Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 novembre 2014 6 01 /11 /novembre /2014 11:26
Louane Emera et Eric Lartigau
Louane Emera et Eric Lartigau

Je remercie ici Jacques FONT pour m'avoir invité à l'avant-première de la nouvelle comédie d'Eric Lartigau "La famille Bélier" au Méga Castillet de Perpignan (jeudi 30 octobre, sortie nationale le 17 décembre)

Si ...

Si vous aimez la fraîcheur, le naturel, le monde paysan...

le film français simple et profond à la fois...

la voix, les voix, celle de Louante et sa gaîté, son entrain, sa joie de vivre...

la Maîtrise de Radio-France, reçue à Elne en juillet dernier (2013) à la Cathédrale ...

ensemble superbe et sympathique...

Si vous aimez l'amour, du couple, de la famille, des ados qui se cherchent...

le courage, la volonté de ces jeunes d'aujourd'hui, qu'on n'encourage pas toujours...

si vous aimez rire, sortir de salle de ciné avec l'envie de changer le monde, les poumons plein d'un air nouveau et l'esprit sain, serein, rempli de rires...

Si vous aimez le langage crû de cet insolite prof de musique,

si vous aimez la voix, encore et encore…THE VOICE qui fit découvrir LOUANE la si douée et la si modeste ... la si spontanée, qui pleure en évoquant ses parents, la mort de son père, devant nous, public immense du Mégacastillet…

Si vous aimez que l'on se moque de ces maires véreux, de ces politiciens menteurs...

alors, n'hésitez plus, sortez de votre coquille, de votre villa, château ou HLM et ...

courez voir La Famille Bélier, beau cadeau de Noël !!!

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2014 5 31 /10 /octobre /2014 10:59
Guy Jacquet
Guy Jacquet

Je remercie ici chaleureusement Guy Jacquet pour m'avoir adressé ce beau texte plein d'humour et de poésie.

Le blogabonnel publiera d'autres points de vue de ce formidable acteur-créateur, et d'autres amis : Jacques Gautrand, Jean Iglésis, familiers de ces pages, et de bien d'autres : la parole est à vous, lecteurs sympathisants ou pas ...

Sauf les petits frustrés anonymes, qui, à l'occasion d'un article, sur le récent texte : "JMPujol, le disparu de Perpignan", écrivent un commentaire méchant mais peu courageux… Je préfère l'opinion colérique de Michel Pinell qui, lui, au moins, signe son morceau d'humeur…

Je dois dire que ma polémique avec le maire de Perpignan a battu tous les records d'audience depuis la création de ce nouveau blog : plusieurs milliers de visiteurs uniques ! Il est vrai que le texte a été relayé par twitter, facebook, linkedin, google et le sympathique "Archipel contre-attaque" de Nicolas Caudeville; merci à lui !

Dans les jours qui viennent, la parole au maire de Perpignan : "La vérité de J.Marc PUJOL."

 

 

    CORRID'ART ???

 

 

ET ALLEZ DONC, ÇA RECOMMENCE !!!!

 

 

Au motif que je n’aime pas la corrida et milite contre, le sémillant directeur des arènes de Nîmes m'avait traité il y a quelques années dans un débat sur Radio France, de ''pédé végétarien'' (sic) 

Je lui avait simplement dit que ma libido n'était qu'à moi, et qu'en outre,  ce n'était pas avec sa petite banderille, qu'il risquait de m'encornuculer ! Tout le monde était plié(en direct!),,, sauf lui ! Et, aujourd'hui, voilà qu'à l'orée des ultimes tueries de l'année, ''on'' vient m'insulter (anonymement) sur mon portable.

Alors que répondre ? Simplement, et encore , ceci : 

 

L’idée même que l’on puisse insérer la corrida dans les pages artistiques des journaux, me fait gonfler la muleta ! 

Les défenseurs des jeux du cirque sanguinolents m’agonissent d’injures sous les talanquères de leur ‘’culture’’, de la trâââdition, du mystèèèère de cette mort ensoleillée et patati et patalére... Basta ! 

 

 

J’ai toujours préféré les artistes aux cultureux, surtout face à ceux qui disent qu’on ne choisi pas sa culture ! FAUX ! On peut choisir. Et tous les jours. 

Pas simple, mais possible ! 

Quand à savoir ce qui est culturel, j’espère en m’exprimant contre cette barbarie, ne pas être assimilé 

à un taliban. Ou alors, il ne me reste 

plus que Kho lanta pour voisiner avec les abrutis ! 

 

La corrida est donc ‘’Culturelle’’...Aïe, Madre ! 

Rappelons d’abord, que la mise  à mort ne date 

que de la 2ième moitié du 19ième siècle et que 

nous devons à l’Espagne bien d’autres splendeurs 

et d’artistes précieux et universels. 

De fait on confond toujours 

‘’action artistique’’ et traditions dites''culturelles’’. 

La Tradition est (le plus souvent) enfermée dans la gélatine du passé. Dans l’immobilisme. 

Elle est donc le CONTRAIRE d’un acte artistique, même ancien. 

De fait El Cordobez n’est pas Albéniz, Dominguin n’est ni Vélasquez, ni Almodovar, et Nimeno 

ne sera jamais Semprun ou Paco de Lucia. 

 

CULTURE N’EST PAS ART !! 

Bref, je refuse l’assimilation entre l’Art et les liturgies folkloriques qui exaltent les appétits de sang (pour le seul plaisir d’une minorité, rappelons-le également). 

D’ailleurs, ce qui bâti une tradition (voire une culture) n’est pas toujours acceptable ou susceptible d'être cautionné intégralement. 

Que penser des sacrifices humains(cultuels) Grecs, Aztèques ou incas ? 

Que penser, aujourd’hui, des excisions, infibulations, lapidations ? Que vous raconte un cheval dont la tête explose contre la cathédrale de Sienne, lors de la course du Pallo, où les animaux sont poussés dans les retranchements sauvages ? Et tuer des dauphins globicéphales à coups de poignards sur les plages des Îles Féroé, ça vous fait vibrer le palpitant ? 

Voilà autant d’actes ‘’culturels’’ contemporains, parfois en pays civilisés, où l’humain n’est jamais à l’honneur, ni élevé. 

Il n’y a dans ces relents mortifères qu’une jouissance douteuse sur des victimes dont la  douleur et la mort sont mis en scène. 

On décore leur douleur de musiques et de folklores ambigus, au prétexte d’un acte ancestral partagé par une foule assemblée. 

Foule, trompettes, cris, flammes et sang... ça ne vous rappelle rien ? 

 

L’effrayant avec certaines ‘’traditions qui se perdent dans la nuit des temps’’, 

ce n’est pas le temps, mais la nuit ! 

On nous sert sans arrêt l’argument que 

sans la corrida, les taureaux de combat 

auraient disparus. 

ET ALORS ? Ils demeureraient ces somptueuses créatures herbivores et paisibles, 

(sauf si un con leur tire la queue...faut pas exagérer, quand même !). 

S’ils sont élevés dans l’optique de l’arène, 

c’est qu’on a préservé l’espèce au seul profit

d’un Jeu de chair déchirée et de viande éclatée. 

Piètre menu, que cette danse de fin d’après midi entre un poupon Barbie habillé en sardine et la sombre masse de muscles, qui ne demandait qu’à brouter son champs, 

alors qu’on vient de lui innerver le bout des cornes pour les rendre plus douloureuses au passage de la cape.  Imposture !  

Saleté qui fait spectacle mortel de la douleur ! 

Le rugbyman moderne sait qu’il va morfler durant 80 minutes, et même bourré de créatine, il n’est jamais là ’'à l’insu de son plein gré..’’. 

La boxe, soit disant ‘’noble art’’, (attendez, je rigole et je reviens !), oppose deux pauvres gantés, presque toujours d’origine défavorisée, qui se foutent sur la gueule  jusqu’à perdre les yeux, et même la vie. Et, certes, manipulés par les magouilles d’une mafia qui les abandonnera comme des kleenex, ils ont acceptés d’être sur le ring. Tout au moins sont –ils convaincus d’être à leur vraie place.  

 

 

Le taureau, lui, ne choisit pas l’arène !  Et on n’a jamais entendu l’un d’entre eux dire en conférence de presse : ’’Wouais, super, 

je suis au top là...je me sens bien dans mes sabots et la temporada de Séville devrait me valoir les roubignolles et la queue ,,,’’ (du matador, of course) 

 

Dites, pour la corrida, une idée, comme ça 

si on laissait les 2 protagonistes SEULS 

dans l’arène, sans picadors ni banderilles... Mhhhm !!! 

Qui gagnerait, d’après vous, après 2 ou trois 3 de course ?

 

Alors, hé, si la corrida est si importante que ça,

pour la poignée de primitifs assoiffés de leur pinte d’hémoglobine estivale et dont l’aficion crée l’orgasme, qu’on 

la mette dans la rubrique ‘’Passe, Broche et Tradicon’’ 

ou dans  ‘‘Acupuncture et Travaux d’Aiguilles’’,  je m’en bats le paso-doble ! 

 

MAIS 

si ce show d'équarrissage ne voisinait plus dans les pages artistiques avec danse, cinéma, musique, théâtre etc... les empêcheurs de tuer en rond, comme moi, seraient plus exaltés qu’un aficionado à l’heure de la mort. 

Et, un jour, quand les arènes seront devenues des espaces libérés de sauvagerie, (comme celles de Lutèce), les enfants joueront à Zorro, avec des épées de bois sur le sable lavé  du sang séché. 

 

Lequel ne gardera même pas la mémoire des saloperies que l’homme y a fait subir et le nom des toreros aux allures de merlan. 

Je tiens le pari que ça arrivera ! 

 

Avec mon amitié bovine et cordiale, 

 

Guy Jacquet

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2014 4 30 /10 /octobre /2014 18:36
Fleur Pellerin
Fleur Pellerin

Florence Salaun

Brest, le : 29 octobre2014

Professeur agrégé de l’Éducation Nationale.

30 rue du château

29200 BREST

Objet : Madame la Ministre et la lecture.

Madame la Ministre,

En parodiant Vian, j'avais bien envie d'écrire : Madame, je vous fais une lettre que vous lirez peut-être si vous avez le temps.... Mais ici, le déserteur, ce n'est pas moi, mais avec tout le respect que je vous dois, c'est plutôt vous, Madame.

Certes, loin de moi, qui ne suis qu'un obscur tâcheron de l’Éducation Nationale, modeste professeur de lettres d'un non moins modeste mais très honnête lycée d'une ville de province, oui, loin de moi l'idée de vous donner quelque leçon de vertu citoyenne que ce soit, ni de m'ériger en parangon de pourfendeur de l'inculture.

Mais c'est égal, Madame. Je voudrais juste que vous entendiez ceci. Quand nous sommes des centaines, malgré l'air du temps qui nous pousse trop souvent à la consommation de la lecture jetable, à tenter de transmettre à nos élèves un certain goût du grand texte littéraire, quand nous avons tant de mal parfois à les convaincre de la nécessité absolue de lire, quand nous-mêmes, par moment, sommes près du renoncement auquel pourtant nous ne cédons jamais, est-il possible d'entendre un ministre de la culture avouer qu'elle n'a pas lu depuis deux ans ? Est-il possible de recevoir cette vérité d'une femme telle que vous, au demeurant brillante et lettrée bien plus que je ne le suis ? Avez-vous pesé, Madame, l'effet produit par un tel aveu ? Oui, on peut vous reconnaître d'être sincère et de ne pas avoir ajouté un mensonge de plus aux discours hypocrites dont nous sommes submergés.

Oui, sans doute. Mais je crois qu'il est des vérités bien pis que des mensonges lorsqu'elles suggèrent qu'en effet, la lecture n'a rien à voir avec la gestion d'un ministère de la culture. Que devient alors notre parole à nous, professeurs de lettres, aux yeux de nos élèves s'ils sont persuadés que l'on peut être amené à la plus haute fonction qui soit en matière de culture, sans lire ?

Notre société, ivre de sincérité comme on l'est d'alcool, titube et confond le chemin et l'objectif. Vous deviez, Madame, au nom de votre fonction même, à quelque prix que ce soit, dire que rien n'est plus grand, plus beau, plus humain, plus exaltant que la lecture d'un grand roman, et , cela va sans dire, d'un grand romancier. Vous deviez mentir pour que l'on croie encore que la littérature est chose nécessaire, irréfutable, irremplaçable. Quand on a la chance d'appartenir à un pays qui compte le plus grand nombre de prix Nobel de littérature, on n'a pas le droit, lorsqu'on représente cette culture française, de dire que l'on ne connaît pas Modiano et que l'on n'a pas lu depuis deux ans.

Il est des mensonges nécessaires, salutaires, à commencer par celui qu'est fondamentalement tout roman. Diderot, puis Aragon l'ont parfaitement compris en chantant les mérites d'un genre reconnu tardivement et longtemps méprisé, mais qui, par les voies de la fiction, du faux donc, mène souvent au vrai et à l'expression de notre humanité. Oui, Madame, au nom de la grandeur du roman, il vous fallait « mentir-vrai ».

En espérant ne pas vous avoir blessée par cette lettre qui ne cherche qu'à émettre un point de vue, je vous prie d'agréer, Madame la Ministre, l'expression de ma très respectueuse considération.

Florence Salaun

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2014 3 29 /10 /octobre /2014 11:51
Hans et Anna-Eva (Fondation Hartung)
Hans et Anna-Eva (Fondation Hartung)

Le peintre allemand Hans Hartung en Catalogne

Je viens de lire (il était temps !) l'autobiographie de H.H. * que m'a prêtée mon ami Jacques Maso, grand amateur d'art de Perpignan.

Il s'agit de l'histoire d'un des plus grands peintres XX° Je ne m'attacherai pas à décrire son esthétique ni à raconter tout cet "autoportrait"; simplement, je me suis intéressé aux séjours de H. Hartung en Espagne, Catalogne, Baléares (fuyant le nazisme et tentant de rejoindre Londres, il est enfermé dans un camp de concentration dans la région de l'Ebre)…

Il reviendra ensuite souvent à Perpignan, Saint-Cyprien (J.Maso me montre une photo, avec sa femme, devant la statue de Maillol), Le Barcarès et Leucate : "Le Midi flamboyait à mes yeux dans les toiles de Van Goh. Je n'y résistai pas. Dès les vacances je descendis à Leucate et je vis avec émerveillement que mon professeur n'avait pas exagéré…" (page 70)

Puis retour dans l'Aude et les P.O. avec son épouse : "De retour en France j'emmenai Anna-Eva à Leucate. Tous deux, nous vivions dans ma cabane au bord de la plage…"

Plus tard : "Ma belle-mère nous suggéra d'aller en Espagne, aux îles Baléares. Cette idée nous enthousiasma. La semaine suivante, nous étions à Barcelone. Anna-Eva et moi cherchions avant tout l'isolement, la tranquillité pour pouvoir peintre. Nous ne voulions pas vivre entourés de touristes…Nous prîmes le bateau pour Minorque. Avant même d'accoster, lorsque j'aperçus le port, je sus que j'avais raison. C'était un port d'une blancheur de rêve… Le directeur de l'office de tourisme nous conduisit à Fornells, un petit village de pêcheurs…"

Enfin, les Allemands envahissent la zone libre; Hans s'enfuit vers l'Espagne pour gagner l'Afrique du Nord; arrivée à Perpignan avec des faux papiers (page 147) : "Notre guide avait décidé de nous faire passer, la nuit, par le Canigou. Nous ne pouvions emprunter que des chemins muletiers ou des sentiers à peine praticables…"

A lire, mais livre non réédité…

JPBonnel

- -

*bio pour période de la guerre (source wikipedia)

Après la mort de son père et face à la montée du nazisme, Hartung quitte l'Allemagne pour les Baléares, confiant au passage à Paris quelques toiles à la galerie Jeanne Bucher ; il construit une petite maison sur la côte nord de Minorque. Sans argent, il regagne Paris en 1934, passe par Stockholm puis rentre en Allemagne, à Berlin.

N'acceptant pas le régime nazi, il parvient à passer en France et s'installe définitivement à Paris. Il s'y lie avec Jean Hélion et Henri Goetz, rencontre Kandinsky, Mondrian, Alberto Magnelli, César Domela, Miró et Calder avec qui il expose. Entre 1934 et 1938, il peint la série de ses « taches d'encre ». N'ayant pas les moyens de se procurer de quoi dessiner, il s'installe à la terrasse des cafés et commande des cafés-crèmes, ce qui l'autorise à demander aussi aux serveurs de l'encre et du papier.

Ses premières œuvres consistent en des tourbillons d'encre noire tracés les yeux fermés, destinés à apaiser son angoisse. Car l'abstraction de sa peinture vient chez lui d'une nécessité intérieure et non d'une recherche théorique ou d'une imitation des tendances historiques de la peinture

Face à de grandes difficultés matérielles, la maladie de sa femme, leur divorce, le retrait de son passeport par l'ambassade d'Allemagne, Hartung bénéficie de l'hospitalité de Goetz et travaille dans l'atelier du sculpteur Julio González.

En 1939, il s'inscrit sur la liste des volontaires contre l'hitlérisme en cas de guerre et épouse Roberta González, la fille du sculpteur. En septembre 1939, la France est décidée à arrêter et enfermer un certain nombre de ressortissants allemands présents sur le territoire national. Malgré son opposition au régime, Hans Hartung fait partie de ceux qui sont arrêtés. Libéré le 26 décembre, il s'engage dans la Légion étrangère pour la durée de la guerre sous le nom de Jean Gauthier et est envoyé en Afrique du Nord.

Présentant peu de goût pour la chose militaire, il est désigné, avec un autre camarade du nom d'Andréas Rosenberg, pour repeindre l'intérieur du réfectoire du quartier militaire de Sidi Bel Abbès. Après la signature de l'armistice, il est démobilisé, quittant l'armée le 8 septembre 1940.

Il se réfugie alors avec la famille González dans le Lot. Après la mort de Julio González en 1942 et l'occupation de l'ensemble de la France, Hartung passe en 1943 en Espagne. Incarcéré, puis placé dans le camp de concentration de Miranda del Ebro durant sept mois, il rejoint l'Afrique du Nord et s'engage à nouveau dans la Légion, sous le nom de Pierre Berton cette fois-ci.

*Hans Hartung, Autoportrait, récit recueilli par Monique Lefebvre, Bernard Grasset, Paris, 1976

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2014 2 28 /10 /octobre /2014 09:22

 

   On a beaucoup parlé, ces temps-ci, des disparues de Perpignan, ces jeunes filles tuées aux alentours de la gare. On ne cause plus des disparues récentes, l'épouse et la fille du légionnaire Bénitez : l'enquête se poursuit… De temps en temps, l'événement resurgit, comme, ces jours-ci, l'arrestation d'un coupable...

 

  Le disparu, dont nous traitons aujourd'hui, reviendra dans l'actualité peut-être dans 5 ou 6 ans, mais il sera alors trop tard : il aura épuisé son mandat de maire, sans s'être lui-même vraiment épuisé.. ! 

 

Maire ? Vous avez dit maire..? Les Perpignanais n'ont pourtant pas l'impression d'avoir un maire : ils ne le voient que très épisodiquement, et même ses conseillers, privés ou municipaux, ont du mal à avoir un rendez-vous… 

 

   La ville a la sale l'impression de ne pas être dirigée : quelle idée a eue J.Paul Alduy de désigner un tel homme dépourvu de charisme et de projet global et cohérent pour Perpignan..? On vit encore avec l'héritage Alduy : des finances en berne (coût de l'Archipel, de la Passerelle, du Conservatoire…), une avenue Paul Alduy mal configurée, sans cesse embouchonnée, et le choix de J.-Marc Pujol…Il n'y avait vraiment personne pour devenir maire, dans cette équipe indigente et politicienne !!!

 

    Il est où, alors, le disparu..? Il est où, le "maire" ? A l'Agglo, il est parfois, c'est vrai, pour animer le quartier mort de la gare nouvelle ! Au Maroc, il se rend souvent : vous savez "La tentation de Marackech" … Jupé, lassé de la politique, avait écrit un beau livre : La tentation de Venise… JMP, lui, écrit, durant ses longs week-end exotiques, en son ryad apaisant, un livre de mémoire…

 

   Marack…c'est la mode ! De nombreux Catalans y partent le week-end grâce à Ryanair : c'est plus vivant qu'à Perpignan dominical…

   Et puis, à Marack…on a sa petite famille, le fils qui fait de bonnes affaires immos, et la belle famille qui vous offre le meilleur thé… 

 

   C'est le paradis, là-bas, et puis on y parle de Perpi : les Marocains en savent plus que nous de ce qui se passe et se trame à Perpignan !!! En fait, Marackech, c'est la banlieue de Perpi... Pujol, maire de Marackech..???

 

   Alors, je disparais moi aussi, je prends le premier avion pour Marack… Vous voici débarrassés d'un sacré importun !!!! Encore un disparu...

le maire de Perpignan

le maire de Perpignan

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2014 7 26 /10 /octobre /2014 17:50
Denis SAEZ
Denis SAEZ

Sa nomination à la culture est une bonne nouvelle pour Perpignan,

Denis Saëz, conservateur du Patrimoine vient d’être nommé directeur de la Culture de la Ville de Perpignan.

Il retrouve la ville où il passa son enfance et où il fit ses études jusqu'à la fac...

Sa prise de fonction est fixée au 1er novembre. Il succède à Jordi Vidal, esprit libertaire brillant, contestataire contesté au sein de la nouvelle municipalité...

Diplômé en gestion et administration des entreprises, M. SAEZ a débuté sa carrière à Nîmes, à la Bibliothèque municipale en participant au traitement informatisé des collections destinées à rejoindre la future bibliothèque Carré d’Art. Ensuite, il est nommé à Perpignan, responsable du service audiovisuel (disques et vidéos) au CEDACC qui deviendra plus tard la bibliothèque Bernard Nicolau. En 1995, il se voit proposer la direction de la Culture, de la Communication et de la Médiathèque de Sérignan, jusqu’en mars 2008.

A ce titre, il participe à la création d’un service d’archives municipales, à celle du musée d’art contemporain et celle de la salle de spectacles La Cigalière.

En avril 2008, il retrouve la Ville de Perpignan et devient directeur du réseau des bibliothèques municipales : il supervise la médiathèque centrale et les trois bibliothèques de quartier. Succédant à Jocelyne Joussemet, il impulse l’évolution des bibliothèques vers l’adaptation aux nouveaux usages du public et développe l’action et la médiation culturelles.

Parcours scolaire :

Parcours militaire

* Né le 21 avril 1959, D. Saez est pacsé; il aime les voitures cabriolet, la musique classique, le rock, la variété internationale, le punk et le rythme & Blues…les voyages, le cinéma, et, bien sûr…la lecture !

J'ai pu apprécier, lors de réunions, son sérieux et son professionnalisme, ses idées d'une culture populaire à propager dans les quartiers. Cet humanisme modéré, plutôt de "gauche", a déjà fait sortir la culture de ses ghettos : il travaille, en accord avec les conseillères municipales chargées des maternelles et établissements primaires, pour apporter le livre au coeur de l'école jusque dans les hôpitaux…

JPBonnel

Sa nomination à la culture est une bonnenouvelle pour Perpignan,

 

Denis Saëz, conservateur du Patrimoine vient d’être nommé directeur de la Culture de la Ville de Perpignan. Sa prise de fonction est fixée au 1er novembre. Diplômé en gestion et administration des entreprises, il a débuté sa carrière à Nîmes, à la Bibliothèque municipale en participant au traitement informatisé des collections destinées à rejoindre la future bibliothèque Carré d’Art. Ensuite, il est nommé à Perpignan, responsable du service audiovisuel (disques et vidéos) au CEDACC qui deviendra plus tard la bibliothèque Bernard Nicolau. En 1995, il se voit proposer la direction de la Culture, de la Communication et de la Médiathèque de Sérignan, jusqu’en mars 2008. 

A ce titre, il participe à la création d’un service d’archives municipales, à celle du musée d’art contemporain et  celle de la salle de spectacles La Cigalière. 

 

En avril 2008,  il retrouve la Ville de Perpignan et devient directeur du réseau des bibliothèques municipales : il supervise la médiathèque centrale et les trois bibliothèques de quartier. Succédant à Jocelyne Joussemet, il impulse l’évolution des bibliothèques vers l’adaptation aux nouveaux usages du public et développe l’action et la médiation culturelles.

 

Parcours scolaire :

Parcours militaire

Né le 21 avril 1959, D. Saez est pacsé; il aime les voitures cabriolet, la musique classique, le rock, la variété internationale, le punk et e rythme & Blues…les voyages, le cinéma, et, bien sûr…la lecture !

 

   J'ai pu apprécier, lors de réunions, son sérieux et son professionnalisme, ses idées d'une culture populaire à propager dans les quartiers. Cet humanisme modéré, plutôt de "gauche", a déjà fait sortir la culture de ses ghettos : il travaille, en accord avec les conseillères municipales chargées des maternelles et établissements primaires, pour apporter le livre au coeur de l'école jusque dans les hôpitaux…

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2014 6 25 /10 /octobre /2014 10:25
Malraux en URSS (Sibérie) en 1934

Malraux en URSS (Sibérie) en 1934

En ce vendredi 24 octobre de douceur, la route monte vers le Canigou dépourvu de toute neige…Vers Vernet qui s'étire en ses ruelles, jusqu'à la rue Malraux, et le château, au bout… 

 

Eugène Kouchkine et moi-même sommes reçus avec une urbanité qu'on ne pensait trouver qu'en ville (avec Rivages des Arts) : la montagne est belle et très courtoise, en effet, et Jean-François Gatte, le délégué à la culture nous accueillit avec art il en fut de même avec Sylvie Rodère, à l'office de Tourisme, où elle enregistra la conférence et nous régala d'un apéritif catalan...

 

   Eugène parla avec précision et passion des voyages de Malraux en Urss. Le voyage à Vernet, avec Josette Clotis, fut abordé, mais j'espère revenir ici pour développer : écriture de L'Espoir, l'hôtel Alexandra…on verra, plus tard.

 

  Plongeons dans le froid sibérien, alors que l'été de la Saint-martin (du Canigou) se poursuit dehors ! Malraux au pays des Soviets, cela se passa cinq fois : en 1929 avec Clara, en 31, continuant en Perse et en Chine…En 34, A.Malraux se rend au premier congrès des écrivains soviétiques dans l'Oural…Dans Lazare, il se souviendra de cette période…En 36, c'est avec son frère Roland, correspondant pour France-Soir, qu'il se rend à Moscou…

Enfin, en 68, il y va pour un voyage officiel car il est désormais ministre de la culture.

 

A la fin de sa vie Malraux disait : "Je ne crois plus un mot de ce que je croyais." Pourtant, il n'a cessé de se référer à la Russie, elle est son ancrage dans l'Histoire…

 

    La russitude, il la doit à des amis, tels que Pasternak, Erhenbourg, Isaac Babel, Gorki, Kolzov (auteur d'un journal de guerre en Espagne), ou Boukharine…

   Malraux fut compagnon de route des Communistes; comme romancier, il est plus nuancé; pour lui, il s'agit d'un régime qui repose sur le postulat : "La fin justifie les moyens".

Pour lui, la Russie n'est pas européenne; dans la Postface aux Conquérants qu’il publia en 1948, il lui apparut difficile de tenir sans malaise la Russie pour un pays d’Europe, mais tenir les Russes, comme l’ont fait de tout temps leurs adversaires, pour les Asiatiques, lui sembla dérisoire: « La Russie n’est ni en Europe, ni en Asie (elle est en Russie) [1] ». Il reconnaît qu’il y a en Russie ce qui se veut Sparte, qui s’intègre facilement à l’Occident, et ce qui se veut Byzance opposée par son dogmatisme oriental au dialogue des cultures. « La vraie raison pour laquelle la Russie n’est pas européenne, n’a rien à voir avec la géographie, - déclarait-t-il: c’est la volonté russe ».

Ainsi, "l'intellectuel a retrouvé sa solitude", et Malraux fut, après la guerre, traité de renégat, vilipendé par la gauche officielle en France et mis à l'index en URSS…

 

Avec le dégel et la détente des années 60, Malraux, ministre de De Gaule, reprit le contact avec le pays des Soviets… En 57, il revoit Erhenbourg à Paris; en 67, il organise à Paris une grande exposition consacrée à Matisse (grâce aux collections de L'Ermitage et du musée Pouchkine de Moscou); elle aura lieu en 70, mais Malraux n'est plus ministre…

 

    Dans ses carnets de voyage en URSS (1937), il écrit : "A Moscou, ils ont tous les têtes des anges de Reims."

Ou "Le passé est toujours là, en Russie."

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2014 5 24 /10 /octobre /2014 08:36
Françoise Claverie (CML), Eugène Kouchkine (Conférencier), Stéphane Babey (écrivain, cabinet de la présidente du CG66), Michel Pinell (mairie de Perpignan), J.Pierre Bonnel (Amitiés Internationales André Malraux) photo de Loïc Robinot.

Françoise Claverie (CML), Eugène Kouchkine (Conférencier), Stéphane Babey (écrivain, cabinet de la présidente du CG66), Michel Pinell (mairie de Perpignan), J.Pierre Bonnel (Amitiés Internationales André Malraux) photo de Loïc Robinot.

    

* Vendredi 24 octobre à 18 h 30: Vernet-les-Bains, salle d’expo de l’office de tourisme (entrée libre, apéritif)


Thème: « Le dernier voyage de Malraux à Moscou à Vernet ».
(sur l’anecdote: Malraux à Vernet écrivant quelques chapitres de L’Espoir & relation avec Josette Clotis, d'Elbe, par J.Pierre Bonnel, dans Balades culturelles en Catalogne, Presses du Langedoc).

 

- - -Pour la conférence d'Elne, E. Kouchkine s'appuie sur l'étude de Jean-Yves Guérin.

Les deux écrivains se sont rencontrés au journal "Combat". En octobre 57, Camus obtient le Prix Nobel de littérature et déclare : "C'est Malraux qui aurait dû l'avoir."

  Ensuite, ils se sont éloignés, mais jamais confrontés. Ce qui les rapproche, ce n'est pas la politique, mais la littérature : leur admiration pour Faulkner, Dostoievski, Louis Guilloux...

 

  Retour en arrière : en 1936, Camus met en scène Le temps du mépris, de Malraux. En mars 44, ils se rencontrent à Paris. En novembre 46, Camus rencontre Malraux à la radio pour les 77 ans de Gide. En 58, Malraux ministre veut charger Camus d'une mission en Algérie; ce projet n'aboutit pas.

Malraux trouve un théâtre (L'Athénée) à Camus, mais celui-ci meurt le 4.1.1960… C'est une illustration tragique du "royaume métallique de l'absurde."

 Dans La Tentation de l’Occident, Camus lisait qu’ « au centre de l’homme européen […] est une absurdité essentielle », p.56; que « le conflit [entre l’homme et son univers] « nous prépare aux royaumes métalliques de l’absurdité » (p.155). Mais aussi le sentiment que « la vie est le domaine infini des possibles »...

 En effet, "Une vie ne vaut rien, mais rien ne vaut une vie.", énonce Perken, dans La voie royale.

   Aux héros de Camus et surtout de Malraux, c'est l'amour qui manque : "On ne possède bien que ce qu'on aime." 

 Sur l'absurde, cependant, le débat peut s'ouvrir : Malraux considère que L'Espoir est l'ennemi numéro 1 de l'absurde...

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2014 4 23 /10 /octobre /2014 12:12
littérature
littérature

Le conférencier Eugène Kouchkine, entre Stéphane Babey (à droite) et J.Pierre Bonnel. (photo Loïc Robinot, à l'Hôtel Pams, Perpignan, le 20 octobre 2014)

à Collioure :

A l’occasion du centenaire de la naissance d’ Albert Camus, le CML en collaboration avec « Les Amitiés Internationales André Malraux », organise une table ronde autour de la présentation de l’ouvrage Albert Camus : Œœoeuvres complètes(collection Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard) en présence d’Eugène Kouchkine, maître de Conférences, membre de la Société des études camusiennes : jeudi 23 octobre 2014 à 18 h 30, au centre culturel, entrée libre, apéritif…

Eugène Kouchkine est maître de conférences en littérature française et comparée à l’Université de Picardie Jules Verne. Il a soutenu une thèse de doctorat intitulée : Les oeœuvres de jeunesse d’Albert Camus (l’évolution de l’existentialisme littéraire en France).

En 1982, il publie sa monographie : Le premier Camus. Il a participé à la nouvelle édition des Œœuvres complètes de Camus (Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade), a contribué au Dictionnaire Camus (2009) et au Dictionnaire Malraux, en 2011. Il est actuellement membre du Centre d’Études du Roman et du Romanesque à l’Université de Picardie, ainsi que du Conseil administratif de la Société des Études Camusiennes (S.E.C) et des Amitiés Internationales André Malraux (AIAM).

E.Kouchkine, entre Claude Belmas (Rivage des Arts) et J.P. Bonnel (à droite)- Palais des Congrès, 21 octobre 201, photo de L.Robinot.

E.Kouchkine, entre Claude Belmas (Rivage des Arts) et J.P. Bonnel (à droite)- Palais des Congrès, 21 octobre 201, photo de L.Robinot.

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 13:29
littérature
littérature

Cycle de conférences présenté du 20 au 26 octobre 2014, par Eugène Kouchkine Kouchkine à l’occasion du centenaire de la naissance d’Albert Camus.

Eugène Kouchkine est maître de conférences en littérature française et comparée à l’Université de Picardie Jules Verne. Il a soutenu une thèse de doctorat intitulée : Les œuvres de jeunesse d’Albert Camus (l’évolution de l’existentialisme littéraire en France).

En 1982, il publie sa monographie : Le premier Camus. Il a participé à la nouvelle édition des Œuvres complètes de Camus (Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade), a contribué au Dictionnaire Camus (2009) et au Dictionnaire Malraux, en 2011. Il est actuellement membre du Centre d’Études du Roman et du Romanesque à l’Université de Picardie, ainsi que du Conseil administratif de la Société des Études Camusiennes (S.E.C) et des Amitiés Internationales André Malraux (AIAM).

* Mercredi 22 octobre: à Elne, salle des Amis d’Illibéris (cour de l’évéché), 18h30.
« Les relations Camus/Malraux »: deux écrivains face à l’Histoire
Contact: TRABY Odette traby.odette@orange.fr


* Jeudi 23 octobre à 18 h: au centre culturel de Collioure
« Camus, un artiste dans le siècle » (et évocation de ses romans)
Contact: l’adjointe à la culture: denise.snodgrass@collioure.net – 04 68 82 05 66.


* Vendredi 24 octobre à 18 h 30: Vernet-les-Bains, salle d’expo de l’office de tourisme
Thème: « Le dernier voyage de Malraux à Moscou à Vernet ».
(sur l’anecdote: Malraux à Vernet écrivant quelques chapitres de L’Espoir )
Contact: Monsieur Jean-François Gatte
Adjoint à la Culture
Mairie / Place de l’Entente Cordiale
66820 Vernet Les Bains
06 84 55 46 73 - 04.68.05.76.62.


* Samedi 25 octobre à 16 h: à la médiathèque de Saint-Cyprien
Thème: Malraux et L’Espagne – L’Espoir – Sierra de Teruel
Contact: Dolores Martinez-Surinyach
Responsable de la Médiathèque de la Ville de Saint Cyprien (66750) – 0468373271 – dmartinez@mairie-saint-cyprien.com

  

 

   Camus est-il un philosophe..?

 

    Hier soir, au palais des Congrès, Eugène Kouckine a prononcé une conférence de haut vol, et pas seulement parce que nous, les quelque cent personnes charmées, étions au dernier étage du vaste paquebot de la culture amarré sur les allées Maillol…

 

   Camus a toujours été méfiant à l'égard de la philosophie : il ne s'est jamais considéré comme un philosophe et disait : "On ne pense que par images."

Il craignait les abstractions, il aimait à dire : "Je suis un artiste, pas un philosophe."

 

Camus se méfiait de la philo, à cause de sa proximité avec l'idéologie...

 

 Ses essais s'organisent autour de trois cycles :

1. celui de l'absurde, avec Caligula, L'Etranger et le Mythe de Sisyphe.

2. autour de la révolte, aspect positif de la vie : La Peste, L'Etat de Siège, Les Justes et L'Homme révolté.

3. autour de l'amour , avec le mythe de Némésis : il est centré sur la mesure te l'amour (Le Premier Homme).

 

   Camus aime et pratique l'aphorisme : "Je n'ai pas appris la liberté dans Marx."

 

Il démontre une bonne connaissance de Plotin et de Saint-Augustin; il éprouve une grande admiration pour la Grèce antique : "Je me sens un coeur grec."

 

    Quant à la métaphysique, il refuse toute idée d'immortalité.

 

    En 1941, il achève Le mythe de Sisyphe, publié en 42; pour lui, l'absurde, c'est le divorce entre l'Homme et sa vie; ce destin dépend autant de l'Homme que du monde. Il écrit : "Vivre, c'est faire vivre l'absurde." Donc, une seule solution : la révolte.

Pour son Sisyphe, il n'y a pas de destin qui ne se surmonte par ce mépris.

 

Oedipe obéit à son destin sans le savoir; une fois conscient, il devient tragique.

 

Face à la conscience de la tragédie du destin, il s'agit de se révolter. Qu'est-ce que cet Homme révolté ? C'est celui qui dit non, étymologiquement "celui qui fait volte-face". C'est l'esclave qui préfère mourir debout; c'est l'Homme qui se dépasse. 

 

Pour être, l'Homme doit se révolter : "Je me révolte, donc je suis"; mais quand la révolte devient collective  : "JE me RÉVOLTE, DONC NOUS SOMMES !"  

Sisyphe "Il faut imaginer Sisyphe heureux." Camus

Sisyphe "Il faut imaginer Sisyphe heureux." Camus

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens