Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 juillet 2014 6 12 /07 /juillet /2014 13:45

 

 

masse.JPG  Exposition de Claude Massé à Bages (ancien musée d'art naïf) jusqu'au 28 septembre, du mardi au dimanche, de 16 h à 19 h. (entrée libre)

 

soler-claus.jpg  REvoir, écouter Pedro Soler et Gaspar Claus : aux "Nits d'EUS3 (nuits du village d'Eus, près de Prades)

 

Samedi 13 septembre à Eus- Maison du temps libre - 21 h

Anne Alvaro dit Antonio Machado

Pedro Solerguitarra flamenca, Gaspar Clausvioloncelle

 

 

 

* Musée de l'Exil, à La Jonquera : exposition Helios GOMEZ :

 

Ens plau de convidar-vos a la inaguració de l’exposició  Helios Gómez. La revolució gràfica.

 

Helios Gómez (Sevilla, 1905 – Barcelona, 1956). A l’exposició s’apleguen, en format de reproducció ampliada, algunes de les cèlebres sèries gràfiques d’un dels artistes més innovadors i compromesos  durant els convulsos anys trenta, amb la Guerra Civil i l’exili com a punts culminants.

 

Alhora, també es poden veure algunes publicacions originals de l’època, acompanyades de poemes del mateix Helios Gómez, i fotografies.

 

Exposició del 12 de juliol al 2 de novembre de 2014

 

 

Idea i comissariat: Associació Cultural Helios Gómez

 

·         Més informació bibliogràfica i fotogràfica a www.heliosgomez.org

 

Museu Memorial de l'Exili

Carrer Major 43-47

17700 La Jonquera

www.museuexili.cat 

0034 972556533

 

 

*** Helios Gómez, Séville 1905-Barcelone 1956

 

Helios Gómez appartient à la génération de l’entre deux guerres qui fit des causes politiques et sociales le centre de son existence et subit la persécution, la prison, les camps et l’oubli. Graphiste professionnel anarcho-syndicaliste, il s’est formé et a exercé son métier à Séville, sa ville natale, à Barcelone où il s’établit à 21 ans, ainsi que dans  les capitales d’Europe du nord où il a dû à plusieurs reprises s’exiler entre 1927 et 1934. 

 

Il conjugue propagande et publicité dans l’esthétique radicale des avant-gardes historiques et participe au formidable élan qui révolutionne les arts visuels et le quotidien dans l’Espagne républicaine des années 30. Pour gagner sa vie, il est passé par tous les métiers des arts graphiques et plastiques : fresquiste, peintre, décorateur, dessinateur publicitaire, illustrateur de  livres, maquettiste et graphiste de presse. 

 

Mais l’essentiel de sa production est consacré à la lutte sociale : plus de 500 dessins, timbres, tracts, brochures, affiches, pour les syndicats et partis révolutionnaires, l’édition et la presse progressiste de Barcelone et Madrid,  des périodiques de Paris, Berlín et Bruxelles. En avril 1936, il est co-fondateur du Sindicat de Dibuixants Professionals de Catalunya, fer de lance de l’affichisme de guerre, dont il est élu président. Pendant la guerre civile il combat sur les fronts de Baléares, d’Aragon,  Madrid et d’Andalousie et  suivra ses compagnons dans les camps de concentration français : Bram, Montolieu, Argelès, le Vernet d’Ariège. 

 

Il est déporté dans les terribles camps de travail de l’Algérie française (Djelfa 1940-42). Revenu de force en Espagne, il lutte encore dans les organes clandestins et est emprisonné à la prison « Modèle »  de Barcelone. Au cours de huit ans de détention, il crée dans une cellule une fresque manifeste de résistance anti franquiste, de nos jours cachée sous une couche de peinture blanche et dont l’Associació Cultural Helios Gómez revendique la restauration. 

 

© A.C.H.G.

*** 

 

La nouvelle voix de la chanson catalane, Joan-Llorenç Solé, a réuni près de 1 000 spectateurs enthousiastes à l’occasion de la présentation de son nouvel album, intitulé « Tot somniant » (Tout en rêvant).

 

 Le jeune artiste du Roussillon était entouré des 11 musiciens de l’orchestre Amoga, venu de la région de Vidreres. Violons, violoncelles, batterie, tenora et guitare électrique ont mis en relief les cinq années de scène d’un artiste parrainé par Jordi Barre lors de l’enregistrement, en 2009, d’un titre à ses côtés.

 

Un programme de chansons, attractif et varié, a marié les rythmes, de la pop dansante aux mélodies graves, jusqu’à l’havanera et les accents country. Les compositions mélodieuses « Tira endavant », « Llibertat », Festa Major » et « Tot Somniant » ont ainsi côtoyé les standards « Tan com me quedarà », « Parla-me diguis-me coses » ou encore le duo virtuel « Si pot ser », enregistré avec le maître, disparu en février 2011.Ce grand moment de fête et de ferveur du public a comporté la présence exceptionnelle sur scène des « Rolling tiags », le club de country d’Elne, sur la chanson « L’eruga » (la chenille) en hommage au train jaune. Ceci a parachevé la réussite d’un spectacle mêlant les racines catalanes, le monde actuel et la vision d’avenir.

 

Une assistance intergénérationnelle a goûté avec passion à cette formule d’un nouveau style, entièrement imaginée par Joan-Llorenç Solé, entouré d’une équipe artistique et technique de qualité.

 

Ce spectacle a donné lieu à un enregistrement audio (« Live ») que vous retrouverez en vente dès le 27 juin 2014. Ce nouvel album donnera lieu à une série de signatures où vous pourrez acheter et vous faire dédicacer le CD :

  •  
  • PERPIGNAN : Samedi 12 Juillet entre 15h et 18h chez "Visca 66"

 

En outre, si vous ne pouvez pas vous déplacer, vous pouvez commander par voie postale à l’aide du bulletin ci-dessous accompagné de votre règlement à  l’ordre de Traditions Catalanes à :

Association Traditions Catalanes – 6, Rue Jacint Verdaguer – 66200 ELNE.

 

 

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 15:03

 

 images-copie-17 M. J.M.Pujol, maire de Perpignan et de l'Agglo...

 

 

Bientôt 100 jours... 3 Juillet 2014, 06:00am | Publié par Jean-Marc Pujol

 

J’ai été élu Président de la Communauté d’Agglomération Perpignan-Méditerranée le 14 avril dernier. Cela fait très exactement 80 jours. L’horizon des 100 premiers jours se profile… Je sais que les médias sont toujours friands de ce type de rendez-vous.

 

En m’installant, j’ai commencé par rencontrer les syndicats, pour restaurer le nécessaire dialogue. Je connaissais déjà beaucoup de collaborateurs, que j’ai retrouvés avec plaisir, et c’est d’ailleurs autour de cette équipe que je construis naturellement mon action.

 

Cette collaboration a été active immédiatement, notamment pour mettre en action les enjeux portés par les maires de l’Agglo qui travaillent sur un vrai projet de territoire, sous l’autorité de François Calvet, sénateur-maire de Le Soler, lequel est de nature à fédérer les énergies.

 

Sur le plan des finances, Monsieur le maire de Canet, Bernard Dupont, dont la rigueur est connue et reconnue, s’occupe de mettre en ordre l’ensemble du dispositif financier.

 

On avance !

 

Aux côtés de nos engagements, nous multiplions les pistes de réflexion stimulante autour d’investissements innovants, pour positionner le territoire de l’Agglo Perpignan-Méditerranée dans la logique du dynamisme et du progrès.

 

 

- - -  Le point de vue de J.P.Bonnel :

 

Je lis le blog de M. Le Maire, mais je n'arrive pas à accéder aux commentaires; le mien, récent, n'apparaît pas…On ne va tout de même pas parler de "censure"...

 

Les 100 jours à l'Agglo, je n'en parlerai pas, car il ne s'est rien passé de glorieux…

 

Quant aux cent jours à la mairie, on peut dire que la propreté s'améliore, même à Saint-Mathieu, où je passe tous les jours. Quant aux quartiers gitans, c'est correct aux Esplanades jusqu'à la médiathèque; quant aux rues en contre-bas de la place du Puig, c'est dégueu : les Gitans semblent être indifférents à cet environnement d'excréments…

 

L'animation bat son plein à Perpi; il faut dire que c'est la saison touristiques et on enchaîne la St-Jean, les jeudis, les soldes... mais des opérations comme "Perpignan en scènes" sont à apprécier. En outre, le sympathique Pierre Barbé, déjà animateur du quartier St-Jean, fait de son mieux pour défendre le commerce; on voit tout de même que les solutions trouvées sont dérisoires face au problème (le patio ouvert pour admirer la statue de Maillol…il faudrait un guide, un itinéraire Maillol, une brochure…si on veut que les touristes viennent en ville le dimanche…). 

 

Commerce et circulation sont des thèmes mis en veilleuse, mais la solution d'un centre piétonnier avec circulation circulaire et sens unique autour est essentielle; on demande encore : "qui aura le courage d'opérer cette révolution urbaine..?"

 

Quant au reste, l'économie, la com pour attirer des entreprises et créer des emplois, on attend toujours… Quant à la dette, JMPujol pense, tel Hollande, que l'argent prêté à un taux très bas, voire nul, sert à investir : à ce rythme, on se dirige vers une dette faramineuse (mais JMP rêve à l'arrivée de l'inflation…).

 

J'avais appelé à voter pour le maire actuel (pétition des intellectuels…cf. L'Indépendant et son site) pour éviter le FN : je ne regrette pas cette décision. En outre, je suis content qu'une liste PS-Verts-Equilibre n'ait pas pu voir le jour car elle aurait permis une triangulaire et la victoire de L. Alliot…

 

Quant à dire que la droite dure de JMP et l'extrême-droite, c'est bonnet blanc et blanc bonnet, c'est faux dans les faits : le pluralisme existe ici car les associations, syndicats…sont respectés et ont tous un local...

 

La pratique frontiste, c'est le contraire : fin de l'attribution de subventions aux centres sociaux, critères financiers pour les attestation d'accueil des étrangers, fin d'abonnements de revues (Monde diplomatique, Libération…) dans les bibliothèques, refus de l'animation sociale et de la prévention de la délinquance dans les quartiers populaires en déshérence; c'est la politique de Stéphane Ravier, élu FN du 7° secteur de Marseille !!

 

Rien de tel à Perpignan ! Bien sûr, on peut parler de l'idéologie intime de JMPujol (j'en ai parlé et en reparlerai) mais, à part le musée et les signes nostalgéristes, il est absurde de parler d'un Perpignan fasciste, ou pied-noir, ou raciste !!!

 

 

Quant aux cent une nuits…on demandera un reportage à notre correspondant de Marrakech : en effet, la vie privée des hommes publics peut avoir un intérêt public…

 

* demain, sauf événement culturel : les cent jours du délégué à la culture…

 

 

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2014 4 10 /07 /juillet /2014 10:46

proxy.jpg Sergi Lopez et Jorge Pico (debout) dans 30/40 Livingstone, jusqu'au 27 juillet, théâtre La Luna, Avignon (04 90 86 96 28)

 

 

Comme l'écrit "Le Monde", à propos du spectacle joué par Sergi Lopez, dans le cadre de l'édition "Avignon la Catalane" : "L'homme est un drôle d'animal" !!

 

Cette pièce drolatique, écrite par les deux acteurs, représente un homme en mal d'aventure et un autre, étrange créature, joueur et muet…

 

Vous avez bien sûr reconnu dans ce dernier personnage la silhouette de l'ancien maire J.P.Alduy, éternel joueur, mais silencieux et stupéfait depuis que son successeur, qu'il a placé à la mairie de Perpignan, joue les ingrats : en effet, J.M.Pujol s'empare de tous les pouvoirs (mairie, agglo, UMP…) en oubliant le poulain Romain Grau et en offrant un lot de consolation, pour le faire taire, à JPA…

 

JMP : une main de fer dans une combinaison de plongeur ! On le sait, il aime les eaux profondes, ce champion de chasse sous-marine. C'est un sacré tireur : la chasse au chamois, il connaît aussi, et ses adversaires le savent, car il vise bien, le bougre !

 

Il est malin, cet homme qu'on disait discret, mais qui révèle sa soif de pouvoir et ses envies d'aventures en tous genres… Eliminer le clan Alduy grâce à François Calvet, bien s'entendre avec le centre et l'Udi, tout en ayant des relations courtoises avec le FN : à celui-ci, il donne même la commission des finances ! Et les échanges sont polis en mairie…

 

Il est intelligent, ce maire, puisqu'il a réussi à éliminer la gauche : les oppositions sont absentes, sans voix, groggy… 

 

La politique, c'est bien, c'est du théâtre, parfois opéra bouffe, parfois tragédie, mais on ne s'ennuie ! Allons en Avignon !!!

 

------- J.P.Bonnel - - - - - - - - - - - - - -

 

 

10-juillet.jpg à centmètresducentredumonde 

    DEUX EXPOSITIONS DE PEINTURE

     

    Vendredi 11 Juillet 2014 - Dimanche 28 Septembre 2014

    Manuel BOIX

    CharlElie COUTURE

     

    En France, on a d’abord rapporté l’immense travail de CharlElie COUTURE à ce que l’on connaissait de sa poésie rock enregistrée sur une vingtaine de Cds et dans ses concerts dans le monde entier. Mais c’est oublier un peu vite que CharlElie a participé à une centaine d’expositions depuis son diplôme des Beaux-Arts de Nancy/France en 1978.

    Né à Nancy en 1956, CharlElie et un garçon turbulent qui rue dans les brancards dès le collège où il est un délégué de classe militant.

     

    A 15 ans  il donne des concerts en improvisant parfois de longues histoires sans fin,  il publie aussi ses poèmes et présente les photos prises pendant les spectacles du festival de théâtre créé par le ministre Jack Lang ou du festival de JAZZ Nancy pulsation.

     

    A17 ans, il fugue et part faire la route en Europe. Il travaille comme manutentionnaire, garçon de café, embouteilleur, et postier avant de rentrer en Lorraine pour passer son bac en candidat libre et d’entrer aux Beaux-Arts. Il reçoit des prix pour ses travaux et l’Académie de Stanislas lui attribue  un prix pour la qualité exceptionnelle de ses recherches pendant ses études.

    En 1980, il est le premier Français signé par Chris Blackwell, le patron du label de musique Island Records, producteur de Bob Marley. Il compose 17 musiques de film, dessine des logos, et des montres, CharlElie acquiert la réputation d’un artiste prolifique d’une extrême exigence.

     

      « Multiste » selon l’expression du webmaster Mario Salis, CharlElie se veut multi disciplinaire comme un triathlète. Inspiré par l’expérience d’Andy Warhol à la Factory, en même temps que son succès « Comme un avion sans ailes », en 1981  CharlElie réunit un groupe d’artistes sous l’appellation « Local à louer » parmi eux des peintres, des poètes et photographes. Ils veulent défendre l’idée d’un Art Rock inscrit dans son époque en rEvolution. 

    Après vingt ans de tournées, et d’allers et retours entre la France et les USA, en 2003 CharlElie décide de s’installer à New York. Ayant acquis la double nationalité, CharlElie Couture vit et travaille à Manhattan où il continue de développer ce travail sur la ville commencé il y a 30 ans.

    Comme sa musique, et son timbre de voix, le travail visuel de CharlElie est unique.

    Son œuvre picturale est une conjonction entre la réalité extérieure objective de l’image photographique, et la figuration du monde intérieur qu’exprime la peinture.

    Ses images sont différentes de ce que l’on voit d’habitude sur New York.  Le rythme des lignes rencontre la lumière entre les buildings érigés de Manhattan et ses peintures  sont si réelles qu’on croit entendre la musique énergétique qui bat dans le cœur de New York.

    Jonah Leevie. THE SUN

    (Traduit de L’anglais) 

    Partager cet article
    Repost0
    9 juillet 2014 3 09 /07 /juillet /2014 11:33

     

    fleurs-du-More--Collioure-copie-1.JPG (C) Jean-Pierre Bonnel

     

     

    * Jean-Marc Pujol a écrit (blog du maire) :

     

    A l’heure de la mondialisation, il faut savoir se singulariser, faire du sur-mesure, pour sortir du lot, pour attirer les investisseurs, pour séduire un très large public. Cela est valable dans tous les domaines : Economie, Culture, Sport… et Tourisme bien sûr. 

     

    Promouvoir Perpignan partout en Europe, dans le monde, sera l’une de mes préoccupations durant ce mandat, que ce soit à la tête de la Ville ou de l’Agglo Perpignan-Méditerranée. Il faut savoir le dire, l’exprimer, pour cela il faut impliquer les administrés de nos collectivités, qui sont avant tout les habitants d’un territoire que nous partageons et que nous aimons en commun, il faut également développer des stratégies de communication pour réussir à convaincre. 

    Tous ces points sont essentiels pour promouvoir Perpignan et son fabuleux environnement. Un vrai projet de communication démarre dans nos murs. C’est en quelque sorte le « moi-Citoyen » qui sommeille en chacun d’entre nous : pour ce faire, à compter du 13 juillet prochain, avec Pierre Barbé l’adjoint délégué au Tourisme, avec son équipe ainsi qu’avec toutes celles et tous ceux qui vibrent au rythme de l’économie touristique, nous avons décidé que le Patio de l’Hôtel-de-Ville serait ouvert au public tous les jours, dimanches et jours fériés compris, de 9h à 18h. 

    Ce sera là pour tous une occasion de venir découvrir la célèbre statue du sculpteur Aristide Maillol, « La Méditerranée », au cœur même donc de l’Hôtel-de-Ville dont la façade de cailloux roulés et ses portes en fer forgé sont le symbole d’une architecture typiquement roussillonnaise. Car je n’oublie pas que le patrimoine architectural de Perpignan constitue l’une des attractions majeures de ses nombreux atouts touristiques. Il est un élan, avec la diversité des animations qui l’été envahissent le cœur de ville, pour l’activité commerciale.

     

     

     

    ** Point de vue de J.P.Bonnel :

     

    Faire connaître Perpignan : pour attirer les touristes, en direction du commerce du centre-ville, il ne suffira pas d'un flyer distribué sur les plages; il ne suffira pas de l'animation : les jeudis de Perpignan sont intéressants, mais il faut en faire une grande manifestation surréaliste de portée nationale : s'en donner les moyens. Perpignan, ce doit être : "les jeudis tous les jours, tous les soirs" !!

     

    Pour le commerce dans le secteur historique, il faudra avoir le courage de rendre la ville aux piétons (par exemple la rue des Augustins - la création d'un tramway permettrait cette piétonnisation); avoir le courage de freiner l'extension des supermarchés à la périphérie; abaisser les tarifs des parkings; pour les commerçants, avoir le courage de ne pas tous faire la même chose (le prêt-à-porter, la brasserie, le bas à vins ou à tapas, effets de mode, commerces éphémères), avoir de l'imagination… QUI aura ce courage..?

     

     

    Promouvoir la ville, c'est attirer les entrepreneurs en offrant terrains, aménagements, farniente, pas chers…

     

    C'est aussi, à l'image de Grenoble avoir une politique citoyenne, de mediation, de dialogue, d'innovation écologique, technologique, culturelle…

     

    Faire connaître Perpignan, c'est créer une image et une identité; c'est le travail des responsables de la culture; Perpignan doit entrer dans la modernité : le catalan est une langue morte, en ville : il faut avoir le courage de l'admettre; les affaires catalanes peuvent toujours continuer leurs animations folkloriques, mais la vraie culture catalane n'est pas montrée, divulguée… 

     

    Ouvrir la ville à l'Europe et à la Méditerranée : il faut que L'Archipel (gouffre financier, et le salaire de 10 000 euros mensuels donné au nouveau directeur administratif, J.P.Alduy, en hommage à sa réalisation -échec de communication et de réalisation : qui parle de ce théâtre en France..?- est une broutille), présente des spectacles issus de pays du pourtour méditerranéen, au lieu de suivre les circuits nationaux !

     

    Prenons l'exemple d'Arles, ville moyenne : c'est l'image de la Provence, de la Camargue, de la romanité (vestiges romains, musée récent). Se demander quelle est l'image de Perpi… La Catalane, vraiment..?

     

    Arles ne se contente pas de son passé; elle abrite les éditions Actes Sud; elle a plusieurs musées et la récente fondation Van Gogh; il y a les rencontres photos, et le futur ensemble culturel La Luma, sur une friche SNCF, complexe dédié à la photo et à l'art contemporain, abritant musée, résidences d'artistes, bibliothèque…conçu par Frank Gerhy… Arles est la ville du sud qui monte, monte…Comment en est-on arrivé là..?

     

     

    ***Les P O souffrent d'un déficit d'image. Comment identifier ce département quand on habite Paris ou une autre région de France..?

     

    L'image économique n'existe pas : on a raté la révolution du solaire dans les années 70; on se rattrape un peu; puis il y a le bio, le vin, les pêches, mais la concurrence européenne et d'Afrique du Nord est vive...

     

    Y a-t-il une image culturelle ? On a raté bien des occasions, surtout l'originalité d'une ville surréaliste grâce à Dali. De même pour Trénet, Claude Simon, Le festival "Les Estivales" qui devrait revenir au Campo Santo, qui pourrait s'étendre à tous les lieux patrimoniaux si ville et conseil général s'entendaient…

     

    Bien sûr, il y a le climat et la proximité de la mer, de la montagne, de la frontière; on s'installe donc à Perpignan par défaut, car le soleil est moins cher ici, mais l'absence de motivation est claire…

     

       Les jeunes, les entrepreneurs s'installent à Barcelone grâce à l'image du farniente méditerranéen et de la présence de la culture européenne…

     

    Ville et département ont perdu leur identité catalane; il s'agit de reconstruire une identité méditerranéen avant que ce territoire ne devienne une concentration de maisons de santé, de retraite, de quartiers touristiques, déserts durant une bonne partie de l'année… Une terres de vieux et de pauvres, où la jeunesse se désespère et court à l'étranger…

    Partager cet article
    Repost0
    8 juillet 2014 2 08 /07 /juillet /2014 10:30

    blogabobo-5131.JPG  Sert à Ibiza

     

    Jordi Colomer est un plasticien catalan méconnu du grand public mais de stature mondiale; il se fait une place dans l'architecture urbaine du XX° siècle et tente un nouveau langage pour le XXI°...

     

    Installations, photos, dessins, films, Colomer fait feu de toute matière pour se confronter aux utopies des lieux célèbres tels Brasilia, Bucarest, Barcelone…

     

    Sont originales ses photographies montrant le cimetière d'un petit village chilien : village fantôme construit avec les tombes constituant des maisonnettes, construites comme des bidonvilles ou de luxueuses villas. L'injustice de l'argent et de l'architecture même dans la mort !!!

     

     

    Josep Lluis Sert, lui, est connu pour ses réalisations aux Baléares (atelier de Miro à Palma, maison-atelier de Zao Wou-Ki à Ibiza…) et à Saint-Paul de Vence : ainsi, pour ses cinquante ans, la fondation Maeght célèbre cet architecte qui a imaginé son organisation, oeuvre  architecturale nourrie d'équilibre et de poésie. C'est André Malraux qui inaugura, le 28 juillet 1964, la fondation qui vient de naître des premières collines des Alpes de mer… Pour Marguerite et Aimé Maeght, les heureux propriétaires…

     

    Dans les jardins, les statues de Miro, Calder, Arp, Giacometti montrent un art de plein air qui s'accommode avec les jeux de lumière, entre les pins, volumes palpitant entre le vent et les feuillages. Le visiteur pénètre ensuite dans le labyrinthe du blanc musée, construit selon une rigueur qui exclut la courbe…

     

    Sert a passé sa vie loin de son pays, la Catalogne : avant la guerre d'Espagne, il s'installe à Paris, puis la guerre approchant la France, il s'exile aux Etats-Unis; ne pouvant plus revenir en Espagne, il sera naturalisé américain en 1947, ainsi que son épouse Moncha.

     

     

    * Catalogue de la Fondation Maeght (06) ouverte tous les jours de 10 à 18 heures (04 93 32 45 96)

    Partager cet article
    Repost0
    7 juillet 2014 1 07 /07 /juillet /2014 11:42

    utopie11.jpg   Dans le contexte général de doute, de malaise, de peur face à la crise économique, financière, face aux guerres et à la montée des terrorismes, face au recul des idéologies et des valeurs humanistes, beaucoup de créateurs exploitent le thème de l'utopie.

     

    Après le beau livre de R.Dumont et les espoirs mis dans une vision écologiste du monde, la réalité a souvent pris le dessus et les expériences "marginales", libertaires ou communautaires, marquent le pas...

     

    Voici quelques oeuvres récentes qui illustrent cette thématique :

     

    -le film de Jean Denizot "La belle vie" reprend une histoire vraie : Xavier Fortin partant en cavale avec ses deux fils pendant 11 ans; ces cowboys d'aujourd'hui vont vivre dans une ferme,survivant grâce à la vente de fromages. Le père "incarne une utopie qui se fracasse sur la réalité du monde contemporains…" Le Monde,avril 2014.

     

    -Le dernier film de Ken Loach "Jimmy's Hall, se déroule dans l'Irlande de 1932 et décrit la décision de villageois de créer un phalanstère, où l'on puisse danser, apprendre à peindre, découvrir de grands auteurs… L'utopie, dans un pays fermé par le conservatisme et l'église, ne peut durer mais la jeunesse vient de voir que la liberté était possible…Le cinéaste croit toujours en un monde meilleur…mais..? (festival de Cannes 2014)

     

    -La cité du soleil de Yann Sinic (2014) décrit la Grande-Motte et ses pyramides de béton avaient prédit le paradis, le temps…d'un été…Tel était le projet utopique de l'architecte Jean Balladur. C'est l'histoire d'un voyageur comme on en trouve dans les mythes de la Méditerranée. 

    La scénariste et productrice du film, Nathalie Combe, nous montre l'arrivée du voyageur dans la cité du bonheur, prêt à tout oublier : "Mais peut-on vraiment se défaire du passé..?"

     

    -Le Meraviglie (sélection officielle du festival de Cannes 2014) raconte la vie d'une communauté farfelue, en Italie, portant son utopie à bout de bras… Le film d'Alice Rohrwacher décrit l'installation, dans une ferme délabrée, d'une famille nombreuse dirigée par le père, venant réaliser entre Toscane et Ombrie, un vieux rêve libertaire et écologiste, en devenant apiculteur…Cependant, l'utopie se confronte au mur du réel et l'espoir d'une vie meilleure n'est entrevu que dans les dernières images, symboliques, à la fin de ce long métrage tendre et poétique (avec Monica Belluci, Alexandra Lungu…)

     

     

     

    utopie.jpg à suivre : architecture et utopie

    Partager cet article
    Repost0
    6 juillet 2014 7 06 /07 /juillet /2014 16:00

    Unknown-1.jpeg Teresa Rebull

     

    El Punt:

     

    El Voló bateja el seu pont Lluís Companys

    També la Mediateca i la Casa de l'Història prendran el nom d'Espai Teresa Rebull

    05/07/14 17:32 - EL VOLÓ - EL PUNT / REDACCIÓ

     

     

     

    Aquest dissabte matí 5 de juliol, un doble homenatge a Catalunya tindrà lloc al Voló amb un bateig i una inauguració al si de la petita ciutat vallespirenca.

    Al pont que travessa el Tec per unir El Voló a l'establiment termal, que és també el pont de la carretera general cap al Pertús, se li atribuïra el nom de Pont Lluís Companys. El bateig del fins ara anomenat «Pont blau», el pont modern que va substituir l'antic pont suspès del segle XIX entra en les celebracions dels esdeveniments lligats a l'aniversari dels 75 anys de la Retirada organitzats pel municipi del Voló. Aquesta decisió d'homenatjar l'antic president de la Generalitat va ser presa a l'unanimitat durant el consell municipal del passat 4 de novembre 2013.

    A continuació, s'inaugurarà l'Espai Teresa Rebull en homenatge a la cantant i militant catalana. Aquest espai reagrupa la Mediateca actual i la Casa de l'Història del Voló, un petit museu dedicat als fets importants de l'història de la ciutat des de l'antiguitat fins als temps moderns que s'acaba d'instal.lar. El consell municipal va decidir d'homenatjar l'artista banyulenca també en el marc de la commemoració de la Retirada.

     

    9-juillet.jpg Flamenco à Cerbère - Concert Pedro Soler / Gaspar Claus, le jeudi 10 juillet au Belvédère - 21 heures - 06 25 81 55 34

     




    Semaine Flamenco à Cerbère....




    Jeudi 10 juillet 2014

     Hôtel Belvédère - Cerbère

     

    Dans le cadre de LA SEMAINE FLAMENCO de Cerbère

     

    Pedro SOLER et Gaspar CLAUS

     21h concert

    Guitare flamenca et violoncelle

    Tertulia: Accompagnement et improvisation

     

    Cinéma du Belvédère du Rayon Vert à Cerbère

    Route de Banyuls 66280 Cerbère

    12 euros

    Réservation au : 06 25 81 55 34 / collectif.rayonvert@gmail.com

     

    Partager cet article
    Repost0
    5 juillet 2014 6 05 /07 /juillet /2014 17:05

    psirc-6.jpg    Cinq compagnies de théâtre, danse, cirque et jeune public et la présence de l'acteur S. Lopez sont présents au festival d'Avignon.

    C'est l'Institut Ramon LLuLL, créé en 2002, organisme public chargé par le gouvernement de Barcelone de promouvoir la langue et la culture catalanes, qui a impulsé la scène contemporaine.

     

    "Avignon à la catalane" poursuit son but : faire connaître en France la richesse de la création en Catalogne;  elle présente du 4 au 27 juillet un vaste panorama des arts de la scène.

     

    L'opération a lieu en plein coeur d'Avignon, à la Maison Manon, place des Carmes : avec les intermittents ou pas, nous irons rencontrer ces compagnies !

     

    http://avignon.lull.cat

     

     

    La compagnie Psirc 
    “Acrometria” est le premier spectacle long crée par la compagnie barcelonaise PSiRC, intégrée par  Wanja Kahlert, Adrià Montaña et Anna Pascual Fernández. Explorant la géométrie des émotions, le spectacle trace des diagonales dans la pensée, met des points silencieux, ajoute des perpendiculaires mystérieuses et des cercles infinis, et joue à créer diverses géométries humaines. C’est la fusion entre le risque physique et l’intelligence de l’âme. S’appuyant sur diverses techniques de cirque telles que l’acrobatie, le mât chinois ou la manipulation d’objets, ils explorent des nouveaux langages acrobatiques, intimes et créatifs. 

    La compagnie PSiRC est née en mars 2011. Ils se connaissent depuis qu'ils ont commencé à rêver de cirque. Le destin, malgré le temps et les divers chemins empruntés, les a réunis à barcelone après s’être formés dans différents écoles et différents pays. La compagnie participe en 2012 à des festivals tels que Trapezi à Reus , Grec à Barcelone, 1 2 3 del pallasso à Tiana, Fira de circ de la Bisbal d'Empordà. Cette même année, elle reçoit le soutien du dispositif Chemins Émergents du projet transfrontalier Pyrénées de Cirque et gagne le “Prix Zirkolika” 2012 à la meilleure compagnie émergente. Elle a également participé à des festivals comme CurtcirkitCouleur Pavé,KulturuferStramuMurenschalk Circorts pendant la préparation de ce spectacle. Ils présentent leur création les 5 et 6 février au 15e festival du cirque contemporaine “janvier dans les étoiles” de la Seyne-sur-Mer avec le soutien de Process ()s et de l’Eurorégion Pyrénées-Méditerranée, cirque en Transhumance.

    Acrometria, c’est un espace irréel où se retrouvent suspendues trois personnes. Personne ne sait depuis quand elles y sont, ni si un jour elles pourront en sortir. Entre eux, se créent de nouvelles géométries humaines, une nouvelle langue pour survivre et comprendre tout ce qui les entoure, en acceptant l'existence de réalités infinies.

    Partager cet article
    Repost0
    4 juillet 2014 5 04 /07 /juillet /2014 11:07

    roula3p.jpg  Festival de Palau del Vidre "La Méditerranée, ses orients et ses occidents" :

     

     D'une personnalité charismatique et singulière, à la voix chaleureuse et colorée,  Roula Safar sillonne les chemins de traverse entre les répertoires, les styles et les voix des poètes de toutes époques et de tous temps. Profondément attachée à la poésie, la musicalité des notes, des mots et des langues anciennes, vivantes, parfois disparues, se mêlent subtilement dans l'oeuvre de cette artiste-créatrice-interprète.

     


     

    Elle réalise harmonisations et arrangements de poèmes et de chants: airs d'opéra, mélodies, chants sacrés ou profanes, du médiéval en passant par le baroque, du romantisme jusqu'au contemporain en s'accompagnant à la guitare et aux percussions ou bien à capella. Un univers original empreint d'universalité.

     

     

     

    Témoignage de Guillaume Lagnel :

     

    A l’automne dernier je rencontrais longuement  à Paris -  Roula Safar - pour évoquer sa possible venue à Perpignan et créér un événement mis en espace spécialement entre le site antique de Ruscino et l’église de Château Roussillon dans le cadre de nos rencontres annuelles de la Rotta dei Fenici  Itinéraires culturels européens ....... Routes des Phéniciens France - avec Odyssea, avec la complicité de l'Association Circé qui oeuvre à Ruscino...


     Joie de découvrir alors - lors de nos rencontres communes de travail autour du compositeur né à Perpignan -  François de Paule de Fossa - dans le cadre des Amitiés Internationales André Malraux  - que Marie Susplugas avec cette si talentueuse direction artistique qui la caractérise avait programmé cette artiste libanaise remarquable et singulière - à ce très beau Festival donné chaque année en juin et juillet "Concerts d'été"  baptisé cette année "La Méditerranée, ses Orients et ses Occidents» à Palau del Vidre ce 4 juillet prochain  avec Roula Safar

     

    Je me permets d’attirer votre attention sur cette soirée 

    et vous transmets en lien le programme pour ces 3 concerts des 4, 5 et 6 juillet

    Des fleurs, des fruits, un arbre : la Méditer

    4 juillet

    21h - Église Ste Marie de l’assomption
    « De Babylone à Grenade »
    Roula Safar, mezzo-soprano, guitare et percussions. Une personnalité charismatique et singulière, à la voix chaleureuse et profonde qui donne à entendre une musique- passerelle entre différentes cultures, différentes époques. Mélismes sacrés et profanes chants baroques de Monteverdi, Frescobaldi, Haendel et chants traditionnels, se mêleront à des compositions contemporaines, chemin musical entre sacré et poésie, dans des langues parfois disparues, akkadien, ougaritique, étrusque... et plus proches comme l’araméen, l’arménien, l’arabe, le grec le latin et les langues romanes qui en découlent...

    5 juillet

    19h - Église Ste Marie de l’assomption
    Duo flûte, guitare. Malvina Martrille, flûtes, Pas- cal Pécheur, guitare. Haendel, Telemann, R. de Visée, J. S. Bach, Vivaldi, Celso Machado
    20h30 - Place de l’église, collation
    21h30 - Place de l’église
    « Fragment d’épopée Touareg », de Tanger à Tombouctou. Hamed Bouzzine, conteur avec sa harpe du Niger, son luth Gony, et le piano à pouce, nous convie à un magnifique voyage sur les routes de la sagesse, de la tolérance et de l’humanité avec malice, drô- lerie et humour, de la Mauritanie aux déserts d’Arabie, des tentes de l’éphémère à la beauté troublante des hommes bleus, des youyous de joie aux bruissements du vent sur les sables millénaires...

    6 juillet

    19h - Église Ste Marie de l’assomption
    « Petite Messe solennelle » la dernière oeuvre de Rossini.
    Chœur : « Opera veus », direction Christian Papis. Solistes : Lucile Verbizier, mezzo,Victor Dahhani, ténor, Jiaming Zhang, baryton, Sabine Riva, soprano, Yannick Ponzin, accordéon, Fran- çois Michel Rignol, piano

    18h - Église Ste Marie de l’assomption
    « De l’Amérique Latine aux Balkans » Ensemble tzigane « Hora Presta » : R. Galliano (tango pour Claude), A. Piazzolla, (milonga del Angel, Escualo, Michelangelo 70 et Chiquilin de Bachin), E. Granados (danse espagnole Opus 37 n°2 - Orientale), J. Cardoso (milonga), D. Mil- haud, (Brazileiras,extraits de Scaramouche), R. Di Marino (tango trentino) Traditionnels Roumains, V. Monti (Csardas), Traditionnels Yiddish

    Tarifs : 15 - Adhérents : 13 Abonnement 3 concerts : 40 - Adhérents: 36 Dimanche 22 juin à partir de 17h et samedi 5 juillet à partir de 19h, la soirée : 30 - Adhérents : 26 Enfants -10 ans : gratuit
    Renseignements, réservations : 04 68 37 98 38 ou 04 68 81 64 26 concert.d.ete@wanadoo.fr


    Partager cet article
    Repost0
    3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 09:23

    Taureau camargue Yonnet  

     

    Le concept est comme d'habitude diabolique.

     

    L'idée ? Toute simple : lire "Les Noirs", superbe texte de Patrick Espagnet, en pleine nuit, dans une ganaderia... au plus près des toros.

     

    Noir sur noir.

    Un Soulages littéraire.

     

    Le principe ?

    Le 5 juillet, rendez-vous à 21 h précises à Arles (le lieu de rencontre vous sera communiqué ultérieurement).

     

    Le convoi prendra la route vers la ganaderia.

     

    À l'arrivée, de nuit, nous partagerons un pica-pica façon "auberge espagnole" (chacun amène un plat salé ou sucré). 

     

    Puis, autour du feu, lecture de la première partie des "Noirs"par Daniel St Lary.

     

    Puis... nuit à la belle étoile****

     

    À 4 h 30, réveil de la chambrée, et embarquement immédiat : en pleine

    nuit, nous rejoindrons les Noirs dans leur pré pour assister au final.

     

    Lorsqu'enfin le soleil se lèvera et que nous commencerons à détailler

    les silhouettes et leur fantôme, la performance sera terminée.

     

    Nous serons dimanche, 6 h du mat, et nous nous demanderons si nous n'avons pas rêvé.

     

    Voilà.

     

    Comme d'habitude, c'est gratuit mais ce n'est pas donné à tout le monde.

    Places très limitées et inscriptions auprès de Peggy : residence@audiable.com

     

    Organisation :

    Arte y Toro

    Avocats du Diable.

     

    A très bientôt, donc.

     

    Daniel St Lary

    Jacques-Olivier Liby

     

     

     

    LES AVOCATS DU DIABLE

    Résidence d’écriture -- Animations en Région -- 

    Prix Hemingway 

    La Laune - 30600 Vauvert

    Tel. : 04 66 73 16 52 - Fax : 04 66 73 16 57

    residence@audiable.com

    http://www.facebook.com/prix.hemingway

     

    ** FOOT : 

     

    foot.jpg

     

     

     

    *** Selon Canal Plus, qui n'est pas diffuseur de la Coupe du Monde, mais a une oreille attentive au Brésil notamment sur la vie de l''équipe de France, les femmes des Bleus seraient en passe de les remplacer dans le domaine du caprice.

    "Arrivées au Brésil où elles doivent rencontrer leurs compagnons au soir de France-Equateur mercredi soir à Rio, les femmes des joueurs de l'équipe de France ont formulé plusieurs exigences à leur arrivée dans le pays hôte de la Coupe du monde. Mécontentes de l'hôtel qui avait été réservé, elles auraient obtenues d'en changer. Alors qu'un hôtel quatre étoiles leur était proposé, elles résideraient désormais dans un hôtel cinq étoiles à Copacabana", rapportent nos confrères.

    Partager cet article
    Repost0

    Présentation

    • : Le blogabonnel
    • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
    • Contact

    Profil

    • leblogabonnel
    • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
    • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

    Recherche

    Liens