialiste vient à mon vernissage et me donne des millions !!!

 

 

 

- - -

 

Pauline Dupin : expo photos à Céret -

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Pauline Dupin
 
vernissage le 04/09/2021

 

 
Expo du 4/09/2021 au 23/10/2021

 

Premiers pas

Premiers pas est un récit poétique dont le point de départ se situe dans mes origines roumaines longtemps fantasmées. Un prétexte à partir pour saisir des fragments d’histoires de femmes, un désir de se perdre soi-même dans le silence hivernal des longs voyages en train, de la Mer Noire jusqu’aux lisières de l’Ukraine.

 

Il évoque mes errances de cette première expérience du voyage solitaire au sein d’une Roumanie intime où je n’ai cessé de rechercher des figures féminines comme autant de projections de mon histoire personnelle.

 

Dans le bleu du ciel, dans l’appartement aux plafonds hauts de Bucarest, dans la neige sourde, dans les yeux clairs de Marie, dans les nappes brodées de Breb, dans les collines de Transylvanie, j’ai trouvé mille foyers.

 

 

Née en 1995 dans le sud de la France, je me forme durant trois ans à l’Institut des Arts de Toulouse jusqu’en 2017, j’intègre par la suite l’ETPA – école de photographie – où j’obtiens mon diplôme avec une mention spéciale en septembre 2020. Adepte du portrait, ma démarche photographique tend à questionner le lien qu’entretiennent les femmes avec leur environnement, au cours de leur vie et de leur évolution personnelle. La naissance, la vieillesse, les notions de filiation sont autant d’éléments de recherche qui composent mon travail. Je tente à travers mes images de faire apparaître l’intimité de ces personnes par une certaine lumière afin de déceler des histoires singulières.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens