Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 janvier 2017 4 26 /01 /janvier /2017 09:13
Expo au cloître de St-Génis - Vernissage avec M. Le Maire - Laurent LEMAL Musée de la Méditerranée
Expo au cloître de St-Génis - Vernissage avec M. Le Maire - Laurent LEMAL Musée de la Méditerranée
Expo au cloître de St-Génis - Vernissage avec M. Le Maire - Laurent LEMAL Musée de la Méditerranée
Expo au cloître de St-Génis - Vernissage avec M. Le Maire - Laurent LEMAL Musée de la Méditerranée
Expo au cloître de St-Génis - Vernissage avec M. Le Maire - Laurent LEMAL Musée de la Méditerranée

Expo au cloître de St-Génis - Vernissage avec M. Le Maire - Laurent LEMAL Musée de la Méditerranée

*

Jeudi 26

18h30

ST GENIS DES FONTAINES

Cloître

*Exposé – W.B. et les femmes par Jean-Pierre BONNEL, lectures d’extraits de correspondances. 

 

Entrée libre

 

Jean-Pierre Bonnel

06 31 69 09 32

 

***Laurent Lemal du Domaine Riberach (Bélesta 66) remporte le prix du "Meilleur Plat Végétal", lors de la compétition Monde du Bocuse d’Or 2017 !

 

Laurent Lemal, chef du restaurant étoilé « la Coopérative » du Domaine Riberach à Bélesta (66), vient de remporter pour la France le Prix du Meilleur Plat « 100% végétal », marque de fabrique du Domaine Riberach, et le Prix du « Meilleur Commis » avec Benjamin Vakanas, son commis au Domaine Riberach, lors du prestigieux concours mondial qui se tenait à Lyon ces mardi 24 et mercredi 25 janvier 2017. Laurent Lemal  a - lors d’un show culinaire époustouflant ambiancé par plus de 3000 personnes - préparé  en 5h35  un « Poulet de Bresse aux crustacés, à la française » présenté au plateau, ainsi  qu’une création 100 % végétale à l’assiette sur le thème du Petit Prince en hommage à St Exupéry.

 

Le chef du restaurant « la Coopérative » du Domaine Riberach a remporté l’adhésion du jury avec son plat 100% végétal " à la fois léger et très réconfortant", commentait le chef triplement étoilé Régis Marcon.  « Il a pris le risque de regrouper les éléments pour concentrer les saveurs plutôt que de les éparpiller».  Son « gâteau fondant Céleri Rave / Vert à la truffe noire « de mon pays », racines,  citron Meyer, mouillé dans un bouillon de céréales grillées et de calçots en clin d’œil au Pays Catalan »   était servi dans un écrin de cagette du maraîcher portant l’inscription de St Exupéry :  « On ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible pour les yeux ».

 

Pour son « Poulet de Bresse aux crustacés », Laurent a réalisé un Suprême de volaille (de la peau à la crête),  farci dans la tradition aux écrevisses, avec sa tarte au boudin noir, un chou de Bruxelles farci au foie gras, riz à l’écrevisse dressé sur un plateau « astéroïde  B612» en hommage au Petit Prince. 

 

Dessiné par Luc Richard (Arch&Coop) propriétaire du Domaine Riberach, ce plateau blanc épuré et bombé et sa Rose posée au centre, a été réalisé en porcelaine dans les ateliers de Sylvie Coquet et serti dans un cercle argenté de la Maison Mauviel. La cagette de présentation du plat végétal a également été dessinée par Luc Richard (Arch&Coop - Domaine Riberach).

Les Etats-Unis remportent l'édition 2017 du Bocuse d'Or grâce à son chef Mathew Peters et son  plat végétal à base de quenelle d'amande en écailles de champignon, asperges vertes enrobées d'une crème de champignon, des échalotes farcies de citron confit, du quinoa soufflé et un crumble de parmesan. Pour la volaille, les Etats-Unis avaient imaginé une volaille servie avec des queues de homard et une barquette de pomme de terre à la truffe. Le Bocuse d'argent revient à la Norvège et son chef Christopher DavidsenViktor Andresson, le candidat islandais, grimpe sur la troisième marche du podium.

Pour ses trente ans d’existence et sa 15 ème édition, le Bocuse d’Or avait comme président d’honneur Joël Robuchon. Ce sont 24 nations qui se sont affrontées sur ces deux jours de compétition ces 24 et 25 janvier. Leurs représentants avaient été sélectionnés lors de 60 éditions nationales à travers le monde, puis de trois sélections continentales, en Amérique latine, Asie et Europe.

 

  

 

 

 

Laure Billard Limbourg
2 bouche à oreille 
laure-limbourg.com
tél : 04 68 34 55 97 / 06 61 57 84 32
 
- - -
 

Lumière d'Encre<contact@lumieredencre.fr>

Exposition et conférence janvier 2017

Voir la version en ligne

Lumière d'Encre

Photographie contemporaine

La lettre d'information

Janvier 2017


C'est avec le plus grand plaisir que nous vous invitons aux différentes manifestations que nous organisons en ce premier mois de l'année. Vous trouverez ci-dessous les principales informations et les liens vous permettant d'en savoir plus.

Info : nous ouvrons un poste de Service Civique, voir à la fin de la lettre.

- Jusqu'au 28 janvier 2017 à la Galerie Lumière d'Encre :

 

 - Exposition à venir du 4 au 25 février à la Galerie Lumière d'Encre:

 

EXILE.S

de Françoise Beauguion

résidente à Lumière d'Encre en 2016-2017

Vernissage : samedi 4 février à 11h30

Travail autour des migrations vers l’Europe avant et après la traversée de la Méditerranée, là où l’identité se perd. Travail sur les notions de l’errance et de la perte de soi, entre le passé qu’ils veulent oublier et l’avenir qu’ils ne peuvent que rêver. Un entre deux où plus rien n’existe, rien d’autre que l’attente d’un avenir meilleur

Dossier de presse

Affiche

Rencontre avec l'artiste en résidence, et présentation de son travail :

Mardi 7 février à 19h

Galerie Lumière d'Encre, 47 rue de la République - 66400 Céret

 

Lumière d'Encre ouvre deux postes de Service civique cette année. Chacun d'une durée maximale de 8 mois (vacances comprises). Nous recrutons donc un volontaire âgé de 16 à 25 an (jusqu'à la veille du 26éme anniversaire à la prise de poste).

Le premier poste sera ouvert le 1er février 2017,
 le second le
1er mai 2017.

Vous pouvez faire votre candidature dès maintenant à l'adresse de Lumière d'Encre.

Télécharger la fiche de poste

Courriel Lumière d'Encre

 

 

Programmation janvier - mars 2017

Les événements de Lumière d'Encre sont en entrée libre.

Lumière d'Encre

47,  rue de la République

66400 Céret

Lumière d'Encre est soutenu par :
- Direction Régionale des Affaires Culturelles Languedoc Roussillon - Midi Pyrénées
- La région Occitanie - Pyrénées Méditerranée
- Le Conseil départemental des Pyrénées orientales
- La ville de Céret

CNIL n°1851077 v 0

 

 
Repost 0
Published by leblogabonnel
commenter cet article
25 janvier 2017 3 25 /01 /janvier /2017 08:40
Collioure de Barjavel, H.F. REY et W. MUCHA   - JOUR de FEU, de René BARJAVEL - J. Francisco ORTIZ
Collioure de Barjavel, H.F. REY et W. MUCHA   - JOUR de FEU, de René BARJAVEL - J. Francisco ORTIZ
Collioure de Barjavel, H.F. REY et W. MUCHA   - JOUR de FEU, de René BARJAVEL - J. Francisco ORTIZ
Collioure de Barjavel, H.F. REY et W. MUCHA   - JOUR de FEU, de René BARJAVEL - J. Francisco ORTIZ
Collioure de Barjavel, H.F. REY et W. MUCHA   - JOUR de FEU, de René BARJAVEL - J. Francisco ORTIZ

Collioure de Barjavel, H.F. REY et W. MUCHA 

 

JOUR de FEU, de René BARJAVEL

 

 

L'Auteur écrit dans le journal du roman : "Pilate présenta le brigand à la foule en même temps que Jésus, parce que c'était la coutume qu'il délivrât un prisonnier à l'occasion de la Pâque. Il espérait bien qu'entre le guérisseur et le tueur, la foule choisirait le guérisseur. Or ce fut Barabbas qu'elle choisit…"

 

…Voyage sans histoire. Collioure est un pays où l'on récolte le raisin quand il est plus que mûr, presque confit. On fait avec du banyuls et un petit vin blanc sec qui titre de 15 à 18 degrés. C'est dire le soleil qui règne sur ce coin de Roussillon…

Quand j'arrive, il pleut…

L'arrestation de Barabbas, il me fallait deux autres acteurs : j'ai embauché Willy Mucha et Henry-François Rey, qui est en vacances chez lui..;

Ce roman inclassable et fascinant révèle un autre visage du maître du fantastique et de l'anticipation…

C'est l'été. Le village de Collioure se prépare pour la fête du Roussillon. L'air sent le pastis et le melon. Les vieilles Catalanes vêtues de noir croisent les Parisiennes en bikini…

 

Des nouvelles courent parmi la foule : hier Barabbas a été emprisonné. Et pendant la nuit, les gardes de Caïphe ont arrêté Jésus. Les croix dressées sur la colline attendent les prisonniers…

Denoël, 1957, édition 2015.

 

 

**COLLIOURE
-
WILLY MUCHA

Deux amis d'un artiste maintenant oublié lui offrent un témoignage d'amitié et un chant d'admiration à la ville où il vivait

« Collioure est un de ces lieux où la beauté se forge au rouge. Mucha y est chaque jour témoin de cet incroyable combat : la lumière, née dans le ciel et dans la mer, monte à l'assaut des formes, les révèlent à elles-mêmes, puis les dévorent et s'installe à leur place, multitude, coquille, drap d'or, feu figé, volumes de braises et d'azur.  »

 

  1. Présentation
  2. L'œuvre
  3. Collioure, Mucha et Barjavel
  4. Henri-Francois Rey
  5. Vos avis
  6. Notes éditoriales
  7. Copyrights

 

PRÉSENTATION

Un livre d'art du peintre Willy Mucha
et deux textes de ses amis
R. Barjavel et H.F. Rey.

Meilleure vue de la couverture

  Plutôt qu'un livre, il s'agit d'un album regroupant, dans une chemise cartonnée et recouverte de toile écrue de dimensions 26 x 33,5 cm, des liasses de feuillets d'un papier velin épais et d'aspect "brut" au format 25 x 32,3 cm. Un premier livret (feuilles pliées par le milieu et regroupées) contient les textes et la liste des dessins. 

Les dessins eux-mêmes sont reproduits sur 24 feuilles maintenues dans un feuillet plié.

 

COLLIOURE, MUCHA et BARJAVEL 

C'est par la lecture du Journal d'un homme simple que se révèlent les origines de l'attachement de Barjavel à Collioure et de son amitié avec Willy Mucha. C'est en effet à l'été 1950 que Barjavel et quelques amis se sont rendus à Collioure pour y réaliser le tournage du film "Barabbas", inspiré par la pièce de Michel de Ghelderode. N'ayant pas prévu d'hébergement, ont été très amicalement accueillis par Willy Mucha qu'ils ne connaissaient pas et qui leur avait été simplement recommandé par un ami commun. Barjavel raconte :

ce peintre, fou de lumière, s'est installé à Collioure depuis quinze ans, dans une maison de pêcheur qu'il a transformée et où ont couché et travaillé Matisse, Dufy, Pignon, et bien d'autres. Mucha pratique l'hospitalité comme la peinture ; avec une folle générosité. J'arrive chez lui, inconnu, importun, je ne lui apporte rien, je viens lui demander l'impossible : de m'aider à me loger. Il abandonne aussitôt son travail et se met à courir dans Collioure. Il connaît tout le monde, il frappe à toutes les portes. Je demandais d'abord trois chambres, je n'en demande plus que deux, plus qu'une, plus qu'un hangar, un grenier, un couloir... Nous ne trouvons, rien. Mucha est désolé. Il attend deux pleines voiturées d'amis. Sans quoi il m'eût reçu chez lui. Enfin une exquise vieille demoiselle me sauve la vie. Elle me permet de coucher sur sa terrasse. Mais n'a pas le moindre matelas à me prêter ou me louer. Qu'à cela ne tienne ! Mucha a un lit pliant dans son atelier. Nous allons le chercher, nous le descendons par la fenêtre au bout d'une corde, nous le montons sur la terrasse. J'achète trois bougies. La pluie à cessé. Tout finit par s'arranger.

Barjavel connaissait déjà la région, car c'était autour de Palavas-les-Flots qu'il s'était pendant quelques mois "replié" après l'armistice de 1940 et la débâcle qui s'en est suivie. C'est le cadre ensoleillé qui l'a incité à y revenir en famille pour les vacances d'été de 1949, et la découverte de la richesse de la luminosité, des éclairages naturels et des festivités qu'y s'y déroulent le 15 août lui ont inspiré l'idée d'y réaliser le tournage du film. Malheureusement une fois le tournage terminé les financements prévus se sont évaporés et il n'a pas été possible d'en finaliser la réalisation. Quelques années plus tard, le scénario deviendra le roman Jour de Feu.


L'amitié avec Willy Mucha s'est consolidée et cet album en est le témoignage vivant, souvenir d'une ville et de sa lumière et d'un artiste peintre et dessinateur dont l'œuvre a toujours extrait l'essentiel du spectacle de la nature. À preuve les vingt-quatre dessins aux traits épurés de cet album, mais aussi ses gouaches et toiles qui ne sont cependant maintenant connues que de quelques amateurs. 


C'est qu'il y a un "mystère" Willy Mucha... Le personnage lui-même, ami des grands peintres Dali et Matisse en particulier, d'artistes divers des années 1950 (Charles Tr&net, Edith Piaf) et d'autres personnalités du monde des Arts et des Lettres qui se retrouvaient l'été à Collioure ou dans les environs, n'est pas porté dans le cœur des Colliourencs. D'origine étrangère, péjorativement surnommé "Le Métèque", et cultivant lui-même volontiers un certain mystère sur sa nationalité (Polonaise) et ses hypothétiques liens familiaux avec le célèbre illustrateur hongrois Alphonse Mucha (avec lequel il est encore confondu...), il fut mal accepté dans la ville au clocher marin... Peu avant sa mort, c'est au journal L'Indépendant du Midi qu'il fit don de l'ensemble de ses œuvres, "privant" Collioure et sa région de tout souvenir de la ville où il habitait et qu'il avait tant représentée. Les rancunes sont tenaces, et de nos jours, qui irait à Collioure en vue de s'informer à son sujet recevrait un accueil plutôt froid, voire ouvertement hostile comme nous pouvons en témoigner... Toute commémoration et souvenir sont donc tabous, et un projet de musée régional qui avait été élaboré à la fin des années 1990 a été brusquement abandonnée par décision du Conseil Général. 


Mais déjà au temps de l'amitié entre Willy Mucha et Barjavel ces sentiments plutôt rafraîchis ont pu se percevoir dans le texte que rédigea Barjavel en décembre 1950 pour le Livre d'Or de Willy Mucha, album dans lequel les amis qui lui rendaient visite laissaient un témoignage ou un dessin du clocher. Cette page est présentée sur la page de bibliographie des textes et sa retranscription { ici }

Dans ce contexte, l'album lui-même au tirage quasi confidentiel et dont l'éditeur "La Ruche" reste quelque peu mystérieux lui aussi, n'a pratiquement laissé aucune trace : je n'ai pu rencontrer aucun libraire, bouquiniste, antiquaire ou galerie spécialisée qui en ait connaissance (et donc a fortiori pouvant m'indiquer comment le trouver). J'ai pu aussi constater lors de ces recherches que la connaissance de Willy Mucha est, même chez les "spécialistes", elle aussi, quasi inexistante...
La Bibliothèque Nationale de France en conserve un exemplaire (numéroté 101), qui ne relève d'ailleurs pas du Dépôt Légal mais d'un don privé. 


Ce n'est qu'en novembre 2004 que, pas un enchaînement de rencontres et de négociations passionnées, je concrétisais enfin cette découverte en me procurant l'ouvrage auprès de Mme C.B. qui l'avait reçu en héritage familial mais n'a pas su me dire comment il avait été acquis par son père : son "canal de distribution" originel reste donc pour l'instant mystérieux. C'est cet exemplaire que je présente dans la section ci-dessus. Son état de conservation, présentable mais sans plus (le papier des planches en particulier est parfois taché), laisse planer un doute sur la conservation des autres 330 exemplaires et leur existence...

 

 

  • Les amis de Willy Mucha ont créé une association présidée par M. Henri Fabre et qui œuvre avec dynamisme pour la conservation de son patrimoine, au delà de toutes les querelles, et qui a réalisé un très élégant site Internet qui fournit des informations précises et précieuses sour le titre : Collioure - Mucha : un héritage du 20ème siècle : [ http://www.willymucha.com ]
  •  
  • La ville de Collioure, si elle omet le plus souvent d'évoquer l'artiste, présente ses richesses locales et quelques- un de ses "autres" peintres célèbres :
  •  

 

Henri-François REY

Henri-François Rey, journaliste, écrivain et dialoguiste, était aussi un ami de Barjavel et de Willy Mucha. Il fut d'ailleurs acteur dans ce projet de film Barabbas comme l'indique l'auteur dans son Journal d'un homme simple :

Rey sera le lieutenant de Barabbas : il a une excellente tête de gangster nonchalant.

Né à Toulouse le 31 juillet 1919, licencié en philosophie, commença sa carrière comme journaliste (on trouve en particulier sa signature dans L'Echo des Étudiants que lança Barjavel en 1943, puis dans Carrefour. Son activité de scénariste et dialoguiste pour le cinéma le fait apparaitre en 1953 pour L'Esclave (Yves Ciampi, 1953), Zoé (Charles Brabant, adaptation d'un roman de Jean Marsant), Les Héros sont fatigués (film avec Y.Montand, scenario d'Yves Ciampi et Christiane Garnier, 1955) Ça va barder (de John Berry avec E.Constantine et J.Carmet, 1955).
Il publie en 1958 son premier roman : La Fête espagnole (qui obtint le Prix des Deux-Magots en 1959). Son goût pour le Roussillon et son amitié avec Willy Mucha et quelques autres l'incitent à s'installer à Cadaquès en 1959. Continuant aussi le travail cinématographique, on lui doit Cette nuit-là (1958), Le vent se lève (1959) et Terrain vague (1960).
Il écrit ensuite La Comédie (1960), et La Fête espagnole est adaptée pour le cinéma par Jean-Jacques Vierne en 1961 (avec Peter van Eyck). Son roman Les Pianos mécaniques (dans lequel Cadaquès est directement transposé en Caldeya), obtient en 1962 le Prix Interallié, et est lui aussi adapté au cinéma en 1965 par Juan Antonio Bardem (avec Mélina Mercouri et aussi Renaud Verley). 1965 voit paraître un nouveau roman, Les Chevaux masqués, puis en 1967 Le Rachdingue et en 1972 Un Père, son fils.
Henri-François Rey est mort le 22 juillet 1987.

 

Le talent de conteur de Barjavel au service d'un mythe religieux connu de tous transposé dans les années 50 à Collioure, village côtier fortifié catalan. Jésus et Barrabas entourés de gendarmes et d'espadrilles, drôle de mélange détonnant qui fonctionne à merveille sous la plume du magicien plus connu pour ses œuvres de science-fiction. 

 

Jésus arrêté !... Barrabas arrêté !... Les deux nouvelles couraient dans la foule, du tir aux autos tamponneuses, du port aux cafés. C'étaient surtout le vieux et les femmes qui parlaient de Jésus, à voix basse. Les jeunes garçons se jetaient le nom de Barrabas, inventaient les détails de la bataille, les centaines de morts, la Tour qui saute. 

 

René Barjavel

Né à Nyons dans la Drôme, le 24/01/1911  Mort à Paris, le 24/11/1985 

 est un écrivain et journaliste français, principalement connu pour ses romans d'anticipation. Certains thèmes y reviennent fréquemment : chute de la civilisation causée par les excès de la science et la folie de la guerre, caractère éternel et indestructible de l'amour (Ravage, Le Grand Secret, La Nuit des temps,Une rose au paradis, Le voyageur imprudent). Son écriture se veut poétique, onirique et parfois philosophique. 

 

Il fait également des incursions dans la littérature plus traditionnelle, avec un roman comme les Chemins de Katmandou, ou dans l'univers des légendes arthuriennes avec l'Enchanteur ou Les dames à la licorne écrit en collaboration avec Olenka de Veer. 

 

- - - - -

* J. Francisco ORTIZ : Hommage de Senio Diaz à son père Alirio Diaz. 25/1/2017

 

Le grand Maître vénézuélien de la guitare Alirio Diaz vient de nous quitter… invité il y a trente deux ans en 1985 à San Vicens par J.Francisco Ortiz, le service Culturel de l’Université « Via Domitia » de Perpignan et l’association Guitar’Arte dans le cadre du cycle « Guitares du Monde » invite le Mercredi 25 Janvier à 20h30 à la Maison de l’Etudiant son fils Senio Diaz.

Professeur au conservatoire de l’Aquila en Italie, Senio Diaz évoquera le passage de son père à Perpignan. 

Concert chargé d’émotions où sera aussi célébré le centenaire d'Antonio Lauro.

 

Entrée libre - POUR RAISON DE TRAVAUX A LA MAISON DE L'ÉTUDIANT, 

LE CONCERT AURA LIEU DANS

 L'AMPHI 3 

QUI SERA FLECHÉ DEPUIS L'ENTRÉE DE L' UNIVERSITÉ . . . 

-- 

J.Francisco Ortiz

11 Rue des Palmiers

66270 - LE SOLER (France)

Web : jpacortiz66.fr

jpacortiz66.blogspot.com

You Tube : J.Francisco Ortiz

 

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans littérature
commenter cet article
24 janvier 2017 2 24 /01 /janvier /2017 09:04
Jean-Pierre Bonnel, à l'entrée du cloître de St-Génis des Fontaines - Asja LACIS - Buste de W.Benjamin par Jula COHN
Jean-Pierre Bonnel, à l'entrée du cloître de St-Génis des Fontaines - Asja LACIS - Buste de W.Benjamin par Jula COHN
Jean-Pierre Bonnel, à l'entrée du cloître de St-Génis des Fontaines - Asja LACIS - Buste de W.Benjamin par Jula COHN

Jean-Pierre Bonnel, à l'entrée du cloître de St-Génis des Fontaines - Asja LACIS - Buste de W.Benjamin par Jula COHN

* Walter BENJAMIN et les FEMMES :

conférence sur ce thème,  le Jeudi 26 janvier 2017, à la galerie d'art du cloître de Saint-GENIS des Fontaines (1er étage, à partir de 18h30), sous l'égide de l'Association W. Benjamin.

 

*Exposé par Jean-Pierre Bonnel, écrivain, président de l'Association : attention, changement, ce sera au FOYER du cloître, porte à droite, à l'entrée du cloître : un panneau est installé.

Photos de femmes - apéritif...

 

Contact : 06 31 69 09 32 - Entrée libre

 

Partenaires : Mairie de St-Génis des Fontaines - Mairie de BANYULS/MER - CD 66 - Les 9 CAVES, à BANYULS - Cave L'ETOILE

 

- - -

La gauche de gouvernement a voté : virage à gauche..? BENOITEMENT, HAMON...

 

*VALLS : s'il avait pu utiliser le 49.3, ça aurait été utile à ce petit dictateur... Etre Catalan n'excuse pas tous...

 

*SYLIVIA : à la fois secrétaire d'Etat et sur la liste de Delga, quel dégât : elle a su réciter de façon mécanique et impassible, et a réussi à ne pas bouger sa mèche noire sur le front...Quel exploit !

 

*Benhamias : nous a bien amusés, tout en disant des vérités. Ce fut une respiration dans ce débat rigide et asphyxiant !

 

*Montebourg : a moins fait le fier, le m'as-tu-vu, moins méprisant, moins ricaneur, et par là, moins convaincant, sans projet moderne. Transparent...

 

*HAMON : la nouveauté vient de HAMON qui, benoîtement, avança l'idée neuve, insolite du "revenu universel" à 350 milliards, nourrissant le chômeur comme la Bettencourt ! Avouant ainsi que le chômage était invincible et que la solution consistait à ne plus travailler, d'être assisté pour oublier le mot "chômage"…

 

*PEILLON, le sage philosophe a bien compris le danger; il a, dans les cordes, poussé le vieux copain. IL distribua quelques idées et bons et mauvais points, se situant ainsi en juge central, mais aussi en candidat secondaire…

JPB

 

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans philosophie
commenter cet article
23 janvier 2017 1 23 /01 /janvier /2017 08:41
W. Benjamin - J. P. Bonnel - Article de Pascale RAIX  -   (C) L'Indépendant catalan
W. Benjamin - J. P. Bonnel - Article de Pascale RAIX  -   (C) L'Indépendant catalan
W. Benjamin - J. P. Bonnel - Article de Pascale RAIX  -   (C) L'Indépendant catalan

W. Benjamin - J. P. Bonnel - Article de Pascale RAIX - (C) L'Indépendant catalan

* Walter BENJAMIN et les FEMMES :

 

conférence sur ce thème,  le Jeudi 26 janvier 2017, à la galerie d'art du cloître de Saint-GENIS des Fontaines (1er étage, à partir de 18h15), sous l'égide de l'Association W. Benjamin.

 

*Exposé par Jean-Pierre Bonnel, écrivain, président de l'Association. 

Projection de photos. Apéritif 

 

Contact : 06 31 69 09 32 - Entrée libre

 

- - -

 

 

                                            

Walter Benjamin Sans Frontières 

    W B S F 66650 BANYULS S/MER – 

 

Association à but non lucratif déclarée sous le régime de la loi 1901 - * W661002211  

Blog : http://walterbenjamin.canalblog.com   Contact : 7 route de Bages - 66180 Villeneuve de la Raho –   06 31 69 09 32  -

 Courriel : jean-pierre.bonnel@orange.fr  

 

 

CALENDRIER  2017

 

 

JANVIER

 

 

Du  4 au 31 

Du lundi au dimanche inclus

9h30 à 12 h

14h à 17h

Vendredi 6

17 h

 

 

ST GENIS DES FONTAINES

 

 

*Expositions – 4 artistes au cloître de St Genis -  13 rue Clémenceau -

¤ Anie Tor,  Annie Fforde,  Joanna Leon et Carlo Maiolini.

 

sous l’égide de l’association  Walter Benjamin Sans Frontières 

  

 

 

*Vernissage   

   Contact : Carlo  Maiolini : 06 08 96 84 38

 

04 68 89 84 33

Entrée libre

Si visite du Cloître =

 2 euros 

Gratuit pour les moins de 12 ans

 

- - -

 

Lundi 16

18 h 

BANYULS

Café "Le grand large" à Banyuls (front de mer)

 

: Café philo : poèmes de Baudelaire – Baudelaire par Walter Benjamin – 

thème du flâneur

 

Anne Marie LLambrich

Jean-Pierre Bonnel

06 31 69 09 32

Entrée Libre

 

 

- - -

 

 

Jeudi 26

ST GENIS

*Exposé – W.B. et les femmes par Jean-Pierre Bonnel

 

Jean-Pierre Bonnel

06 31 69 09 32

Entrée libre

 

- - -

 

 

FEVRIER

Vendredi 10

18h30

BANYULS

9 caves 

*Lectures théâtralisées – Hanna Fiedrich – Comédienne - 

 

Les 9 caves

Jean-Pierre Bonnel

06 31 69 09 32

Participation pour la comédienne

 

- - -

 

 

MARS

Samedi 4 

10h à 12h 

Médiathèque

Le Boulou

*Café philo – Vidéo – Lectures – Dédicaces.

 

Jean-Pierre Bonnel

06 31 69 09 32

Entrée Libre

 

- - -

le 10 mars : Conférence d'André ROGER, psychanalyste , sur les frontières" (Bnyuls, salle Novelty) 18h30. entrée libre 

 

- - -

Vendredi 17 mars, 18h

 

Médiathèque Le Boulou

 

*Présentation des associations catalanes et françaises autour de l’œuvre de W.B. (Passatjes à Port Bou)  Pilar Parcerisas et Jean-Pierre Bonnel

 

Jean-Pierre Bonnel

06 31 69 09 32

Entrée Libre

 

- - -

 

AVRIL

MAI

A préciser

BANYULS

*Conférence  J.L. Bailleret – Vermuche – Présentation de son livre

 

Jean-Pierre Bonnel

06 31 69 09 32

Entrée libre

 

- - -

AVRIL

 

Mardi 4 au

30 avril 

10h à 23h

Vendredi 7

18h30

BANYULS S/MER

9 Caves

 

 

 

*Expositions : 8 artistes. 

 

Horaires le dimanche de 10h à 16h. 

 

*Vernissage 

 

                  Les 9 caves

 

Jean-Pierre Bonnel

06 31 69 09 32

Entrée libre

 

- - -

Conférences :

Gérard Malgat, écrivain, docteur en espagnol: sur 1937: WB./Guernica

 

 

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans philosophie
commenter cet article
22 janvier 2017 7 22 /01 /janvier /2017 08:33
Artur HERAS (photos J.P.Bonnel)
Artur HERAS (photos J.P.Bonnel)
Artur HERAS (photos J.P.Bonnel)
Artur HERAS (photos J.P.Bonnel)
Artur HERAS (photos J.P.Bonnel)

Artur HERAS (photos J.P.Bonnel)

 

 

 

Ce dimanche matin alors RDV 10h30 Café de la Poste "Les élections et MOI" animé par mais aussi ...

Débat citoyen sur les élections présidentielles : échanges, points de vue, interventions de blogueurs (Nicolas Caudeville, J.Pierre Bonnel...)

 

 

***Ce dimanche, à 14 heures...

 

L'artiste valencien Artur HERAS et Vicente Madramani présente l'expo la plus contemporaine de France (au-dessous de la Loire) !

C'est une peinture qui se réfère à l'histoire e la peinture (Picasso, Holbien, avec Les Ambassadeurs...le pointillisme, l'art cinétique...). Peinture très politique aussi, avec les portraits insérés de Marx, du Che..."L'art ne sert à rien s'il ne sert pas à démolir les faux dieux." (page 8 du très beau catalogue).

Après avoir montré et digéré les divers courants, Héras a créé son propre langage : "La peinture constitue en soi son propre langage, et lorsque nous parlons, nous en faisons une traduction inférieure." Francis Bacon. C'est une oeuvre réaliste, violente qui nous confronte aux violences et horreurs du monde. L'espoir de changement et de révolution affleure, mais le désespoir pèse aussi beaucoup reste la nostalgie, d'un paradis, reste le souvenir de la beauté, dont on ne doit plus parler, désormais, pour qui loge au coeur de l'Homme.

Heras n'est pas dupe, mais pour montrer sa conscience et sa volonté de faire bouger les lignes, il utilise la figuration ironique qui ose la couleur, le beau, l'engagement et le courage...

 

JPB

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans peinture
commenter cet article
21 janvier 2017 6 21 /01 /janvier /2017 09:51
Caricature trumpiste

Caricature trumpiste

 

***TRUMP annonce la mort de la gauche française

 

Les débats primaires des candidats de la "belle alliance", autour du PS, n'ont donné aucune solution aux problèmes qui font basculer les couches populaires vers le populisme extrémiste. Les thèmes du FN -sécurité, immigrés, migrants, les Français d'abord- n'ont pas été discutés. Les candidats socialistes, d'un haut niveau intellectuel, sont la preuve de la déconnection entre "le peuple" (1) et ses représentants. 

Ainsi, la gauche "socialiste" va dans le mur. Celle, extrémiste et populiste, stalinienne (hommage à Castro et aux dictatures "populaires" d'Amérique du sud) et radicale (puis on fait marche arrière et on se tait, comme en Grèce), ne fera pas alliance avec la "belle alliance". 

Seul demeure l'espoir Macron dont l'équipe vient du PS et des dirigeants de l'économie sociale et solidaire…

Aux USA, les Clinton n'ont pu répondre au "rêve américain" des petits Blancs, écoeurés par les agissements des responsables politiques et se sentant méprisés : "les migrants, les Noirs et tous les autres nous passent devant."

Répondant au désir d'identité, de reconnaissance ethnique et de travail (retour des bons emplois, de la réindustrialisation du pays, dans les usines et mines à charbon, entre autres…), Trump a pris le contrepied de l'élite intellectuelle progressiste qui se focalise sur les minorités, les discriminations, l'aide aux migrants, quand le "prolétariat" se sent emporté dans le déclassement économique. 

 

Comment la gauche peut-elle répondre à ce discours d'extrême-droite..?

La droite, celle de Fillon, le fait en optant pour un discours ferme et des solutions radicales, plus extrêmes, parfois, que celles du FN…mais il perd peu à peu sur le centre-gauche… Dilemme...

JPB

 

- - -

**TROMPE RIT :

Peux tu me faire une synthèse (en 2 mots...vas pas choper méningite ou scoliose, en plus ) de la déclaration d'inbestitude de Gouffy Trump cet après midi

j'ai piscine à cette heure là ... voir pièce jointe 

 

Merci

Guy( Obamot)

 

*** Bon alors l'imbécilitude ??

Alors 

j'attends !!!

je 

ne saurais 

dormir

sans le 

résumé

succin 

 au 

développement 

modeste

mais 

complet  !! 

 

Guy Jacquet

Repost 0
Published by leblogabonnel
commenter cet article
20 janvier 2017 5 20 /01 /janvier /2017 11:36
La vie sous-marine (conférence à Banyuls) - POESIE : Pere FIGUERES, Jean IGLESIS -

 

 

***POESIE : Pere FIGUERES et Jean IGLESIS

 

 

Témoin

 

Je n’ai fait qu’être là, debout, sous la lumière,
Écrivant d’une faible voix,
A regarder les vieux monter les murs de pierre,
Quand le temps s’enfuit sous leurs doigts.

 

Je n’ai fait que croiser les âmes passagères,
Pleurant le départ ici-bas
De rêves d’absolu, jetés dans la poussière,
D'amours qui ne reviendront pas.

 

Je n’ai fait que cueillir les fraises printanières,
Bordant le chemin, çà et là,
Sans chercher à savoir quel est donc leur mystère,
Mais ébloui par leur éclat.

 

Je n’ai fait qu’écouter des dévots les prières
Qu’en mon être je n’entends pas,
Mêlant mes propres mots à leurs sentences fières,
Mais à jamais sourd à leurs voix.

 

Je n’ai fait que guetter, des murailles altières,
La longue marche des soldats,
Aux mélopées scandant quelque passion guerrière,
Prompte à commettre un coup d’état.

 

Je n’ai fait que braver les futiles chimères
Qui tracent le destin des rois,
Qui peuplent d'innocents les lointains cimetières
Que la gloire ne connaît pas.

 

Je n’ai fait que sentir la mer, depuis la terre, 
Bercer mes peines et mes joies,
Que rendre grâce au vent, quand il fend les fougères
Pour guider à nouveau mes pas.

 

Je n’ai fait que plonger, dans le lit des rivières,
Mes yeux, en pleurs souventes fois,
Sans jamais retrouver le visage éphémère
De l’enfant qui sommeille en moi.

 

Jean Iglesis

 

Homme de lettres, femme de chiffres (Equation pour deux inconnus)

 

Je rêvais de Verlaine et de son matin calme
Quand je t’ai découverte entre tes statistiques.
Paul Valéry t’aurait sans doute offert sa palme
Pour apaiser tout net tes craintes algébriques.

 

J’ai suivi pour tes yeux les chemins de Laclos
Pour n'être que le seul de tes nombres premiers.
J’ai joué non sans style un rôle de héros,
Gravitant, tel Newton, dans l’ombre des pommiers.

 

Je suis entré, vainqueur, grâce au cheval de Troie,
Dans ta ville assiégée, aux mains de Pythagore,
Refusant les rigueurs de la règle de trois
Pour te séduire enfin, et te garder encore.

 

J’ai lu dedans ta main le destin de Juliette,
Dénonçant avec foi le triste théorème
Qui énonce au tableau noirci de chaque fête
Qu’il faut toujours souffrir, pour le lambda qui aime.

 

J’ai adoré Kipling pour devenir un homme,
Tandis que tu taillais le bonheur en fractions.
Je n’ai pas entendu le sentencieux axiome
Qui condamne toujours les douces illusions.

 

J’ai marché longuement dans les traces d’Homère,
Gardant toujours le cap, malgré la tête vide,
Avec à mes côtés la rage coutumière
De te savoir livrée aux rites froids d’Euclide.

 

Je n’ai durant ce temps rien voulu démontrer,
Ni ajouter à ces instants, ni rien soustraire.
Je n’ai fait que donner, refusant de compter,
Préservant dans mon cœur les vers d’Apollinaire.

 

C’est depuis lors, ma mie, que les mathématiques
Jaunissent au soleil des probabilités,
Feuilles de saule, chues sous les assauts tragiques
D’un vent calculateur qui a tout emporté.

 

Jean Iglesis

 

 

 

Écrit sur du vent

 

Les rires des enfants au sortir de l’école,
Les billes que l’on gagne et les rêves qu’on vend,
Les taches aux cahiers et les heures de colle,
Les châteaux-forts que des ennemis l’on défend.
Tous les instants perdus s’envolent 
Pour n’être écrits que sur du vent.

 

Le chien, vieux compagnon bien repu, qui somnole
Tout au pied du fauteuil patiné, triomphant,
Dans lequel grand-mère inlassablement cajole
Le bambin qui soupire et dort contre son flanc.
Toutes les images s’envolent 
Pour être écrites sur du vent.

 

Ma mère vient vers moi, me parle et me console
Car je pleure et j’ai peur dans le soir étouffant.
Mon père me sourit, tapote mon épaule
Et leur amour me rend plus fort dorénavant.
Tous les moments bénis s’envolent 
Pour n’être écrits que sur du vent.

 

Je ressens les baisers, les promesses d’idole.
L’amour vibre en mon cœur quand je pense souvent
Que j’ai pour quelque instant hérité du beau rôle,
Sans jamais deviner que j’étais le suivant.
Toutes les illusions s’envolent 
Pour être écrites sur du vent.

 

Comme le soir descend sur moi, telle l’étole
Qu’arbore sans fierté le sage survivant,
Refusant de poursuivre plus la route folle, 
Je décide de fuir le monde en écrivant.
Tous les plaisirs soudain s’envolent 
Pour n’être écrits que sur du vent.

 

Jean Iglesis

 

- - -

Bon dia,

Vos esperi el divendres 27 de gener del 2017, a les 18h, a

 

la Llibreria Catalana, place Jean Payra, a Perpinyà, per la

 

presentació del meu llibre de poesia "9"

 

 

Presentació a càrrec de Jaume Queralt, i lectures de Júlia

 

Taurinyà, Maite Barcons, Cristina Giner i Pere Manzanares.

 

 

"9"

 

aquesta xifra és el títol de l'últim treball d'aquest home "fora

 

de mida", com diu Renada Laura Portet en el prefaci del llibre.

 

Pere Figueres, sempre humil però sorprenent. Aquest cantautor

 

dels Arbres i dels Ocells, aquest artista plàstic inventor d'una

 

tribu de "Kanyataps" , ens lliura un recull de poesia que canta

 

com l'aigua d'una font clara. Aquesta font de Pere Figueres no

 

ha perdut res dels seus sabors catalans. Unes cinquanta pàgines

 

de poemes, paraules de cançons, de pensaments. A flor de cor.

 

Una filosofia de l'esbalaïment. Una saviesa de la intimitat.

 

Sentimental i descriptiu: El "jo" mai és abstracte. I

 

l'arrelament a un país no és patològic. Ni l'amor d'un mester de

 

terra. Puntes de revolta també. I... Alegria d'espigolar mots,

 

trets i algunes rimes.

 

 

Amb

 

9 il.lustracions inspirades de les seves escultures de suro...

 

 

 

 

Amicalment,

 

 

PERE

 

 

 

- - -

**Communiqué du Bureau de l’A.S.A.M.E. (Association des Amis de la Mer et des Eaux)

 

Vous êtes cordialement invités à assister à la Présentation d’une conférence « LA VIE SOUS-MARINE » Comportement des espèces qui aura lieu à la salle BARTISSOL à Banyuls sur Mer, LE VENDREDI 20 JANVIER 2017 à 16h 00

 

Cette conférence sera présentée par Monsieur Henri COLONNA D’ISTRIA, naturaliste sous-marin spécialisé dans l’étude des coraux, photographe ARESMAR (Association de Recherches Archéologiques Sous-marines du Roussillon) qui animera les débats et pourra répondre aux diverses questions.

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans poésie
commenter cet article
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 07:52
Le rire artistique : Open des Artistes à MONACO - Joseph FOXONET le Catalan - Galerie de L'Isba,  fermeture à Perpignan : l'hiver est trop rude !
Le rire artistique : Open des Artistes à MONACO - Joseph FOXONET le Catalan - Galerie de L'Isba,  fermeture à Perpignan : l'hiver est trop rude !
Le rire artistique : Open des Artistes à MONACO - Joseph FOXONET le Catalan - Galerie de L'Isba,  fermeture à Perpignan : l'hiver est trop rude !

Artistes à MONACO : participation d'un Catalan 

 

Joseph FOXONET

 

 participe à 'l'open des artistes de Monaco ' avec son oeuvre numéro 30 qui est pas mal placé pour l'instant à ce concours. 

 

N°30 - "La planète qui rit bio"

 

Terres sur toile
Dimensions : 64 x 55 cm

 

Peintre paysan, je peins avec des terres et des sables collés au couteau sur toile.

Ma planète ! Au premier abord, une tête de clown au large rire, mais rit-elle jaune ou ver ?

En son sommet, des buissons peignés par le vent d'où est tombé la pomme originelle, comme un nez de clown, dont les feuilles dessinent un regard rieur.

Entre Arcimboldo et Saint-Exupéry mon "rire" n'est qu'un grand ver, comme un éclat de rire, la pomme attiré le ver, avant le grand boum, projeté dans l'univers, mort de rire. Ça rime à quoi un clown ?

 

A voir sur ce site

 

Les Œuvres - Open des Artistes de Monaco 2017

Galerie d'Art L'Entrepôt Monaco - Expositions au 22, rue de Millo - MC 98000 Monaco

lentrepot-monaco.com

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans peinture
commenter cet article
18 janvier 2017 3 18 /01 /janvier /2017 11:02
Eric Marsiam -(2 photos) - Targeto digital “d'orificis al mur” (La Jonquera) - Musée de la Méditerranée
Eric Marsiam -(2 photos) - Targeto digital “d'orificis al mur” (La Jonquera) - Musée de la Méditerranée
Eric Marsiam -(2 photos) - Targeto digital “d'orificis al mur” (La Jonquera) - Musée de la Méditerranée
Eric Marsiam -(2 photos) - Targeto digital “d'orificis al mur” (La Jonquera) - Musée de la Méditerranée
Eric Marsiam -(2 photos) - Targeto digital “d'orificis al mur” (La Jonquera) - Musée de la Méditerranée
Eric Marsiam -(2 photos) - Targeto digital “d'orificis al mur” (La Jonquera) - Musée de la Méditerranée
Eric Marsiam -(2 photos) - Targeto digital “d'orificis al mur” (La Jonquera) - Musée de la Méditerranée

Eric Marsiam -(2 photos) - Targeto digital “d'orificis al mur” (La Jonquera) - Musée de la Méditerranée

*La Maison de la Région de Perpignan accueille Eric Marsiam

 

Marsiam s'est formé auprès de grands maîtres : Zao Wou Ki, Serge Poliakoff, ou encore les frères Van Velde. Les historiens d'art le classent dans les "naturalistes informels" comme Olivier Debré, par exemple. S'il habite volontiers Perpignan, son atelier situé dans les "vallées sauvages" près de forêts de chênes-lièges, au dessus de Céret, lui permet d'être en pleine nature et de bénéficier de ses bienfaits : inspiration, concentration, respiration. 

Grand marcheur tout autant qu'il apprécie la plongée sous-marine, Marsiam s'est toujours imprégné des splendeurs que recèle la nature, et c'est pourquoi il s'est depuis longtemps dirigé vers le liège ! Le liège est devenu sa "récréation artistique", selon lui, et c'est à partir de ce jeu qu'il crée des tableaux avec cette écorce riche d'histoire et d'utilisations diverses. Il le dompte et le métamorphose lui donnant un aspect de "peau de liège" qui est le support de son expression, et nous conduit dans ses univers abstraits ou imaginaires. L'exposition de ces créations, intitulée "Les lièges de Marsiam",  est proposée par l'association Concordia Patrimoine et Culture, dirigée par Céline Marcadon à la Maison de de la Région de Perpignan, du 23 janvier au 16 février. Elle sera accompagnée de la sortie du livre : "Les lièges de Marsiam" édité par Arnaud Molières, directeur de la Bam Gallery de Toulouse. 

 

Vernissage le jeudi 26 janvier 18h30

Maison de la Région de Perpignan, 34 avenue du Général de Gaulle - Immeuble le "Royal Roussillon", 66000  Perpignan

Informations Céline Marcadon : +33 6 81 42 98 75

cmarcadon@gmail.com

 

**UN THYSSEN MAI VIST : SUPERBE EXPO A BARCELONA 


Dommage que la banque catalane "La Caixa" ne vienne installer une agence en Catalogne du nord, car peut-être arriverait-elle à susciter parmi ses semblables françaises, sans doute trop regardantes quant à leurs bénéfices, un brin d'émulation... En effet, voilà anys i panys que "La caixa" par son 'Obra social" offre aux barcelonais, gratuitement pour ses clients, 4 euros pour les autres, de magnifiques expositions d'un niveau égal, voire parfois supérieur à ce que Madrid ou Paris offrent à leurs concitoyens. Sauf que chez ces derniers , c'est le plus souvent l'Etat qui paye, et que le billet d'entrée est multiplié par trois ou quatre... Grâces, donc, soient rendues à La Caixa pour cette dernière expo "Un Thyssen mai vist" qui voit Barcelone profiter d'oeuvres essentielles de la célèbre collection madrilène ! Ben oui, il n'y a pas que Rajoy à Madrid ! Un public très populaire, beaucoup d'enfants, de poussettes et d'ados pour découvrir Fra Angelico, Ucello, El Greco, Rembrandt, Rubens, Canaletto,mais aussi Chagall, Picasso, Lucian Freud, Courbet, Corot, Pissaro, Gris, Klee, kandinsky, Nolde et bien d'autres...Une oeuvre chacun, pour un accrochage par thémes assez surprenant, et des voisinages assez incroyables. Mais que de merveilles !  © Michel LLOUBES

 

***Musée de la Méditerranée :

 

Aquest dissabte 21 de gener, a les 18 h, al Museu de la Mediterrània

es presentaran les últimes entrevistes del Projecte Fer de Músic

El Museu de la Mediterrània continua documentant la història dels músics de Catalunya amb el projecte Fer de Músic. Per aquest motiu, aquest dissabte tindrà lloc la primera sessió del projecte on es visualitzaran les entrevistes realitzades durant el 2016 a quatre personatges històrics de les cobles orquestres. 

 

El projecte Fer de Músic, de recuperació de la memòria dels músics, és coordinat pel músic Jordi Molina i el Centre de Documentació del Museu de la Mediterrània. Al llarg del 2016, ha continuat la seva feina de recuperar la memòria oral dels personatges històrics de les cobles – orquestres del nostre país. Els músics d’aquestes formacions catalanes, nascudes a les comarques de l’Empordà a mitjans segle XIX, han estat testimoni excepcional de la transformació de les nostres festes populars, els canvis en la societat i en general espectadors privilegiats del pas de la nostra història. Ara, el projecte Fer de Músic, recupera la seva veu, les seves vivències, la seva memòria, i per una banda ho custòdia i per altra ho difon a tot el públic.

Els músics entrevistats el 2016 foren:

 

Jaume Vilà i Figueres (Cornellà del Llobregat, 1949). Instrumentista de tenora. Ha format part de les cobles Principal del Llobregat, Principal de la Bisbal i Ciutat de Barcelona, així com de la Banda Municipal de Barcelona. Professor de tenora al Conservatori Superior de Barcelona i al Conservatori del Liceu, ha estat mestre de tota una generació de tenoristes.

 

Jordi Leon i Royo (Barcelona, 1952). Instrumentista de flabiol, compositor i director. Com a instrumentista ha format part de les cobles Principal del Llobregat, Ciutat de Barcelona, i de la Banda Municipal de Barcelona. Ha dut a terme importants treballs de recerca del flabiol i és responsable de l'oficialització dels seus estudis. Ha estat director de la Cobla Sant Jordi (1983-2007) i de la cobla La Principal del Llobregat.

 

Enric Rigau i Prats (Cassà del la Selva, 1948). Instrumentista de contrabaix. Ha format part de les cobles Catalunya i Principal de Llagostera i com a contrabaix solista de l'Orquestra Simfònica de Barcelona durant més de 45 anys. També ha estat professor de contrabaix als Conservatoris de Girona i Badalona i també a les escoles de cobla de Blanes i Reus.

 

Antoni Gadea i Reduan (Figueres 1950). Instrumentista de bateria. Va formar part de l'orquestra Ritmos, del grup Mauné i els seus Dinàmics, de l'Orquestra Maravella, de l'Orquestra Xavier Cugat, de l'Orquestra Gerunda i del grup Metropol.

 

www.museudelamediterrania.cat

 

 

***Fondation Louis Vuitton: chic et toc

Non, Bernard Arnault, le public n’est pas une marchandise

 

La Fondation Louis Vuitton, octobre 2016. SIPA. 00777712_000077

Sur le papier, l’exposition Chtchoukine qui se tient à la fondation Louis Vuitton jusqu’au 20 février 2017 est sans rivale. Pensez donc : 130 chefs-d’œuvre impressionnistes, post-impressionnistes et modernes soit un authentique trésor, celui que Sergueï Ivanovitch Chtchoukine, collectionneur russe et francophile rassembla une vie durant. Gauguin, Derain, Matisse, Le Douanier Rousseau, Picasso… J’allais pouvoir m’en mettre plein les yeux ! Mais pour autant cette excitante promesse ne me fait pas perdre mon sens pratique. Prudemment, j’achète donc mon billet d’entrée en ligne une semaine à l’avance. Comme dans d’autres musées, je dois choisir un horaire précis parmi une liste de créneaux, ça sera donc le mardi 20 décembre à 12h30. Le jour dit, un mauvais vent m’accompagne lors de la traversée du jardin d’acclimatation jusqu’à la Fondation Louis Vuitton. Un édifice audacieux (ou plutôt “un geste architectural fort” comme on dit maintenant), tout en larges courbes, que ne renieraient pas les émirs dubaoïtes. Le bâtiment a été habillé par Daniel Buren de filtres colorés alternés et rectangulaires, rappelant ainsi le motif à carreaux, emblématique de la marque Louis Vuitton… Bel exemple d’intérêt bien compris entre un homme d’affaire avisé et un artiste qui sait d’où tirer son inspiration pour ne pas contrarier son mécène.

Il est 12h20, je cherche la file d’attente destinée aux visiteurs déjà détenteurs d’un ticket. Introuvable. L’agent de sécurité questionné me répond qu’il n’y a qu’une seule file pour tous les visiteurs et qu’il faut donc faire la queue en attendant que « le flux soit régulé ».

« Vous n’êtes pas dans un vieux musée, Monsieur »

Après 25 minutes d’attente dans un froid glacial, je pénètre enfin dans la fondation. Le hall d’entrée est digne d’un centre commercial en période de soldes : énormément de monde, des indications confuses censées orienter les visiteurs vers le restaurant, la boutique, l’auditorium… Je m’approche du comptoir d’accueil où il est précisé que chaque billet donne droit à un audio-guide. Je réclame donc mon dû et m’entends répondre que pour profiter de ce service, il faut être détenteur d’un smartphone et télécharger une application. J’explique que je n’ai pas pris d’écouteurs mais cela ne pose aucun problème puisque l’hôtesse me répond qu’il est tout à fait possible d’écouter à voix haute les indications dispensées par l’application… Je reste perplexe, ce musée du XXIe siècle qui se veut reflet de son époque, aurait-il poussé son souci de contemporanéité jusqu’à adopter le mode d’expression des lascars du RER B qui font profiter à tous les voyageurs du dernier titre de Nekfeu en mettant leur portable à pleine puissance ?

La personne qui m’accompagne a le tort de ne posséder qu’un modeste téléphone portable et fait part de son incompréhension quant à la promesse d’un audio-guide. Réplique cinglante et définitive : « Vous n’êtes pas dans un vieux musée, Monsieur ». Et tac ! Quant à l’intérêt d’acheter préalablement un billet nominatif, daté et comportant une heure précise l’hôtesse nous répond -agacée- que ce billet n’est en aucun cas un coupe-file et que si nous nous sommes gelés, c’est pour la bonne cause. Il s’agit en effet de « ne pas saturer les salles d’exposition de visiteurs afin que chacun puisse en profiter dans les meilleures conditions ». Nous tournons les talons et entrons (pas dans les meilleures dispositions, il est vrai) dans l’exposition, prêts à oublier ces déconvenues grâce aux merveilles qui nous attendent. Las ! Les salles sont toutes plus bondées les unes que les autres, on s’y bouscule. Il faut jouer des coudes pour espérer s’approcher des tableaux. Les visiteurs déambulent un smartphone dans une main avec le son à voix haute, et un appareil photo dans l’autre. En fait de « meilleures conditions » c’est l’entassement et le bruit qui dominent. La Fondation Louis Vuitton a fait le plein de visiteurs et une belle recette (16€ le ticket plein tarif) mais nous nous sommes hagards, déboussolés, frustrés, fatigués. Nous écourtons la visite.

Bernard Arnault qui cultive son image de mécène devrait pouvoir comprendre que la politique du chiffre qu’il pratique à merveille à la tête de LVMH, est un non-sens appliquée aux arts. Le public, comme les œuvres, méritent que l’on ne les traite pas comme des marchandises.1

Suzanne Binhas
Etudiante en Urbanisme et Aménagement du territoire

Publié le 07 janvier 2017 

  1. Contactée par Causeur.fr, la Fondation Louis Vuitton n’a pas encore répondu à nos questions

 

- - -Musée de l'EXIL - La JONQUERA

Ens plau d’informar-vos que des del  21 de gener fins al 4 de juny de 2017 es podrà veure a l’espai-hall del MUME el projecte “d’orificis al mur”, de l’artista visual Roser Bover.

 

El dissabte 21 de gener, a les 11:00h, tindrà lloc l’acte d’inauguració.

 

El projecte artístic serà presentat per la crítica d’art Magdala Perpinyà.

Durant l’acte d’inauguració es presentarà el video ...en l’esbatec del mur, també de Roser Bover, i tot seguit hi haurà una lectura de diversos textos relacionats amb l’experiència de l’exili i els desplaçaments forçosos de població, a càrrec de l’actriu Meritxell Yanes i el poeta Roger Costa-Pau.

 

*Trobareu més informació al comunicat de premsa que s’adjunta.

 

d’orificis al mur

2016 Instal·lació, sèrie d’imatges de refugiats sirians descarregades d’internet i recompostes sobre PVC, cables d’alumini i paper imprès

 

Amb la instal·lació artística, d’orifics al mur, Roser Bover proposa una reflexió sobre l’actitud que adopten les esferes de poder davant els fluxos migratoris i que redueix  l’exiliat i/o migrant a simples “humans residuals”; una expressió que ha utilitzat Zygmunt Bauman en el seu assaig Vides malgastades. D’aquesta actitud es desencadenen paraules molt contundents i doloroses, com ara desplaçat, nàufrag, sense papers, il·legal... El llenguatge i les imatges no són aliens a la defecció en què incorren aquells que podrien subvertir aquesta situació tan dramàtica.

Aquesta obra s’erigeix com un contrarelat crític i poètic sobre el dolor, la pèrdua i els murs que es basteixen arreu, a causa dels interessos geopolítics i una crisi socioeconòmica de transcendència ètica que malmet els principis bàsics de l’humanisme.

 

Aquest treball s’inscriu en  la secció “Art i memòria. Propostes artístiques contemporànies”.

 

La secció Art i memòria. Propostes artístiques contemporànies ocupa un petit espai situat al hall del MUME  i es dedica a la mostra periòdica de propostes artístiques contemporànies que tenen com eix del seu treball les relacions entre l’art i la memòria -individual i col·lectiva- associada a fets històrics i polítics. En aquest sentit, es dóna prioritat a aquelles obres que, a partir d’un esguard documental, emotiu i reflexiu, tenen en consideració la funció i influència que poden exercir la memòria i la figura del testimoni tant en la comprensió de la història del segle XX, com en una possible aproximació crítica a la complexitat del món actual.

 

A l’espera que sigui del vostre interès, us saludem ben cordialment,

 

Museu Memorial de l'Exili

Carrer Major 43-47

17700 La Jonquera

www.museuexili.cat

0034 972556533

 

d’orificis al mur (on holes in the wall)

2016 Installation, series of pictures of Syrian refugees downloaded from internet and recomposed on PVC, aluminium cables and printed paper

With the art installation, d’orifics al mur, Roser Bover offers a reflection on the attitude adopted by the spheres of power concerning migration flows that reduces the exiled person and/or migrant to mere “human waste”, an expression used by Zygmunt Bauman in his essay Wasted Lives. This attitude unleashes very forceful and painful words such as displaced, castaway, undocumented or illegal. The language and pictures are not alien to the defection that those who could subvert such a dramatic situation fall into.

This work appears as a critical and poetic counter-narrative on pain, loss and the walls built everywhere because of geopolitical interests and a socioeconomic crisis of ethical scope that undermines the basic principle of humanism.

Exhibition from 21 January to 4 June 2017

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans peinture
commenter cet article
17 janvier 2017 2 17 /01 /janvier /2017 10:09
Clara Claus - Anne Quéffelec et JPBonnel - Mardis graves - Les Gitans flamencos
Clara Claus - Anne Quéffelec et JPBonnel - Mardis graves - Les Gitans flamencos
Clara Claus - Anne Quéffelec et JPBonnel - Mardis graves - Les Gitans flamencos
Clara Claus - Anne Quéffelec et JPBonnel - Mardis graves - Les Gitans flamencos

Clara Claus - Anne Quéffelec et JPBonnel - Mardis graves - Les Gitans flamencos

***Le lundi 23 janvier à 18h00 à LA LIBRAIRIE TORCATIS

 

Rencontre avec PEDRO SOLER pour la présentation de l'ouvrage de Pedro Pena Fernandez:

"Les gitans Flamencos"

éd. L'Harmattan

"Ce livre bouleverse les idées reçues et apporte une réponse claire à toutes les questions que nous pouvions nous poser sur les origines du flamenco. Inspiré à la fois par un vécu extrêmement riche dans une famille emblématique du monde gitano-flamenco et par des recherches inlassables auxquelles l'auteur a consacré sa vie entière, cet ouvrage, incontournable, est appelé à remplacer une bibliographie conséquente mais plutôt incohérente."

Les horaires de la librairie TORCATIS

Le Lundi de 10h à 19h

Du Mardi au Samedi de 9h30 à 19h

et en continu sur notre site internet: www.librairietorcatis.com

10 rue Mailly à Perpignan

 

***Festival de Musique Sacrée

  • Le Festival de musique sacrée de Perpignan

Depuis la nuit des temps, l’art sacré éclaire l’élan spirituel des hommes. Ainsi, depuis 30 ans,  durant la période de Pâques le Festival de musique sacrée de Perpignan convie le public à découvrir les plus belles pages de la musique sacrée emplies de spiritualité.

Harmonie

Du 4 au 15 avril 2017

Pour ce nouveau voyage musical au thème évocateur de l’Harmonie, le festival s’installera au Couvent des Dominicains,  un lieu emblématique du patrimoine de Perpignan. L’église et le patio seront tout spécialement aménagés pour proposer les concerts gratuits à 18 h 00, les concerts du soir à 21 h 00 et  les rencontres avec les artistes. Dans ce cadre splendide, les soirées du festival deviendront incontournables, mêlant l’émotion, la magie, le plaisir et la convivialité.  Un lieu à découvrir dès le 6 avril, à recommander et à partager avec le plus grand nombre pour vivre de magnifiques invitations musicales.

A l’affiche du Festival 2017, des artistes exceptionnels : Les Musiciens du Louvre, Marc Minkowski - Le chœur Accentus, Laurence Equilbey - Ensemble Pygmalion, Raphaël Pichon - Pierre Hamon et les chanteurs d’Oiseaux - Paul Agnew, Thomas Dunford – Ensemble Canticum Novum, Emmanuel Bardon,…

Le programme complet du festival sera à votre disposition à compter du 10 mars 2017 .

Découvrez le programme et suivez l’actualité du festival sur la page facebook

Elisabeth Dooms

 

Direction Festival de Musique Sacrée de Perpignan

Adresse : 

Téléphone: 04 68 62 38 56 

festivalmusiquesacree@mairie-perpignan.com

 

Réservations concert «Harmonie du soir»

Tarifs de 8 à 29 euros
Tarifs exceptionnels : Pass Festival 3 concert et 5 concerts – Pass GénérationS

Fnac - Carrefour - Géant - Magasins U - Intermarché

www.fnac.com -www.carrefour.fr -www.francebillet.com  0892 68 36 22 (0,34€/min)

 

Adresse :  Place Arago

Espace Le Palmarium

66000 Perpignan

Téléphone: 04 68 66 18 92

 

Pour suivre l'actualité du Festival

 

Festival de Musique Sacrée Perpignan

 


"...Il m'accordera que la musique est l'unique, l'immatérielle entrée dans un monde plus haut du savoir, dont l'homme est enveloppé sans qu'il puisse le saisir..;grâce à la musique, nous avons le pressentiment, l'inspiration des choses divines. Et ce que l'esprit reçoit d'elle par les sens, c'est une révélation spirituelle incarnée." Propos choisis de L.V Beethoven ...Correspondance de Bettina et de Goethe. https://www.youtube.com/watch?v=x8GqdG4X3CA&t=746s​​​​​​​

 

Beethoven - Last Piano Sonata, No. 32, Op. 111 | Maria João Pires

Ludwig van Beethoven - Piano Sonata No. 32 in C minor, Op. 111, 1821-22 | Maria João Pires, live recital. Gezeitenkonzerte 2015, Neue Kirche in Emden, 04.VII...

 

*Théâtre de l'Etang, St-Estève :19 janvier 2017 - 20h30 au TDE

 

 

"Danses du XIXème siècle"

Duo CORD'EOLE

 

SPOT co-organisé avec le Théâtre de l'Etang
Entrée : 5€ (placement libre).
Pas de réservation

 

 

 

Le Duo Cord’Éole vous propose un programme riche et varié où virtuosité et délicatesse se rencontrent pour le plus grand plaisir du public. Il vous fera découvrir la magie et la diversité des danses composées au XIXème siècle, en plein essor du romantisme. Les compositeurs s’inspirent de la diversité de cette nouvelle époque pour revisiter des danses anciennes et leur donner de nouvelles couleurs expressives. 

 

De la France à l’Autriche, en passant par l’Espagne, des pays nordiques jusqu’à la Russie, vous voyagerez accompagnés de valse, polka, tango, pavane, sarabande, passacaille, habanera,… 

Leurs invités d’honneur se nomment Johann Strauss II, Piotr IIitch Tchaïkovsky, Gabriel Fauré, Johan Halvorsen, Enrique Granados, ou, encore, Georges Bizet.

 

Le Duo Cord’Éole 

De la rencontre de deux instrumentistes, Fanny Mayne et Nicolas Faure, complices, chaleureux et passionnés de musique de chambre, naît un ensemble unique et original. Ces deux musiciens, qui ont étudié avec les plus grands, sont lauréats de plusieurs premiers Prix, mention Très Bien à l’unanimité, en fin d’études, et lauréats de concours internationaux. 

 

Fanny Mayne, à la flûte traversière, est la mélodie du duo, une voix, tantôt grave et apaisante, tantôt aiguë et entrainante, souvent virtuose, elle ne laisse jamais indifférente. 

Nicolas Faure, au violoncelle, à la fois chanteur de la basse au ténor en passant par le baryton, se transforme en véritable petit orchestre pour sublimer les envolées lyriques de la flûte. 

 

 

 


SPOT parrainé par 

 

 

 

Renseignements : www.rdvse.fr - rdvse@rdvse.fr 06 72 80 39 86

 

***Festival Mardi Graves 2017 : le Festival des Instruments graves. 

http://mardigraves.free.fr

 

Nous y sommes ! Le Festival Mardi Graves dmarre ce mardi 17 janvier, pour une semaine riche en concerts, master class, rencontres-confrences, avec une cration mondiale (oeuvre de Jean-Marc Boudet)... : 

demandez le programme !

 

Les concerts de la semaine : 

mardi 17 janvier 

 18h30

Eglise du Barry - Montpeyroux

Concert "Carte Blanche au Carr de Basses"

mercredi 18 janvier

18h30

La bote  musique - Montpellier

Rencontre avec Jean-Marc Boudet, compositeur et Bastien Baumet, soliste

20h30

Chteau des Evques - Lavrune

Concert "La Posie des Basses" - Florentin Ginot, Bernard Cazauran et Christopher Hainsworth

jeudi 19 janvier

20h30

JAM - Montpellier

Concert "La posie des basses" - Organis par le JAM dans le cadre de ses soires "Jeudis dcouvertes" - Trio Bonacina - Monino - Laizeau, et pas que...

vendredi 20 janvier

16h-19h

Conservatoire - Nmes

Masterclass et Rcital de Cdric Carlier

17h30

Mdiathque - Saint Jean de Vdas

Lecture thtrialise "L'homme semence" - Claire Rieussec et Vincent Ferrand

20h

Thtre du Chai du Terral - Saint Jean de Vdas

Concert de l'Orchestre National de Montpellier - Cration d'une oeuvre de Jean-Marc Boudet avec Bastien Baumet, euphonium

samedi 21 janvier

18h

Chai du Terral - Saint Jean de Vdas

Concert Apro - Dgustation de Graves

20h30

Thtre du Chai du Terral - Saint Jean de Vdas

Concert "La posie des basses" - Le grand concert du samedi soir

dimanche 22 janvier

16h

Thtre du Chai du Terral - Saint Jean de Vdas

Concert "Les Basses potiques"

lundi 23 janvier

18h30

Conservatoire du Grand Avignon

Rcital de Yann Dubost, Delphine Biron avec Frdric Monino et Pierre Boussaguet

18h

Collge Max Rouquette - Saint Andr de Sangonis

Concert "les cuivres en gravit"

19h

Conservatoire  Rayonnement Rgional de Perpignan

Rcital Cdric Carlier et Brice Soniano

 

A noter aussi les traditionnels stages de contrebasse et tuba, pendant le week-end du 21 et 22 janvier  Saint Jean de Vdas :

  • stage de contrebasse et master-class, avec Thierry Barb (Opra de Paris - CNSMD de Paris), Bernard Cazauran (ex Orchestre de Paris), Cdric Carlier (Opra de Lyon - CNSMD de Lyon), Jonathan Camps (Orchestre National de Catalogne  Barcelone), Olivier Thiry (Orchestre Royal du Concertgebouw d'Amsterdam), Brice Soniano (Copenhague), Yann Dubost (Philharmonique de Radio-France).
  • stage de tuba et master-class, avec Yves Lair (Orchestre National de Montpellier), Bastien Baumet et Arnaud Boukhitine (CNSMD de Lyon). 
  • atelier de jeunes contrebassistes, anim par Emilie Postel-Vinay. 
  • atelier de jeunes tubistes, anim par Harumi Baba.
  • atelier de comprovisation, anim par Enzo Rocco
  •  

- - -

JAZZ 

 amis du Zèbre,

Voici la "LETTRE DU ZEBRE" n°76 !

 

Pour visualiser la Lettre Du Zèbre veuillez cliquer : : 

Cliquez ici : Lettre du Zèbre n°76

A noter sur votre agenda :

Concert VIENTO SUR (Tango, Milonga...)

Samedi 28 Janvier / Salle de l'Union, Céret / 21h 

 Concert ESCAPE LANE (Etats-Unis / France)

Vendredi 3 Février / Casa Musicale, Perpignan / 20h30

 

Vous pouvez également retrouver la programmation sur notre site internet : www.jazzebre.com 

- - -

 

 

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans musiques
commenter cet article

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Articles Récents

Liens